VOTE | 821 fans

#102 : Le sort noir

Centré sur : Regina

Captures

Emma se retrouve en prison suspectée d’avoir volé le dossier d’Henry  au docteur Harchie Hopper. Elle s’aperçoit très vite qu’il s’agit d’un coup monté orchestré par Regina, la mère adoptive d’Henry, qui ne supporte pas qu’Emma soit trop proche de l’enfant. Regina met ainsi tout en œuvre pour faire quitter la ville à Emma. De son côté la méchante reine essaye de se débarrasser de Blanche Neige.

Popularité


4.53 - 19 votes

Titre VO
The Thing You Love Most

Titre VF
Le sort noir

Première diffusion
30.10.2011

Première diffusion en France
01.12.2012

Vidéos

Regina rend visite à Emma et la menace VO

Regina rend visite à Emma et la menace VO

  

Regina combat Maléfique pour la malédiction VO

Regina combat Maléfique pour la malédiction VO

  

Regina essaie de lancer la malédiction et échoue VO

Regina essaie de lancer la malédiction et échoue VO

  

Emma et Henry parle de l'Opération Cobra VO

Emma et Henry parle de l'Opération Cobra VO

  

Mary Margaret et Emma parle de Regina et Henry VO

Mary Margaret et Emma parle de Regina et Henry VO

  

Emma cueille des pommes à sa façon VO

Emma cueille des pommes à sa façon VO

  

Regina va demander de l'aide à Rumple VO

Regina va demander de l'aide à Rumple VO

  

Regina tue son père, Henry VO

Regina tue son père, Henry VO

  

Scènes entre Emma et Graham VF

Scènes entre Emma et Graham VF

  

Diffusions

Logo de la chaîne addikTV

Québec (inédit)
Lundi 13.01.2014 à 00:00

Logo de la chaîne RTS Un

Suisse (inédit)
Mardi 04.12.2012 à 00:00

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Samedi 01.12.2012 à 00:00
3.50m

Logo de la chaîne BeTV

Belgique (inédit)
Lundi 06.08.2012 à 00:00

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 30.10.2011 à 00:00
11.74m

Logo de la chaîne CTV

Canada (inédit)
Dimanche 30.10.2011 à 00:00
1.44m

Plus de détails

Réalisation : Greg Beeman

Scénario : Edward Kitsis et Adam Horowitz

Guests :

David Paul Grove Le médecin de Storybrooke
Tony Perez Le valet
Patti Allan Madame Ginger / la sorcière aveugle
Layton Keely Le gnome
C. Ernst Harth L'ogre

 

The Thing You Love Most

 

A Storybrooke l’horloge de la ville s’est remise à fonctionner. Tous les habitants s’en rendent compte tour à tour. On retrouve Regina qui est en train de feuilleter le livre d’histoires d’Henry. Elle s’aperçoit que des pages ont été arrachées. De ce fait elle se rend dans la chambre d’Henry, qui est en train de se préparer pour partir à l’école, et lui demande où se trouvent les pages manquantes. Henry, qui fait mine de ne pas comprendre , lui dit qu’il s’agit d’un vieux livre et qu’il manque toujours des pages dans les vieux livres. Quelques secondes plus tard l’horloge de la ville se met à sonner ce qui surprend fortement Regina cer celle-ci n'est pas sensée fonctionner. Henry profite de ce moment pour attraper son sac et sortir de la chambre. Plus tard on retrouve Regina et le docteur Archie Hopper en train de fixer l’horloge depuis une rue. Regina remarque la voiture d’Emma garée dans la rue et décide donc de lui rendre visite à sa chambre d’hôtel. Elle apporte un panier de pommes à Emma en lui disant que c’est un cadeau pour son voyage de retour à Boston. Emma lui annonce qu’elle a décidé de rester un peu plus longtemps à Storybrooke ce qui a le don d’énerver Regina qui lui dit que ce n’est pas une bonne idée.

Dans le monde des contes de fées, la méchante reine menace Blanche Neige et le prince charmant de détruire leur bonheur pendant leur cérémonie de mariage.  Après cette déclaration elle commence à marcher en direction de la sortie mais le prince charmant attrape son épée et la lance sur la reine. La reine disparait dans un nuage de fumée noire ainsi que l’épée qui vient se planter dans un des murs de son château. Son père et le miroir magique, qui attendaient le retour de la reine, lui demandent alors ce qu’il s’est passé. La reine leur répond qu’elle va utiliser la malédiction. A ce moment là son père et le miroir semblent terrifiés à l’idée que la reine utilise la malédiction. Le miroir lui fait remarquer qu’elle a échangé la malédiction dans le passé. La reine se rend donc chez une amie, Maléfique, à qui elle a échangé la malédiction afin de la récupérer. Mais un problème se pose : Maléfique refuse de la lui rendre. Un combat magique s’engage alors entre les deux femmes. Finalement la reine prend le dessus et récupère un rouleau de parchemin qui était caché dans un orbe situé sur un sceptre. Plus tard, la reine ainsi que certains de ses "amis" (les âmes les plus sombres du royaume) sont rassemblés autour d’un feu dans une forêt. La reine force ses « amis » à lui donner une mèche de leurs cheveux qu’elle ajoute aussitôt dans le feu. Puis elle ajoute l’ingrédient final : un cœur (on ne sait pas à qui il appartenait). A ce moment là le feu se transforme en une sorte de mini tornade puis celle-ci s’évapore. La malédiction a échoué.

Regina est dans son jardin lorsque Sidney, le journaliste de la ville, arrive avec une édition du Daily Mirror dans les mains. Il est fier de montrer au maire ce qu’il a trouvé sur le passé d’Emma c'est-à-dire pas grand-chose à part le fait qu’elle a changé à plusieurs reprises de famille et qu’elle a eu des problèmes avec la justice en étant jeune. Regina qui n’est pas contente de son travail lui dit de chercher encore. Pendant ce temps Emma est assise au comptoir du diner. Soudain Ruby, la serveuse, pose un chocolat chaud à la cannelle devant elle. Emma lui dit qu’elle n’a rien commandé alors Ruby lui répond qu’elle a un admirateur. Lorsqu’Emma se retourne elle tombe sur Graham. Elle le remercie pour le chocolat mais lui dit qu’elle ne le veut pas. Graham lui révèle que ce n’est pas lui qui le lui a offert. A ce moment là, Henry, qui était assis à la table derrière eux, se retourne et dit à Emma que le chocolat vient de lui. Henry lui demande de l’accompagner à l’école. Tout en marchant le garçon explique à Emma comment marche la malédiction et lui dit qu’elle est là pour les sauver. Pour appuyer ses dires il sort de son sac les pages manquantes du livre et montre à Emma une photo où on voit le prince charmant tenir un bébé enveloppé dans une couverture où est brodé le nom d’ « Emma ». Ils arrivent à l’école et Henry rentre dans le bâtiment en courant. Mary Margaret, l’institutrice, s’approche d’Emma  afin de lui dire que c’est bien qu’elle soit restée pour l’enfant. Emma lui demande alors qui elle est dans le livre et Mary lui répond qu’elle est Blanche Neige. Emma lui demande aussi si elle connait le nom du médecin qui traite Henry. Emma se rend alors au cabinet d’Archie. L’homme lui explique que ces histoires sont le moyen d’Henry de se débarrasser de ses problèmes qui sont liés à Regina. Archie donne à Emma le dossier du garçon en lui disant de le lire. Emma prend le dossier et part. Aussitôt qu’elle est partie, Archie téléphone à Regina pour lui dire qu’Emma est partie avec le dossier. Plus tard Emma est dans sa chambre en train de lire le dossier. Quelqu’un frappe à la porte. C’est Graham qui  vient lui demander si elle s’est disputée avec le Dr. Hopper car celui-ci l’accuse de lui avoir volé le dossier d’Henry. Emma lui dit qu’Archie le lui a donné mais Graham ne semble pas la croire. Il lui demande s’il peut rentrer fouiller la chambre. Emma accepte et lui montre le dossier. Graham l’arrête alors pour vol. Pendant ce temps Regina se rend à l’école pour parler à son fils. Elle lui dit qu’Emma a été arrêtée pour vol. Pendant que Graham la prend en photo pour le dossier, Emma tente de le convaincre qu’elle a été piégée par Regina. Ils sont interrompus dans leur discussion par l’arrivée d’Henry et de Mary. Mary a décidé de payer la caution. Une fois libre Emma se rend chez Regina et coupe à l’aide d’une tronçonneuse une partie de son pommier. Regina arrive furieuse et lui demande ce qu’elle pense faire. Emma lui répond qu’elle n’a pas peur d’elle et qu’elle ne sait pas de quoi elle est capable.

Dans le monde magique, le valet de la méchante reine tente de la convaincre que c’est une bonne chose que la malédiction n’ait pas fonctionné. Il lui dit que si elle veut comprendre pourquoi elle doit retourner voir la personne qui la lui a donné en premier. La reine va donc voir Rumplestiltskin. Celui-ci lui révèle que Blanche Neige et le prince charmant sont venus le voir et qu’il leur a révélé la vérité au sujet de la malédiction. Il leur a dit que leur enfant pourra briser la malédiction. La reine lui fait savoir que la malédiction ne marche pas et veut savoir pourquoi. Rumplestiltskin accepte de lui répondre à une condition : qu’il soit riche dans le nouveau monde et que la reine lui obéisse. Pensant que l’homme ne se souviendra plus de rien dans ce nouveau monde la reine accepte. L’homme lui révèle qu’elle doit sacrifier le cœur de la personne qu’elle aime le plus.

Lorsqu’Emma rentre dans sa chambre d’hôtel la propriétaire, Granny, lui demande de lui rendre la clé et de partir. Emma récupère donc ses affaires et se rend à sa voiture. Elle s’aperçoit que les roues de sa voiture sont bloquées et que par conséquent elle ne peut pas l’utiliser. A ce moment là elle reçoit un appel de Regina qui lui demande de passer à la mairie. Regina veut faire une trêve. Une fois à la mairie, Regina s’arrange pour qu’Emma dise qu’Henry est fou devant lui. Son plan réussit car le petit garçon part en courant suivit d’Emma.

Lorsque la reine rentre dans son château, le valet se précipite pour lui demander ce qu’elle doit faire pour que la malédiction marche. Dans un premier temps elle ne veut pas lui répondre mais elle finit par lui avouer qu’elle doit arracher le cœur de la personne qu’elle aime le plus. Le valet comprend alors qu’il s’agit de son propre cœur et il dit à la reine qu’elle n’est pas obligée de faire ça et qu’elle peut commencer une nouvelle vie ailleurs et être heureuse. La reine lui répond qu’elle ne sera pas heureuse car tout ce qu’elle a bâtit sera détruit et elle n’aura plus de pouvoir. Elle commence alors à pleurer et le valet la prend dans ses bras en lui disant que le choix lui appartient. La reine, qui appelle maintenant le valet « papa », lui dit qu’elle ne sait pas quoi faire et soudain elle arrache le cœur de son père.

Emma se rend à l’appartement de Mary Margaret pour la remercier et lui rendre l’argent de la caution. Mary lui dit qu’elles ont besoin de parler et la laisse rentrer à l’intérieur. Emma lui annonce qu’elle a décidé de quitter Storybrooke car elle pense que c‘est mieux pour Henry. Mary lui fait prendre conscience qu’Henry ne sera pas bien si elle quitte la ville. Emma se rend ensuite au cabinet d’Archie où Henry est en pleine séance. Le garçon est complètement déprimé et ne veut parler à personne. Emma lui dit qu’il ne doit pas croire ce qu’il a entendu car elle disait à Regina uniquement ce qu’elle voulait entendre. Elle lui dit aussi qu’elle a lut les pages du livre et qu’elles sont dangereuses. Elle se lève et les jettent dans la cheminée pour que personne ne puisse les voir. Le garçon se lève et enlace sa mère qui lui rend son étreinte.

Dans le monde magique, la reine jette le cœur de son père dans le feu. Aussitôt une épaisse fumée noire se repend dans le royaume. Plus tard on voit la reine déposer une rose noir sur la tombe de son père qui s’appelait « Henry ».

Regina est en train de s’occuper de son pommier lorsque M. Gold arrive. Regina annonce fièrement dit qu’elle a enfin débarrassé la ville d’Emma. Gold lui répond qu’il vient de la croiser et qu’il se ferait une joie d’aider le maire à se débarrasser d’Emma contre un prix bien entendu. Regina lui répond qu’elle ne veut plus passer d’accord avec lui. Gold comprend qu’elle fait référence au fait qu’il a donné un enfant à Regina et lui demande comment elle a trouvé un si joli prénom.  Regina réalise que ce n’est pas un hasard si Emma a retrouvé Henry. Elle lui demande qui est en réalité cette femme et Gold refuse de lui répondre. Il attrape une pomme, mort dedans, et part.

 

-[Monde Réel]-

Henry regarde l’horloge alors qu’elle bouge un peu et il sourit. Les aiguilles tournent rapidement pendant que la nuit se termine et qu’un nouveau jour se lève. Le jour suivant, Mary Margaret prend son petit déjeuner près de sa fenêtre et voit que l’horloge a bougé. Dans sa chambre, Emma regarde aussi à sa fenêtre. Dans le centre-ville, Archie traverse la rue avec son chien et croise Mr. Gold. Ruby met un panneau devant le Granny’s Diner. Chez elle, Regina lit le livre d’Henry mais les dernières pages ont été déchirées. Elle ferme brusquement le livre et rentre dans la chambre de son fils. Elle se place derrière lui en ouvrant le livre au niveau des pages manquantes.

Regina : Il manque des pages à ce livre. Dis-moi où elles sont.

Henry : C’est un très vieux livre. Et il est abimé. En quoi ça te dérange ?

Regina : Ça me dérange parce que tu me prends pour une méchante reine. Et ça me blesse, Henry. Je suis ta mère.

Henry : C’est faux, et tu le sais.

Regina : Alors, c’est qui ? La femme que tu as ramenée ici ? Je n’aime pas l’influence qu’elle et ce livre ont sur toi. Heureusement, les deux problèmes sont résolus. Quoi encore ?

La cloche sonne, ce qui alerte Regina. Elle se retourne d’un coup et Henry en profite pour partir.

------------------------------

Regina est seule devant l’horloge mais elle est rejointe par Archie et son chien.

Archie : Hey, ça pour une surprise ! Les entrailles rouillées de cette vieille horloge ont décidé de se remettre en marche.

Regina se retourne et voit la voiture d’Emma garée sur le bord de la route.

Regina : Oui, pour une surprise, c’en est une.

------------------------------

Emma fait entrer Regina dans sa chambre. Elle tient un panier de pommes dans les bras.

Regina : Vous saviez que le Honeycrisp est le plus robuste et le plus vigoureux  de tous les pommiers ? Il peut supporter des températures inférieures à moins vingt degrés et continuer à pousser. Il résiste à toutes les tempêtes. J’en ai un dont je m’occupe depuis que je suis enfant. Et je dois dire que je n’ai jamais rien goûté de plus délicieux que le fruit qu’il produit.

Emma prend la pomme que Regina lui tend.

Emma : Merci.

Regina : Considérez ça comme un cadeau de départ.

Regina lui tend maintenant le panier entier mais Emma ne le prend pas.

Emma : Finalement, je vais rester un peu.

Regina : Je ne suis pas sûre que ce soit une si bonne idée que ça. Henry a déjà assez de problèmes. Votre présence risque de le perturber.

Emma : Malgré tout le respect que je vous dois, le fait que vous m’ayez déjà menacée deux fois en douze heures me donne encore plus envie de rester à Storybrooke.

Regina : Depuis quand les pommes sont une menace ?

Emma : Je suis capable de lire entre les lignes. Tout ce que je veux, c’est m’assurer que tout ira bien pour Henry.

Regina : Tout ira bien, soyez tranquille. Ses petits soucis vont s’arranger. Il est pris en charge à ce niveau là.

Emma : Qu’est-ce que ça veut dire ?

Regina : Ça veut dire qu’il est suivi par un psychiatre. Je gère la situation. Faites-moi confiance, une seule d’entre nous sait ce dont Henry a besoin.

Emma : Oui, je commence à croire que vous avez raison sur ce point là.

Regina : Il est temps de vous en aller.

Emma : Sinon quoi ?

Regina : Ne me sous-estimez pas, Mademoiselle Swan. Vous n’avez aucune idée de ce que je suis capable de faire.

-[Monde des Contes de Fées]-

Regina : Je jure de réduire à néant votre bonheur.

La Méchante Reine est au mariage de Blanche-Neige et Prince Charmant.

Regina : Je jure de le faire quoi qu’il m’en coûte.

Elle se retourne et se dirige vers la porte. Prince Charmant l’interpelle. Il lance son épée sur elle mais elle se dissipe avant qu’elle ne l’atteigne. L’épée vient se planter dans le mur d’un autre château et la Reine apparait à l’intérieur d’une salle. Un homme s’approche d’elle  en tenant des verres sur un plateau.

L’homme : Tu désires boire quelque chose ?

Regina : J’ai l’air d’avoir envie d’un verre ?

L’homme : Je voulais simplement me rendre utile.

Il lui tend quand même un verre et elle le prend.

Regina : Merci.

Un visage apparait dans le miroir derrière eux.

Le miroir : C’est une menace terrible que tu viens de proférer. Détruire leur bonheur à tous ? Comment comptes-tu y parvenir ?

Regina : Grâce au sort noir.

L’homme : Tu es sérieuse, vraiment ?

Le miroir : Tu disais que tu n’y aurais jamais recours.

L’homme : Tu as fait un pacte quand tu as renoncé à ce sort.

Le miroir : Tu as conclu un marché.

L’homme : Elle ne sera pas heureuse de te revoir.

Regina : Et alors, depuis quand je me soucie du bonheur de quiconque à part moi ? Va préparer mon attelage. Nous nous rendons à la forteresse interdite.

------------------------------

Le carrosse de la Reine avance dans la neige vers un château noir situé un peu plus loin en hauteur.

Maléfique : Comment te portes-tu, ma chère ?

Regina et Maléfique sont assises devant un cheminée. Une petite licorne noire est à côté de Maléfique.

Regina : À merveille.

Maléfique : Vraiment ? Si j’étais à ta place, ce serait pour moi un supplice de voir ce flocon de neige aussi heureux et épanoui. Je crois me rappeler que tu avais le même âge qu’elle à l’époque  où tu devais te marier, avant qu’elle vienne tout gâcher. Oui, c’est bien ça.

Regina : Oui, je devais avoir à peu près l’âge que tu avais quand cette Belle au Bois Dormant t’a fait mordre la poussière, ma chère Maléfique.

Maléfique : Je m’en suis remise. Et tu feras de même. Du moins, je l’espère.

Regina : Ça suffit, assez plaisanté. Tu sais pourquoi je suis là. Je veux récupérer mon sort.

Maléfique : Il ne t’appartient plus. Un marché est un marché. Tu me l’as donné en échange de mon charme du sommeil.

Regina : Qui n’a pas fonctionné. Un simple baiser a suffit à le rompre. S’il te plaît, rends-moi ce qui m’appartient.

Maléfique : Le sort noir ? Pourquoi ? Tu sais pourtant que même un sort aussi puissant et maudit que celui-là ne ramène personne d’entre les morts. Tu as pensé à prendre un animal de compagnie ? Ils sont souvent d’un grand réconfort.

Regina : La seule chose qui peut me réconforter est de voir Blanche-Neige souffrir.

Maléfique : Eh bien, c’est sa nuit de noces. Je doute fort qu’elle souffre à l’heure qu’il est.

Regina : J’exige ce sort. Je sais que tu le dissimule dans ce globe.

Maléfique : Je le cache pour le bien de tous, chère amie. À côté de celui ou celle qui a créé cette monstruosité, toi et moi sommes des êtres… recommandables. Qui te l’avait donné, au juste ?

Regina : Peu importe. Cela ne te regarde pas. Rends-le-moi.

Regina se lève et le château tremble.

Maléfique : Doit-on vraiment en arriver là ?

Regina : Je le crains, malheureusement.

Regina forme une boule de feu et la lance sur Maléfique qui la fait disparaitre à l’aide de son sceptre magique. Regina rassemble alors plusieurs armes derrière elle et les dirige vers la petite licorne.

Maléfique : Non !

Maléfique saute devant son animal et déjoue une nouvelle fois l’attaque de Regina. La Méchante Reine fait alors tomber le lustre sur Maléfique, l’enserre dedans et l’envoie contre le mur. Regina s’empare du sceptre.

Regina : L’amour est une faiblesse. Je croyais que tu le savais ?

Maléfique : Si tu veux m’anéantir, vas-y, tue-moi.

Regina : Pourquoi voudrais-je te tuer ? Tu es ma seule amie.

Maléfique : Ce sort est dangereux, renonces-y. Il y a des limites que même toi et moi nous ne devrions pas franchir.

Regina brise la boule sur le bâton, prend le parchemin et le lit.

Maléfique : Quel que soit le pouvoir, il y a toujours un prix un payer. Tu vas provoquer des ravages sans précédent. Ça va laisser un terrible vide tout au fond de toi. Un vide que tu ne parviendras plus jamais à combler.

Regina : Qu’il en soit ainsi.

Regina s’en va.

------------------------------

La Méchante Reine, ainsi que d’autres personnages sont rassemblés autour d’un feu, à l’orée d’une forêt.

Regina : Qui parmi nous en a assez de perdre ? C’est pour cela que je vous ai fait venir.

Regina jette plusieurs objets dans le feu.

Regina : Nous allons enfin laisser cette vie misérable derrière nous. Aujourd’hui, nous proclamons la victoire. Et nous partons pour un royaume meilleur. Un royaume où nous pourrons enfin gagner.

La Sorcière Aveugle : Et où nous connaitrons le bonheur ?

Regina : Je vous le garantis. Mais pour cela, vous devez me donner quelque chose. Il faut que les êtres aux âmes les plus noires sacrifient une mèche de leurs cheveux. Vous allez devoir me faire confiance. Parce que si vous refusez, j’userai d’autres moyens.

Regina fait bouger les arbres qui encerclent toutes les personnes autour du feu. Tout le monde panique et lui donne une mèche.

Regina : Sage décision.

Elle met les cheveux dans le feu et les arbres reviennent à leur place.

Regina : Il ne reste plus qu’à ajouter l’ingrédient final.

L’homme que l’on a vu au château lui tend un coffre. Elle l’ouvre et en sort un cœur.

Regina : Un cœur précieux entre tous. Il appartenait à l’étalon que j’avais enfant. Un animal noble dont la mort va nous conduire tous ensemble à la victoire. Que ma terrible colère se déchaine.

Regina jette le cœur dans le feu et une grosse fumée noire apparait, puis elle disparait tout à coup. Quelqu’un rit.

Le lutin : Ouais, je sais pas ce que vous avez déchainé, mais c’était drôle.

Regina transforme le lutin en pierre.

-[Monde Réel]-

Le même lutin est maintenant dans le jardin de Regina. Elle cueille des pommes dans son arbre.

Sidney : Le Mirror a encore frappé.

Un homme tenant fièrement un journal s’approche de Regina. Emma est sur la une.

Regina : Tu es en retard.

Sidney : Désolé, je voulais te montrer la dernière édition. Et je t’assure que j’ai fais un beau travail de sape contre cette fille.

Regina : C’est pas ce que je t’ai demandé. Qu’est-ce que tu as trouvé sur elle ?

Sidney : Pour tout te dire, pas grand chose. Elle a passé pas mal de temps en familles d’accueil. Et gamine elle a eu des problèmes avec la justice. Mais, impossible d’avoir plus de détails. Depuis, elle se tient à carreau. Elle a pas mal bougé. La seule chose intéressante que j’ai apprise, c’est qu’elle ne tient pas en place.

Regina : Apparemment, ça a changé.

Sidney : Je sais pas si tu le sais, mais elle a eu Henry quand elle vivait à Phoenix. Comment elle a atterri ici ?

Regina : Donc si j’ai bien compris ce que tu me dis, tu n’as aucune information de valeur. Ce qui signifie que tu n’as aucune valeur. Et tu sais ce que je fais des choses qui n’ont aucune valeur pour moi ? Je m’en débarrasse.

Sidney : Je vais creuser un peu plus.

------------------------------

Emma est assise au bar du Granny’s Diner en train de lire le journal. Elle est sur le point de croquer une pomme mais Ruby lui sert un chocolat chaud.

Emma (dans sa tête) : Une inconnue percute un panneau historique.

Ruby : Et voilà.

Emma : Merci. Mais, j’ai pas commandé ça.

Ruby : Oui, je sais. Vous avez un admirateur.

Emma se retourne et voit Graham assit à une table. Elle le rejoint.

Graham : Ah, vous avez décidé de rester.

Emma : Vous êtes observateur, c’est une bonne chose pour un shérif.

Graham : Bonne nouvelle pour le secteur touristique, mauvaise nouvelle pour les panneaux de la ville. C’était… C’était une plaisanterie. Par rapport au panneau dans lequel vous avez foncé l’autre soir.

Emma : Ecoutez, c’est gentil de m’offrir un chocolat chaud, et je suis impressionnée que vous ayez deviné que je le bois avec de la cannelle parce que très peu de gens aiment ça, mais je suis pas venue ici pour me faire draguer. Alors merci beaucoup, mais vous perdez votre temps.

Emma pose la tasse sur la table.

Graham : Ça vient pas de moi.

Henry est assit à une autre table et se retourne. Il se lève et s’approche d’eux.

Henry : Ça vient de moi. J’aime la cannelle moi aussi.

Emma : T’as pas école, toi ?

Henry : Si, j’ai dix ans. Accompagne-moi.

------------------------------

Emma et Henry marchent et traversent la rue.

Emma : Alors, c’est quoi le souci entre ta mère et toi ?

Henry : J’ai pas envie de parler de ça. Mais du sort qu’elle a jeté. Il faut le rompre, et vite. Heureusement, j’ai un plan. Etape numéro un : l’identification. J’ai décidé d’appeler ça l’Opération Cobra.

Emma : Cobra ? Ça a aucun rapport avec les contes.

Henry : Justement, c’est un nom de code. Pour mettre la Reine sur une fausse piste.

Emma : Alors tous les gens d’ici sont des personnages de contes, mais ils sont pas au courant.

Henry : Ils sont ensorcelés. Dans cette ville, le temps s’est arrêté. Jusqu’à ce que t’arrives.

Emma est sur le point de mordre dans la pomme.

Henry : Hey ! Où t’as trouvé ça ?

Emma : C’est ta mère qui me l’a donnée.

Henry lui prend des mains et jette la pomme derrière eux.

Henry : La mange pas !

Emma : D’accord, euh… Alors ils se souviennent pas de leur passé.

Henry : Ils ont pas de souvenir. Tout est très confus pour eux. Demande à n’importe qui de te raconter sa vie et tu verras.

Emma : Donc, depuis des décennies, ces personnes ignorent tout de leur identité, ne vieillissent pas et ne peuvent pas quitter la ville, tout ça à cause d’une malédiction qui leur a fait perdre la mémoire.

Henry : Tu vois ! T’as tout compris. C’est pour ça qu’on a besoin de toi. T’es la seule personne à pouvoir rompre le sortilège.

Emma : Parce que je suis la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant ?

Henry : Oui. Et maintenant, toi et moi on a un énorme avantage. Ma mère sait pas qui tu es parce que j’ai déchiré la fin du livre. La partie qui parle de toi.

Henry sort une feuille de son sac et la tend à Emma. C’est un dessin de Prince Charmant blessé, tenant un bébé nommé Emma dans ses bras.

Henry : Tu vois, c’est forcément eux tes parents.

Emma : Ecoute, petit…

Henry : Au départ, le héros veut jamais croire qu’il en est un. S’il y croyait, ça ferait pas une très bonne histoire, hein ? Si t’as besoin de preuves, garde ces pages. Lis-les tranquillement mais fais très attention. Laisse surtout pas la Reine les voir. C’est trop dangereux, si jamais elle découvre qui tu es… Ça finira très mal.

Ils arrivent à l’école.

Henry : Bon il faut que j’y aille, mais je te rejoins tout à l’heure et on pourra commencer. Je savais que tu finirais par me croire !

Emma : Qui a dit que je te croyais ?

Henry : Pourquoi tu serais encore là sinon ?

Henry cours pour rentrer dans l’école. Mary Margaret se retourne et s’approche d’Emma.

MMB : Ça faisait longtemps que je l’avais pas vu sourire.

Emma : J’ai rien fait du tout.

MMB : Vous êtes restée. Regina, elle sait que vous encore là ?

Emma : Oh oui, elle le sait. D’ailleurs d’où elle sort ? Elle est carrément odieuse. Comment elle a pu être élue ?

MMB : Elle est maire de la ville depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. Personne n’a jamais eu le courage de se présenter contre elle. Elle inspire à tout le mode une forme de… disons de crainte. Et je me demande si j’ai pas aggravé le problème en donnant ce livre à Henry. Maintenant il  l’a prend pour la Méchante Reine.

Emma : Et vous, pour qui il vous prend ?

MMB : Oh, c’est…c’est ridicule.

Emma : Ça peut pas l’être plus que ce qu’il m’a raconté. Dites-moi.

MMB : Blanche-Neige. Et vous, il croit que vous êtes qui ?

Emma : Je suis pas dans le livre. J’ai un service à vous demander. Regina m’a dit qu’Henry voyait un psy. Vous savez où je pourrais le trouver.

------------------------------

Archie est dans son bureau quand Emma entre.

Emma : Bonjour.

Archie : Emma Swan. Justement je… je lisais un article sur vous. Laissez-moi deviner. Vous venez parce que vous souffrez de stress post-traumatique ?... Le diagnostic est gratuit.

Emma : Non, je suis venue vous parler d’Henry.

Archie : Je suis navré. Je ne peux pas vous révéler ce que…

Emma : Non, non, non, bien sûr. En fait, je veux juste savoir une chose. Cette obsession pour les contes, d’où ça peut venir au juste ? Enfin, il croit que tous ceux qui l’entourent sont des personnages de son bouquin. Et c’est… C’est dingue.

Archie : J’espère que vous ne parlez de cette manière devant lui. Je veux dire, le mot dingue est… destructeur sur le plan psychique. Parce que toutes ces histoires… constituent son langage. Il ne sait pas comment exprimer des émotions complexes, alors il les traduit de cette manière. C’est sa façon de communiquer. Et finalement, on pourrait dire que ce livre… l’aide à gérer ses problèmes.

Emma : Mais ça fait à peine un mois qu’on le lui a donné. Est-ce que vous le suiviez déjà avant ça ?

Archie : Euh… En fait, oui.

Emma : Alors c’est Regina, l’origine du problème ?

Archie : Euh… Sa mère est une personne très complexe. Et, euh, au fil des années ses efforts pour se rapprocher d’Henry ont plutôt eu l’effet inverse. Vous devriez peut-être lire son dossier. Euh, vous comprendriez mieux ce que je veux dire.

Archie ouvre un tiroir et un sort un dossier qu’il donne à Emma.

Emma : Pourquoi vous faites tout ça ?

Archie : Il parle souvent de vous ces temps-ci. Vous êtes importante pour lui.

Emma : Merci.

Archie : Mais, euh, pensez à me le rendre, d’accord ?

Archie ouvre la porte pour faire sortir Emma.

Archie : Et, Mademoiselle Swan. Dans l’intérêt de cet enfant, prenez garde à ce que vous dites sur l’univers qu’il s’est créé. Détruire son imagination pourrait être, euh, dévastateur.

Emma s’en va et Archie ferme la porte. Il va vers son téléphone et compose un numéro.

Archie : Vous aviez raison. Elle est venue ici.

Regina est de l’autre côté du combiné, dans son bureau.

Regina : Est-ce qu’elle a pris le dossier ?

Archie : Oui. Comment vous saviez qu’elle allait passer ?

Regina : Parce que c’est moi qui lui ai donné l’idée.

------------------------------

Emma est assise sur son lit, en train de lire le dossier d’Henry. Quelqu’un frappe à la porte et elle se lève pour aller ouvrir. Graham est sur le seuil.

Emma : Tiens, encore vous. Et si vous vous inquiétez pour les petits panneaux « ne pas déranger », je vous rassure tout de suite, je les ai pas touché.

Graham : En fait, je viens vous parler du Docteur Hopper. Il semblerait que vous ayez eu une petite altercation avec lui tout à l’heure ?

Emma : Non.

Graham : Ça m’étonnait aussi. Etant donné votre nature conciliante et réservée… D’après lui vous avez demandé à voir le dossier d’Henry. Il a refusé et du coup, vous êtes revenue le voler.

Emma : C’est lui qui me l’a donné.

Graham : L’ennui, c’est que sa version diffère de la votre. Je peux fouiller votre chambre ou… il faut que je demande un mandat ?

Emma le laisse entrer et lui montre le dossier dont les feuilles sont éparpillées sur son lit.

Emma : C’est ça que vous cherchez ?

Graham : Oui, merci de votre coopération. Mais, malheureusement, je dois vous arrêter. Encore.

Emma : Vous savez très bien qu’il s’agit d’un coup monté.

Graham menotte Emma.

Graham : Un coup monté, rien que ça. Et par qui ?

------------------------------

Regina marche vers l’endroit où Mary Margaret et sa classe sont assis.

MMB : …On l’appelle aussi dioxyde de carbone. Sa formule est CO2.

Mary Margaret s’arrête net lorsqu’elle entend Regina. Elle se lève de sa chaise et va à sa rencontre.

Regina : Hum. Puis-je parler à mon fils ?

MMB : On est au beau milieu d’une leçon. C’est vraiment urgent ?

Regina : Vous croyez que je serais venue si ça ne l’était pas ?

Regina laisse Mary Margaret perplexe et prends son fils à part.

Regina : Henry, j’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer. La femme que tu as fait venir ici - elle vient de se faire arrêter. Elle est entrée par effraction dans le cabinet du Docteur Hopper et a volé ses dossiers. C’est une arnaqueuse professionnelle. Elle voulait en savoir plus sur nous pour pouvoir abuser de notre confiance. C’est pour ça qu’elle est restée en ville. Je suis vraiment désolée.

Henry : Non, tu l‘es pas.

Regina : Je sais que tu es persuadé du contraire, mais je veux simplement te protéger des personnes mal intentionnées. Ça va nous rapprocher tous les deux, tu verras. Tout va s’arranger maintenant.

La cloche sonne.

Henry : La leçon est pas finie. Il faut que j’y aille.

Henry retourne vers Mary Margaret.

------------------------------

Au poste du shérif, Graham prend des photos d’identités d’Emma.

Emma : Vous savez que le psy a menti, hein ?

Graham : Profil droit, s’il vous plait. Pourquoi il aurait menti ?

Emma : C’est Madame le Maire qui l’a obligé à le faire. Elle doit savoir un truc sur lui. Et il a peur d’elle, comme tout le monde dans cette, euh… cette ville.

Graham : Profil gauche. Regina peut paraître légèrement intimidante, mais je crois pas qu’elle irait jusqu’à monter un coup de ce genre.

Emma : Alors jusqu’où elle irait ? Dans quoi elle trempe ?

Graham : C’est le Maire. Elle trempe dans tout ici.

Emma : Y compris dans les affaires de la police ?

Henry et Mary Margaret rentrent dans la pièce.

Henry : Coucou!

Graham : Henry ? Mais qu’est-ce que tu fais là ?

MMB : Sa mère lui as dit ce qu’il s’était passé.

Emma : Evidemment qu’elle lui a dit. Henry, je sais pas ce qu’elle t’a raconté…

Henry : Franchement, t’es géniale !

Emma : Quoi ?

Henry : Je sais ce que t’as essayé de faire. T’es partie à la pêche aux infos… pour l’Opération Cobra.

Graham : Attendez, je… Je suis un peu perdu, là.

Henry : C’est un truc entre nous, shérif. Tout ce que vous devez savoir, c’est que Mademoiselle Blanchard va payer sa caution.

Emma : C’est vrai ? Pourquoi ?

MMB : Je… J’ai confiance en vous.

Emma : Bon, vous pouvez me retirer les menottes. Il faut que j’aille faire un truc.

------------------------------

Regina est assise derrière son bureau quand on entend un bruit. Elle se lève, regarde par la fenêtre et voit Emma  en train de couper son pommier avec une scie électrique. Elle court à sa rencontre.

Regina : Je peux savoir ce que vous faites ?

Emma : Je ramasse des pommes.

Regina : Vous êtes devenue folle.

Emma : Non, c’est vous qui l’êtes. Si vous croyez que votre petit piège minable va suffire à me faire peur, il va falloir trouver mieux. Refaites-moi un coup pareil, et je reviens couper le reste du pommier. Parce que vous avez aucune idée de ce que, moi, je suis capable de faire.

Emma s’en va.

Emma : À vous de jouer.

-[Monde des Contes de Fées]-

Regina et l’homme que l’on a vu au château sont à l’endroit où elle a essayé de jeter son sort.

L’homme : Au fond, c’est peut-être mieux ainsi. Les forces que tu invoques sont plus obscures que nous ne pouvons l’imaginer.

Regina : Oh. Qu’est-ce qu’il y a ? Tu cherches à me protéger maintenant ?

L’homme : C’est ce que j’ai toujours fait.

Regina : Je sais. Tu es le seul à le faire.

L’homme : Le seul but de ma vie est de te venir en aide.

Regina : Alors aide-moi à comprendre pourquoi le sort n’a pas marché.

L’homme : Si tu veux vraiment le savoir, tu dois retourner voir la personne qui a bien voulu te le céder au départ. La vengeance est une route sombre et terriblement solitaire. Une fois qu’on l’a empruntée, on ne peut plus revenir en arrière.

Regina : Je ne laisse rien derrière moi que je pourrais regretter.

------------------------------

Des souris sont en train de manger une pomme puis on voit Rumplestiltskin dans son cachot.

Rumplestiltskin : Nous sommes seuls, très chère. Tu peux te montrer.

Une des souris se transforme en fumée et Regina apparaît.

Regina : Le sort que tu m’as donné - il n’a pas marché.

Rumplestiltskin : Oh. Tu es soucieuse. Tellement, tellement soucieuse. Comme Blanche-Neige et son charmant nouvel époux.

Regina : Plaît-il ?

Rumplestiltskin : Il sont venus me rendre visite, eux aussi. Ils vivent dans l’angoisse… Ils ont peur de toi et du sort.

Regina : Qu’est-ce que tu leur as dit exactement ?

Rumplestiltskin : La vérité. Que face aux ténèbres, nul ne peut rien. Excepté, bien sûr, leur enfant à naître. Car vois-tu, aussi puissant qu’ils soient, tous les sorts peuvent être rompus. L’enfant est la clé. Bine entendu, le sort doit d’abord être jeté.

Regina : Dis-moi pourquoi j’ai échoué.

Rumplestiltskin : Pour ça, il y a un prix à payer.

Regina : Qu’est-ce que tu veux ?

Rumplestiltskin : C’est simple. Dans ce nouveau monde, je veux une vie confortable. Je veux une vie agréable.

Regina : Très bien. Tu auras des terres. Tu seras riche. 

Rumplestiltskin : Attends, je n’ai pas terminé. Il y a autre chose.

Regina : Avec toi, il y a toujours autre chose.

Rumplestiltskin : Oui, c’est vrai… Dans ce nouveau monde, si je viens te voir pour quelque raison que ce soit, tu devras satisfaire à la moindre de mes exigences. Tu devras faire tout ce que je te demanderai. À condition que je dise… « S’il te plaît ».

Regina : Tu es conscient que si je réussi, tu ne te rappelleras pas cette conversation.

Rumplestiltskin : Oh. Et bien dans ce cas, vas-y. Qu’est-ce que tu risques ?

Regina : Accordé. Que dois-je faire pour que la malédiction s’accomplisse ?

Rumplestiltskin : Tu dois sacrifier un cœur.

Regina : J’ai sacrifié celui de mon fidèle destrier.

Rumplestiltskin : Un cheval ? Je te donne le sort qui anéantit tous les autres, et toi tu crois qu’un cheval va suffire ? Un pouvoir aussi grand demande un grand sacrifice. Le cœur dont tu as besoin devra venir d’un être beaucoup plus… beaucoup plus précieux.

Regina : Dis-moi ce qui suffirait.

Rumplestiltskin : Le cœur de l’être que tu aimes le plus au monde.

Regina : Celui que j’aime le plus au monde est mort à cause de Blanche-Neige.

Rumplestiltskin : Oh. Et il n‘y a personne d’autre que tu aimes sincèrement ? Jeter un tel sort ne sera pas facile. La vengeance ne l’est jamais, ma douce. C’est pourquoi il y a une petite question que tu dois te poser. Jusqu’où es-tu prête à aller pour te venger ?

Regina : Aussi loin qu’il le faudra.

Rumplestiltskin : Dans ce cas, prouve-le, au lieu de nous faire perdre notre temps. Fais ce que tu as à faire. Tu sais très bien qui tu aimes. Alors va lui arracher le cœur.

-[Monde Réel]-

Emma rentre dans sa chambre à l’hôtel et Granny est juste derrière elle.

Granny : Mademoiselle Swan ? Comment vous dire ça ? C’est affreusement gênant. Je vais devoir vous demander de partir. En fait, nous avons interdiction d’héberger des délinquants. Apparemment, il s’agit d’un arrêté local.

Emma : Laissez-moi deviner. Le bureau du Maire vient de téléphoner pour vous le rappeler.

Granny : Vous pouvez prendre le temps de faire vos valises, mais je dois reprendre la clé de la chambre.

Emma lui donne les clés.

------------------------------

Regina est en train de ramasser les pommes qui sont tombées par terre. Graham arrive derrière elle.

Regina : Elle a dégradé des biens appartenant à la ville. Je veux qu’elle soit arrêtée.

Graham : Encore ?

Regina : Tu attends quoi pour le faire ?

Graham : Je suis pas convaincu que ce qu’elle ait fait justifie une arrestation. Et c’est pas du pommier que je parle, là. On sait tous les deux qu’elle a pas volé ce dossier.

Regina : Oh, tu crois ça ?

Graham : Elle a eu l’air plutôt surprise quand je lui ai dit de quoi elle était accusée.

Regina : C’est parce qu’elle n’aime pas se faire coincer.

Graham : Ou parce qu’on l’a piégée. Si c’est le cas, ça veut dire que le Docteur Hopper a menti. Et s’il a menti, ça veut dire que quelqu’un lui a demandé de le faire. Tu penses pas que sa mauvaise conscience pourrait le pousser à avouer la vérité ?

Regina : Je crois surtout que ton attirance pour cette fille te fait perdre tout discernement. Mais n’oublie pas que tu n’es plus dans la cours du lycée, c’est moi qui t’ai fait shérif. Et que je peux te faire remplacer aussi vite.

Graham : Si tu veux que je l’arrête à nouveau, je le ferai.

Regina : Bien.

Graham : Mais elle va revenir à la charge. Et je sais que toi aussi tu vas revenir à la charge. Tu feras tout pour la forcer à s’en aller, tu finiras peut-être par y arriver.

Regina : Non, je vais y arriver. C’est mon fils. Et le mieux pour lui, c’est qu’elle parte.

Graham : Je sais que t’en es persuadée. Mais si les choses s’enveniment entre elle et toi, il me semble que celui qui va le plus en souffrir, c’est Henry.

------------------------------

Emma marche sur le trottoir et voit que sa voiture à une botte. Son téléphone sonne et quand elle répond, Regina parle. Elle marche vers sa voiture en même temps qu’elle parle.

Emma : Allo ?

Regina : Mademoiselle Swan ? Je pourrais continuer à vous montrer l’entendue de mes pouvoirs ,mais je suppose que ça ne feras que vous conforter dans votre volonté de rester ?

Emma : Ça, c’est rien de le dire.

Regina : Dans ce cas, je pense qu’il est temps de faire une trêve.

Emma pose son manteau sur le siège de sa voiture et referme la porte en la claquant.

Regina : Mon bureau est à cinq minutes en voiture. Ou vingt à pied, comme vous voulez.

Emma raccroche.

------------------------------

Regina et Emma sont dans le bureau de Regina.

Regina : Avant toute chose, j’aimerais vous présenter mes excuses. J’y tiens.

Emma : Pardon ?

Regina : Il va falloir que j’accepte la réalité. Vous voulez rester ici.

Emma : Oui, c’est ce que je veux.

Regina : Et vous voulez me reprendre mon fils.

Emma : Attendez, que ce soit bien clair. Je n’ai jamais eu l’intention de le reprendre à qui que ce soit.

Regina : Alors, qu’est-ce que vous venez faire ici ?

Emma : Je suis pas faite pour être mère, ça me parait assez évident. Mais j’ai eu cet enfant, et aujourd’hui je m’inquiète pour lui. Alors je veux m’assurer qu’il va bien. Plus vous essayez de m’éloigner, moins j’ai envie de partir. Surtout quand je vois à quel point il est perturbé.

Regina : Vous le trouvez perturbé ?

Emma : Oui, il est suivi par un psy. Et j’ai eu le temps de lire quelques pages de son dossier avant que vous me fassiez arrêter. Mais ça, c’est un autre problème. Il croit que tous les habitants de cette ville sont des personnages de contes.

Regina : Et vous, non ?

Emma : Soyons sérieuses une seconde. Ce pauvre gamin fait pas la différence entre l’imaginaire et la réalité. Et ça empire de jour en jour. C’est complètement dingue.

Henry, qui a tout entendu, apparaît derrière elle.

Henry : Tu crois que je suis dingue ?

Emma : Henry…

Henry s’enfuit en courant.

Emma : Il est là depuis combien de temps ?

Regina : Suffisamment longtemps.

Emma : Vous saviez qu’il allait venir.

Regina : Est-ce que je sais que mon fils vient me voir au bureau à 17 heures précises tous les jeudis pour que je l’emmène diner avant sa séance chez le Docteur Hopper ? Bien sûr que je le sais. Je suis sa mère. À vous de jouer.

Emma : Vous n’avez pas de cœur. Qu’est-ce qui vous a rendu aussi odieuse ?

Emma s’en va.

-[Monde des Contes de Fées]-

Regina marche le long d’un couloir dans son château et les miroirs sur le mur s’allument tour à tour.

Le miroir : Que s’est-il passé ? Qu’a-t-il répondu ? Que vas-tu faire ? Ma Majesté ? Ma Majesté ?

Regina entre dans une salle où l’homme que l’on a déjà vu, qui s’appelle Henry, est en train d’allumer des bougies.

Henry : Est-ce que Rumplestilitskin t’a dit ce que tu voulais savoir ?

Regina : Oui.

Henry : Alors ?

Regina : Je ne sais pas si je devrais te le dire. J’avoue que j’hésite.

Henry : C’est si terrible que cela ? Je peux peut-être t’aider.

Regina : Je dois arracher le cœur de l’être que j’aime le plus au monde.

Henry : Moi ?

Regina : Papa, je ne sais pas quoi faire.

Henry : Ma chérie, je t’en conjure. Rien ne t’oblige à aller jusque là.

Regina : Mais je ne peux pas continuer comme ça.

Henry : Dans ce cas, tourne la page. Tu vas penser que je dis ça dans mon propre intérêt, mais tu n’es pas forcée de jeter le sort noir.

Regina : Si, je le suis. Je ne supporte plus de vivre ainsi. Quand je pense à ce que Blanche-Neige m’a fait subir, à ce qu’elle m’a pris. La colère que je ressens me ronge de l’intérieur. Le simple fait qu’elle existe m’est insupportable. Elle doit être punie pour le mal qu’elle m’a fait.

Henry : Mais, si le prix à payer est un vide en toi que tu ne pourras jamais combler, pourquoi t’obstiner ? Cesse de te morfondre, de penser constamment à Blanche-Neige. Fais table rase du passé. On pourrait recommencer une nouvelle vie.

Regina : Mais quel genre de vie? Tout ce que j’ai créé, ce pour quoi je me suis battue, sera anéanti. Mes pouvoirs disparaîtront un à un. Ils disent déjà que ne suis plus rien.

Henry : Le pouvoir est très attirant. Mais l’amour l’est aussi. Tu pourrais aimer à nouveau.

Regina tombe dans les bras de son père.

Regina : Je voudrais seulement être heureuse, moi aussi.

Henry : Tu le seras, j’en suis certain. Si on nous accorde une autre chance, nous parviendrons à trouver le bonheur. Toi et moi. Mais c’est à toi de choisir ta voie.

Regina : Je crois que tu as raison. Je peux être heureuse… mais pas ici.

Regina arrache le cœur de son père.

Regina : Je te demande pardon…

-[Monde Réel]-

Mary Margaret est chez elle, en train de coudre quand elle entend quelqu’un frapper à la porte. Elle va ouvrir et trouve Emma derrière sa porte.

Emma : Salut. En fait, je suis venue pour vous remercier et… vous rembourser pour la caution.

Emma donne une enveloppe à Mary Margaret.

MMB : Vous avez l’air d’avoir besoin de parler.

------------------------------

Emma est maintenant attablée chez Mary Margaret et boit un chocolat chaud. Mary Margaret arrive avec des biscuits.

Emma : De la cannelle ?

MMB : Oh, oui pardon. J’aurai dû vous demander avant. J’ai des gouts un peu bizarres. Ça vous dérange ?

Emma : Pas du tout. Non merci. Quand vous avez payé ma caution, vous avez dit que vous aviez confiance en moi. Pourquoi ?

MMB : C’est très étrange. Dès que vous êtes arrivée, j’ai eu l’impression qu’on se connaissait déjà depuis pas mal de temps. Je sais que ça peut paraître dingue mais…

Emma : Je commence à réviser sérieusement ma définition du mot « dingue ».

MMB : En tout cas moi, je crois que vous êtes innocente.

Emma : Vous parlez du vol de dossier, ou en général ?

MMB : Je sais pas, comme vous préférez.

Emma : Finalement quoi que les gens d’ici croient ce que j’ai fait ou pas, je m’en vais. Je vous remercie pour tout mais, je crois que ça vaut mieux. Si je reste, Henry risque de souffrir par ma faute.

MMB : Qu’est-ce qu’il fera si vous partez ? Je crois que la raison pour laquelle vous voulez partir devrait au contraire vous inciter à rester. Vous tenez beaucoup à lui. Qui va protéger Henry si vous, vous le faites pas ?

------------------------------

Henry est sur le canapé du bureau d’Archie.

Archie : Tu es sûr que tu ne veux pas qu’on en parle ? Tu sais que ce parapluie est un peu mon porte-bonheur. C’est pour ça que tu penses que je suis Jiminy Cricket ?

Henry : Non, je pense que vous êtes personne.

Emma ouvre la porte.

Archie : Mademoiselle Swan ! Laissez-moi vous expliquer. Regina m’a obligé à…

Emma : Je sais. Vous en faites pas, je comprends. Henry, excuse-moi pour tout à l’heure.

Henry : J’ai pas envie te de parler.

Archie : Si elle apprend que vous êtes encore là …

Emma : Elle, on s’en fout.

Emma vient s’assoir en face d’Henry.

Emma : Ecoute, la seule raison pour laquelle je suis restée, c’est toi. Je voulais te connaitre un peu mieux.

Henry : Mais tu crois que je suis dingue.

Emma : Non, c’est cette malédiction qui est dingue. Ça, c’est clair. Mais ça veut pas dire que ton histoire est fausse. Même avec beaucoup de bonne volonté, la plupart des gens auront du mal à y croire. Mais quand on y pense, il se passe des tas de trucs dingues dans le monde. Alors qu’est-ce que j’en sais ? Peut-être bien que c’est vrai.

Henry : Mais tu as dit à ma mère que…

Emma : Je lui ai dit ce qu’elle voulait entendre. La seule chose dont je suis sûre, c’est que si ce sort est bien réel, le seul moyen de rompre la malédiction, c’est de réussir à convaincre la Méchante Reine que nous, on croit pas à toute cette histoire. Comme ça au moins, elle nous laisse tranquille. C’était bien ça, le but de l’Opération Cobra, non ? La mettre sur une fausse piste.

Henry : Bien vu !

Emma : J’ai lu les dernières pages et tu as raison. Elles sont très dangereuses. Alors je connais qu’un seul moyen de s’assurer qu’elle puisse pas les lire.

Emma jette les pages dans le feu de la cheminée.

Emma : Maintenant, on a l’avantage sur elle.

Henry se lève du canapé et fait un câlin à Emma.

Henry : Je savais que tu finirais par m’aider.

Emma : Oui, c’est pour ça que je suis là. Et rien au monde, pas même un sort, ne pourra m’en empêcher.

-[Monde des Contes de Fées]-

Regina est revenue à l’endroit où elle a essayé de jeter le sort noir. Elle sort un cœur du coffre qu’elle tient dans les mains et le jette dans le feu. Une grosse fumée noire apparait ainsi que des éclairs verts. La fumée se répand alors très vite. Une fois la fumée dissipée, Regina se dirige vers une tombe et y dépose une rose noire.

Regina : Je t’aime, papa.

La caméra tourne et on peut lire le nom « Henry » gravé sur la tombe.

-[Monde Réel]-

Emma et Henry sortent ensemble de chez Archie et marchent dans la rue. Dans son jardin, Regina nettoie encore son pommier. Mr. Gold arrive vers elle.

Mr. Gold : Quelle pagaille.

Regina : Plus pour longtemps. Je peux faire quelque chose pour vous, Mr. Gold ?

Mr. Gold : J’étais dans le quartier. Je me suis dit que j’allais passer. Ça fait plaisir de vous voir d’aussi bonne humeur.

Regina : La journée a été excellente. Je viens de débarrasser la ville d’une nuisance indésirable.

Mr. Gold : Emma Swan. À oui ?

Regina : Oui. J’imagine qu’à cette heure-ci, elle n’est plus très loin de Boston.

Mr. Gold cueille une pomme de l’arbre.

Mr. Gold : Oh. Ça, ça m’étonnerais. Je viens de la voir flâner dans le centre-ville avec votre fils. Ils ont l’air de s’entendre à merveille, ces deux-là.

Regina : Quoi ?

Mr. Gold : Vous auriez peut-être du venir me voir. Si Mademoiselle Swan s’avère être un problème que vous ne pouvez résoudre seule, je serai ravi de vous offrir mon aide. Pour un bon prix, bien entendu.

Regina : Vous ne me ferrez plus jamais conclure un marché avec vous.

Mr. Gold : À quel marché faites-vous allusion ?

Regina : Vous le savez très bien.

Mr. Gold : Oh, oui, c’est vrai. Vous parlez du garçon que je vous ai procuré. Henry. Je vous ai déjà dit que j’aimais beaucoup ce prénom ? Comment vous l’avez choisi ?

Regina : Vous vouliez qu’elle vienne ici. Vous vouliez que tout ça se produise. Avouez-le. En réalité, vous n’avez pas choisi Henry par hasard.

Mr. Gold : Qu’insinuez-vous ?

Regina : Où l’avez-vous trouvé ? Vous savez quelque chose ?

Mr. Gold : Je ne vois pas du tout de quoi vous parlez.

Regina : Moi je crois que si. Qui est cette femme, sa mère, cette… Emma Swan ?

Mr. Gold : Je suis sûr que vous croyez savoir avec certitude qui elle est. Maintenant, je vais devoir vous laisser.

Mr. Gold commence à s’en aller mais Regina se poste devant lui pour l’arrêter.

Regina : Dites-moi ce que vous savez à propos de cette femme.

Mr. Gold : Je ne vais pas vous répondre, très chère. Alors je vous conseille de me laisser passer. S’il vous plait.

Mr. Gold croque la pomme qu’il avait dans sa main et quitte le jardin de Regina. Il laisse tomber la pomme derrière lui et Regina le regarde partir, visiblement choquée.

-[Fin]-

–[Real World]–

(Henry is watching the clock tower, when it suddenly moves. The next day, Mary Margaret, while eating breakfast, notices that the clock is working again. Emma looks out the window in her room at the inn. Archie is walking his dog, Mr. Gold walks past, and Ruby is putting out the sign for Granny’s Diner. Regina is reading Henry’s book and notices that the end pages are torn out.)

Regina: The missing pages – where are they?

Henry: It’s an old book. Stuff’s missing. Why do you care?

Regina: I care because you think I’m some evil queen. And that hurts me, Henry. I’m your mother.

Henry: No, you’re not.

Regina: Well, then who is? That woman you brought here? I don’t like what she and this book are doing to you. Thankfully, both are no longer an issue. What?

(The clock chimes, causing Regina to look up. Henry leaves while she’s distracted.)

———–

(Regina heads to the town square. Archie is out walking his dog.)

Archie: Hey, how about that? Guess those rusty ol’ innards finally straightened themselves out, huh?

(Regina sees Emma’s car parked on the side of the road.)

Regina: Yes, how about that, indeed.

———–

(Regina knocks on the door of Emma’s room. She has a basket of apples.)

Regina: Did you know the Honeycrisp tree is the most vigorous and hearty of all apple trees? It can survive temperatures as low as forty below and keep growing. It can weather any storm. I have one that I’ve tended to since I was a little girl. And to this day, I have yet to taste anything more delicious than the fruit it offers.

(Regina hands Emma an apple.)

Emma: Thanks.

Regina: I’m sure you’ll enjoy them on your drive home.

Emma: Actually, I’m going to stay for a while.

Regina: I’m not sure that’s such a good idea. Henry has enough issues. He doesn’t need you confusing him.

Emma: All due respect, Madam Mayor, the fact that you have now threatened me twice in the last twelve hours makes me want to stay more.

Regina: Since when were apples a threat?

Emma: I can read between the lines. Sorry. I just want to make sure Henry’s okay.

Regina: He’s fine, dear. Any problems he has are being taken care of.

Emma: What does that mean?

Regina: It means I have him in therapy. It’s all under control. Take my advice, Miss Swan. Only one of us knows what’s best for Henry.

Emma: Yeah, I’m starting to think you’re right about that.

Regina: It’s time for you to go.

Emma: Or what?

Regina: Don’t underestimate me, Miss Swan. You have no idea what I’m capable of.

–[Fairy Tale World]–

(The Evil Queen is at Snow White and Prince Charming’s wedding. It is the same scene from episode 1×01.)

Evil Queen: I shall destroy your happiness, if it is the last thing I do.

(The Evil Queen turns around and heads for the door. The prince calls after her.)

Prince Charming: Hey!

(The Queen turns around. The prince throws his sword at her, but she dissipates before it hits her. The Evil Queen appears in another castle. The prince’s sword also appears and sticks into a wall. There is a man at the castle holding a tray with drinks on it.)

Henry I: Would you like something to drink?

Evil Queen: Do I look like I need a drink?

Henry I: I was only trying to help.

(He hands the Evil Queen a glass.)

Evil Queen: Thank you.

(The mirror on the wall behind them speaks.)

Mirror: Now, that was an awfully big threat. Destroy everyone’s happiness? How do you plan on accomplishing that?

Evil Queen: The dark curse.

Henry I: Are you sure, Your Majesty?

Mirror: But you said you’d never use it.

Henry I: You made a deal when you gave away that curse.

Mirror: You traded it away.

Henry I: She won’t be happy to see you.

Evil Queen: Since when do I care about anyone else’s happiness but mine? Prepare the carriage. We’re going to the forbidden fortress.

———–

(A castle is shown in mountains. The Evil Queen and Maleficent sit by a fire.)

Maleficent: How are you, dear?

Evil Queen: I’m doing fine.

Maleficent: Are you? If it were me, I’d be simply tortured watching that flake of Snow so happy. Weren’t you about the same age when you were to be married? Before she ruined it all. Yes, you were.

Evil Queen: Yes, it was about the same age you were when that Sleeping Beauty got the best of you, my dear Maleficent.

Maleficent: I soldiered on, as you will too. Hopefully.

Evil Queen: Enough games. You know why I’m here. I need my curse back.

Maleficent: It’s not yours anymore. A deal’s a deal. I traded you my sleeping curse.

Evil Queen: Which failed. Undone by a simple kiss. Now please, return what’s mine.

Maleficent: The dark curse? Really? You must know that not even its unholy power can bring your loved one back from the dead. Have you considered a pet? They can be quite comforting.

Evil Queen: The only comfort for me is Snow White’s suffering.

Maleficent: Well, it’s her wedding night. I doubt she’s suffering right now.

Evil Queen: I need that curse. I know you keep it hidden in the orb above your staff.

Maleficent: Hidden for the good of all, old friend. Whoever created that monstrosity, makes the two of us look positively…moral. Who did give it to you?

Evil Queen: Where I got it’s none of your concern. Hand it back.

Maleficent: Must we do this?

Evil Queen: Alas, we must.

(The Evil Queen uses her magic to control the fire in the fireplace. She aims it at Maleficent, but she deflects it. The Evil Queen then summons multiple weapons in the room and aims it at Maleficent’s pet unicorn.)

Maleficent: No!

(Maleficent jumps in front of her pet and, again, deflects the Queen’s attack. While distracted, the Evil Queen causes the chandelier to fall on top of Maleficent, and she is trapped. The Evil Queen takes Maleficent’s staff.)

Evil Queen: Love is weakness, Maleficent. I thought you knew that?

Maleficent: If you’re going to kill me, kill me!

Evil Queen: Why would I do that? You’re my only friend.

(The Evil Queen shatters the orb on the staff and takes the curse scroll.)

Maleficent: Don’t do this. This…curse. There are lines even we shouldn’t cross. All power comes with a price. Enacting it will take a terrible toll. It will leave an emptiness inside you. A void you will never be able to fill.

Evil Queen: So be it.

———–

(The Evil Queen, along with multiple other characters, stands at the end of a forest around a fire. Various things are being thrown into the fire.)

Evil Queen: Who among us is tired of losing? That’s why I called you here. To put an end to our misery. Today, we claim victory and move to a new, better realm. A place where we can finally win.

Blind Witch: And we’ll be happy?

Evil Queen: I guarantee it. But first, I need something from you. A lock of hair from those with the darkest souls. You must trust me. Because if you don’t, there are other ways.

(The trees around them start to grow taller until the group is completely surrounded. The people in the group relent, and each give a lock of their hair.)

Evil Queen: A wise decision. All that remains is the final ingredient. The prized heart from my childhood steed. The glorious beast whose passing will fuel our victory. Let my wrath be unleashed.

(The heart is removed from a box and thrown into the fire. A large pillar of smoke appears briefly, but then suddenly disappears. Laughter is then heard in the background.)

Gnome: Yeah, you really unleashed something, there.

(The Evil Queen turns the Gnome to stone.)

–[Real World]–

(The gnome from the Fairy Tale World is now a gnome in Regina’s garden. She is picking apples. A man holding a newspaper walks up behind her. Emma is on the front page.)

Sidney: The Mirror strikes again!

Regina: You’re late.

Sidney: Sorry. I wanted to bring you the latest edition. I assure you it’s one of my better hatchet jobs.

Regina: That’s not what I asked for. What’d you find out about her?

Sidney: Well, the truth be told, there wasn’t much. She spent a lot of time in foster homes. Sh-she got into some trouble when she was a kid, ah, but the details are locked up pretty tight. Since then, she’s clean. Bounced around all over. The only thing I really learned was that she doesn’t like to sit still.

Regina: Well, that appears to have changed.

Sidney: D-did you know that, um, she had Henry while she was in Phoenix? Huh, how’d he wind up here in Maine?

Regina: So, if I’m understanding you correctly, you found nothing of value. Which means you have no value, Sidney. Do you know what I do with things that hold no value to me? I throw them away.

Sidney: I-I’ll keep looking.

———–

(Emma is at Granny’s Dinner. She is reading the newspaper and eating the apple that Regina gave her. Ruby serves her a cocoa.)

Ruby: Here you go.

Emma: Thank you. But I did not order that.

Ruby: Yeah, I know. You have an admirer.

(Emma sees Graham at another table. She walks over and puts the cocoa in front of him.)

Graham: Ah, so you decided to stay.

Emma: Observant. Important for a cop.

Graham: It’s good news for our tourist business, it’s bad for our local signage. It’s… It’s a joke. It’s because you ran over our sign.

Emma: Look, the cocoa was a nice gesture, and I am impressed that you guessed that I like cinnamon on my chocolate because most people don’t, but I am not here to flirt. So thank you, but no thank you.

Graham: I didn’t send it.

(Henry is sitting at another booth and overhears them.)

Henry: I did. I like cinnamon, too.

Emma: Don’t you have school?

Henry: Duh. I’m ten. Walk me.

———–

(Emma and Henry are walking to the bus stop.)

Emma: So, what’s the deal with you and your mom?

Henry: It’s not about us, it’s about her curse. We have to break it. Luckily, I have a plan. Step one – identification. I call it Operation Cobra.

Emma: Cobra? That has nothing to do with fairy tales.

Henry: Exactly. It’s a code name to throw the Queen off the trail.

Emma: So, everyone here is a fairy tale character. They just don’t know it.

Henry: That’s the curse. Time’s been frozen – until you got here.

(Emma takes a bite of her apple.)

Henry: Hey! Where’d you get that?

Emma: Your mom.

Henry: Don’t eat that!

(Henry takes the apple from Emma and throws it over his shoulder.)

Emma: Okay, uh… Alright. What about their pasts?

Henry: They don’t know. It’s a haze to them. Ask anyone anything. And you’ll see.

Emma: So, for decades, people have been walking around in a haze, not aging, with screwed up memories, stuck in a cursed town that kept them oblivious.

Henry: I knew you’d get it. That’s why we need you. You’re the only one who can stop her curse.

Emma: Because I’m the daughter of Snow White and Prince Charming?

Henry: Yes. And right now, we have the advantage. My mom doesn’t know that. I took out the end. The part with you in it. See? Your mom is Snow White.

Emma: Kid…

Henry: I know the hero never believes at first. If they did, it wouldn’t be a very good story. If you need proof, take them. Read them. But whatever you do, don’t let her see these pages. They’re dangerous. If she finds out who you are, then it would be bad. I got to go. But I’ll find you later and we can get started. I knew you’d believe me!

Emma: I never said I did.

Henry: Why else would you be here?

(Henry runs into the school. Mary Margaret sees Emma and approaches her.)

MMB: It’s good to see his smile back.

Emma: I didn’t do anything.

MMB: You stayed. So, does the Mayor know you’re still here?

Emma: Oh, she knows. What is her deal? She’s not a great people person. How did she get elected?

MMB: She’s been mayor for as long as I can remember. No one’s ever been brave enough to run against her. She inspires quite a bit of, well, fear. I’m afraid I only made that worse by giving Henry that book. Now he thinks she’s the Evil Queen.

Emma: Who does he think you are?

MMB: Oh, it’s silly.

Emma: I just got five minutes of silly. Lay it on me.

MMB: Snow White. Who does he think you are?

Emma: I’m not in the book. Can I ask you a favour? Regina mentioned the kid’s in therapy. Do you know where I could find the doctor?

———–

(Archie is in his office. There’s a knock on the door and Emma enters.)

Emma: Hey.

Archie: Emma Swan. I was, uh, just reading about you. Let me guess – you’re here for a little help with post traumatic stress? …That diagnosis was free, by the way.

Emma: No, I’m here about Henry.

Archie: I’m sorry. I… I really shouldn’t-

Emma: I know, I’m sorry. Just tell me something. This fairy tale obsession – what is causing it? I mean, he thinks everyone is a character in his book. That’s…crazy.

Archie: I-I hope you don’t talk that way in front of him. The word crazy is, um, quite damaging. These stories… They’re his language. He has no idea how to express complex emotion, so he’s translating as best he can. This is how he communicates, when he’s using this book to help deal with his problems.

Emma: But he got the book a month ago. Has he been seeing you longer than that?

Archie: Um, yes, he has.

Emma: So it’s Regina, isn’t it?

Archie: Uh, his mother is, uh, a very complicated woman. And, uh, over the years, her attempts to try and bring Henry close to her only backfired. Why don’t you take a look at the file? Um, see what I mean.

(Archie gets Henry’s file from the cabinet and hands it to Emma.)

Emma: Why are you doing this?

Archie: We talked about you a lot. And you’re very important to him.

Emma: Thank you.

Archie: Just, uh, see that I get it back, okay? And Miss Swan. Just for the sake of the boy, be careful how to handle his belief system. Destroying his imagination would be…be devastating.

(Emma leaves. Archie goes to the phone and dials a number.)

Archie: You were right. She was just here.

Regina: Did she take the file?

Archie: Yes. H-How did you know that she was going to come here?

Regina: Because I’m the one who gave her the idea.

———–

(Emma is sitting on her bed, flipping through Henry’s file. There’s a knock on the door. She answers, and sees that it’s Graham.)

Emma: Hey there. If you’re concerned about the ‘do not disturb’ signs, don’t worry. I’ve left them alone.

Graham: Actually, I’m here about Dr. Archibald Hopper. He mentioned you got into a bit of a row with him earlier?

Emma: No…

Graham: I was shocked too. And given your shy, delicate sensibilities… He says you demanded to see Henry’s files and when he refused, you came back and stole them.

Emma: He gave them to me.

Graham: Alas, he’s telling a different tale. May I check your room? Or, must I get a search warrant?

(Emma lets Graham inside her room. The papers from Henry’s files are strewn everywhere.)

Emma: This what you’re looking for?

Graham: Well, you’re very accommodating. I’m afraid, Miss Swan, you’re under arrest. Again.

Emma: You know I’m being set up, don’t you?

Graham: And whom, may I ask, is setting you up?

———–

(Regina walks down the street to where Henry, Mary Margaret and his class are sitting.)

MMB: -water, synthesize.

Regina: Ahem. May I speak with my son?

MMB: We’re in the middle of a lesson. Is it important?

Regina: Do you think I’d be here if it wasn’t?

(Regina walks over to Henry.)

Regina: Henry, sweetie, I have some bad news. The woman who you brought here – she’s been arrested. She broke into Dr. Hopper’s office and stole his files. She’s a con woman. She’s trying to learn about us in order to take advantage of us. That’s why she’s sticking around. I’m sorry.

Henry: No, you’re not.

Regina: I know you think otherwise, but all I’m doing is trying to protect you. This is going to be good for us. You’ll see. Things will be better.

(The bell rings.)

Henry: I got to get back to class.

———–

(Graham is taking Emma’s mugshot. They’re at the jail.)

Emma: You know the shrink is lying, right?

Graham: To the right, please. Why would he lie?

Emma: The Mayor put him up to this. She’s got to have something on him. He’s terrified of her like everyone else in this…town.

Graham: To the left. Regina may be a touch intimidating, but I don’t think she’d go as far as a frame job.

Emma: How far would she go? What does she have her hands in?

Graham: Well, she’s the Mayor. She has her hands in everything.

Emma: Including the police force?

(Henry runs in. Mary Margaret is also with him.)

Henry: Hey!

Graham: Henry! Henry, what are you doing here?

MMB: His mother told him what happened.

Emma: Of course she did. Henry, I don’t know what she said-

Henry: You’re a genius.

Emma: What?

Henry: I know what you were up to. You were gathering intel for Operation Cobra.

Graham: I’m sorry. I’m a bit lost.

Henry: It’s need to know, Sheriff. And all you need to know is that Miss Blanchard’s going to bail her out.

Emma: You are? Why?

MMB: I, uh, trust you.

Emma: Well, if you can uncuff me, I have something to do.

———–

(Regina is sitting in her office. Outside, a noise is heard. Regina looks out and sees Emma cutting down her apple tree with a chainsaw. She goes outside to confront her.)

Regina: What the hell are you doing?

Emma: Picking apples.

Regina: You’re out of your mind.

Emma: No, you are if you think a shoddy frame job’s enough to scare me off. You’re going to have to do better than that. You come after me one more time, I’m coming back for the rest of this tree. Because, sister, you have no idea what I am capable of.

(Emma starts to walk away.)

Emma: Your move.

–[Fairy Tale World]–

(Regina and the man from earlier are standing where the failed curse took place.)

Henry I: Maybe it’s for the best. The forces you are summoning are darker than we can conceive.

Evil Queen: Oh? Now you’re trying to protect me?

Henry I: It’s what I do.

Evil Queen: I know. You’re the only one who does.

Henry I: Helping you is my life.

Evil Queen: Well then help me understand why this curse isn’t working.

Henry I: If you want to know that, then you need to back to the person who gave it to you in the first place. Revenge is a dark and lonely road and once you go down it, there is no heading back.

Evil Queen: What is there for me to head back to?

———–

(The dungeon where Rumpelstiltskin is being kept is shown. There are mice everywhere.)

Rumpelstiltskin: It’s just us, dearie. You can show yourself.

(One of the mice transforms into the Evil Queen.)

Evil Queen: That curse you gave me – it’s not working.

Rumpelstiltskin: Oh so worried. So, so worried. Like Snow and her lovely new husband.

Evil Queen: What?

Rumpelstiltskin: They paid me a visit, as well. They were very anxious…about you and the curse.

Evil Queen: What’d you tell them?

Rumpelstiltskin: The truth! That nothing can stop the darkness. Except, of course, their unborn child. You see, no matter how powerful, all curses can be broken. Their child is the key. Of course, the curse has to be enacted first.

Evil Queen: Tell me what I did wrong.

Rumpelstiltskin: For that, there’s a price.

Evil Queen: What do you want?

Rumpelstiltskin: Simple. In this new land, I want comfort. I want a good life.

Evil Queen: Fine. You’ll have an estate. Be rich.

Rumpelstiltskin: I wasn’t finished. There’s more!

Evil Queen: There always is with you.

Rumpelstiltskin: In this new land, should I ever come to you for any reason, you must heed my every request. You must do whatever I say. So long as I say ‘please’.

Evil Queen: You do realize, that should I succeed, you won’t remember any of this.

Rumpelstiltskin: Oh, well then. What’s the harm?

Evil Queen: Deal. What must I do to enact this curse?

Rumpelstiltskin: You need to sacrifice a heart.

Evil Queen: I sacrificed my prized steed.

Rumpelstiltskin: A horse? This is the curse to end all curses. You think a horse is going to do? Great power requires great sacrifice. The heart you need must come from something far more precious.

Evil Queen: Tell me what will suffice.

Rumpelstiltskin: The heart of the thing you love most.

Evil Queen: What I love most died because of Snow White.

Rumpelstiltskin: Ooh. Is there no one else you truly love? This curse isn’t going to be easy. Vengeance never isn’t, dearie. You have to ask yourself the simple question. How far are you willing to go?

Evil Queen: As far as it takes.

Rumpelstiltskin: Then please don’t waste everyone’s time and just do it. You know what you love. Now go kill it.

–[Real World]–

(Emma returns to the inn and enters her room. Granny is right behind her.)

Granny: Miss Swan. Oh my, this is terribly awkward. Uh, I need to ask you to leave. I’m afraid we have a ‘no felons’ rule. It… It turns out it’s a city ordinance.

Emma: Let me guess – the Mayor’s office just called to remind you.

Granny: You can gather your things, but I need to have your room key back.

(Emma hands over the key.)

———–

(Regina is picking apples up off the ground. Graham walks up behind her.)

Regina: She destroyed city property. I want her arrested.

Graham: Again?

Regina: What are you waiting for?

Graham: I’m just not convinced arresting her is the right plan. And I’m not talking about your tree. We both know she didn’t steal those files.

Regina: Oh, do we?

Graham: I mean, she looked pretty shocked when I levelled the charges against her.

Regina: It’s because she doesn’t like being caught.

Graham: Or because she was set up. And if she was, that means Dr. Hopper was lying. And if he’s lying, that means that someone asked him to. Are we really confident that the man’s conscience won’t eventually get the best of him?

Regina: I think your schoolboy crush is clouding your judgment. Remember – I made you sheriff. And I can take it away just as easily.

Graham: If you want me to arrest her again, I will.

Regina: Good.

Graham: But she’s going to keep coming at you. And I know that you’re going to keep coming at her and you will do whatever it takes to get her out of here and you may succeed.

Regina: No, I will succeed. He’s my son. It’s what’s best for him.

Graham: I know that’s what you believe. Yeah, but if this escalates, it seems to me the only one who will get hurt is Henry.

———–

(Emma is walking down the street. She looks over to where her car is parked and sees that it has a boot on it. Her phone rings and she answers it.)

Emma: Yeah?

Regina: Miss Swan, I’d be happy to continue demonstrating my power, but am I right in guessing your resolve to stay is only growing?

Emma: You have no idea.

Regina: Well then. I think it’s time we made peace. Why don’t you drive over to my office? Or walk, whatever suits you.

———–

(Regina and Emma are sitting in Regina’s office.)

Regina: I’d like to start by apologizing, Miss Swan.

Emma: What?

Regina: I just have to accept the reality that you want to be here.

Emma: That’s right. I do.

Regina: And that you’re here to take my son from me.

Emma: Okay, let’s be clear. I have no intention of taking him from anyone.

Regina: Well, then, what are you doing here?

Emma: I know I’m not a mother. I think that’s pretty self-evident. But I did have him. And I can’t help that he got in my head and I want to make sure he’s okay. The more you try to push me out, the more I want to be here. Especially after seeing how troubled he is.

Regina: You think he’s troubled?

Emma: Well, he’s in therapy. And I only got through a couple of pages of his shrink’s notes before you had me arrested. But putting all that aside. He thinks everyone in this town is a fairy tale character.

Regina: And you don’t?

Emma: How can I? The poor kid can’t tell the difference between fantasy and reality and it’s only getting worse. It’s crazy.

(Henry, who has been listening to their conversation, yells out.)

Henry: You think I’m crazy?

Emma: Henry…

(Henry runs out of the room.)

Emma: How long was he there?

Regina: Long enough.

Emma: You knew he would be here.

Regina: Did I know that my son comes to my office every Thursday at precisely 5:00pm so I can take him for dinner before his therapy session? Of course I did. I’m his mother. Your move.

Emma: You have no soul. How in the hell did you get like this?

–[Fairy Tale World]–

(The Evil Queen is walking down a hall in her castle. There are several mirrors on the wall.)

Mirror: What happened? Did you get your answer? What’s going on? Your Majesty? Your Majesty!

(She enters a room where the man from earlier is lighting candles.)

Henry I: Did Rumpelstiltskin tell you what you needed to know?

Evil Queen: Yes.

Henry I: And?

Evil Queen: I’m not sure I should say. I’m conflicted.

Henry I: How bad is it? Maybe I can help.

Evil Queen: I have to cut out the heart of the thing I love most.

Henry I: Me?

Evil Queen: Daddy, I don’t know what to do.

Henry I: My dear, please. You don’t have to do this.

Evil Queen: I have to do something.

Henry I: Then move past this. I know this may sound self-serving, but you don’t need to enact the curse.

Evil Queen: But I can’t keep living like this. What Snow did to me, what she took from me? It’s eating me alive, Daddy. Her very existence mocks me. She must be punished.

Henry I: But, if the price is a hole that will never be filled, why do it? Stop worrying about Snow White and start over. We can have a new life.

Evil Queen: But what kind of life? All I’ve worked for, all I’ve built, would be gone. My power will disappear. They already think I’m nothing.

Henry I: Power is seductive. But so is love. You can have that again.

Evil Queen: I just want to be happy.

Henry I: You can be. Of this I’m sure. But I believe, given the chance, we can find happiness. Together. But the choice is yours.

Evil Queen: I think you’re right. I can be happy. …Just not here.

(The Evil Queen kills her father.)

Evil Queen: I’m sorry…

–[Real World]–

(Mary Margaret is sewing at a table in her home. There is a knock on the door.)

Emma: Hey. Just wanted to say thank you and, um, pay you back the bail money.

MMB: You look like you need to talk.

(Emma enters. Mary Margaret makes them cocoa.)

Emma: Cinnamon?

MMB: Oh, I’m sorry. I should’ve asked. It’s a little quirk of mine. Do you mind?

Emma: Not at all. Oh, thanks. When you bailed me out, you said that you trusted me. Why?

MMB: It’s strange. Ever since you arrived here, I’ve had the oddest feeling like we met before. And, I know it’s crazy.

Emma: I’m starting to re-evaluate my definition of crazy.

MMB: For what it’s worth, I think you’re innocent.

Emma: Of breaking and entering, or just in general?

MMB: Whichever makes you feel better.

Emma: It doesn’t really matter what anyone thinks I did or didn’t do. I’m leaving. Thank you – for everything – but I think it’s for the best. If I stay, Henry’s only going to keep getting hurt.

MMB: What happens if you go? I think they very fact that you want to leave, is why you have to stay. You care about him. Who will protect Henry if you won’t?

———–

(Henry is at his therapy session with Archie.)

Archie: Are you sure you don’t want to talk about it? You know, that umbrella kind of is my good luck charm. Is that why you think I’m Jiminy Cricket?

Henry: I don’t think you’re anyone.

(Emma barges into the room.)

Archie: Miss Swan! Look, I can explain. The Mayor forced me to-

Emma: I know. Don’t worry about it. I get it. Henry, I’m sorry.

Henry: I don’t want to talk to you.

Archie: Miss Swan, if she knew you were here-

Emma: To hell with her. Henry, there is one simple reason I stayed here. You. I wanted to get to know you.

Henry: You think I’m crazy.

Emma: No, I think the curse is crazy. And it is. But, that doesn’t mean that it isn’t true. It is a lot to ask anyone to believe in, but there are a lot of crazy things in this world. So what do I know. Maybe it is true.

Henry: But you told my mom.

Emma: What she needed to hear. What I do know, is that if the curse is real, the only way to break it is by tricking the Evil Queen into thinking that we are non-believers. Cause that way, she’s not on to us. Isn’t that what Operation Cobra was all about? Throwing her off the trail?

Henry: Brilliant!

Emma: I’ve read the pages and, Henry, you are right. They are dangerous. There is only one way to make sure that see never sees them.

(Emma throws the pages into the fireplace.)

Emma: Now we have the advantage.

Henry: I knew you were here to help me.

Emma: That’s right, kid. I am. And nothing, not even a curse, is going to stop that.

–[Fairy Tale World]–

(The Evil Queen is, again, at the cliff where they previously tried to enact the curse. She throws the heart into the fire. A large pillar of smoke appears as before, but this time, it doesn’t disappear. The Queen walks over to another area of the cliff. She places a rose at the base of a tombstone. The tombstone reads ‘Henry’.)

Evil Queen: I love you, Daddy.

–[Real World]–

(Emma and Henry leave Archie’s office together. Elsewhere, Regina is still cleaning up the damage to her apple tree. Mr. Gold enters her yard.)

Mr. Gold: What a mess.

Regina: Not for long. What could I do for you, Mr. Gold?

Mr. Gold: I was just in the neighbourhood. Thought I’d pop by. Lovely to see you in such high spirits.

Regina: Well, it’s been a good day. I just rid the town of an unwanted nuisance.

Mr. Gold: Emma Swan. Really?

Regina: Yes. I imagine she’s half way to Boston by now.

Mr. Gold: Oh, I wouldn’t bet on that. I just seen her strolling down the main street with your boy. Thick as thieves, they looked.

Regina: what?

Mr. Gold: Perhaps you should have come to me. If Miss Swan is a problem you can’t fix, I’m only too happy to help. For a price, of course.

Regina: I’m not in the business of making deals with you anymore.

Mr. Gold: To which deal are you referring?

Regina: You know what deal.

Mr. Gold: Oh, right. Yeah. The boy I procured for you. Henry. Did I ever tell you what a lovely name that was? However did you pick it?

Regina: Did you want her to come to town? You wanted all this to happen, didn’t you? Your finding Henry wasn’t an accident, was it?

Mr. Gold: Whatever do you mean?

Regina: Where did you get him? Do you know something?

Mr. Gold: I have no idea what you’re implying.

Regina: I think you do. Who is this woman, his mother, this…Emma Swan?

Mr. Gold: I would say you think you know exactly who she is. I really must be going.

(Mr. Gold starts walking away from Regina. Regina runs ahead and stands in front of him.)

Regina: Tell me what you know about her.

Mr. Gold: I’m not going to answer you, dear. So I suggest you excuse me. Please.

(Mr. Gold leaves Regina’s yard. Regina stands where she was, seemingly shocked.)

–[End]–

Kikavu ?

Au total, 237 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Mathry02 
24.06.2019 vers 17h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Jamie08 
24.03.2019 vers 22h

Elonarose 
24.03.2019 vers 12h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
26.11.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier Peaky Blinders est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | Peaky Blinders

Activité récente

Suite de Mots
Aujourd'hui à 14:40

OUAT du Mois
Aujourd'hui à 14:40

Survivor
10.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Avant-hier à 07:33

direction le quartier New Amsterdam. Merci !

choup37, Avant-hier à 14:25

Et du coup nouveau sondage sur Doctor Who

ophjus, Avant-hier à 16:41

Demain, le quartier The Bold Type aura 1 mois, n'hésitez pas à participer à ses aniamtions !

choup37, Avant-hier à 17:38

Plus que 3 votes pour valider la bannière de samantha who, clic clic clic!

ophjus, Hier à 13:09

Le quartier The Bold Type a un mois, n'hésitez pas à venir voir comme il a bien grandi !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site