VOTE | 821 fans

#117 : Le chapelier fou

Centré sur : Le Chapelier Fou & Jefferson
Titre VO : Hat Trick
Titre VF :  Le chapelier fou
Diffusion USA :  25/03/2012
Diffusion FR : 04/01/2013
Captures

Résumé court : Emma se fait enlever pendant qu'elle recherche Mary Margaret par un homme qui veut retourner dans le monde magique grâce à un chapeau. Dans le monde magique, la reine force un père de famille à l’emmener dans le pays des merveilles.

Popularité


4.17 - 12 votes

Titre VO
Hat Trick

Titre VF
Le chapelier fou

Vidéos

Promo VO

Promo VO

  

Jefferson drogue Emma VO

Jefferson drogue Emma VO

  

Jefferson parle à Emma de la magie VO

Jefferson parle à Emma de la magie VO

  

Emma contre Jefferson VO

Emma contre Jefferson VO

  

Je ne peux pas perdre ma famille VO

Je ne peux pas perdre ma famille VO

  

Plus de détails

Titre VO : Hat Trick
Titre VF : Le chapelier fou

Première diffusion US : 25 mars 2012 (ABC)
Première diffusion FR : 12 janvier 2013 (M6)
Première diffusion BE : 01 octobre 2012 (BeTV)

Audience US : 8,82 millions.

Ecrit par : Vladimir Cvetko et David H. Goodman
Réalisé par : Ralph Hemecker

 

Résumé:

Emma se fait enlever en recherchant Mary Margaret par un homme qui veut retourner dans le monde magique grâce à un chapeau. Dans le monde magique, la reine force un père de famille à l’emmener dans le pays des merveilles.

 

Acteurs secondaires:

Sebastian Stan .... Jefferson / Le chapelier fou

Ali Skovbye .... Grace / Paige

Giancarlo Esposito .... Miroir magique

Tony Perez .... Henry

Jennifer Koenig .... Reine de cœur

Paul McGillion .... Valet de coeur

Laura Wilson .... Mme Grace

Scott E. Miller .... M. Grace

Roger Daltrey .... La Chenille

Hat Trick

 

Après s’être échappée du poste de police, Mary s’enfuit dans la forêt. Lorsqu’Emma et M. Gold arrivent au poste de police, Henry les informe de l’évasion de Mary. Emma décide de ne prévenir personne de sa disparition et d’essayer de la trouver avant que quelqu’un s’en aperçoive. Elle préfère perdre son job plutôt qu’une amie. Emma part en voiture dans la forêt. Il fait nuit et la route est brumeuse, on n’y voit pas grand-chose. Soudain un homme apparait sur le bord de la route et Emma l’évite de justesse. L’homme se jette dans les bois pour ne pas être percuté. Voyant  qu’il boite, Emma décide de le raccompagner chez lui. L’homme lui dit s’appeler Jefferson.

Dans le monde des contes de fées, un homme court dans la forêt pour se cacher de sa fille mais celle-ci le trouve. Lorsqu’ils arrivent à leur maison, le carrosse de la reine est garé devant. L’homme dit à sa fille, Grace, de se cacher dans la forêt.  Lorsqu’il pénètre dans sa maison la reine se trouve à l’intérieur. Elle veut lui demander un service : de la conduire à un endroit précis en échange d’argent mais l’homme refuse.

Emma arrive à la maison de Jefferson et l’aide à rentrer à l’intérieur. Jefferson lui sert un thé et lui apporte une carte de la forêt pour l’aider à chercher le chien errant (pour ne pas trahir Mary, Emma avait prétexté chercher un chien dans la forêt). Mais alors qu’elle consulte la carte elle ne se sent pas bien et tombe. Elle est rattrapée par l’homme qui l’allonge sur le canapé. Emma remarque qu’il ne boite plus.

Grace et son père font le marché et Grace aperçoit un lapin blanc en peluche. Elle demande à son père si elle peut l’avoir et celui-ci demande le prix à la vendeuse (une vielle femme) qui lui indique qu’il coute 1 pièce d’argent. Malheureusement Jefferson n’a que 8 pièces de bronze et la vendeuse refuse de le lui vendre. Jefferson et sa fille partent. La vieille femme attrape le lapin en peluche et le mène à l’arrière de sa calèche. Elle passe devant un miroir qu’il s’allume et qu’il lui dit qu’elle est cruelle. La vieille femme se transforme alors en la méchante reine.

Lorsqu’Emma se réveille elle est attachée et bâillonnée sur le canapé. Elle aperçoit une tasse par terre juste à côté d’elle et la casse avec ses pieds. Elle en attrape un morceau et s’en sert pour couper ses liens. Une fois libre elle cherche une issue pour s’échapper mais toutes les fenêtres sont condamnées. Elle entrebâille une porte et aperçoit Jefferson en train de limer une paire de ciseaux.

Dans le monde des contes de fées, Jefferson est en train de recoudre le vieux lapin en peluche de sa fille. Il lui dit qu’aujourd’hui il va devoir aller travailler et lui donne sa cape. Grace comprend qu’il a accepté de travailler pour la reine et l’en supplie de ne pas y aller mais son père refuse. Grace quitte la maison. Une fois sa fille partie, il ouvre un coffre fermé à clé et en sort une grosse boîte.

Emma aperçoit un couloir et l’emprunte pour essayer de s’enfuir. Elle entre dans la première pièce qu’elle trouve et tombe sur Mary qui est attachée et bâillonnée à une chaise. Elle l’a détache et toute les deux sortent de la pièce mais Jefferson les attend avec une arme pointée vers elles. Il ordonne à Emma de rattacher son amie.

Jefferson se rend au château de la reine. Il ouvre la boîte et en sort un chapeau qu’il fait tourner sur  le sol. Aussitôt le chapeau se met à s’agrandir pour former un grand trou dans le sol et une fumée violette s’en échappe. Jefferson et la reine sautent en même temps dans le chapeau.

Emma est entrainée par Jefferson dans son bureau. Il lui dit qu’elle devrait croire à la malédiction et aux histoires d’Henry. Il lui dit également qu’il l’a enlevé pour apporter du changement à sa vie monotone. Il la force à s’assoir face à son bureau sur lequel se trouve un chapeau haut de forme et lui dit que seule elle peut le faire marcher.

La reine et Jefferson se trouve dans une pièce circulaire entourée de nombreuses portes de toutes les couleurs. Jefferson se dirige vers un miroir et dit que c’est l’entrée du pays des merveilles. Ils traversent le miroir et atterrissent dans sur un sentier ornée de brins d’herbe géants.

Jefferson veut qu’Emma lui fasse un chapeau qui fonctionne car il veut retourner chez lui. Emma accepte de le faire sous la menace.

Jefferson et la reine se trouvent maintenant à l’entrée d’un labyrinthe. Jefferson attrape un bout de bois et le lance contre une paroi de labyrinthe faite d’arbre et celui-ci est immédiatement avalé par le mur d’arbre. Il  dit à la reine de rester loin des bords si elle ne veut pas finir comme le bout de bois. La reine décide d’utiliser sa magie et de lancer une boule de feu qui leur creuse un passage à travers les parois. Jefferson et la reine marchent à travers le labyrinthe et arrivent au centre où se trouve une petite maisonnette avec l’emblème d’un cœur sur son toit. La reine ouvre les portes et se retrouve devant un mur de coffre semblable à celui qui se trouve dans son château.  Elle en prend un et commence à retourner vers le miroir mais l’armée de la reine de cœurs arrive et les surprends. Une fois qu’ils se sont débarrassés de l’armée ils rejoignent le miroir magique. Avant de le traverser, la reine cueille un bout d’un champignon géant, ouvre le coffre et met le bout de champignon à l’intérieur. Aussitôt une fumée violette s’en dégage et le père de la reine apparait. Jefferson comprend que la reine l’a dupé et qu’il ne va pas retourner auprès de sa fille Grace. Pour ne pas qu’il s’échappe la reine lui lance un sort qui le bloque au sol et elle traverse avec son père le miroir magique. Jefferson est donc coincé dans le pays des merveilles. Quelques secondes après le départ de la reine, l’armée de la reine de cœur arrive et s’empare de Jefferson. Les soldats le mènent au palais de leur reine. Une fois arrivés au palais, la reine de cœur veut savoir comment il a fait pour arriver au pays des merveilles. Jefferson refuse de répondre et la reine lui fait couper la tête. Malgré que sa tête ne soit plus attachée à son corps, Jefferson est toujours vivant et leur dit qu’il est arrivé ici grâce à un chapeau magique. La reine de cœur veut que Jefferson fasse un nouveau chapeau magique.

Après plusieurs essais, Emma abandonne la confection du chapeau. Jefferson lui révèle qu’il a besoin du chapeau pour retourner dans son monde avec sa fille. Il dit à Emma de regarder sans un télescope qui se trouve dans son bureau. Emma regarde et y voit deux parents avec une fillette en train de manger. Jefferson affirme qu’il s’agit de sa fille Grace, nommée Paige dans ce monde, et qu’il veut la ramener avec lui dans le monde magique. Emma fait semblant de croire à l’histoire de l’homme et lorsque celui-ci tourne le dos, elle attrape le télescope et frappe l’homme avec. Emma profite que Jefferson soit à terre pour aller libérer Mary mais alors qu’elle est en train de la détacher l’homme arrive avec un chapeau sur la tête et commence à se battre avec Emma. Mary attrape alors un marteau en bois et frappe Jefferson dans le dos. Ce dernier tombe par la fenêtre et lorsqu’Emma regarde il n’y a plus que le chapeau sur le sol. Le corps de l’homme a disparu. Les deux femmes sortent alors de la maison et trouvent la coccinelle d’Emma avec les clés à l’intérieur. Emma donne les clés à Mary afin qu’elle s’échappe car pour elle, Mary est sa famille. Mary décide de rester et de faire confiance à Emma. Lorsque Regina arrive au poste de police, Mary est assise dans sa cellule en train de lire le Daily Mirror. Regina est très surprise de la voir dans sa cellule. A ce moment là M. Gold dit que sa cliente ne doit pas recevoir de visites et il désire s’entretenir avec le maire. Ils se dirigent donc dans le couloir et le maire lui demande pourquoi le plan de M. Gold n’a pas fonctionné et pourquoi Mary est toujours dans sa cellule. Gold lui dit lui dit que Mary a bien quitté sa cellule comme prévu mais qu’Emma a su la convaincre de rester. Pendant ce temps Emma rejoint Henry à l’école pendant la récréation. Lorsqu’elle voit passer Paige devant elle, elle demande alors son livre à Henry. Elle commence à la feuilleter et tombe sur une photo de Jefferson et de sa fille Grace.

Dans le monde des merveilles, Jefferson essaye de créer un chapeau qui marche en répétant : "faites le marcher". Il est entouré par des milliers de chapeaux.

-[Storybrooke]-

Mary Margaret s’enfuit dans la forêt.

------------------------------

Henry attend Emma au bureau du Shérif, il lit son livre de contes. Emma et Mr Gold arrivent.

Emma : Henry ? Qu’est-ce que tu fais là ?

Henry : Je suis venue te féliciter.

Emma : Pourquoi ?

Henry : Ton super plan d’enfer.

Mr Gold : De quel plan tu parles ?

Henry ne répond pas.

Mr Gold : Bien.

Mr Gold laisse Emma et Henry seuls.

Henry : Désolé. Je croyais que Mr Gold savait, vu que Mlle Blanchard l’a maintenant comme avocat.

Emma : Savait quoi ?

Henry : Qu’elle allait s’enfuir.

Emma : Comment ?

Mr Gold revient.

Mr Gold : Shérif, venez s’il-vous-plait.

Emma et Henry entrent dans le bureau.

Mr Gold : Elle est partie.

Emma : Henry, qu’est-ce que tu as fait ?

Henry : Rien du tout. Elle était plus là quand je suis arrivé.

Mr Gold : Sa mise en accusation est demain, si elle ne vient pas…

Emma : Se sera une fugitive. Et qu’elle soit déclarée coupable ou pas pour Kathryn, elle est foutue. Je dois la retrouver avant qu’on s’aperçoive qu’elle est partie.

Mr Gold : On, c’est Régina ?

Emma : Le rendez-vous est à 8h du matin, je suis sûre qu’elle arrivera tôt pour savourer sa victoire.

Mr Gold : Vous avez jusqu’à 8h demain.

Henry : Qu’est-ce que je fais, moi ? Je peux t’aider ?

Emma : Rentre chez toi !

Henry : Emma, si elle quitte Storybrooke…

Emma : Pas maintenant. Allez vient.

Mr Gold : Shérif. Je sais que c’est un contre la montre mais si Mlle Blanchard reste dans la nature… Son avenir sera très menacé et si jamais vous l’aidez, le votre aussi.

Emma : J’en ai rien à faire, je préfère perdre mon boulot que mon amie.

------------------------------

Emma monte dans sa voiture et conduit dans le brouillard dans la forêt. Elle manque de renverser un homme sur le bas côté de la route. Elle s’arrête et va à la rencontre de l’homme.

Emma : Excusez-moi ! Vous n’avez rien ? Je vous avais pas vu.

Jefferson : Ouais, je crois que ça va.

Emma : Vous êtes sûr ?

Jefferson : Ouais, j’ai rien. C’est rare de voir passer une voiture si tard. Vous êtes le shérif, n’est-ce-pas ?

Emma : Euh… Oui.

Jefferson : Qu’est-ce que vous faîtes là au milieu de la nuit ?

Emma : Oh, c’est rien de bien grave. Je cherche un chien qui s’est enfui.

Jefferson : Alors, bonne chance pour le retrouver.

Emma : Merci.

Jefferson essaie de marcher mais il boite.

Emma : Mais si vous êtes blessé.

Jefferson : Non, je me suis juste un peu tordu la cheville. Je suis plus qu’à un kilomètre de chez moi, ça va aller.

Emma : Je vais vous y conduire. J’insiste.

Jefferson : Je vous remercie. Jefferson.

Emma : Emma.

Ils grimpent dans la voiture d’Emma.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Jefferson court à travers la forêt. Il s’arrête derrière une souche.

Grace : Papa, je t’ai trouvé.

Jefferson : Et tu m’as vite trouvé. Oui, tu es un vrai limier ma petite Grace.

Grace : Maintenant, c’est moi qui me cache et toi qui me cherche.

Jefferson : Excuse-moi, on n’a plus le temps. Mais tu peux utiliser ton flair pour chasser le champignon. Il nous en faut pour le marché, demain. Alors tu les cherches avec moi ? Gare à vous nous voilà !

------------------------------

Jefferson et Grace arrivent devant leur maison. La Reine attend Jefferson chez lui.

Grace : C’est le carrosse de qui ?

Jefferson : De la Reine.

Grace : La Reine devant chez nous ? Tu la connais ?

Jefferson : Bien sûr que non ! Bon écoute-moi bien. Ecoute-moi, tu vas te cacher dans la forêt, comme on fait ensemble. Je vais voir ce qu’elle vient faire ici.

Jefferson se dirige vers sa maison et Grace va se cacher.

------------------------------

Jefferson entre chez lui. Régina tiens une des poupées de sa fille dans les mains.

Régina : J’aimerais bien dire que tu as l’air de bien aller, mais ça serait mentir. La pauvreté ne te va pas, Jefferson.

Jefferson : Qu’est-ce que tu fais ici, Régina ?

Régina : J’ai du travail pour toi.

Jefferson : J’ai arrêté, c’est terminé.

Régina : Oui, effectivement, j’ai entendu parler de ça. Pourquoi ? Est-ce à cause de Grace, ta fille chérie.

Jefferson : A cause de ce que je faisais, elle a déjà perdue sa mère, je ne veux pas qu’elle perde aussi son père.

Régina : Et tu vis dont de la cueillette des champignons ? Mais quel genre d’avenir offriras-tu ainsi à ta fille ? Accepte de faire ce dernier travail pour moi et tu pourras lui donner la vie qu’elle mérite.

Jefferson : Si je te dis non, c’est pour ça. On n’abandonne pas sa famille… Voilà ce que ma fille mérite. S’il-te-plait, vas-t-en !

Régina : Je veux que tu me conduises quelque part, je ne t’en demande pas plus. Quelque part où tu es déjà allé. Fais-le et je changerais ta vie.

Elle tend un papier à Jefferson. Il le prend.

Jefferson : Et pour quelle raison veux-tu aller là-bas ?

Régina : On m’a pris quelque chose et c’est là qu’il se trouve. Je veux le récupérer.

Jefferson : Débrouille-toi avec quelqu’un d’autre.

Régina : Je vois. Cette dure vie a affermi tes résolutions. Je regrette de ne pas t’avoir convaincue mais je comprends… Rien n’est plus important que la famille.

Régina s’en va mais laisse le papier sur une commode.

-[Storybrooke]-

Emma se gare devant chez Jefferson.

Emma : Et ben, c’est votre maison ? On dirait un hôtel. Vous devez avoir une grande famille.

Jefferson : Non. Il n’y a que moi.

Emma voit Jefferson sautiller alors qu’il veut monter des escaliers.

Emma : Attendez !

Emma arrête se voiture et va l’aider.

------------------------------

Emma attend dans le salon de Jefferson.

Jefferson : Et voilà. Pour vous réchauffer avant de reprendre vos recherches. Il fait froid dehors.

Emma : Merci, c’est très gentil mais je crois que je devrais repartir tout de suite.

Il tend une tasse de thé à Emma.

Jefferson : Je m’en doute c’est pour ça que j’ai apporté ça. Justement, je suis cartographe amateur. Etablir la carte du coin ça m’amuse. Peut-être qu’un coup d’œil là-dessus vous aidera à trouver votre chien.

Emma : Whao !

Jefferson : C’est quoi son nom ?

Emma : Spot.

Jefferson : Hum. C’est mignon.

Emma regarde la carte.

Emma : Alors voyons, la route six longe la limite de la forêt donc… Donc si je la suis en voiture je… Je devrais pouvoir.

Jefferson : Ca ne va pas ?

Emma : C’est bizarre, je… J’ai la tête.

Jefferson rattrape Emma.

Jefferson : Oh, je vais vous aider.

Emma : Qui tourne.

Jefferson : Je vais vous allonger là. Voilà. Je vais ouvrir un peu.

Emma : Vous ne boitez plus.

Jefferson : Oh. Non. Vous m’avez démasqué.

Emma : Qui êtes-vous ?

Elle laisse tomber sa tasse et s’endort sur le canapé.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Jefferson et Grace sont sur le marché.

Grace : La vendeuse des jouets ! Oh c’est beau.

La vendeuse : Allez ! Approchez !

Grace prend une peluche de lapin.

Grace : Regarde, il fera un invité parfait quand on prend le thé papa. Je peux l’avoir ? Allez s’il-te-plait ?

Jefferson : Excusez-moi, combien coûte le lapin ?

La vendeuse : Le lapin, une pièce d’argent.

Jefferson : Vous le vendriez pour huit sous ? C’est tout ce que j’ai.

La vendeuse : Oh, vous êtes un bon père. Vous sacrifiez vos derniers sous pour faire plaisir à votre fille.

Jefferson : Merci.

La vendeuse : Je n’ai pas dis que j’acceptais vos huit sous. Hélas je ne peux le vendre pour moins d’une pièce d’argent. Se sont les affaires, vous comprenez ?

Grace : Ca ne fait rien papa. On y va, on empêche les gens de voir.

Jefferson : Excusez-moi, mais je me permets d’insister.

Grace : S’il-te-plait, je n’en ai pas besoin.

Jefferson : Allez, viens, mon cœur.

La vieille dame se dirige vers un miroir.

Le miroir : C’était très cruel. La petite aurait pu au moins avoir le jouet.

La vendeuse : Ca n’aurait pas été aussi drôle.

La vendeuse se transforme en Régina.

-[Storybrooke]-

Emma se réveille ligoté sur le canapé. Jefferson n’est pas là. Elle voit que sa tasse est toujours sur le sol. Elle prend un cousin, le pose sur la tasse et l’écrase avec les pieds. Elle va ensuite prendre un morceau de la tasse pour couper ces liens. Elle se libère. Elle regarde si elle peut ouvrir les fenêtres sans succès. Elle remarque une longue-vue, elle regarde dedans et voit que Jefferson observe le bureau du shérif. Emma entend un bruit. Elle ouvre délicatement la porte et voit Jefferson aiguiser des ciseaux.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Jefferson et Grace sont chez eux. Jefferson a fabriqué un lapin en peluche pour sa fille.

Jefferson : Je sais qu’il n’est pas exactement comme celui que tu voulais.

Grace : Je l’aime beaucoup, papa. Merci.

Grace prétend servir et boire du thé.

Grace : Mm. Ce thé est excellent. N’est-ce-pas qu’il est bon, Mr Tortue ? Papa, tu le trouves bon aussi ?

Jefferson : Ma chérie, je vais te laisser avec les voisins pour le restant de la journée ? J’ai quelque chose à faire.

Grace : Je n’ai qu’à t’accompagner. J’aime bien aller avec toi dans la forêt.

Jefferson : Je ne vais pas dans la forêt.

Grace : C’est à cause de la visite de la Reine, c’est ça ? Quoiqu’elle t’ait demandé, ne le fait pas.

Jefferson : Grace. Je n’ai pas le choix. Je veux que tu ais tout ce que tu souhaites.

Grace : Tout ce que je veux, c’est toi, papa. Allez, reste.

Jefferson : Viens, je sais bien. Je suis désolé mais je dois y aller.

Grace : Alors promets-moi que tu reviendras. Tu dois me le promettre.

Jefferson : Mais bien sûr.

Grace : Tu rentreras pour le thé, promis ?

Jefferson : Je te le promets, pour rien au monde je ne le manquerais.

Jefferson embrasse sa fille et ouvre la porte.

Jefferson : Vas-y.

Elle quitte la maison. Jefferson ouvre un coffre et en sort une boîte.

-[Storybrooke]-

Pendant que Jefferson aiguise ses ciseaux, Emma sort du salon. Elle fait un petit bruit. Jefferson l’entend mais il la laisse sa glisser dans une autre pièce. Emma découvre Mary Margaret ligotée à une chaise.

------------------------------

Emma va délivrer Mary Margaret.

Emma : Qu’est ce qui t’es arrivée ?

Mary Margaret : Emma, t’es là.

Emma : Qu’est-ce que tu fais ici ?

Mary Margaret : J’étais dans les bois en train de m’enfuir quand ce type est apparu tout à coup et m’a attrapé. Comment t’es arrivée là ?

Emma : Je te cherchais, tu t’es échappée, t’as pas oublié ? Comment tu es sortie ?

Mary Margaret : Il y avait une clé… Dans ma cellule, sous mon oreiller. On l’a mise là.

Emma : Qui ?

Mary Margaret : J’en ai aucune idée. J’aimerais le savoir autant que toi.

Emma et Mary Margaret sortent de la pièce.

------------------------------

Emma : Allez ! On y va.

Jefferson les attendait avec une arme à feu.

Jefferson : Je vois que vous avez trouvé Spot.

Emma : J’ai appelé du renfort, il ne vont pas tarder à être là.

Jefferson : Vous n’avez appelé personne. Pour la même raison que vous n’avez rien dit pour elle. Vous ne voulez surtout pas qu’on sache que vous êtes là, ce qui veut dire que personne ne le sait. Attachez-la s’il-vous-plait.

------------------------------

Emma rattache Mary Margaret.

Mary Margaret : Emma…

Emma : On va s’en sortir. Avec votre télescope vous m’observiez. Pourquoi ?

Jefferson : J’ai besoin que vous fassiez quelque chose.

Mary Margaret : Emma… Ne lui faîtes rien !

Jefferson entraine Emma hors de la pièce.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Jefferson se présente devant la Reine avec sa boîte.

Régina : Jefferson. Voilà qui te ressemble plus, j’en suis heureuse. Je suppose que tu es là parce que tu as reconsidéré ma petite offre ?

Jefferson : Je veux la garantie que si je fais ce que tu souhaites, ma fille ne manquera de rien.

Régina : Tu as ma parole. Ouvrons cette boîte que tu as apportée et voyons en quoi elle peut nous aider.

Il sort un chapeau de la boîte.

Régina : J’ai toujours aimé les hommes qui ont le goût de s’habiller pour l’occasion.

Jefferson pose le chapeau sur le sol et le fait tourner.

Jefferson : Recule-toi.

Un vortex se forme autour du chapeau.

Jefferson : A toi l’honneur.

Régina : Allons-y tous les deux.

Jefferson : Accroche-toi.

Ils sautent dans le vortex.

-[Storybrooke]-

Jefferson pousse Emma dans une pièce remplie de chapeaux.

Emma : Je sais pas ce que vous comptez faire, mais si vous vous en prenez à mon amie vous allez le regretter.

Jefferson : M’en prendre à elle ? Je crois plutôt que je lui sauve la vie.

Emma : Pourquoi vous dîtes ça ?

Jefferson : Ne faîtes pas l’idiote. Vous et moi on sait ce qui se passe quand les gens veulent quitter Storybrooke.

Emma : De quoi vous parlez ?

Jefferson : Le sortilège.

Emma : Quel sortilège ?

Jefferson : La malédiction qui fait qu’on est tous piégés ici. Tous excepté vous.

Emma : Vous avez lu le livre d’Henry ?

Jefferson : Henry ? Le père de la Reine ?

Emma : Le fils adoptif du maire.

Jefferson : Ah oui, bien sûr, votre enfant et son livre d’histoires que vous avez choisi d’ignorer. Si vous aviez su ce que je sais, vous l’auriez peut-être cru.

Emma : Pourquoi vous m’avez espionné ?

Jefferson : Parce que ces vingt-huit dernières années, je suis resté enfermé ici. Jours après jours, tout était toujours pareil jusqu’au soir où vous et votre petite voiture jaune êtes arrivées en ville, l’horloge s’est remise à tourner et les choses ont commencé à changer. En fait… J’ai vu moi, ce que vous refuser d’admettre. Vous êtes spéciale, vous avez apporté à Storybrooke une chose très précieuse, la magie.

Emma : Vous êtes cinglé.

Jefferson : Parce que je dis la vérité ?

Emma : Parce que là vous me parler de magie.

Jefferson : Je parle juste de ce que j’ai vu. Peut-être que c’est vous la folle.

Emma : Vraiment ?

Jefferson : Il faut être fou pour ne pas croire ce que l’on voit pourtant c’est ce que vous faîtes depuis que vous êtes dans notre joli hameau… Ouvrez grand les yeux. Regardez bien. Réveillez-vous. Il est plus que temps.

Emma : Vous voulez quoi ?

Jefferson : Je veux que vous le fassiez fonctionner.

Jefferson assoit Emma à sa table de travail.

Emma : Que je fasse fonctionner quoi ?

Jefferson : Vous êtes la seule à pouvoir le faire. Vous allez le faire fonctionner.

-[Le passage entre les mondes - Passé]-

Régina et Jefferson sont dans le passage entre les mondes.

Régina : J’avais oublié que tu étais si talentueux.

Jefferson : Je ne suis pas là pour revivre le passé mais uniquement pour ma fille.

Jefferson ne dirige vers un miroir.

Jefferson : Par-là. L’entrée est ici. Il est important que nous restions ensemble. Le même nombre peut entrer puis sortir. Ni plus, ni moins. C’est ainsi que fonctionne le chapeau.

Régina : Je comprends.

Ils traversent le miroir.

-[Le Pays des Merveilles - Passé]-

Régina et Jefferson s’avance. Ils rencontrent Caterpillar.

Caterpillar : Qui êtes vous ? Qui êtes vous ?

Jefferson : Je déteste le Pays des Merveilles.

Ils continuent leur chemin.

-[Storybrooke]-

Emma est toujours assise à la table de travail. Jefferson lui donne du tissu.

Jefferson : Faîtes un chapeau comme celui-ci.

Emma : Vous en voulez encore un ? Vous en avez pas assez ?

Jefferson : Le souci, c’est qu’aucun ne fonctionne. Sinon, vous ne seriez pas là. Fabriquez un chapeau et faîtes qu’il fonctionne.

Emma : J’y connais rien.

Jefferson : Vous avez des pouvoirs magiques, vous y arriverez.

Emma : Les chapeaux, le thé, votre comportement psychotique… Vous vous prenez pour le chapelier fou.

Jefferson : Je m’appelle Jefferson.

Emma : D’accord, vous êtes à fond dans le tripe de mon fils, Henry à ce que je vois. Se ne sont que des histoires. Le chapelier est un personnage d’Alice au pays des Merveilles. Un livre d’histoires. Un livre que je connais, que j’ai lu.

Jefferson : Des histoires ? Des histoires ? C’est quoi l’histoire ? La Guerre de Sécession, c’est un truc que vous avez appris à l’école.

Emma : Oui évidemment.

Jefferson : Comment ? On vous a fait lire un livre, j’imagine ? Pourquoi ça serait plus réel que ce que raconte un autre.

Emma : Les livres d’histoire sont basés sur l’histoire.

Jefferson : Et les récits sont basés sur quoi ? L’imagination ? D’où est-ce que ça vient ? Ca sort forcément de quelque part. Vous savez ce qui ne va pas dans ce monde ? Tout le monde veut une formule magique pour régler ses problèmes et personne veut croire au pouvoir de la magie. Alors faîtes qu’il soit magique.

Emma : Ouvrez les yeux, Jefferson. Regardez, c’est ça, voilà, c’est ça le monde réel.

Jefferson : Un des mondes réels. Quelle arrogance vous avez de croire que votre monde est le seul. Ils sont innombrables, ayez dont l’esprit plus ouvert. Ils se touchent, comme les pays, ils ont des frontières, ils se succèdent aussi réels les uns que les autres, chacun a ses lois. Certains ont la magie, d’autres en sont privés. Certain ont besoin de la magie, comme le notre et c’est là que vous intervenez. Votre amie et vous, vous ne partirez pas d’ici tant que mon chapeau ne sera pas fini. Tant qu’il ne fonctionnera pas.

Emma commence à travailler.

Emma : Et ensuite ?

Jefferson : Je rentrerai chez moi.

-[Le Pays des Merveilles - Passé]-

Régina et Jefferson son à l’entrée d’un labyrinthe.

Jefferson : Tu veux entrer là-dedans ?

Régina : Disons que je vais couper à travers.

Jefferson : Couper à travers ? Tu sais à qui appartient ce labyrinthe ?

Régina : La Reine de Cœur qui ne fait pas dans la subtilité d’ailleurs.

Jefferson : Ca n’entre pas dans notre accord. Tu sais ce qu’elle fait à ceux qui la contrarie ?

Regina : Oh ça oui, je sais. Mieux que la plupart des gens. De toute façon tu ne t’en iras pas sans moi. Nous sommes deux à être entrés au Pays des Merveilles, nous serons deux à en repartir. Tu veux faire à la Reine de Cœur la joie de t’empêcher de retrouver ta fille adorée ?

Jefferson suit la Reine.

Régina : C’est bien ce que je pensais.

Jefferson : Attends.

Jefferson lance une branche dans les murs qui bougent.

Jefferson : Ne t’approche pas des murs.

Régina : J’ai encore une meilleure idée. Se seront les murs qui ne m’approcheront pas !

Régina lance une boule de feu sur les murs qui brûlent. Ils s’aventurent dans le labyrinthe jusqu’à un petit mausolée. Régina ouvre la porte et prend une boîte dans un des tiroirs qu’il renferme.

Régina : Oui.

Jefferson : Ca y est ? Tu as ce que tu voulais ? Nous y allons ?

Ils repartent mais des gardes leurs bloquent le passage.

Un garde : Vous deux ! Halte-là !

Les gardes poursuivent Régina et Jefferson à travers le labyrinthe. Ils se débarrassent des gardes et sortent du labyrinthe.

------------------------------

Régina et Jefferson sont de retour près du miroir.

Jefferson : Le miroir il est là ! Viens !

Régina a arrêté de marcher.

Jefferson : Qu’est-ce que tu fais ? Ne t’arrête pas ! On doit sortir de là !

Régina : J’ai d’abord quelque chose à faire.

Elle prend un morceau de champignon.

Régina : Ah ! Du champignon.

Jefferson : Tu es folle ? Tu sais ce que la nourriture d’ici ?

Régina : Oui, parfaitement.

La Reine pose la boîte par terre et l’ouvre. Elle met le morceau de champignon à l’intérieur et s’éloigne. Henry apparaît.

Régina : Papa !

Jefferson : C’est dont ça qu’elle t’avait volé ? Ton père ?

Régina : La Reine de Cœur m’a toujours considéré comme une menace. Elle voulait avoir un moyen de contrainte. Je l’ai récupéré.

Henry : Les soldats de la Reine, il faut s’en aller.

Jefferson : Le chapeau n’en fera revenir que deux et tu le savais… C’est pour cela que tu ne m’as pas parlé de ton père.

Régina : C’était la seule façon d’être sûre que tu m’aiderais.

Jefferson essaie de s’en prendre à la Reine mais il est bloqué.

Jefferson : Non ! Attends ! Attends ! Attends ! Je t’en prie ! Et ma fille… Ma petite Grace… Elle m’attend, je lui ai promis de rentrer pour boire le thé.

Régina : Une promesse qu’à présent tu ne pourras plus tenir. Si comme tu le dis tu tenais à ta fille, tu n’aurais jamais accepté de partir. Tu avais raison Jefferson, on n’abandonne pas sa famille.

Régina et son père traversent le miroir.

Jefferson : Oh non ! Non ! Non !

Le Valet de Cœur et les gardes retrouvent Jefferson.

Le Valet de Cœur : Amenez-le à la Reine.

------------------------------

Jefferson est amené à la Reine de Cœur. Le Valet écoute les paroles de la Reine pour les répéter à la cours.

La Reine de Cœur : C’est dont vous qui accompagnez cette fourbe ?

Le Valet de Cœur : Sa majesté dit qu’elle sait que vous avez participé au vol qui vient d’être commis.

Jefferson : C’est la Reine qui m’a piégé…

Le Valet de Cœur : Le nom de la femme dont vous parler est Régina. Il n’y a qu’une seule Reine, la Reine de Cœur.

Jefferson : Oui, bien sûr, je vous prie de m’excuser. Puis-je parler ?

La Reine de Cœur : Comment a-t-il fait ?

Le Valet de Cœur : Sa majesté souhaite savoir comment vous êtes arrivé dans ce monde, ici au pays des merveilles.

Jefferson : Si je vous le dis, je pourrais retourner auprès de ma fille ?

La Reine de Cœur : Coupez-lui la tête !

La Reine de Cœur : Non !

Le bourreau de la Reine lui coupe la tête, un garde la maintient en l’air.

Jefferson : Oh ! Je suis vivant ? Je suis vivant !

Le Valet de Cœur : Si vous voulez récupérer votre corps alors dîtes-nous comment vous êtes venu ici.

Jefferson : Le chapeau. On s’est servi du chapeau. De mon chapeau.

La Reine de Cœur : Où est ce chapeau ?

Le Valet de Cœur : Où est-il ?

Jefferson : Elle me l’a volé… Régina.

Le Valet de Cœur : Si tout ce qu’il vous faut pour rentrer dans votre pays, c’est un chapeau, vous pouvez sûrement en fabriqué un autre.

Jefferson : Vous savez que non, que je ne peux pas. Un chapeau sans magie n’est qu’un couvre-chef, jamais ça ne marchera.

Le Valet de Cœur : Voici dont votre tâche, faîtes qu’il fonctionne.

–[Storybrooke]–

Emma a fini le chapeau que Jefferson lui a demandé.

Emma : J’y arriverais pas ! Ce que vous me demander est impossible.

Jefferson : Non ! C’est possible ! Sinon je ne rentrerai jamais chez moi ! Je serais maudit ici pour toujours.

Emma : Pourquoi ? Qu’est ce qu’elle a votre vie ? Cette maison est splendide ! C’est ça pour vous être maudit ?

Jefferson : Oui être maudit. Car comme a tous les gens qui sont dans cette ville, on m’a enlevé ce que j’aimais. Venez voir.

Emma regarde dans la longue-vue et voit une famille heureuse en train de dîner.

Jefferson : Elle s’appelle Grace, ici on l’appelle Paige. Mais c’est Grace. Mon trésor. Vous avez une idée de ce que ça fait, de le voir tous les jours heureuse, qui s’épanouit avec sa nouvelle famille ? Son nouveau père ?

Emma : Vous croyez que c’est votre fille ?

Jefferson : Je ne le crois pas. Je le sais. Je me le rappelle. Elle ne se souvient pas qui je suis, qu’on vivait ensemble, ni d’où on vient. Alors que moi si. C’est ça ma malédiction.

Emma : Vous vous souvenez ?

Jefferson : A quoi servent toutes ces choses, si je ne les partage pas avec elle ?

Emma : Si vous êtes sûr que c’est votre fille, pourquoi vous n’allez pas la voir ? Pourquoi vous ne lui dîtes rien ?

Jefferson : Je détruirai sa réalité ? Je suis pris au piège parce que je sais. Vous me croyez cruel à ce point ? Vous croyez que je veux qu’elle sache si c’est pour souffrir ? C’est déjà difficile de ne pas vivre là où on devrait, mais quand on le sait. Vous imaginez avoir conscience de deux réalités qui s’opposent ? Ca rend totalement cinglé.

Emma : Vous voulez que je fasse fonctionner le chapeau juste pour cette raison ? Vous voulez rentrez chez vous avec votre fille ? Dans votre monde.

Jefferson : C’est le seul monde où on pourra être ensemble… Où elle se rappellera qui je suis.

Emma : Je sais très bien ce que c’est que d’être séparé de son enfant.

Jefferson : Oui, c’est vrai vous le savez.

Emma : On a l’impression de perdre la tête parfois.

Jefferson : Je ne suis pas en train de perdre la tête. Je ne suis pas du tout cinglé. C’est bien réel.

Emma : Ca se peut. C’est peut-être réel.

Jefferson : Vous me croyez ?

Emma : Si ce que vous dîtes est vrai, la femme dans l’autre pièce, c’est ma mère. Et je peux vous dire que j’aimerai y croire plus que tout. Alors vous avez peut-être raison. Peut-être que je devrais avoir l’esprit plus ouvert. Peut-être que si je veux de la magie, je dois commencer à y croire.

Jefferson : Alors, c’est d’accord, vous allez m’aider ? Vous allez le faire fonctionner ?

Emma : Je vais essayer.

Emma prend le télescope et frappe Jefferson avec.

Emma : Sale tordu, tu l’as bien mérité.

Emma prend le pistolet de Jefferson et quitte la pièce.

------------------------------

Emma entre dans la pièce où est prisonnière Mary Margaret.

Emma : C’est moi. Ca va aller, je vais te sortir de là.

Mary Margaret : Emma.

Emma : Ca va aller. Il te fera plus de mal.

Jefferson entre en courant dans la pièce.

Mary Margaret : Emma, attention !

Jefferson attrape Emma. Ils se battent pendant ce temps là Mary Margaret se libère. Jefferson prend le dessus et ramasse son arme. Il met son chapeau sur la tête. On peut voir une cicatrice autour de son cou.

Jefferson : Coupez-lui la tête.

Mary Margaret qui est libre prend un maillet de Croquet et le frappe. Elle lui donne ensuite un coup sur le ventre avec le pied et il passe à travers la fenêtre.

Mary Margaret : Ca va ?

Emma : Ouais. Ouais.

Elles vont voir à la fenêtre, aucune trace de Jefferson.

------------------------------

Emma et Mary Margaret sont là où aurait du se trouver le corps de Jefferson. Mary Margaret ramasse le chapeau.

Emma : On dirait qu’il s’est évaporé.

Mary Margaret : Tu sais qui c’était ?

Emma : Un homme très seul et très perdu. Au fait, t’as pris des coups de kickboxing sans m’en parler ?

Mary Margaret : Non, je te jure que ça m’est venu comme ça.

------------------------------

Elles explorent la propriété et tombe sur la voiture d’Emma.

Mary Margaret : Emma, viens, voir.

Emma retrouve ses clés de voiture sur le siège conducteur.

Mary Margaret : Alors chérif, la suite c’est quoi ? Tu vas me ramener dans ma cellule ?

Emma donne ses clés à Mary Margaret.

Emma : Tiens, vas t’en.

Mary Margaret : Tu veux que je m’enfuie.

Emma : Non. Mais je te laisse le choix. Je préfère te prévenir, fuir c’est difficile, je le sais parce que je l’ai fait, une fois qu’on commence, on s’arrête plus.

Mary Margaret : Tout le monde croit que j’ai tué Kathryn.

Emma : Mary Margaret, il faut que tu me croies, il faut que tu aies confiance en moi. Je sais que ça semble impossible mais je peux te sortir de cette situation.

Mary Margaret : Pourquoi ce qui m’arrive est si important pour toi ?

Emma : Parce que lorsque Régina m’a piégée et que tu as payé ma caution, tu m’as dit que tu avais confiance en moi. Et quand j’ai voulu partir de Storybrooke parce que je croyais que c’était mieux pour Henry, t’as réussi à me persuader du contraire et c’est ça qui était le mieux pour lui. Je me suis rendue compte que j’avais été seule toute ma vie, derrière mon mur. Personne n’avait été là pour moi avant que je te connaisse, c’est quelque chose que je veux garder, je veux pas perdre ma famille.

Mary Margaret : Ta famille ?

Emma : Mes amis, si tu préfères. Enfin tu sais bien. Tu veux pas que je sois avec toi plutôt que d’être seule ?

Mary Margaret rend ses clés à Emma. L’horloge sonne.

Emma : Ta mise en accusation. Régina.

------------------------------

Régina se gare sur le parking du bureau du shérif. Elle entre et est surprise se trouver Mary Margaret dans sa cellule.

Mary Margaret : Madame le maire.

Régina : Tiens bonjour.

Mr Gold : Excusez-moi. Ma cliente ne reçoit aucun visiteur.

Régina : C’est une évidence.

Mr Gold : Alors je vous raccompagne.

------------------------------

Mr Gold et Régina sont dans les couloirs.

Régina : Qu’est-ce qu’elle fait ici ?

Mr Gold : Elle est revenue.

Régina : Tu avais dit Que ça marcherait à coup sûr, qu’elle prendrait la clé et qu’elle s’en irait.

Mr Gold : Ce qu’elle a fait. Mais on dirait que Mlle Swan a davantage de ressources que nous l’avons cru. Ne crains rien, Majesté. Mlle Blanchard est toujours accusée de meurtre. Tu peux encore avoir ce que tu veux.

Régina : Il y a plutôt intérêt. Si j’ai passé un accord avec toi, Gold, c’est que je voulais avoir certains résultats.

Mr Gold : Tu l’auras ce résultat, je te le promets. On se revoit à la mise en accusation.

Régina part

------------------------------

Henry est assis sur un banc. Emma le rejoint.

Emma : Henry. Voilà, j’ai trouvé Mary Margaret.

Henry : Comment elle va ?

Emma : Elle va bien. Enfin en dehors du fait qu’elle est accusée de meurtre, ça va.

Un groupe de fille passe près d’Henry. Paige salue Henry.

Paige : Salut Henry.

Emma : C’est qui elle ?

Henry : Elle s’appelle Paige. Elle est en classe avec moi.

Emma : Tu as ton livre avec toi ? Je peux le voir ?

Henry : D’accord. Pourquoi ?

Emma : J’ai juste quelque chose à vérifier.

Henry donne son livre à Emma qui l’ouvre à l’histoire de Jefferson.

Henry : Quoi qu’est-ce qu’il y a ?

Emma : Rien.

-[Le Pays des Merveilles - Passé]-

Jefferson est dans une pièce et fabrique des chapeaux.

Jefferson : Faîtes qu’il fonctionne. Faîtes qu’il fonctionne. Chapeau magique. Chapeau magique. Faîtes qu’il fonctionne. Faîtes qu’il fonctionne. Faîtes qu’il fonctionne. Faîtes qu’il fonctionne.

–[Storybrooke]–

Emma est fascinée par ce qu’elle lit dans le livre.

Henry : Emma ? Emma ?

La cloche sonne.

Henry : Là. Je dois y aller.

Emma : D’accord. Je peux le garder ?

Henry : Si t’en a envie.

Henry part rejoindre sa classe.

–[Real World]–

(Mary Margaret, who has escaped from her cell, has fled to the woods. Meanwhile, Henry sits on a bench reading his book at the station. Emma and Mr. Gold see him.)

Emma: Henry. What are you doing here?

Henry: I came to congratulate you.

Emma: For what?

Henry: Your genius plan.

Mr. Gold: And what plan’s that, Henry?

(Henry doesn’t respond.)

Mr. Gold: Right.

(Mr. Gold leaves Emma and Henry alone in the hall.)

Henry: Sorry. I thought Mr. Gold was in on it, now that he’s Miss Blanchard’s lawyer.

Emma: In on what?

Henry: The escape plan.

Emma: The what?

(Mr. Gold calls out from the other room.)

Mr. Gold: Sheriff, could you join me, please?

(They join Mr. Gold and see Mary Margaret’s empty cell.)

Mr. Gold: She’s gone.

Emma: Henry, what did you do?

Henry: Nothing. She was gone when I got here.

Mr. Gold: Her arraignment’s tomorrow. If she’s not there…

Emma: She’s a fugitive. Doesn’t matter if she’s convicted for Kathryn or not – she’s screwed. I have to go find her before someone notices she’s missing.

Mr. Gold: Oh, you mean Regina?

Emma: The arraignment’s at eight A.M. I’m sure she’ll be here bright and early to celebrate her victory.

Mr. Gold: Well, you have until eight A.M., then.

Henry: Uh, what about me? How can I help?

Emma: Go home.

Henry: Emma, if she leaves Storybrooke…

Emma: Not now, Henry. Come on.

Mr. Gold: Miss Swan, I know time is of the essence, but if Miss Blanchard doesn’t return… Her future’s in jeopardy. And if you’re caught helping her, so is yours.

Emma: I don’t care. I’d rather lose my job than my friend.

———–

(Emma gets in her car and drives down a deserted road near the woods. In the fog in the distance, a figure can be seen. Emma doesn’t notice in time, and narrowly avoids hitting a man. He jumps out of the way and falls down an incline. She gets out of her car to assist him.)

Emma: I’m so sorry! Are you okay? I didn’t see you there.

Jefferson: Uh, I think so.

Emma: Are you sure?

Jefferson: I’m fine. I’m not used to sharing the road with cars so late. You’re the Sheriff, aren’t you?

Emma: Yeah.

Jefferson: What brings you out here in the middle of the night?

Emma: Oh, nothing to worry about. I’m just looking for a lost dog.

Jefferson: Well, I hope you find it.

Emma: Thank you.

(Jefferson tries to walk, but has an obvious limp.)

Emma: Oh, you are hurt.

Jefferson: No, I just twisted my ankle, I think. I live just a mile down the road. I’ll make it okay.

Emma: No, let me drive you. I insist.

Jefferson: Thank you. I’m Jefferson.

Emma: Emma.

(The two of them get into Emma’s car.)

–[Fairy Tale World]–

(Jefferson runs through the woods, seemingly trying to escape from something. He stops to rest by a tree, but is caught by his daughter, Grace.)

Grace: Papa, I found you.

Jefferson: You certainly did. You must be part bloodhound, my dear Grace.

Grace: Now it’s my turn to hide, and you seek.

Jefferson: I’m afraid playtime’s over. Though, you can still use that nose of yours to hunt mushrooms. Enough to sell at market tomorrow. Do you think you can do that? Ready or not, here we come.

(They head back to their house, where the Evil Queen’s carriage is parked outside.)

Jefferson: Wait.

Grace: Whose carriage is that?

Jefferson: The Queen’s.

Grace: In our house? Do you know her?

Jefferson: Of course not. Now, listen carefully. Hey. I want you to stay hidden in the woods. Like our game. I’m going to find out what she’s doing here.

(Jefferson enters the house, while Grace runs off into the forest. Inside, the Evil Queen is waiting.)

Evil Queen: I’d like to say you’re looking well, Jefferson, but I’d be lying. Poverty doesn’t suit you.

Jefferson: What are you doing here, Regina?

Evil Queen: I have a job for you.

Jefferson: I don’t do that anymore.

Evil Queen: Yes, I heard you hung up your hat. Why? Is it because of your sweet daughter Grace?

Jefferson: Because of my work, she lost her mother. I don’t want her to lose her father, too.

Evil Queen: So, now you’re foraging for fungus. What kind of future does your daughter have here with you? Do this one last favour for me, and you can give her the life she deserves.

Jefferson: That’s why I’m staying. You don’t abandon family. That’s… What she deserves. Now, please leave.

Evil Queen: All I need is your special skills to get me somewhere. Somewhere you’ve been before. Do it, and I can change your life.

(She hands him a piece of paper.)

Jefferson: What business could you possibly have there?

Evil Queen: Something of mine was taken and found its way over there. I want it back.

Jefferson: Then, find someone else to get it.

Evil Queen: I see. Hard living has strengthened your resolve. Well, I’m sorry I couldn’t convince you, but I understand. There’s nothing more important than family.

–[Real World]–

(Emma and Jefferson pull up to a large house on a hill. The two of them get out.)

Emma: Wow. This is your house? It looks more like a hotel. You must have a huge family.

Jefferson: Nope. It’s just me.

(Emma sees Jefferson struggling to get up the stairs, and goes to help him inside.)

Emma: Here. Wait.

(Inside, Emma is waiting in the living room when Jefferson enters with a tea tray.)

Jefferson: Here we go. I thought you might want to warm up for your search. It’s cold out there.

Emma: That is kind of you, but I think I should get back to it.

Jefferson: I know. That’s why I brought this. I’m a bit of an amateur cartographer – mapping the area is a hobby. Maybe, this will help you track down your dog.

(He lays out the map on a table.)

Emma: Wow.

Jefferson: What’s his name?

Emma: Spot.

Jefferson: Cute.

(Emma looks over the map while she sips her tea. She begins to act drowsy.)

Emma: Well, Route Six runs the boundary of the forest, so… So, if I just follow that, I should… Be able to…

Jefferson: Is something wrong?

Emma: I’m just, uh… Feeling a little…

(Jefferson catches Emma and drags her over to the couch.)

Jefferson: Oh. Let me help you.

Emma: Dizzy.

Jefferson: Let’s just lie you down here. There you go. Let me get you some air.

Emma: Your limp…

Jefferson: Oh. That. I guess you caught me.

Emma: Who are you?

–[Fairy Tale World]–

(Jefferson and Grace are at an outdoor market. They come to an old woman, who is selling toys.)

Grace: The toy cart!

Woman: Come.

(Grace picks up a stuffed rabbit.)

Grace: Wouldn’t this make the perfect guest for our tea parties, Papa? Can I have him? Please?

Jefferson: Excuse me. How much for the rabbit?

Woman: That costs one silver.

Jefferson: Would you take it for eight coppers? It’s all I have.

Woman: Oh, you are good father. Your last coppers for your little girl’s happiness, ah?

Jefferson: Thank you.

Woman: Oh, I did not say I accept. Alas, I cannot take less than one silver. The economy. You understand.

Grace: It’s okay, Papa. Come on – people are waiting.

Jefferson: I will not take no for an answer.

Grace: Papa, please. I don’t need it.

Jefferson: Come on, sweetie.

(The old woman walks away from the crowd to a mirror.)

Mirror: Well, that was awfully cruel. You could at least let the girl have her toy.

Evil Queen: Where’s the fun in that?

(The old woman’s face briefly morphs into the Evil Queen’s.)

–[Real World]–

(Emma wakes up bound and gagged on the couch. She looks around and sees that Jefferson is gone. She sits up and notices her fallen teacup on the floor. Emma throws a pillow over the cup to muffle sound, and then breaks it with her feet. She manoeuvers herself onto the floor, grabs a shard of the broken cup, and cuts through her binds. She tries to open one of the windows, but discovers that they’re all locked. By the windows, there is a telescope pointed at the Sheriff’s station. Emma hears a noise coming from the room across the hall. She peeks in and sees Jefferson sharpening a pair of scissors.)

–[Fairy Tale World]–

(At their home, Jefferson finishes making a stuffed rabbit. He places it on a chair next to Grace, who is having a tea party.)

Jefferson: I know it’s not the same as what you wanted.

Grace: I love it, Papa. Thank you.

(Grace pretends to pour tea.)

Grace: Mm. This is really good. Don’t you think so, Mr. Tortoise? Papa, do you like your tea?

Jefferson: Grace… I want you to go to the neighbours’ for the rest of the day. There’s work I have to do.

Grace: Can’t I come with you? I like being with you in the forest.

Jefferson: I’m not going to the forest, sweetie.

Grace: This has to do with the Queen’s visit, doesn’t it? Whatever she wants you to do, don’t do it.

Jefferson: Grace, I have to. I want you to have what you need.

Grace: All I need is you, Papa. Please, stay.

Jefferson: Come here. I know. I’m sorry, baby. I have to go.

Grace: Just promise me you’ll come back. You have to promise.

Jefferson: Of course.

Grace: For our tea party. Promise?

Jefferson: I promise. I won’t miss it for the world. Go.

(Grace leaves. Jefferson opens a locked chest, and pulls out a hat box.)

–[Real World]–

(Emma slows edges out into the hallway. She slowly creeps down the hall, but steps on a creaky floorboard. Panicking, she quickly enters the closest room. Inside, Mary Margaret is gagged and tied to a chair. Emma starts to untie her.)

Emma: What is going on?

MMB: Emma, thank God.

Emma: What are you doing here?

MMB: I was in the woods, trying to get away. Then, this man appeared out of nowhere and grabbed me. Why are you here?

Emma: I’ve been trying to find you. You escaped, remember? How did you get out?

MMB: There was a key… In my cell, under my pillow. Someone put it there.

Emma: Who?

MMB: I don’t know. I’d like to know just as much as you.

(Once Mary Margaret is free, they both head for the door. Emma checks the hall and sees that it’s clear. The two of them start down the hallway, but are stopped by Jefferson. He’s armed with a gun.)

Jefferson: I see you found Spot.

Emma: I’ve already called for backup. They’ll be here any second.

Jefferson: You haven’t called anybody. For the same reason you didn’t tell me about her. You don’t want anybody to know you’re here, which means, nobody does. So, now tie her back up.

(Emma ties Mary Margaret to the chair, again.

MMB: Emma…

Emma: It’s going to be okay.

(She gags her.)

Emma: Your telescope – you’ve been watching me. Why?

Jefferson: I need you to do something.

–[Fairy Tale World]–

(Jefferson meets with the Evil Queen at her castle. He enters with the hat box and is escorted by several guards.)

Evil Queen: Jefferson. So good to see you looking more like yourself. I assume you’re here because you’ve reconsidered my offer?

Jefferson: I want your guarantee. That, if I do what you ask, my daughter will want for nothing.

Evil Queen: You have my word. Now, let’s open that box of yours and see what it can do.

(He pulls a top hat out of the box.)

Evil Queen: I do so like a man who dresses for the occasion.

(Jefferson places the hat on the floor and spins it. It begins to spin on its own.)

Jefferson: Step back.

(The hat forms a purple vortex.)

Jefferson: After you!

Evil Queen: Together!

(They link arms.)

Jefferson: Hold on!

(They both jump into the vortex and are transported elsewhere.)

–[Real World]–

(Jefferson brings Emma to a room with several top hats lining the walls.)

Emma: I don’t know what you think you’re doing, but if you hurt my friend, I swear I’ll make you regret it.

Jefferson: Hurt her? I’m saving her life.

Emma: How do you figure that?

Jefferson: Don’t play stupid. We both know what happens when people try to leave Storybrooke.

Emma: What are you talking about?

Jefferson: The curse.

Emma: What curse?

Jefferson: The one keeping us all trapped. All except you.

Emma: Have you been reading Henry’s book?

Jefferson: Henry? You mean the Queen’s father?

Emma: Henry, the mayor’s adopted kid.

Jefferson: Oh, Henry. Your Henry. And his book of stories. The ones that you choose to ignore. Maybe, if you knew what I know, you wouldn’t.

Emma: Why have you been spying on me?

Jefferson: Because, for the last twenty-eight years, I’ve been stuck in this house. Day after day, always the same. Until one night, you, in your little yellow bug, roll into town, and the clock ticks, and things start to change. You see… I know what you refuse to acknowledge, Emma. You’re special. You brought something precious to Storybrooke – magic.

Emma: You’re insane.

Jefferson: Because I speak the truth?

Emma: Because you’re talking about magic.

Jefferson: I’m talking about what I’ve seen. Perhaps, you’re the one that’s mad.

Emma: Really?

Jefferson: What’s crazier than seeing and not believing? Because that’s exactly what you’ve been doing since you got to our little hamlet. Open your eyes. Look around. Wake up. Isn’t it about time?

Emma: What do you want?

Jefferson: I want you to get it to work.

(Jefferson sits Emma down in front of a table of sewing supplies and materials.)

Emma: You want me to get what to work?

Jefferson: You’re the only one that can do this. You’re going to get it to work.

–[Fairy Tale World]–

(Jefferson and the Evil Queen end up inside Jefferson’s hat. There are several different coloured doors lining the walls.)

Evil Queen: I forgot how magnificent you are.

Jefferson: I’m not here to relive the past. I’m here for my daughter.

(He points toward a door made of glass.)

Jefferson: Here – this is the entrance. It’s important that we stick together. Same amount of people that go through have to come back. No more, no less. It’s the hat’s rule, not mine.

Evil Queen: I understand.

(They enter through the mirrored door and arrive in Wonderland. Along the path, they encounter the Caterpillar.)

Caterpillar: Who are you? Who? Who?

Jefferson: I hate Wonderland.

–[Real World]–

(Emma and Jefferson are still in the sewing room.)

Jefferson: Make one like that.

Emma: You want me to make a hat? You don’t have enough?

Jefferson: Well, none of them work, do they? Or else you wouldn’t be here. Now, make a hat, and get it to work.

Emma: I don’t-

Jefferson: You have magic. You can do it.

Emma: The hats, the tea, your psychotic behavior… You think you’re the Mad Hatter.

Jefferson: My name’s Jefferson.

Emma: Okay. You’ve clearly glommed onto my kid Henry’s thing. They’re just stories. The Mad Hatter is in Alice in Wonderland – a book. A book I actually read.

Jefferson: Stories. Stories? What’s a story? When you were in high school, did you learn about the Civil War?

Emma: Yeah, of course.

Jefferson: How? Did you read about it, perchance, in a book? How is that any less real than any other book?

Emma: History books are based on history.

Jefferson: And storybooks are based on what? Imagination? Where does that come from? It has to come from somewhere. You know what the issue is with this world? Everyone wants some magical solution for their problem, and everyone refuses to believe in magic. Now, get it to work.

Emma: Here’s the thing, Jefferson – this is it. This is the real world.

Jefferson: A real world. How arrogant are you to think yours is the only one? There are infinite more. You have to open your mind. They touch one another, pressing up in a long line of lands. Each just as real as the last. All have their own rules. Some have magic, some don’t. And some need magic. Like this one. And that’s where you come in. You and your friend are not leaving here, until you make my hat. Until you get it to work.

Emma: And then what?

Jefferson: Then I go home.

–[Fairy Tale World]–

(In Wonderland, Jefferson and the Evil Queen come to a hedge maze.)

Jefferson: You want to go in there?

Evil Queen: What I want is a short walk through.

Jefferson: A short walk? You know who this belongs to.

Evil Queen: The Queen of Hearts. She’s not one for subtlety.

Jefferson: This wasn’t part of our deal. You know what she does to anyone that crosses her.

Evil Queen: Indeed. Better than most. You can’t leave Wonderland without me. Two go through, two go back. You’re not going to let the Queen of Hearts keep you from returning to your daughter, are you?

(Jefferson says nothing and begins to follow her.)

Evil Queen: That’s what I thought.

Jefferson: Wait.

(He picks up a branch from the ground and throws it towards one of the walls. The hedge grabs the branch and pulls it into the wall.)

Jefferson: Stay away from the walls.

Evil Queen: I’ve got a better idea. The walls should stay away from me.

(The Evil Queen magically creates a fireball, and blasts a path through the maze. The two of them proceed until they reach they reach a vault containing a wall of hearts like the Evil Queen’s. She pulls a drawer open and takes out the box.)

Jefferson: Okay? You got what you need. Shall we?

(The two of them go to leave, but are suddenly ambushed by several of the Queen of Hearts’ guards.)

Guard: Trespassers! Halt!

(Jefferson and the Evil Queen begin to run through the hedge maze. The guards follow and try to stop them, but are thwarted by the Evil Queen’s magic. They run back to the burned path, where the Evil Queen magically causes the hedges to reform. They end up back at the mirrored door they entered through.)

Jefferson: The Looking Glass! There it is!

(Jefferson sees that the Evil Queen has stopped.)

Jefferson: C- What are you doing? We can’t stop now. We got to get out of here.

Evil Queen: There’s something I need to do first.

(She breaks off a piece of mushroom.)

Evil Queen: A little snack.

Jefferson: Are you mad? Do you know what the food here does?

Evil Queen: I’m well aware.

(The Evil Queen sets the opened box on the ground and places the piece of mushroom inside. Purple smoke emerges from the box and materializes into Henry I.)

Evil Queen: Oh, daddy!

Jefferson: This is what she took from you? Your father?

Evil Queen: The Queen of Hearts has always seen me as a threat. So, she wanted some leverage. I got it back.

Henry I: The Queen’s soldiers – we must hurry.

Jefferson: You knew only two can go through the hat… Which is why you didn’t tell me about your father.

Evil Queen: It was the only way to make sure you’d help me.

(Jefferson tries to chase after them, but his feet are swallowed by the ground.)

Jefferson: Wait! Wait! Wait, please. My daughter… My Grace… She’s… She’s waiting for me. I promised her I’d… I’d be home for tea.

Evil Queen: A promise which you now have broken. If you truly cared for your daughter, you never would’ve left her in the first place. You were right, Jefferson. You don’t abandon family.

(The Evil Queen and her father go through the mirrored door.)

Jefferson: No! No…

(The Queen of Hearts’ men finally catch up to Jefferson. Two of the guards drag him away.)

Knave of Hearts: Take him to the Queen.

———–

(The guards bring Jefferson before the Queen of Hearts and several other citizens of Wonderland. Her face is covered by a veil and uses a tube to speak through.)

Knave of Hearts: Her Majesty says she knows you’re responsible for helping to steal from her.

Jefferson: The Queen, she tricked me-

Knave of Hearts: That woman’s name is Regina. There is only one Queen – the Queen of Hearts.

Jefferson: Yes, of course. My apologies. Now, please…

Knave of Hearts: Her Majesty wishes to know how you got to this world. How did you come to Wonderland?

Jefferson: If I tell you, will you let me go home to my daughter?

Queen of Hearts: Off with his head.

(One of the guards decapitates Jefferson with an axe. However, he does not die. Another guard holds up his head.)

Jefferson: I’m alive? I’m alive!

Knave of Hearts: If you wish your body back, then answer. How did you get here?

Jefferson: The… The… The hat. My hat. We used my hat.

Knave of Hearts: Where’s the hat now?

Jefferson: She took it – Regina.

Knave of Hearts: If all you require to travel to your homeland is this magic hat, then surely, you could make another.

Jefferson: I can’t. A hat without magic is just a hat. It won’t work.

Knave of Hearts: Then, there’s your task. Get it to work.

–[Real World]–

(Emma and Jefferson are still in the sewing room. Emma has made a top hat.)

Emma: I can’t make it work. What you’re asking me is impossible.

Jefferson: No! It has to be. If it’s not, I’m never going home. I’ll be cursed to live in this house forever.

Emma: What is so cursed about your life? Look at this place. It’s beautiful. It doesn’t seem cursed to me.

Jefferson: It’s cursed because, like everyone else here, what I love has been ripped from me. Take a look.

(He gestures for Emma to look through a telescope. She sees a little girl and her family eating dinner at home.)

Jefferson: Her name is Grace. Here, it’s Paige. But it’s Grace. My Grace. Do you have any idea what it’s like to watch her day in and day out, happy, with a new family? With a new father?

Emma: You think she’s your daughter?

Jefferson: I don’t think – I know. I remember. She has no idea who I am. Our life together, where we come from. I do. That’s my curse.

Emma: To remember.

Jefferson: What good is this house, these things, if I can’t share them with her?

Emma: If you really think she’s your daughter, why don’t you reach out to her? Why don’t you tell her?

Jefferson: And destroy her reality? I’m trapped by knowledge. How cruel do you think I am? You think I’d inflict that awareness on my daughter? It’s hard enough to live in a land where you don’t belong. But knowing it, holding conflicting realities in your head…will drive you mad.

Emma: That’s why you want me to make the hat work, isn’t it? You just want to take Grace home – to your world.

Jefferson: It’s the one world where we can be together… Where she’ll remember who I am.

Emma: I know what it’s like to be separated from your kid.

Jefferson: Yeah, you do, don’t you?

Emma: It can make you feel like you’re losing your mind.

Jefferson: I’m not losing my mind. I’m not crazy. This is real.

Emma: Maybe. Maybe, it is.

Jefferson: You believe?

Emma: If what you say is true, that woman in the other room is my mother. And I want to believe that more than anything in the world. So, maybe you’re right. Maybe, I need to open myself up more. Maybe, if I want magic, I have to start believing.

Jefferson: So, you’re… You’re going to help me? You can get it to work?

Emma: I can try.

(When Jefferson turns around, Emma grabs the telescope and hits him in the head. He’s knocked unconscious.)

Emma: Crazy son of a bitch.

(Emma takes Jefferson’s gun and heads to the room where Mary Margaret is tied up. She ungags her and begins to untie her.)

Emma: Hey. It’s alright. I’m going to get you out of here. You’re going to be okay. He can’t hurt you anymore.

MMB: Emma! Look out!

(Jefferson tackles Emma, who then falls into Mary Margaret, causing the three of them to fall on the floor. The gun is knocked from Emma’s hand, and she and Jefferson scramble for it. The two of them fight, while Mary Margaret tries to untie herself from the chair. Jefferson eventually wrestles away the gun and points it at Emma. The scar around his neck can now be seen.)

Jefferson: Off with his head.

(Mary Margaret frees herself and grabs a croquet mallet, which she uses to hit Jefferson. While he is temporarily distracted, Mary Margaret kicks him out the window.)

MMB: Are you okay?

Emma: Yeah.

(They look out the window, but Jefferson is gone and only the hat remains. The two of them head outside.)

Emma: There’s no sign of him anywhere.

MMB: Who was he?

Emma: A very lonely man. By the way, have you been taking kickboxing and not telling me about it?

MMB: I have no idea where that came from.

(They walk around the side of the house, and discover Emma’s car under a tarp.)

MMB: Emma, look.

(Emma removes the tarp and looks inside. She finds the keys in the car.)

MMB: So, Sheriff, I guess you’ll be taking me back now.

(Emma throws the keys to Mary Margaret.)

Emma: Here. Go.

MMB: You want me to run?

Emma: No, but it’s your choice. Just know something – running ain’t easy. I’ve done my share of it. And once you go, there’s no stopping.

MMB: Emma, everyone thinks I killed Kathryn.

Emma: Mary Margaret, you have to believe me. You have to trust me. I know it seems impossible, but I can get you out of this.

MMB: Why is it so important to you what happens to me?

Emma: Because, when Regina framed me, and you bailed me out, I asked you why. And you said you trusted me. And then, when I wanted to leave Storybrooke cause I thought it was best for Henry, you told me I needed to stay because that was the best for him. And I realized, all my life, I have been alone. Walls up. Nobody’s ever been there for me – except for you. And I can’t lose that. I cannot lose my family.

MMB: Family?

Emma: Friends. Whatever. You know what I mean. Wouldn’t you rather face this together than alone?

(Mary Margaret gives the keys back to Emma. In the distance, the clock chimes.)

Emma: The arraignment. Regina.

———–

(Regina arrives at the station. Inside, she is surprised to find Mary Margaret sitting in her cell reading the newspaper.)

MMB: Madam Mayor.

Regina: Good morning.

(Mr. Gold appears.)

Mr. Gold: Excuse me, but my client is not having any visitors.

Regina: Of course not.

Mr. Gold: I’ll see you out.

(Mr. Gold and Regina go out into the hall.)

Regina: What is she doing here?

Mr. Gold: She came back.

Regina: You said this was going to work. That she’d take the key, that she’d go.

Mr. Gold: And she did. But, it seems that Miss Swan is rather more resourceful than we thought. Fear not, Your Majesty. Miss Blanchard is still guilty of murder. You may yet get what you want.

Regina: Oh, I better. The only reason I made a deal with you, Gold, is because I wanted results.

Mr. Gold: And results you shall have. See you at the arraignment.

———–

(Henry is sitting on a bench outside of his school, when Emma approaches him.)

Emma: Henry. Well, I found Mary Margaret.

Henry: How is she?

Emma: She’s okay. Other than being on trial for murder, she’s fine.

(A group of kids walk past them.)

Paige: Hi, Henry.

Emma: Who is that?

Henry: Her name is Paige. She goes to school with me.

Emma: Henry, do you have your storybook with you? Can I see it?

Henry: Yeah. Why?

Emma: I’m just curious about something.

(Henry takes the book out of his backpack and gives it to Emma. Emma flips to the story about Jefferson.)

Henry: What? What is it?

Emma: Nothing.

Henry: Emma? Emma?

(The bell rings.)

Henry: I got to go.

Emma: Right. Can I hold on to this?

Henry: Absolutely.

–[End]–

Kikavu ?

Au total, 230 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Elonarose 
24.03.2019 vers 12h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
01.12.2018 vers 22h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
27.10.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Survivor
Hier à 23:59

Suite de Mots
Hier à 23:59

OUAT du Mois
Hier à 23:58

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

fairgirl, Avant-hier à 22:08

Bonsoir tout le monde ! De nouveaux sondages vous attendant sur les quartiers "Sex and the City" et "Ce que j'aime chez toi". merci !

SeySey, Hier à 09:48

Bonjour! Nouveau sondage sur le quartier Suits, pas besoin de connaître la série

SeySey, Hier à 16:08

Nouveau sondage spécial rentrée sur le quartier Manifest, pas besoin de connaître la série ! ;D

Luna25, Hier à 23:02

Nouveau pdm et nouveau duel sur le quartier Legends of tomorrow !

Luna25, Hier à 23:02

Venez soutenir Wyatt Halliwell ou Will Byers sur le quartier Legends of tomorrow !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site