VOTE | 821 fans

#119 : Le bon fils

Centré sur : Rumplestiltskin
Titre VO : The Return
Titre VF :  Le bon fils
Diffusion USA : 22/04/2012
Diffusion FR : 11/01/2013
Captures

Résumé court : A Storybrooke, Emma tente de confronter Regina à propos de Kathryn. Pendant ce temps, M. Gold essaye d’en apprendre plus sur la véritable identité d’August. Dans le monde magique, Bealfire tente de convaincre son père de redevenir l’homme qu’il était.

Popularité


4.2 - 10 votes

Titre VO
The Return

Titre VF
Le bon fils

Vidéos

Promo #2 VO

Promo #2 VO

  

Rumple passe un contrat avec Bae VO

Rumple passe un contrat avec Bae VO

  

Plus de détails

Titre VO : The Return
Titre VF : Le bon fils

Première diffusion US : 22 avril 2012 (ABC)
Première diffusion FR : 12 janvier 2013 (M6)
Première diffusion BE : 08 octobre 2012 (BeTV)

Audience US : 8,8 millions.

Ecrit par : Jane Espenson
Réalisé par : Paul A. Edwards

 

Résumé:

A Storybrooke, Emma tente de confronter Regina à propos de Kathryn. Pendant ce temps M. Gold essaye d’en apprendre plus sur la véritable identité d’August. Dans le monde magique, Bealfire tente de convaincre son père de redevenir l’homme qu’il était.

 

Acteurs secondaires:

Eion Bailey .... August W. Booth

Dylan Schmid .... Bealfire

Raphael Sbarge .... Archie Hopper

David Anders .... Dr. Whale

Keegan Connor Tracy .... Fée bleue / La Mère supérieure

Giancarlo Esposito .... Sidney Glass

Anastasia Griffith .... Kathryn Nolan

Meghan Ory .... Ruby

Beverley Elliott .... Granny

Conner Dwelly .... Morraine

Jarod Joseph .... Billy

Chritina Gooding .... Servante muette

The Return

 

August est en train de s’agiter dans son lit. Il semble avoir mal à la jambe et essaye de se lever mais tombe au sol. Il se relève et se dirige vers le téléphone. Il compose un numéro et dit qu’il faut accélérer le plan car ça va prendre trop de temps. Quelques minutes plus tard il retrouve Henry dans une rue de la ville. Il lui demande s’il est prêt et Henry lui répond « toujours ». Henry traverse la rue et entre dans la boutique de M. Gold. Pendant ce temps August contourne la boutique afin de rentrer par la porte de derrière. A l’intérieur de la boutique, Henry demande conseil à Gold car il veut offrir un cadeau à Mary Margaret mais ne sais pas quoi. Gold lui montre alors ce qu’il a en rayon. Pendant ce temps, August pénètre dans la boutique par la porte de derrière et commence à chercher quelque chose. Quelques minutes plus tard, Gold le surprend et lui demande s’il peut l’aider. August lui répond qu’il cherche des cartes pour sa collection. Gold lui dit qu’il se trouve dans son bureau et que les cartes sont dans l’autre pièce. August quitte la pièce laissant derrière lui un M. Gold perplexe. Emma quant à elle se rend à l’hôpital afin d’entrégorger Kathryn. Kathryn lui dit qu’elle se souvient avoir eu un accident de voiture puis d’une cave noire et enfin qu’elle s’est réveillée dans un champ près de la ville et qu’elle a commencé à marcher. Emma lui demande si elle se souvient d’une voix, d’une odeur ou d’un parfum mais Kathryn ne se souvient de rien. Elle demande à Emma si durant son absence ils l’ont cru morte et Emma lui dit que son ADN correspondait au cœur retrouvé, ce qui veut dire que quelqu’un a falsifié les tests ADN. Kathryn demande alors pourquoi on aurait fait ça et Emma lui répond que quelqu’un essaye de piéger Mary Margaret. Kathryn demande alors qui pourrait faire une telle chose. Pendant ce temps, Regina se rend à la boutique de M. Gold en l’accusant qu’il a rompu leur marché. Il lui répond qu’il a rompu qu’un seul marché dans sa vie et que ce n’est pas celui-ci. Regina s’énerve et lui dit que Kathryn devait mourir et que Mary devait porter le chapeau. Gold, fier de lui, lui fait remarquer qu’elle n’a pas mentionné le verbe « tuer » dans le marché mais qu’elle avait demandé que quelque chose de tragique arrive à Kathryn et qu’un enlèvement est tragique. Regina lui fait remarquer que la soudaine réapparition de Kathryn va faire germer des questions chez les habitants. Gold l’interrompt en lui disant qu’ils vont se demander qui a mit la clé dans la cellule. Regina comprend qu’Emma va remonter jusqu’à elle mais que ça n’a pas de sens car ils travaillent ensemble depuis le début. Elle lui demande alors pourquoi il a fait ça. Gold lui répond que puisque sa majesté est si intelligente, elle n’a qu’à trouver par elle-même.

Dans le monde magique, Bealfire est en train de jouer à la balle avec d’autres enfants devant sa maison. Soudain la balle va sur la route et le garçon se précipite pour la récupérer, manquant de peu de se faire renverser par une charrette. Le propriétaire de la charrette le reconnait et s’excuse plusieurs fois comme s’il avait peur de quelque chose et lui propose de lui donner de la nourriture. A ce moment là, Rumplestiltskin sort de sa maison et demande ce qu’il se passe. L’homme lui dit qu’il est désolé et que ce n’est pas de sa faute. Bealfire dit à son père que ça va et qu’il n’a rien mais Rumplestiltskin remarque que son fils saigne au niveau du genou. L’homme tente de se défendre mais Rumplestiltskin utilise sa magie pour transformer l’homme en escargot. Rumplestiltskin s’avance vers l’escargot et l’écrase, scandalisant tous les gens qui s’étaient rassemblé autour.

A Storybrooke, David se rend à l’hôpital pour voir Kathryn. Lorsque celle-ci se réveille il lui dit qu’il est désolé de lui avoir fait du mal et de l’avoir trompé. Kathryn lui répond que ce n’est pas grave. Elle lui demande de la laisser pour qu’elle puisse se reposer. Plus tard, Granny entre dans l’appartement de Mary où a lieu une petite fête à l’occasion de son retour à la maison. L’appartement est remplit de personnes soutenant Mary telles qu’August, Henry, Archie, Ruby, le Dr. Whale, M. Gold … Henry et August discutent de l’opération. Henry lui demande s’il a trouvé ce qu’il cherchait dans le bureau de M. Gold mais August lui répond qu’il n’a rien trouvé mais qu’il sent que Gold va le trouver. Il suggère à Henry de donner son cadeau à Mary et le garçon s’exécute. Il lui donne une carte de la part de sa classe et le cadeau  qui est une cloche. Emma décide qu’il est temps de ramener Henry chez lui et lorsqu’elle passe la porte de l’appartement elle tombe sur David. Elle lui dit que Mary est fatiguée et qu’il devrait lui laisser du temps. Elle demande à David de raccompagner Henry et re-rentre dans l’appartement. M. Gold l’accueille en lui disant que c’est dur de se séparer de son fils. Emma lui demande si il a quelque chose à voir avec la soudaine réaparition de Kathryn et Gold, au lieu de répondre, lui demande de quel côté elle pense qu’il est. Emma lui répond qu’il est peut être des deux côtés. Gold change de sujet et lui demande si elle connait un homme qu’il pointe de doigt. Emma lui répond qu’il s’agit d’August. Gold lui révèle qu’il est venu fouiller dans sa boutique et lui demande si elle a confiance en lui. Elle lui répond qu’elle a plus confiance en August qu’en lui.

Rumplestiltskin et son fils rentrent dans leur maison. Rumplestiltskin demande à sa servante, Onora, de leur servir de la soupe. Bealfire regarde son genou écorché et lorsque son père veut le soigner avec sa magie il refuse préférant utiliser l’ancienne méthode. Bealfire dit à son père qu’il a changé et pas dans le bon sens. Rumplestiltskin lui répond qu’il a mit fin à la guerre des Ogres et permit aux enfants de rentrer chez eux. Bealfire lui dit qu’il peut arrêter de faire tout ça. Rumplestiltskin lui dit qu’il ne peut pas. Il sort la dague qui détient son pouvoir et lui dit que si on le tue avec ça il perdra tous ses pouvoirs. A ce moment là la servante rentre dans la pièce avec une casserole de soupe. Rumplestiltskin range vite la dague. Une fois qu’elle a posé le plat sur la table, il lui fait signe de partir. Bealfire lui demande s’il accepterait de redevenir comme avant s’il trouve un moyen qui ne va pas le blesser. Rumplestiltskin lui demande s’il n’est pas heureux comme ça et lui demande ce qu’il aimerait avoir. Bealfire lui répond qu’il aimerait avoir son père. Rumplestiltskin lui répond que s’il trouve un moyen il le fera. Bealfire lui tend alors la main et Rumplestiltskin la lui serre. Le marché est conclu.

A Storybrooke, M. Gold est en train de crocheter la serrure de la chambre d’August. Une fois la porte ouverte il pénètre dans la pièce et se dirige vers la machine à écrire qui se trouve sur le bureau. Un tas de feuilles près de la machine à écrire attire son attention. Il les regarde une à une et tombe sur un dessin de la dague de Rumplestiltskin. Pendant ce temps, Emma se rend au diner et va s’assoir à la table de Sidney. Elle lui montre le micro qu’elle a trouvé dans son pot de fleur et lui dit qu’elle va trouver un moyen de faire tomber Regina. Sidney lui répond qu’elle peut essayer mais qu’elle n’y arrivera pas. Emma lui demande alors s’il est amoureux de Regina. Sidney ne répond pas et regarde la table. Avant de partir, Emma lui conseille de bien réfléchir car une fois qu’elle aura trouvé la preuve ils tomberont tous les deux. De son côté, August monte sur sa moto et commence à rouler. Il est suivit par la voiture de M. Gold.

Rumplestiltskin et Bealfire marchent dans la forêt enchantée. Ils rencontrent des enfants qui jouent à se battre avec des bouts de bois. Rumplestiltskin lui dit d’aller jouer avec eux car il a des choses à faire dans la forêt. Lorsqu’il s’approche des enfants, ceux-ci ont peur et s’enfuient. Bealfire va donc s’assoir un peu plus loin tout seul. Après quelques secondes, une jeune fille blonde s’approche de lui. Il s’agit de Morraine. Bealfire lui dit de faire attention car il est dangereux. Elle lui répond que les gens ont peur de son père mais pas elle car elle l’a vu arrêter les combats. Bealfire lui répond qu’il devient pire de jour en jour mais qu’il a accepté de redevenir comme avant s’il trouve un moyen. Désespéré, il  lui annonce qu’il ne sait pas où chercher. Morraine lui dit d’aller voir Reul Ghorm et que c’est lui qui détient le pouvoir originel. A ce moment là, Rumplestiltskin revient et Morraine s’en va. Bealfire remarque que les bottes de son père son tachées de sang. Rumplestiltskin lui dit qu’ils ont besoin d’une nouvelle bonne car l’ancienne est morte car ellea vu la dague. Bealfire lui répond qu’elle était muette et qu’elle n’aurait rien dit.

A Storybrooke, August parle à la mère supérieure pendant quelques secondes et part du couvent. M. Gold, qui a suivit August, se dirige vers la sœur pour lui parler. Il lui demande ce que voulait l’homme qui est venu. La sœur lui répond qu’elle n’a pas à le lui dire mais Gold la menace de doubler le loyer. La sœur lui répond qu’il est venu chercher des conseils car il vient récemment de retrouver son père et qu’il ne sait pas quoi faire.

Pendant la nuit, Bealfire marche dans la forêt afin de trouver Reul Ghorm. Il l’appelle mais l’homme ne vient pas. A la place la fée supérieure apparait et lui dit qu’elle peut l’aider. Bealfire lui dit que son père est le cavalier Ténébreux. La fée lui répond qu’elle ne peut pas le faire redevenir comme avant mais qu’elle peut l’envoyer à un endroit où il ne pourra plus utiliser ses pouvoirs. Bealfire lui dit qu’il ne veut pas que son père aille en prison car il veut rester avec lui. La fée lui dit qu’elle pensait à un endroit sans magie, dans un autre monde. Elle lui demande s’il serait prêt à tout quitter pour partir et Bealfire lui répond qu’il partira si ça peut faire revenir son père. La fée lui donne alors un haricot magique et lui dit de l’emmener de partout et que tant qu’il sera avec eux ils seront saufs. Sur ces paroles la fée disparait et Bealfire commence à courir à travers la forêt.

Il fait nuit à Storybrooke. Mary marche dans les rues et passe devant David qui l’attendait. Dans un premier temps elle l’ignore et continu son chemin. Mais David la suit et s’excuse de son comportement. Il lui fait comprendre qu’il est humain et que comme tous les habitants de la ville il croyait qu’elle était coupable à cause des preuves retrouvées chez elle.

Lorsque Bealfire rentre chez lui son père est en train de tisser du fil. Il lui annonce qu’il a trouvé un moyen de le faire redevenir comme avant et lui demande s’il accepte de partir avec lui. Il lui dit que Reul Ghorm l’a aidé. Rumplestiltskin lui dit que la magie de la fée bleue et la sienne ne font pas bon ménage. Bealfire lui annonce qu’il a trouvé un endroit sans magie et qu’ils seront heureux là bas. Rumplestiltskin, à qui l’idée d’un endroit sans magie ne plait pas, lui dit qu’ils peuvent être heureux ici aussi. Bealfire lui fait remarquer qu’ils ont passé un accord et qu’il est en train de se défiler.

M. Gold frappe à la porte d’Archie mais avant que celui-ci n’ait le temps d’ouvrir il commence à partir. Archie ouvre sa porte et voit l’homme sans aller. Il lui demande s’il veut le loyer. Lorsque Gold se retourne, il constate que l’homme n’est pas bien et lui propose de venir parler. Quelques minutes plus tard, Gold a annoncé à Archie qu’il a un fils et qu’il l’a peut être retrouvé. Archie lui dit que peut être son fils aimerait être pardonné avant d’aller voir son père mais Gold l’interrompt en lui disant que ce n’est à son fils de se faire pardonner. Archie lui dit alors que les querelles entre parents et enfants sont la chose la plus naturelle au monde. Gold l’interrompt de nouveau en lui annonçant qu’il pense que son fils est revenu pour le tuer. Il lui dit qu’il l’a laissé partir, qu’il a passé toute sa vie à essayer que ça s’arrange et que maintenant que son fils est en ville il ne sait pas quoi faire. Archie lui conseille d’être franc. Plus tard, dans la nuit, M. Gold retrouve August en pleine foret. Il lui dit qu’il sait qui il est et ce qu’il cherche.  August semble aussi le reconnaitre car il lui dit « papa ? ».

Dans le monde magique, Bealfire et son père marche en pleine nuit dans la forêt enchantée. Soudain Bealfire s’arrête et jette le haricot magique au sol. Aussitôt une sorte de tourbillon vert apparait au sol. Rumplestiltskin a peur de sauter dedans en disant que ça va les séparer. Bealfire tente de sauter dedans mais Rumplestiltskin l’attrape par la main et l’en empêche. Bealfire se débat et lui dit qu’il est qu’un lâche et qu’ils avaient un accord. A force de se débattre Bealfire finit par tomber dans le tourbillon qui se referme juste après, séparant le père et l’enfant. Rumplestiltskin se met à crier le nom de son fils et à gratter la terre à l’endroit où le tourbillon était. Le pacte a été rompu.

Gold dit à August, qu’il appelle d’ailleurs Bae, qu’il est désolé et qu’il avait raison. Il lui dit qu’il ne s’est pas écoulé une seconde sans qu’il ne le cherche. Gold se met à pleurer et lui demande de la pardonner. August, qui pleure lui aussi, serre son père dans ses bras et lui dit qu’il lui pardonne. Gold lui dit qu’il cherchait la dague quand il est venu chez lui et August lui répond qu’il pensait que s’il avait toujours la dague ça voulait dire qu’il n’avait pas changé. Gold lui dit alors qu’après qu’Emma soit passée il a enterré la dague près de la rivière. Une fois à la rivière, August commence à la déterrer. Gold la sort de terre et dit à son fils de la détruire comme il a toujours voulu le faire car maintenant qu’il a retrouvé son fils il n’en a plus besoin. August prend la dague et récite l’incantation : « par le pouvoir des ténèbres, je commande le Ténébreux ». Gold se rend compte qu’August essaye de la commander et qu’il n’est pas son fils. Gold lui dit que son fils n’aurait jamais essayé de le contrôler et qu’il aurait su que la dague n’a aucun pouvoir magique dans ce monde. Elle n’a donc aucun effet. Gold lui arrache la dague des mains. August lui demande alors pourquoi il la garde et Gold lui répond qu’elle n’est pas inutile et qu’elle coupe encore bien la chair. Il lui demande comment il est au courant pour la dague. August lui répond qu’il a entendu des rumeurs. Gold le coupe en lui disant que personne n’est au courant ici car ils ne se souviennent pas, ce qui veut dire qu’August se souvient et vient de l’autre monde. Gold le plaque contre un arbre et menace de l’égorger avec la dague. Il lui demande qui l’a mis au courant pour la dague et lui. August lui répond que c’est une fée. Gold lui demande alors pourquoi il voulait le contrôler et prendre la dague. August lui répond qu’il est malade et qu’il va mourir sans magie. Il lui dit aussi qu’il aimerait qu’Emma croit en la magie et qu’il aimerait vivre assez longtemps pour voir ça. Gold lui dit qu’Emma lui fait confiance et qu’a ça pourrait peut être suffire. Sur ces parents il s’en va dans la forêt.

Dans le monde magique, Rumplestiltskin appelle Reul Ghorm. La fée apparait aussitôt. Rumplestiltskin lui demande comme il peut faire pour retrouver son fils. La fée lui répond qu’il n’a pas su saisir sa chance et que maintenant c’est trop tard car il n’existe plus de haricots magiques. Il lui demande si une malédiction pourrait lui ramener son fils et la fée lui répond qu’il devra payer le prix fort et qu’elle est heureuse de savoir que la magie de Rumplestiltskin est trop faible pour pouvoir créer la malédiction. L’homme lui répond que ça n’a pas d’importance car il a tout le temps qu’il veut et qu’il trouvera un moyen.

Lorsqu’Emma rentre dans son bureau elle trouve Regina assise sur la table qui lui dit qu’elle va avoir un aveu  mais qu’avant toute explication elle veut qu’elle comprenne pourquoi elle a fait ça. Regina appelle Sidney qui arrive. Sidney dit à Emma que c’est lui qui a enlevé Kathryn et qui la séquestré et que pour parvenir à ses fins il a utilisé les passe-partout du maire. Il dit que c’est lui qui a caché le couteau chez Mary. Emma lui demande pourquoi il aurait fait ça. Sidney lui répond que retrouver Kathryn aurait fait de lui un héro. Ainsi il aurait pu de nouveau écrire un article et reprendre son ancien poste. Emma lui dit qu’elle sait que ce n’est pas lui qui a gardé captive Kathryn. Elle dit à Regina qu’elle veut lui parler. Regina la suit dans le couloir. Emma lui dit qu’elle sait que c’est elle qui a tout manigancé et que maintenant elle va jouer à un jeu différent. Elle lui dit qu’elle se fiche de ce qui va arriver à Regina et à elle et que la seule chose dont elle se préoccupe est ce qui va arriver à son fils. Elle lui dit que si elle ne laisse pas Henry tranquille, elle va s’en prendre à quelqu’un que Regina aime. Enfin elle lui dit qu’elle va récupérer son fils.

-[Storybrooke]-

August se réveille dans sa chambre d’hôtel. Il souffre et ses jambes sont prises de spasmes. Il tombe de son lit en essayant de se lever. Il va s’asseoir à son bureau et téléphone à quelqu’un.

August : Allo ? T’es là ? Cool… C’est trop long, il faut qu’on passe à l’étape suivante.

------------------------------

August et Henry ont rendez-vous dans la rue en face du prêteur sur gages.

August : Il est presque 9h. Alors, t’es prêt ? Tu sais quoi faire ?

Henry : Avec l’Opération Cobra, je suis toujours prêt à agir ! Seulement…

August : Seulement quoi ?

Henry : Je n’arrive pas à voir en quoi ça vous aidera à convaincre Emma qu’on à raison.

August : Parfois, certaines priorités s’imposent d’elles-mêmes… Bon t’es prêt pour une petite improvisation ?

Henry : Ouais ! Et toi, tu l’es ?

August : Aller ! Vas-y !

Henry court vers le magasin de Mr Gold.

------------------------------

Henry entre dans le magasin.

Henry : Bonjour Mr Gold.

Mr Gold : Bonjour Henry. Que puis-je pour toi ?

Henry : Je voudrais faire un cadeau à Mlle Blanchard.

Mr Gold : Ah… Je vois.

Henry : Vu, qu’en fait elle a tué personne.

Mr Gold : Ah, c’est gentil.

Henry : Se sont des cloches ? Pas mal.

Pendant qu’Henry parle à Mr Gold, August entre dans le magasin et regarde dans l’arrière boutique.

Mr Gold : Tu vois quelque chose qui te plait ?

Henry : Il faudrait qu’elle soit un peu spéciale… Quelle aie un joli son, mais avec un peu d’autorité qu’en même !

Mr Gold : Tu en demandes beaucoup à une cloche.

Henry : Mouais… Pour l’instant c’est la première que je préfère.

Mr Gold : Parfois, il vaut mieux suivre sa première intuition.

Henry : Elle sonne bien celle-là, elle vaut combien ?

Mr Gold : Le prix est dessous.

Henry : Ah ouais ! Je pensais plutôt mettre 5$, ça fait une peut cher. J’ai des petits trucs si tu veux.

Mr Gold entre dans l’arrière boutique.

Mr Gold : Puis-je vous aider ?

August : Ouais… Je venais vois si vous aviez des cartes géographiques, je les collectionne.

Mr Gold : Ah oui. Elles sont dans la boutique, là vous êtes dans mon bureau.

August : J’ai cru que c’était l’entrée.

Mr Gold : Pas du tout. La boutique est par-là.

August retourne dans la boutique.

------------------------------

Emma va rendre visite à Kathryn à l’hôpital.

Dr Whale : Emma. Approchez. Elle est réveillée.

Emma : Bonjour Kathryn. Ecoutez, je ne veux pas vous ennuyez longtemps, mais vous vous rappelez ce qui s’est passé ?

Kathryn : Seulement un peu… J’ai eu un accident avec la voiture… Je me souviens bien de l’airbag qui s’est déclenché… Et ce que je sais, c’est qu’en suite, j’étais dans le noir, dans une espèce de sous-sol. J’ai vu personne… Mais j’avais de l’eau et de quoi manger… Et je devais être droguée.

Dr Whale : Oui. On vous traite pour neutraliser les effets.

Kathryn : Je me souviens qu’après je me suis réveillée dans un champ à la sortie de la ville… Et j’ai marché… Et c’est tout.

Emma : Vous n’avez vu personne ? Ni entendu de voix ? Vous n’avez pas senti de parfum, non plus ? Y a rien qui vous revient ?

Kathryn : Non, rien… Non, je suis désolée. J’aimerais vous aider, vraiment… Surtout si… Quand j’ai disparu, vous avez cru que j’étais morte ?

Emma : Votre ADN correspondait à celui du cœur qu’on a trouvé.

Dr Whale : Au labo de l’hôpital, on est en train de cuisiner tous les employés pour savoir qui a falsifié les résultats.

Kathryn : Pourquoi quelqu’un aurait fait ça ?

Emma : Je crois qu’une personne a voulu piéger Mary Margaret.

Kathryn : Mais pourquoi ? Je comprends pas… Qui pourrait avoir l’idée de faire ça ?

------------------------------

Régina est venue régler ses comptes avec Mr Gold.

Régina : Tu as rompu notre accord.

Mr Gold : Je n’ai rompu qu’un accord dans ma vie, très chère… Et ce n’est certainement pas celui-là.

Régina : Kathryn devait mourir et Mary Margaret devait être la coupable !

Mr Gold : Seulement un meurtre, ce n’est pas si simple ici. Difficile de transformer quelqu’un en escargot et de l’écraser, n’est-ce pas ? Tu n’as pas dit : tue-la ! On voulait que quelque chose de tragique lui arrive et un enlèvement, c’est tragique !

Régina : Mon intention était on ne peut plus claire !

Mr Gold : Oh… S’il te plait, ça ne veut rien dire mon intention…

Régina : Je crois que c’était assez évident !

Mr Gold : J’ai dit s’il te plait !

Régina : Ca va soulever toutes sortes de question du genre : où était-elle enfermée ? Et comment le résultat du test ADN a été truqué ?

Mr Gold : Oh oui ! Et aussi qui a mis la clé dans la cellule de Mary Margaret ?

Régina : Et tout mène à moi, c’est ça ? Espèce d’ordure. Je ne comprends pas ce que tu cherches, c’est nous deux depuis le départ qui écrivons l’histoire, qui menons le jeu !

Mr Gold : Oh, nous deux, vraiment ?

Régina : C’est toi qui a créé la malédiction, celle qui nous a amené ici et à fait de nous ce qu’on est.

Mr Gold : Il est plus que temps que tu me remercies.

Régina : Pourquoi tu fais tout ça ?

Mr Gold : Tu es suffisamment perspicace, majesté. Tu n’as qu’à trouver toute seule !

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Les enfants jouent dans les rues du village. Un homme tire un âne et une charrette.

L’homme : Allez avance ! Avance.

Baelfire tombe en jouant au ballon aux pieds de l’homme.

L’homme : Hé ! Hé ! Petit, qu’est ce que tu fais au milieu du chemin.

Baelfire : Excusez-moi, je…

L’homme : Oh ! Je te reconnais, toi ! Oh ! Ca ne fait rien, Ca ne fait rien… Tu sais, c’est la faute de l’âne. Tu veux que je te donne des œufs ou un poulet.

Baelfire : Non. Merci, ça va, je devrais plutôt…

Rumplestiltskin : Que se passe-t-il ?

L’homme : Oh, ce n’est rien, c’est ma faute. Je ne regardais pas où j’allais.

Baelfire : Je n’ai rien ça va.

L’homme : Mais… Ah, il dit qu’il n’a rien.

Baelfire : Je ne me suis pas fait mal, papa… Je t’assure.

Rumplestiltskin : Tu en es sûr, mon fils ?

Baelfire : Oui ! Je n’ai rien.

Rumplestiltskin : Je peux être sûre que ça n’arrivera plus ?

L’homme : Oh. Plus jamais, monsieur, je vous le jure.

Rumplestiltskin : Qu’est ce qu’il a ?

Baelfire : Ce n’est rien.

L’homme : Oh. C’est rien du tout ! C’est rien !

Rumplestiltskin : Ta ta ta ta… Ne te fatigue pas… En paroles.

Rumplestiltskin transforme l’homme en escargot.

Baelfire : Non papa. Non, je t’en pris, laisse-le. Non ! Papa ! Papa !

Rumplestiltskin écrase l’escargot.

-[Storybrooke]-

David rend visite à sa femme dans sa chambre d’hôpital. Alors qu’il veut l’embrasser sur le front, elle se réveille brutalement.

Kathryn : Euh !

David : Je suis désolé.

Kathryn : Qu’est ce que tu fais ?

David : Je… Je voulais… Je voulais t’embrasser sur le front. C’est tout, c’était juste un geste d’affection.

Kathryn : C’est gentil. Merci. Je suis contente de te voir.

David : Kathryn, je suis désolé. Je regrette de t’avoir menti… Je regrette de t’avoir trompé… Je suis tellement désolé pour tout.

Kathryn : T’en fais pas. Ca va… Ce qu’on vivait… C’était… C’était pas l’histoire que tu attendais… Moi non plus d’ailleurs… Alors je vais pas te reprocher d’avoir été le premier de nous deux à t’en rendre compte.

David : Tu es vraiment… Exceptionnelle.

Kathryn : C’est vrai, oui… Maintenant, vas t’en que je puisse me reposer.

David : Mais avant de partir, je vais t’embrasser sur le front.

Kathryn : Vas-y te gènes pas.

Il l’embrasse et part.

------------------------------

Granny entre dans le loft pour se joindre à la fête organisée en l’honneur de la libération de Mary Margaret.

Granny : Oh !

Mary Margaret : Bonjour !

Archie : Oh bonjour. Comment allez-vous ? Merci. Vous en voulez ?

Granny : Oui, merci.

Mary Margaret : C’est fou tout ce monde. Ils sont là pour m’accueillir ? Pour moi ?

Emma : Oui, tu as un tas d’amis.

Mary Margaret : C’est pas l’impression que j’avais hier. Vous en voulez ?

Henry : Ca n’a pas du être drôle.

August : De me faire coincer par Gold ? Ca va je m’en suis sorti.

Henry : Et, ce que tu cherchais ? Tu l’as trouvé ?

August : Non. Mais je crois que ça va venir tout seul à moi. Elle est là, donne lui ton cadeau.

Henry : Bonjour. J’ai quelque chose pour vous.

Mary Margaret : Merci, c’est gentil.

Mary Margaret ouvre une carte.

Mary Margaret : « Nous sommes si heureux que vous n’ayez pas tué madame Nolan. »

Henry : C’est de la part de toute la classe et la clochette, c’est moi.

Mary Margaret : Je te remercie. Dis aux autres, que je reviens bientôt.

Henry : Je leur dirai.

Emma : Tu devrais rentrer chez toi avant que ta mère se rende compte parce que sinon, ça va barder.

Emma raccompagne Henry à la porte. David se trouve derrière.

David : Tiens ! Henry, tu t’en vas déjà ?

Emma : David ?

Mary Margaret : Non !

Emma : David, elle est assez fatiguée… Tu devrais lui laisser un peu de temps.

David : Euh… Mais je voulais seulement…

Emma : Henry ! David va te raccompagner chez toi !

Henry : D’accord !

Emma : Désolée.

David : Je comprends.

Emma referme la porte.

Mr Gold : C’est dur de laisser votre fils, n’est-ce pas ?

Emma : Oui. Chaque fois, c’est aussi dur… Au fait, je change un peu de sujet mais c’était vous ?

Mr Gold : Comment ça moi ?

Emma : C’est vous qui avait fait réapparaître Kathryn ? Parce que j’ai plutôt eu cette impression. C’était ça la magie à laquelle vous faisiez allusion ? Parce que si vous avez enlevé cette pauvre femme juste pour la relâcher ensuite…

Mr Gold : Vous insinuez que je travaille pour Régina ou contre elle ?

Emma : Peut-être que vous faîtes la diagonale ?

Mr Gold : Je vous laisse à votre stratégie. Mais, j’ai une question à vous poser. Qu’est ce vous savez sur lui ?

Emma : Il s’appelle August Wayne Booth. C’est un écrivain. Il a une machine à écrire avec lui et une barbe de trois jours pourquoi ?

Mr Gold : Aujourd’hui je l’ai vu fouiner dans la boutique. August Wayne Booth, c’est un faux nom… Les noms, ça je m’y connais très bien.

Emma : Les écrivains ont des pseudonyme, quelle importance ?

Mr Gold : Vous lui faîtes confiance ?

Emma : Ouais… J’ai plus confiance en lui qu’en vous.

Emma rejoint August.

Emma : Ca va ?

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin et Baelfire rentrent chez eux.

Rumplestiltskin : Merci Onora. Vas donc chercher notre souper maintenant ma petite.

Baelfire regarde sa blessure.

Baelfire : Tu as tué cet homme.

Rumplestiltskin : Il t’avait blessé, non ? Puisqu’on en parle justement…

Rumplestiltskin veut utiliser ses pouvoirs pour guérir Bae, celui-ci l’en empêche.

Baelfire : Je ne veux pas de magie, ce n’est qu’une éraflure.

Rumplestiltskin : Et bien, ça va la guérir.

Baelfire : Ca aussi.

Baelfire va chercher une boîte dans une armoire.

Rumplestiltskin : Comme tu préfères.

Baelfire : Tu n’es plus le même. Tu t’en rends compte, non ? Tu n’arrêtes pas de faire du mal tout le monde.

Rumplestiltskin : J’ai instauré une trêve alors que la guerre des ogres battait son plein. J’ai traversé le champ de bataille et j’ai fait qu’ils ont tous baissé les armes. J’ai ramené tous les enfants à leurs parents alors un homme qui a sauvé des centaines des vies ne…

Baelfire : Il peut s’arrêter là. Un homme qui a sauvé des centaines de vies en a fait assez ! Tu peux très bien t’arrêter maintenant. Aie !

Rumplestiltskin : Non, je veux plus de pouvoir… Afin de te protéger toi.

Baelfire : Je n’aurais pas besoin d’être protégé si tu n’avais pas de pouvoirs !

Rumplestiltskin : Je ne peux pas m’en débarrasser.

Baelfire : Tu as essayé ?

Rumplestiltskin : Essayé ? Si une personne me tue avec ceci, elle hérite de mes pouvoirs. Maintenant tu le sais, réfléchis-y. C’est ça que tu veux ?

Baelfire : Non ! Mais il doit y avoir d’autres moyens de te retirer ton pouvoir. Est-ce que tu as cherché à…

Onora entre dans la pièce.

Rumplestiltskin : Tu n’as qu’à chercher un autre moyen si tu veux. Mais ne te fais pas trop d’espoir.

Baelfire : Papa… Si j’arrive à trouver comment te retirer ton pouvoir et que se ne soit dangereux ni pour toi ni pour moi, est-ce que tu le feras ?

Rumplestiltskin : Ce n’est pas possible.

Baelfire : Si c’était possible ? Tu changerais ? Ca n’était pas mieux avant ?

Rumplestiltskin : Tu es malheureux à ce point mon fils ? Je peux créer tout ce que tu désires... Dis-le-moi, qu’est-ce que tu veux ?

Baelfire : C’est mon papa que je veux.

Rumplestiltskin : Et c’est ton bonheur qui compte le plus pour moi… Si tu trouves comment faire… Je le ferai.

Baelfire : Très bien. Marcher conclu.

Rumplestiltskin : Marcher conclu.

-[Storybrooke]-

Mr Gold entre par effraction dans la chambre d’August. Il fouille un peu. Sous un âne sculpté, il trouve un dessin de la dague tu Ténébreux.

------------------------------

Emma va rejoindre Sydney chez Granny.

Emma : Salut Sydney.

Sydney : Emma, salut ! Alors, on dirait que les choses se sont finalement arrangées, n’est-ce pas ? Pour votre amie.

Emma : Vous deviez m’aider dans l’affaire de Mary Margaret et j’ai voulu vous croire… Mais le fait est qu’il y a certaines choses que même un Shérif aveugle réussi à voir.

Sydney : C’est un micro ?

Emma : Je vous en prie, Sydney, ne jouez pas à ça ! Vous m’avez dupée, espionnée et vous avez tout rapporté à cette cinglée de première. Je sais pas avec quoi elle vous tient en laisse mais ça doit être terrible.

Sydney : C’est un excellent maire.

Emma : Elle a voulu inculpé Mary Margaret d’un meurtre qui n’en était pas un… Vous avez du souci à vous faire… Il y a des traces d’ADN dans la cave d’une maison qui est quelque part dans le coin et je les trouverai et elle sera finie !

Sydney : C’est possible mais je ne parierai pas contre elle. C’est une femme formidable.

Emma : Vous avez… Vous en êtes amoureux ? D’accord… Peut importe… Je vous explique d’ici très peu de temps j’aurai toutes les preuves que je cherche alors réfléchissez et faîtes le bon choix… Soit vous m’aider et vous vous rendez service soit vous coulez avec elle.

Emma s’en va.

------------------------------

August sort de l’hôtel de Storybrooke et prend sa moto. Il est suivi par Gold.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Des enfants jouent dans la forêt. Rumplestiltskin emmène Baelfire les voir.

Rumplestiltskin : Tu devrais aller jouer avec eux. J’ai une affaire à régler à côté, ça va t’ennuyer.

Baelfire : D’accord.

Baelfire s’approche des enfants mais ils le reconnaissent et s’enfuient de peur. Il va s’asseoir et Morraine le rejoint.

Morraine : Baelfire.

Baelfire : Attention Moraine, il ne faut pas qu’on te voit avec moi… Je suis dangereux.

Morraine : Ils ont surtout peur de ton père… Pas moi. Tu l’empêcherais de me faire du mal… Mais je crois qu’il n’est pas si mauvais en fait. Je l’ai vu sur le champ de bataille quand il a fait cesser le combat… C’était un vrai miracle.

Baelfire : Mais son état empire tous les jours. Il m’a dit que si je trouvais le moyen, il accepterait de changer... Si je savais au moins où chercher.

Morraine : Reul Ghorm

Baelfire : Qui ?

Morraine : J’en ai entendu parler dans les tranchées. Se sont les soldats qui en parlaient. Reul Ghorm est un être très ancien qui règne sur la nuit. Elle a le pouvoir originel.

Bealfire : Et elle est plus forte ou pire que papa ?

Morraine : Plus forte que tous les autres… C’est ton papa, je te souhaite bonne chance.

Morraine s’en va et Rumplestiltskin revient.

Rumplestiltskin : Ton amie s’en va sans dire bonjour ?

Bealfire : Tu leur fais trop peur.

Rumplestiltskin : De quoi peuvent-ils avoir peur ? Enfin ils finiront bien par s’en remettre.

Bealfire : Tu as des tâches sur tes bottes.

Rumplestiltskin : Ah, oui ! On a besoin d’une nouvelle servante.

Bealfire : Onora ! Oh non !

Rumplestiltskin : Elle nous a entendus parler du couteau !

Bealfire : Elle était muette ! A qui voulais-tu qu’elle raconte ça ?

Rumplestiltskin : Etre muet n’empêche pas de dessiner !

-[Storybrooke]-

August a une discussion avec la Mère Supérieure au couvent. Mr Gold la retrouve une fois qu’August est parti.

Mr Gold : Ma mère… Bonjour.

La Mère Supérieure : Nous avons déjà payé notre loyer.

Mr Gold : Je ne suis pas là pou le loyer.

La Mère Supérieure : Bonne journée alors.

Mr Gold : Dîtes-moi, l’homme qui vient de s’en aller, savez-vous qui c’est ? Que voulait-il ?

La Mère Supérieure : Je n’ai aucune raison de vous le dire.

Mr Gold : Et si je décidais de doubler le loyer ? Qu’est ce qu’il voulait ?

La Mère Supérieure : Etre écouté et conseillé. Il est venu ici à la recherche de son père après une longue séparation et il vient de le retrouver.

Mr Gold : Ah… Et il s’en est suivi d’heureuses retrouvailles, je suppose ?

La Mère Supérieure : Ah, non. Il ne lui a pas encore parlé.

Mr Gold : Mais pourquoi ça ?

La Mère Supérieure : Hum… La séparation avait été douloureuse. Il y a plusieurs questions qu’il doit d’abord régler.

Mr Gold : Ah…

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Baelfire est sorti de chez lui en pleine nuit. Il s’assoit dans la forêt près d’une rivière.

Baelfire : Reul Ghorm ? Tu es là ? Si tu peux m’aider, montre-toi et réponds s’il-te-plait.

La Fée Bleue apparaît.

Baelfire : Tu peux m’aider ?

La Fée Bleue : Oui je crois.

Baelfire : Comment je sais que je peux me fier à toi ?

La Fée Bleue : Il y a la bonne magie et il y a la magie noire. Moi je suis du bon côté.

Baelfire : Tu es une fée ?

La Fée Bleue : Hum… Oh, tu a déjà été touché par la magie on dirait… Il y a une part d’ombre dans ta vie.

Baelfire : C’est mon père… C’est lui le Ténébreux.

La Fée Bleue : Oh… Je ne peux pas le faire redevenir l’homme qu’il était mais je peux l’envoyer quelque part où il ne pourra pas utiliser ses pouvoirs.

Baelfire : Pas en prison ? Je veux qu’on soit ensemble. Juste comme avant.

La Fée Bleue : Non, rassure-toi, c’est un lieu dépourvu de toute magie.

Baelfire : Mais la magie, il y en a partout ?

La Fée Bleue : Dans ce monde-ci oui. Tu sais ce qui habite ton père est propre à notre monde enchanté. Il n’est plus à sa place avec ses pouvoirs. Vous devez aller quelque part où vous échapperez à ce sortilège.

Baelfire : S’en aller ? Nous devons nous en aller ?

La Fée Bleue : Oui… C’est la seule solution. Est-ce que tu es prêt ? Es-tu prêt à tout quitter et partir pour l’inconnu ?

Baelfire : Si ça peut aider à ramener mon père, alors oui.

La Fée Bleue : Tu es un très bon fils, Baelfire. Tu es la part de lui qui le garde un peu humain. La lueur tout au fond de son cœur qui étincelle encore, c’est l’amour qu’il a pour toi. Tends la main.

La Fée Bleue donne un haricot magique à Baelfire.

Baelfire : Qu’est-ce que c’est ?

La Fée Bleue : Un haricot magique… Le tout dernier qui soit en possession des fées. Les autres nous ont échappé. Utilise-le à bon escient. Suit-le où qu’il te mène… Il vous sauvera tous les deux.

-[Storybrooke]-

David attend Mary Margaret dans la rue.

David : Mary Margaret ! Je t’en prie, attends ! Je te laisse tranquille si tu veux mais… Mais je crois qu’on devrait parler tous les deux.

Mary Margaret : Parle, vas-y !

David : Il faut que je m’excuse.

Mary Margaret : Oui, excellente idée ! Continue !

David : Je ne t’ai pas cru et quand j’aurais du, je ne t’ai pas soutenu.

Mary Margaret : Tu sais, je n’oublierais jamais ce moment-là… Le moment où le monde m’a littéralement explosé au visage et où l’unique personne à laquelle je croyais pouvoir toujours me raccrocher, s’est défilée.

David : Tu te rends compte du contexte ? C’était ton coffret à bijoux, tes empruntes avec le couteau dans ton appartement.

Mary Margaret : C’était un coup monté !

David : C’était très crédible ! Je suis humain, j’ai gobé toute l’histoire. Je suis navré mais on doit passer à autre chose.

Mary Margaret : On peut pas, non. Quelque chose dans ce monde ne veut pas qu’on soit réuni.

David : De quoi tu parles ? De forces obscures ?

Mary Margaret : Oui, peut-être… J’en sais rien j’ai l’impression que quoiqu’on fasse quelqu’un s’amuse à miner, empoissonner notre relation et ce que je veux surtout pas, c’est qu’en fin de compte tous nos moments de bonheur soient remplacés par des moments comme ça… Quand je t’ai regardé, j’ai bien vu que tu refusais de me croire.

David : C’est vrai. Et j’en suis… Désolé.

Mary Margaret : Je sais… Je sais…

David : Mais je t’aime.

Mary Margaret : Et ça… C’est justement ce qui rend la chose si triste.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin file de la laine chez lui. Baelfire entre.

Baelfire : Papa ! Papa. Papa. J’ai trouvé… J’ai trouvé comment tu peux redevenir comme avant… Tu dois venir avec moi. Je peux arranger les choses. Tu as entendu parler de Reul Ghorm ?

Rumplestiltskin : L’Etoile Bleue ? La Fée Bleue, c’est ça ? Mon fils, ne me dis pas que tu es allé la voir ? La magie des petites fées ne se mélange pas bien avec ce que je suis.

Baelfire : Tu m’avais promis ! Elle peut nous aider ! On va aller dans un monde sans magie !

Rumplestiltskin : Comment, un monde sans magie ? Je n’aurais plus de pouvoir, je serais faible.

Baelfire : Ce sera pas grave, tu seras comme tout le monde. On pourrait être heureux !

Rumplestiltskin : On peut l’être ici.

Baelfire : Père ! Je t’en prie, écoute ! Ton état s’aggrave et tu avais promis… Cela peut réussir, j’en suis sûr… Tu as passé un accord avec moi… Tu veux revenir dessus ?

Rumplestiltskin : Non.

-[Storybrooke]-

Mr Gold frappe à la porte d’Archie.

Archie : Mr Gold ? Vous venez pour le loyer ?

Mr Gold : Pourquoi tout le monde me dit ça ?

Archie : Bah, parce que quand vous venez d’habitude… Enfin, c’est pas grave. Vous… Vous voulez discuter ?

Mr Gold : Je n’en sais rien.

Archie : Ecoutez, euh… Si vous avez quelque chose sur le cœur alors… Je peux vous recevoir.

Mr Gold entre.

------------------------------

Archie : Un fils ? Oh ! J’ignorais que vous aviez un fils. Et donc quel âge a-t-il ?

Mr Gold : Non… Commençons par quelque chose de plus facile.

Archie : Bon… D’accord… Alors vous avez dit que vous veniez peut-être de le retrouver.

Mr Gold : Disons que j’ai vu quelqu’un se comporter comme j’imagine qu’il se comporterait.

Archie : Donc… Vous l’avez reconnu.

Mr Gold : Peut-être… Ou peut-être que je vois ce que j’ai envie de voir, j’en sais rien.

Archie : Oh d’accord et est-ce que lui pourrait vous reconnaître ?

Mr Gold : On était en conflit… Ca m’étonnerait qu’il soit prêt pour des retrouvailles éplorées.

Archie : Il a réussi à vous retrouver et maintenant il en reste là ? Peut-être qu’il attend de voir s’il est le bien venu, qu’il veut voir si tout à été pardonné ?

Mr Gold : Non, non non non ! Lui n’a rien à se faire pardonner… Euh… Je crois qu’il est toujours peut-être très en colère.

Archie : La colère entre un parent et un enfant est ce qu’il y a de plus naturel, de plus fréquent.

Mr Gold : Moi, j’ai l’impression qu’il est là pour me tuer.

Archie : Ah… Mouais, ça ce n’est pas naturel.

Mr Gold : Je l’ai abandonné… J’ai passé ma vie entière à espérer que je le retrouverai et maintenant qu’il est enfin là… Je sais pas quoi faire.

Archie : Soyez honnête… Dîtes-lui ce que vous venez de me dire, tout simplement et demander son pardon. Quand vous serez en face de lui, vous saurez quoi faire.

Mr Gold : L’honnêteté n’a jamais été un de mes points fort.

Archie : Vous n’avez pas le choix.

------------------------------

Mr Gold rejoint August près de la cabane dans la forêt.

Mr Gold : Je sais qui tu es… Et je sais ce que tu cherches.

August : Dans ce cas… Il serait temps d’arrêter de jouer la comédie… Papa.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Baelfire emmène son père dans la forêt.

Rumplestiltskin : Où est-ce qu’on va, mon grand ? Dans quel genre de monde tu veux nous conduire ? Qu’est ce que tu espères d’un endroit sans magie ?

Baelfire : Se sera un monde meilleur.

Rumplestiltskin : Non.

Baelfire jette le haricot magique sur le sol. Un portail s’ouvre devant eux.

Rumplestiltskin : Oh mais qu’est-ce qui se passe ? C’est comme une tornade !

Baelfire : On doit sauter !

Rumplestiltskin : Non ! Non ! Je ne peux pas, non !

Baelfire : On doit sauter, c’est le seul moyen !

Rumplestiltskin : Non ! non non non non non ! C’est un piège ! Nous allons être broyés !

Baelfire : Mais non ! Ca va aller, tu me l’as promis !

Baelfire glisse et est entrainé vers le portail. Rumplestiltskin tente de le retenir.

Baelfire : Papa ! Nous devons sauter ! Qu’est ce que fais ? Papa ! Ca va se refermer ! Il faut y aller !

Rumplestiltskin : Je ne peux pas ! C’est trop dur !

Baelfire : Papa, je t’en prie, c’est le seul moyen qu’on a d’être ensemble.

Rumplestiltskin : Je ne peux pas, non !

Baelfire : Papa, je t’en prie !

Rumplestiltskin : Non ! Je ne peux pas !

Baelfire : Tu n’es qu’un lâche ! Tu avais promis ! Tu vas rompre notre accord !

Rumplestiltskin : J’y suis obligé !

Baelfire glisse dans le portail.

Baelfire : Papa ! Non !

Le portail se referme.

Rumplestiltskin : Baelfire… Mon fils ! Non non non ! Baelfire ! Je te demande pardon ! Je veux venir avec toi ! Je veux venir, tu m’entends ? Je veux venir avec toi ! Baelfire ! Mon fils ! Non !

-[Storybrooke]-

Dans la forêt.

Mr Gold : Tu avais raison, Baelfire… Tu as toujours eu raison… J’ai été lâche et je n’aurais pas du te laisse partir… Ce n’est qu’une piètre consolation mais… Je tiens à ce que tu sache une chose. Depuis que tu es parti… Depuis que tu as franchi les frontières du temps et de l’espace, chaque heure éveillée que j’ai pu passée… Je l’ai passé à te chercher… Aujourd’hui que je t’ai enfin retrouvé… Je sais que je ne peux pas revenir sur le passé ou effacer le temps perdu. Tout ce que je peux faire, c’est te demander d’être toujours comme tu as été… Je t’en prie soit bon… Pardonne-moi ! Je regrette tellement, mon fils… Je suis tellement désolé !

August prend Mr Gold dans ses bras.

Mr Gold : Oh, mon garçon ! Mon beau garçon ! Peux-tu sincèrement me pardonner ?

August : Je te pardonne, papa.

Mr Gold : C’est le couteau que tu cherchais ?

August : Je me disais que si tu l’avais encore avec toi, ça voulait dire que tu n’avais pas changé.

Mr Gold : Alors, allons le chercher et c’est ce qu’on verra ?

------------------------------

Ailleurs dans la forêt. August creuse selon les instructions de Gold.

Mr Gold : Je l’ai enterré ici peu de temps après l’arrivée d’Emma… Les choses ce mettaient à changer, je ne voulais pas prendre le risque que Régina le trouve.

August : Bien sûr.

Mr Gold : Je pense que tu as creusé assez profond.

Mr Gold trouve la dague.

Mr Gold : Tiens regarde… Oui… Je veux te le donner. Détruit-le ! Comme je sais que tu as toujours voulu le faire… Je t’ai enfin retrouvé, je n’en ai plus besoin… C’est lui que j’avais choisi, cette fois, je te choisi, toi.

August prend la dague.

August : Il est remarquable... Grâce au pouvoir des ténèbres que je détiens, je te commande Ténébreux.

Mr Gold : Tu veux prendre le contrôle sur moi ?

August : Toi, Ténébreux, tu me dois obéissance.

Mr Gold : Tu n’es pas mon fils.

------------------------------

Mr Gold : Tu n’es pas Bealfire.

August : Papa, pourquoi tu dis ça ? J’essaie d’utiliser ton pouvoir pour nous aider…

Mr Gold : Il suffit ! On arrête la comédie Booth, ou quel que soit ton nom ! Mon fils n’essaierait jamais de m’utiliser comme ça ! Il saurait que ce couteau ne donne le contrôle sur aucune magie dans ce monde parce qu’il n’y a aucune magie dans ce monde ! Et c’est justement pour ça qu’il l’avait choisi. Il ne voulait pas que je sévisse.

August : Alors à quoi bon cacher un couteau inoffensif ?

Mr Gold : Oh, je ne dirais pas qu’il est inoffensif. Il a de quoi tailler et trancher la chair… Et maintenant tu vas répondre à quelques questions. Pourquoi cette mise en scène ? Pourquoi ne pas venir me parler ?

August : Je voulais que tu te mettes à espérer… Je voulais que tu y croies au point de nier ce que tes yeux voyaient pourtant… Tu me trouves une ressemblance avec lui ?

Mr Gold : Comment savais-tu pour le couteau ?

August : J’entends certaines choses.

Mr Gold : Ici, personne n’est au courant pour ce couteau !

August : Non, personne ici, ne peut se le rappeler.

Mr Gold : Et toi tu as ce don… Tu es de là-bas, n’est-ce pas ? De mon monde ?

August : Le fait que tu poses la question veut dire que tu connais la réponse.

Mr Gold : Bien, ce point étant éclairci…

Mr Gold attaque August.

Mr Gold : Nous pouvons passer aux questions suivantes. Dis-moi comment tu as appris pour moi et ce couteau ?

August : C’est une petite fée.

Mr Gold : Pourquoi tu le voulais ? Si tu sais qui je suis réellement et tu sais qui je suis, n’est-ce pas ? Tes chances de survivre à cette rencontre touchante sont plutôt limitées. Alors pourquoi prendre ce risque ?

August : Parce que je sais que je vais mourir.

Mr Gold : Quoi ?

August : Je suis malade… Je suis malade et j’ai besoin de magie… Je devais convaincre la Sauveuse d’y croire mais… Cette fille est vraiment… Je ne vivrais sûrement pas assez longtemps pour voir le résultat.

Mr Gold : Elle a confiance en toi, ça suffira peut-être… Essaie encore.

August : Tu vas me laisser vivre ?

Mr Gold : Tu as dit que tu allais mourir… Comme ça au moins j’y gagnerais peut-être un petit quelque chose.

Mr Gold s’en va.

-[La Forêt Enchantée - Passé]-

Dans la forêt.

Rumplestiltskin : Reul Ghorm ! Montre-toi !

La Fée Bleue arrive.

Rumplestiltskin : Comment puis-je suivre mon fils ?

La Fée Bleue : La voie était ouverte et tu es resté et vois-tu nous n’avons plus de haricot magique.

Rumplestiltskin : C’est un mensonge !

La Fée Bleue : Je ne mens jamais !

Rumplestiltskin : Tu mens !

La Fée Bleue : Tu n’arriveras jamais à rejoindre ce monde-là !

Rumplestiltskin : Je trouverais bien un moyen ! Il y a surement d’autres chemins qui y conduisent ! Un passe univers ?

La Fée Bleue : Non.

Rumplestiltskin : Un rebrousse temps ?

La Fée Bleue : Non.

Rumplestiltskin : Un mage ?

La Fée Bleue : Tu ne trouveras rien…

Rumplestiltskin : Une malédiction ?

La Fée Bleue : Non.

Rumplestiltskin : Ah ! Il existe donc une malédiction !

La Fée Bleue : Bien sûr tu penses à une malédiction plutôt qu’à un enchantement. Ta magie est limitée parce que tu as le cœur mauvais et pour utiliser cette malédiction, il faut payer un grand prix.

Rumplestiltskin : J’ai déjà payé le prix fort !

La Fée Bleue : Tu es dont prêt à sacrifier ce monde pour connaître le suivant parce que tel est le prix à payer !

Rumplestiltskin : D’après toi, est-ce que j’hésiterais ?

La Fée Bleue : En tout cas je suis rassurée parce que je sais que ce sortilège dépasse tes capacités !

Rumplestiltskin : Pour l’instant ! Mais j’ai tout le temps que je peux souhaiter… Je ne ferai rien d’autre, je ne vivrai pour rien d’autre et j’arriverai à mes fins… Tu as pris mon fils mais je vais le récupérer !

La Fée Bleue : Je n’ai pas pris ton fils !

Rumplestiltskin : Tu as pris mon fils ! Et je vais le récupérer !

La Fée Bleue : C’est toi qui l’as poussé à partir.

Rumplestiltskin attaque la Fée Bleue qui esquive et s’enfuit.

Rumplestiltskin : Je le retrouverai ! Je retrouverai mon fils ! Je le retrouverai…

-[Storybrooke]-

Régina attends Emma au bureau du Shérif.

Régina : Toutes mes félicitations, Shérif. Votre enquête fait un énorme pas en avant… Vous allez recevoir une confession… Mais je veux que vous écoutiez toute l’explication pour bien comprendre ce qui s’est passé.

Emma : Oh mais je suis prête à vous écouter.

Régina : Sydney ? Tu peux entrer maintenant. Dis-lui, ce que tu m’as dit.

Sydney : C’était moi… J’avoue tout… J’ai enlevé Kathryn et je l’ai gardée dans le sous-sol d’une maison abandonnée au bord du lac. J’ai payé un technicien du labo pour récupérer un cœur à l’hôpital et je lui ai demandé de falsifier les résultats d’analyses.

Régina : Et l’autre chose ?

Sydney : Euh… Oui… Euh… J’ai emprunté un des pass de Régina et j’ai mis le couteau dans votre appartement.

Régina : Mes clés ! Et je me sens particulièrement choquée par cet abus.

Emma : Bon et pour quelle raison vous auriez fait tout ça ?

Sydney : Je devais le retrouver après la condamnation d’un autre, devenir un héros, j’aurais eu l’histoire vu de l’intérieur du plus grand fait divers qu’ait connu cette ville. J’aurais récupéré mon boulot. Il y aurait eu aussi un livre et un film… Enfin maintenant, tout ça à l’air insensé alors…

Emma : Ecoutez ! Je sais pas si c’est insensé, mais vous oui, tout est inventé !

Sydney : J’ai un plan pour localiser la maison, dans le sous-sol, vous ne pourrez pas louper l’échelle, il y a des empruntes, les siennes et les miennes mais j’ai pris soin d’elle.

Régina : Cet homme est psychologiquement perturbé, déséquilibré… Ca saute aux yeux qu’il n’est plus lui-même depuis un moment.

Emma : Mouais et on dirait que ses mots sont ceux d’une autre.

Régina : Vous êtes tellement convaincue d’avoir raison que vous n’arrivez même plus à voir la vérité.

Emma : Venez avec moi, s’il-vous-plait !

------------------------------

Régina rejoint Emma dans le couloir.

Emma : J’avais jamais entendu un bobard aussi gros !

Regina : Je pense que vous avez tord de le voir ainsi.

Emma : Pauvre Sydney ! Je sais que vous êtes derrière tout ça ! Je sais que c’est vous qui dirigez la partie et que c’est vous qui avez fixé les règles pour que personne d’autre ne gagne. Mais moi, je vais commencer à jouer à un jeu différent… Je me moque de ce qui vous arrive et je me moque de ce qui peut m’arriver. Tout ce qui m’importe, c’est ce qui arrive à mon fils et vous allez le laisser tranquille une fois pour toute.

Regina : Et…

Emma : Non laissez-moi parler. Vous êtes une sociopathe, Régina. Vous avez voulu m’enlever quelqu’un que j’aime. Maintenant… Je vais vous enlever quelqu’un que vous aimez… Je vais reprendre mon fils.

Par Emmalyne

–[Real World]–

(August, who is sleeping is his bed at the inn, wakes up to find his leg shaking uncontrollably. He attempts to grab his leg, but instead ends up stiffly falling out of the bed. He hobbles over to the phone and dials a number.)

August: Hey, you there? Good. This is taking too long. We need to accelerate the plan.

———–

(August and Henry are lurking across the street from Mr. Gold’s Pawn Shop.)

August: It’s almost nine. You all set? You know what to do?

Henry: Operation Cobra is always ready. I just…

August: You just what?

Henry: I don’t understand what this has to do with getting Emma to believe.

August: Sometimes, other priorities assert themselves. Can you handle a little improvisation?

Henry: Yeah. Can you?

August: We’re a go.

(Henry runs across the street and enters the shop. Mr. Gold greets him.)

Henry: Hey, Mr. Gold.

Mr. Gold: Good morning, Henry. What can I do for you?

Henry: I want to get a gift for Miss Blanchard.

Mr. Gold: Oh, I see.

Henry: Since, she didn’t kill that woman.

Mr. Gold: Good thinking.

(As Henry distracts Mr. Gold, August enters the shop through the back door.)

Henry: Are these bells? Cool.

Mr. Gold: See anything you fancy?

(Henry continues to discuss purchasing a bell with Mr. Gold, while August searches through Mr. Gold’s office out back. He is caught snooping by Mr. Gold.)

Mr. Gold: May I help you?

August: Yeah. I’m looking for some maps. I’m a bit of a collector.

Mr. Gold: Yes. Well, there’s maps through in the shop. This is my office.

August: I thought this was the entrance.

Mr. Gold: It’s not. The shop’s through there.

———–

(At the hospital, Kathryn is awake and is being assessed by Dr. whale. Emma enters.)

Dr. Whale: Emma. Come on in. Look who’s awake.

Emma: Kathryn, hi. Listen, I don’t want to take a lot of your time. But, do you remember what happened?

Kathryn: I don’t know much. Um, I was in a car accident, and…I remember the airbag going off. And the next thing I knew, I was in the dark, in some basement. I didn’t see anyone, but there was food and water. And then, I guess I was drugged.

Dr. Whale: Yeah. We’re still trying to flush that out of your system.

Kathryn: And then, I woke up in a field at the edge of town, and I started walking. That was it.

Emma: You saw no one? You didn’t hear a voice? Smell perfume? Cologne? Anything?

Kathryn: Nothing, no. I’m sorry. I wish I could help. Especially since… While I was gone, you thought I was dead?

Emma: Your DNA matched the heart we found.

Dr. Whale: They’re grilling everybody down at the hospital lab to see who doctored the DNA results.

Kathryn: Why would anyone do this?

Emma: I think someone was trying to frame Mary Margaret.

Kathryn: But why? I mean, who would do something like that?

———–

(Regina and Mr. Gold are in Mr. Gold’s Pawn Shop.)

Regina: You broke our deal.

Mr. Gold: I broke one deal in my life, dear. And it certainly wasn’t this one.

Regina: Kathryn was supposed to die, and Mary Margaret was to get the blame.

Mr. Gold: Yeah, murder seems so much worse here, though, doesn’t it? You can’t just turn someone into a snail and then step on them, can you? You didn’t say ‘kill her’. We agreed that something tragic should happen to her. Now, abduction is tragic.

Regina: The intent was perfectly clear.

Mr. Gold: Oh, let’s not talk about intent. Intent is meaningless.

Regina: Intent is everything.

Mr. Gold: Please.

Regina: This is going to raise all kinds of questions about where she was and how the test results were fake.

Mr. Gold: Oh, yes. And, um… And who put the key in her cell.

Regina: It’s all going to lead to me, isn’t it? You bastard. This doesn’t make any sense. You and I – we’ve been in this, together, from the start.

Mr. Gold: Oh, have we?

Regina: You created the curse for me. The curse that brought us here, and built all this.

Mr. Gold: Yes, it’s about time you said thank you.

Regina: Why did you do it?

Mr. Gold: Well, you’re a smart woman, Your Majesty. Figure it out.

–[Fairy Tale World]–

(In a small village, Baelfire and several kids are playing with a ball outside. The ball is knocked in the path of a donkey cart, driven by a man. When Baelfire goes to retrieve it, he trips and scrapes his knee.)

Man: Hey. Hey! What are you doing in the middle of the road, boy?

Baelfire: I’m sorry. I-I…

Man: Hey, I know you. It’s fine. It’s fine. It was the donkey’s fault. You want a chicken? Or some eggs?

Baelfire: It’s alright, no. I should probably just…

(Rumpelstiltskin appears.)

Rumpelstiltskin: What’s going on?

Man: It’s nothing. It was my fault. I wasn’t looking where I was going. But, he says he’s fine!

Baelfire: I’m fine, Papa. Really.

Rumpelstiltskin: Are you sure, Bae?

Baelfire: Yes. I’m fine.

Rumpelstiltskin: Well, I suppose it won’t happen again.

Baelfire: It won’t.

Man: No. No.

Rumpelstiltskin: What’s that?

(Rumpelstiltskin points down, and everyone’s attention is drawn to Baelfire’s bloody knee.)

Baelfire: It’s nothing.

Man: It’s nothing!

Rumpelstiltskin: Don’t. Bother.

(In a puff of purple smoke, Rumpelstiltskin magically transforms the man into a snail. Balefire and the rest of the villagers watch as Rumpelstiltskin goes to crush the snail.)

Baelfire: No, Papa. No. Please, Papa, don’t. No, Papa! Papa!

(Rumpelstiltskin crushes the snail under his foot.)

–[Real World]–

(David is in Kathryn’s room at the hospital. She is asleep. He leans over to kiss her forehead, but she wakes up.)

David: I’m sorry.

Kathryn: What are you doing?

David: I was trying to kiss you on your forehead. It was meant to be sweet.

Kathryn: Well, thank you. It’s good to see you.

David: Kathryn, I’m sorry. I’m sorry I lied to you. I’m sorry I cheated on you. I’m just… I’m sorry for all of this.

Kathryn: David, it’s okay. You know, what we had… It wasn’t it for you. Maybe for both of us. I can’t blame you for just being the first one to see it.

David: You are, uh… Kind of amazing.

Kathryn: Yeah, I am. Now, go on. Get out of here so I can get some rest.

David: I’m going to give you that kiss on the forehead now.

Kathryn: Knock yourself out.

(He kisses her.)

———–

(At Mary Margaret’s apartment, most of the citizens of Storybrooke are gathered for Mary Margaret’s welcome home party. Mary Margaret and Emma are at the punch bowl watching everyone.)

Granny: Hi!

Archie: Hey. How are you? Would you like some?

MMB: All of these people… Just to welcome me home?

Emma: You’ve got a lot of friends.

MMB: Didn’t feel like that yesterday.

(Mary Margaret leaves to serve drinks.)

MMB: Here you go.

Man: Thank you.

(Off to the side, Henry and August are talking and watching Mr. Gold from afar.)

Henry: How bad was it?

August: Getting caught in his office? Not bad. I played it off.

Henry: What were you looking for? Did you find it?

August: Nope. But I have a feeling it’s going to find me.

(August spots Mary Margaret.)

August: There she is. Why don’t you give her your present?

Henry: Hey. I have something for you.

(Henry hands Mary Margaret a present and a giant card.)

MMB: Well, thank you.

MMB: We’re so glad you didn’t kill Misses Nolan…

Henry: It’s from the whole class, and I got you a bell.

MMB: Thank you. Tell everyone I’ll be back soon.

Henry: Okay.

Emma: Hey, Henry, we should get you home before your mom finds out. That won’t be pretty.

(Emma and Henry head for the door. They find David standing on the other side. Emma turns around to look at Mary Margaret, whose face clearly shows disapproval.)

David: Hey, Henry. Leaving already?

Henry: Yeah. Got to get home and do homework.

Emma: She’s kind of tired. I think if you just give it some time…

David: I just wanted to-

Emma: Hey, Henry. Why don’t you head home with David?

Henry: Okay.

Emma: Sorry.

David: Okay.

(David and Henry leave, and Emma shuts the door. Mr. Gold approaches her.)

Mr. Gold: Hard to let him go, isn’t it? Your son.

Emma: Yeah. Pretty much the hardest thing. Speaking of something we weren’t talking about, was it you?

Mr. Gold: Was what me?

Emma: Did you make Kathryn suddenly materialize? Cause it sure played that way to me. Was that the magic you were going to work? Because if you kidnapped that poor, innocent woman, just to let her go-

Mr. Gold: Are you proposing I’m working with Regina, or against her?

Emma: I don’t know. Maybe, diagonally.

Mr. Gold: Well, you keep working on that one. My question’s about something else – what do you know about him?

Emma: Goes by August. He’s a writer. Typewriter wrapped in an enigma, wrapped in stubble. Why?

Mr. Gold: He was poking around my shop today. August Wayne Booth. Clearly a false name. There’s one thing I know about – it’s names.

Emma: Writers go by pseudonyms. What does it matter?

Mr. Gold: You trust him?

Emma: Yeah. A lot more than I trust you.

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin and Baelfire arrive back at their house. Inside, their maid is cleaning up.)

Rumpelstiltskin: Thank you, Onora. You can fetch our supper now, dearie.

Baelfire: You killed that man.

Rumpelstiltskin: Well, you were hurt. Speaking of which…

(Rumpelstiltskin begins to heal Baelfire’s knee, but Baelfire stops him.)

Baelfire: No. I don’t want magic. It’s just a scrape.

Rumpelstiltskin: This will heal it.

Baelfire: So will this.

(Baelfire gets a first aid kit from a cupboard. Rumpelstiltskin sets to mend the knee.)

Rumpelstiltskin: As you wish.

Baelfire: You’re different now. You see it, don’t you? You hurt people all the time.

Rumpelstiltskin: I created a truce in the Ogres War, Bae. I walked into the field of battle, and I made it stop. I led the children home. Surely, a man who’s saved a thousand lives-

Baelfire: Is done. A man who’s saved a thousand lives can be done with it. You can stop doing things.

Rumpelstiltskin: I can’t. I need more power so I can protect you.

Baelfire: I wouldn’t need protecting if you didn’t have power.

Rumpelstiltskin: Well, I can’t get rid of it.

Baelfire: Have you tried?

(Rumpelstiltskin pulls out the dagger of the Dark One.)

Rumpelstiltskin: Tried? If someone kills me with this, then they gain the power. Now, you know that, Bae. Is that what you want?

Baelfire: That’s not what I want. I just think there might be other ways to get rid of the power. Have you looked for…

(The maid returns and sees the two of them discussing the dagger.)

Rumpelstiltskin: well, you look for other ways, Bae. But don’t get your hopes up.

Baelfire: Papa… If I find a way for you to get rid of the power… A way that doesn’t kill you or hurt me… Would you do it?

Rumpelstiltskin: It’s not possible.

Baelfire: If it was, would you do it? Don’t you miss how it was?

Rumpelstiltskin: Are you really that unhappy, Bae? I can conjure anything you desire. Name it. What do you want?

Baelfire: I want my father.

Rumpelstiltskin: All I want is your happiness, Bae. If you find a way, I’ll do it.

Baelfire: Good.

(Baelfire extends his hand. The two then shake on it.)

Baelfire: The deal is struck.

Rumpelstiltskin: Struck.

–[Real World]–

(Mr. Gold picks the lock to August’s room at the inn. Inside, he finds August’s typewriter on his desk, along with stacks of papers and a donkey shaped paperweight. He moves aside a paper, revealing a drawing of Rumpelstiltskin’s dagger.)

———–

(Sidney is drinking coffee at Granny’s Diner. Emma enters, and sits across from him.)

Emma: Hey, Sidney.

Sidney: Emma, hey. So, things certainly did work out, didn’t they? For… For your friend?

Emma: You told me you could help me with Mary Margaret, and I wanted to believe you. But, eventually, there are things that even a blind Sheriff cannot ignore.

(Emma pulls out the wire tap and places it on the table.)

Sidney: Is that a bug?

Emma: Oh, for God sakes, Sidney. Drop it. You fooled me, you spied on me, and you reported it all back to that sick, crazy woman. I can’t even imagine what she has on you, but it must be something huge.

Sidney: She’s a good Mayor.

Emma: She tried to get Mary Margaret convicted of a murder that didn’t even happen. You’re in a lot of trouble. There is a DNA trail in a basement of some house out there, and I’m going to find it. And she’s going to go away.

Sidney: Maybe. But, I wouldn’t bet against her. She’s an amazing woman.

Emma: Do you… Are you in love with her? …Fine. Whatever. Here’s the thing – before you know it, I will have that evidence. And you need to think long and hard. You can either help me, and help yourself, or you’re going to go down with her, too.

———–

(On the main street, August gets on his motorcycle and drives off. Mr. Gold, who is watching from a distance, follows him in his car.)

–[Fairy Tale World]–

(In the forest, several children are play dueling with wooden swords. Rumpelstiltskin and Baelfire cross them.)

Rumpelstiltskin: Hey, why don’t you join in, Bae? I have some business nearby that would bore you.

Baelfire: Alright.

(Rumpelstiltskin heads towards a house up the hill, while Baelfire goes to join the children. However, as he approaches them, the children scatter. He sits on a log by himself, when Morraine joins him.)

Morraine: Baelfire.

Baelfire: Careful, Morraine. You don’t want to be seen with me. I’m dangerous.

Morraine: They’re just scared of your Papa. But I’m not. You won’t let him hurt me. I don’t think he’s so bad anyway. I saw him on the battlefield when he stopped the fighting. It was like a miracle.

Baelfire: Now, he’s getting worse every day. But he said he’ll change back if I find a way. I just don’t know where to look.

Morraine: Reul Ghorm.

Baelfire: What?

Morraine: I heard about it when I was in the trenches. The other soldiers talked about it. Reul Ghorm is an ancient being that rules the night. The original power.

Baelfire: Bigger than Papa, or worse than Papa?

Morraine: Bigger than anything.

(A crack is heard in the background.)

Morraine: He’s coming back. Good luck to you.

(Morraine leaves and Rumpelstiltskin returns.)

Rumpelstiltskin: Your friend didn’t want to say hello?

Baelfire: You frighten them.

Rumpelstiltskin: What is there to be frightened of, Bae? They’ll get over that in time.

Baelfire: You have stains on your boots.

(They look down, where blood can be seen on Rumpelstiltskin’s boots.)

Rumpelstiltskin: Oh, yes, that. Uh, we need a new maid.

Baelfire: Gods, no!

Rumpelstiltskin: She heard us talking about the knife.

Baelfire: She was mute. She couldn’t tell anyone.

Rumpelstiltskin: Even mutes can draw a picture.

–[Real World]–

(At the convent, August and Mother Superior are talking. August leaves, and Mother Superior encounters Rumpelstiltskin on the step.)

Mr. Gold: Mother Superior. Good afternoon.

Mother Superior: Our rent is paid in full.

Mr. Gold: I’m not here about the rent.

Mother Superior: Well, good day to you, then.

Mr. Gold: Tell me – that man who just left here… Who did he say he was? What did he want?

Mother Superior: I don’t have to tell you that.

Mr. Gold: And I don’t have to not double your rent. What did he want?

Mother Superior: Advice and counsel. He came to town looking for his father after a long separation, and he recently found him.

Mr. Gold: Ah. And a happy reunion has already taken place?

Mother Superior: No. He hasn’t spoken to him yet.

Mr. Gold: And why not?

Mother Superior: Mm, it was a difficult parting. There are many issues to be resolved between them.

Mr. Gold: I see.

–[Fairy Tale World]–

(Baelfire heads to a deserted area of the woods and sits down. He then attempts to summon ‘Reul Ghorm’.)

Baelfire: Reul Ghorm? Are you there? If you can help me, please make yourself known to me.

(The Blue Fairy appears.)

Baelfire: Can you help me?

Blue Fairy: I can help.

Baelfire: How do I know I can trust you?

Blue Fairy: Because there is good magic and dark magic, and I’m on the right side.

Baelfire: You’re a fairy.

Blue Fairy: Oh. And you’re not untouched by magic, are you, child? There’s something dark in your life.

Baelfire: My father. He is the Dark One.

Blue Fairy: Oh. I can’t make him the man he was before, but I can send him someplace where he won’t be able to use his powers.

Baelfire: Not a jail. I want to be with him. Like it used to be.

Blue Fairy: Not a jail, young one, just a place without magic.

Baelfire: But magic is everywhere.

Blue Fairy: In this world, yes. You see, what ails your father is specific to our realm. His powers do not belong here. You must go where you can escape this wretched curse.

Baelfire: Go? We have to leave?

Blue Fairy: Yes. It is the only way. Can you do it? Can you leave everything here behind for the unknown?

Baelfire: If it means I get my father back, then yes.

Blue Fairy: You’re a very good son, Baelfire. You are the part of him that keeps him human. That little light inside of him that still glows. It’s his love for you. Hold out your hand.

(The Blue Fairy tosses him a transparent looking bean.)

Baelfire: What is it?

Blue Fairy: A magic bean. The very last one that is known to our kind. The others got away from us. You just use it wisely, and follow wherever it leads you. It will save you both.

(The Blue Fairy disappears. Baelfire returns home.)

–[Real World]–

(David is waiting outside of a building. When Mary Margaret appears, he approaches her.)

David: Mary Margaret.

(She ignores him.)

David: Please wait. Look, I’ll leave if you want. I… I just think we need to talk.

MMB: So, talk.

David: I need to apologize.

MMB: Yes, you do. Keep going.

David: I didn’t believe you. I didn’t stand with you.

MMB: You know, I will never forget that moment… The moment the world sort of blows you backwards, and the one person you thought would always be there to catch you… He isn’t there.

David: Look at what was going on. It was your jewelry box, your fingerprints, knife in your apartment-

MMB: It was a setup.

David: And a really good one. I’m human. I fell for it. I’m sorry, but… We have to move forward.

MMB: But we can’t. It’s like something in this world doesn’t want us together.

David: Like what? Dark forces?

MMB: Maybe. I don’t know, but it’s like something just keeps pouring poison between us. And what I don’t want, is to have all of those good memories… Replaced by moments like that. When I looked at you, and I saw that you didn’t believe me…

David: No. I know. I am so sorry.

MMB: I know. I know.

David: But, I love you.

MMB: And that… Is what makes it all so sad.

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin is spinning straw at his wheel, when Baelfire enters.)

Baelfire: Papa! Papa. I found it. I-I found a way for things to be like they were. I want you to come with me. I can make things right. Have you heard of the Reul Ghorm?

Rumpelstiltskin: The Blue Star. The Blue Fairy? Oh, son, please tell me you didn’t. Fairy magic doesn’t mix well with what I am.

Baelfire: But you promised. She can help us. To take us to a place without magic.

Rumpelstiltskin: A place without magic? I’d be powerless. Weak.

Baelfire: Like everyone else. It wouldn’t matter. We’d be happy.

Rumpelstiltskin: We could be happy here.

Baelfire: Father, please. You’re getting worse. And you promised. This can work. It can. You made a deal with me. Are you backing out?

Rumpelstiltskin: No.

–[Real World]–

(Mr. Gold knocks on Archie’s door. Archie answers.)

Archie: Mr. Gold? Are you here for the rent?

Mr. Gold: Why does everyone ask that?

Archie: Well, because you, uh… Never mind. Would… Would you like to talk?

Mr. Gold: I don’t know.

Archie: Well, um… If you’d like to get something off your chest, please come in.

(The two of them go to sit in Archie’s office.)

Archie: A son? Wow, I-I didn’t know you had a son. How… How old is he?

Mr. Gold: Let’s start with something easier.

Archie: O-Okay. Um, what do you mean to say that you may have found him?

Mr. Gold: Let’s just say, there’s someone acting the way I would expect them to act.

Archie: So, you… So, you recognize him?

Mr. Gold: Maybe. Or, perhaps, I’m just seeing what I want to see. I don’t know.

Archie: Okay, well, I mean, wouldn’t he recognize you?

Mr. Gold: There was conflict. I’m not sure he’s ready for a tear soaked reunion.

Archie: So, he sought you out and he’s hanging back? Maybe, he’s watching to see if he’s welcome. Looking for a sign that all is forgiven.

Mr. Gold: No, no, no. He’s not the one that needs to be… I think he might still be very angry.

Archie: Anger between a parent and a child is the most natural thing in the world.

Mr. Gold: I think he might be here to try to kill me.

Archie: Ah. Right. That’s… That’s not.

Mr. Gold: I let him go. I’ve spent my entire life since trying to fix it, and now, he’s finally here. And I just don’t know what to do.

Archie: Be honest. Just tell him what you told me, and ask him for forgiveness. And when you’re face-to-face, you’ll know what to do.

Mr. Gold: Honesty’s never been the best colour on me.

Archie: There’s no other way.

———–

(August is roaming around outside of the cabin in the woods, seemingly searching for something. Mr. Gold appears and confronts him.)

Mr. Gold: I know who you are. And I know what you’re looking for.

August: Well, then… I guess all the lying can stop… Papa.

–[Fairy Tale World]–

(Baelfire and Rumpelstiltskin head through the forest to a clearing.)

Rumpelstiltskin: Where are we going, boy? What kind of world is this we’re going to? What kind of world is without magic?

Baelfire: A better one.

(Baelfire pulls out the magic bean and throws it on the ground. A green vortex forms in the ground.)

Rumpelstiltskin: My gods, boy! It’s like a tornado!

Baelfire: We have to go through it!

Rumpelstiltskin: No, no! I don’t think I can!

Baelfire: We must! It’s the only way!

Rumpelstiltskin: No, no, no, no, no, no! It’s a trick! It’ll tear us apart!

Baelfire: It’s not! It’ll be okay! I promise!

(Baelfire gets pulled down towards the vortex. Rumpelstiltskin hangs on to him.)

Baelfire: Papa! We have to go through! What are you doing? Papa! It won’t stay open long! Let go!

Rumpelstiltskin: I can’t! I can’t!

Baelfire: Papa, please! It’s the only way we can be together!

Rumpelstiltskin: No, Bae! I can’t!

Baelfire: Papa, please!

Rumpelstiltskin: I can’t!

Baelfire: You coward! You promised! Don’t break our deal!

Rumpelstiltskin: I have to!

Baelfire: Papa!

(Rumpelstiltskin can no longer hang on, and Baelfire gets sucked into the vortex. The vortex disappears, leaving only a hole in the ground behind.)

Rumpelstiltskin: Bae? Bae! No, no, no, no, no. No, no, Bae. I’m sorry, Bae!

(He begins to start digging.)

Rumpelstiltskin: I want to come with you! I want to come with you, Bae! I want to come with you! Bae! Bae! Bae!

–[Real World]–

(Mr. Gold and August are still outside of the cabin in the woods.)

Mr. Gold: You were right, Bae. You were always right. I was a coward, and I never should’ve let you go. I know it’s little consolation, but… I just want you to know, that ever since you left, ever since you crossed the barriers of time and space, in every waking moment… I’ve been looking for you. And now that I’ve finally found you… I know I can’t make up for the past, for the lost time. All I can do, is to ask you to do what you’ve always done. And that’s to be the bigger man… And forgive me. I’m so sorry, son. I’m so sorry, Bae.

(August goes to hug him, and Mr. Gold returns the embrace.)

Mr. Gold: Oh, my boy. My beautiful boy. Can you truly, truly forgive me?

August: I forgive you, Papa.

Mr. Gold: You were looking for the knife.

August: I thought that if you still had it, it would mean that you hadn’t changed.

Mr. Gold: Well, let’s go and find it and see.

(The two of them go to a spot in the woods. August begins digging with a shovel.)

Mr. Gold: I buried it here shortly after Emma came to town. Things were changing. Didn’t want to take the chance of Regina finding it.

August: Of course.

Mr. Gold: It should be right about here, son. Here. Look, look.

(Mr. Gold picks up the dagger out of the hole, which is wrapped in a cloth. He unwraps the dagger and hands it to August.)

Mr. Gold: I want you to take it. Destroy it, the way I know you always wanted to. I found you, and I don’t need it anymore. I chose it once. Now, I choose you.

(August takes the dagger and examines it.)

August: It’s remarkable.

(August holds up the dagger and points it at Mr. Gold.)

August: By the power of the darkness, I command thee… Dark One.

Mr. Gold: You’re trying to control me?

August: I command thee, Dark One!

Mr. Gold: You’re not my son. You’re not Baelfire.

August: Papa, why would you say that? I’m just trying to use your power to help us.

Mr. Gold: Enough! It’s over, Booth. Or whoever you are. My son would never try to use me. And he would know, that this knife cannot harness any magic in this world, because there is no magic in this world. That’s why he chose this place. He didn’t want me…

(Mr. Gold grabs the dagger from August.)

Mr. Gold: Dabbling.

August: So, why bury a useless knife?

Mr. Gold: Oh, I wouldn’t say it was useless. It still cuts through flesh rather nicely. It’s about time you start answering some questions, sunshine. Why the theatrics? Why didn’t you just come to me?

August: I needed you to work for it. I needed you to want it so bad, you would ignore what your eyes were seeing. Do I even look like him at all?

Mr. Gold: How do you know about this knife?

August: I hear things.

(Mr. Gold points the dagger at August, until he ends up backed up against a tree.)

Mr. Gold: No one here knows about this knife.

August: No one here remembers.

Mr. Gold: And, yet, you do. You’re from there, aren’t you? From my world.

August: The fact that you’re asking the question means you know the answer.

Mr. Gold: Well, now that that’s settled…

(Mr. Gold lunges at August, pinning him against the tree behind him. He holds the dagger to his throat.)

Mr. Gold: How about my other question? Who told you about me and the knife?

August: A little fairy.

Mr. Gold: Why did you want it? If you know who I am, then you know who I am. The chances of you surviving this little encounter are pretty slim. So, why take the risk?

August: Because I’ll die anyway.

Mr. Gold: What?

August: I’m sick. I’m sick, and I need magic. I was going to get the saviour to believe. But that woman… I don’t think I’m going to make it long enough to see that happen.

(Mr. Gold removes the dagger from August’s throat.)

Mr. Gold: She trusts you – it might be enough. Try again.

August: You’re going to let me live?

Mr. Gold: You’re going to die either way. This way, at least I might get something out of it.

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin is in a clearing in the forest.)

Rumpelstiltskin: Reul Ghorm! Show yourself!

(The Blue Fairy appears.)

Rumpelstiltskin: How do I follow him?

Blue Fairy: You had the way, you didn’t take it. And there are no more magic beans.

Rumpelstiltskin: That’s a lie.

Blue Fairy: We don’t do that.

Rumpelstiltskin: A lie.

Blue Fairy: You will never make it to that world.

Rumpelstiltskin: Oh, I’ll find a way. There must be other paths. A realm jumper?

Blue Fairy: No.

Rumpelstiltskin: A time turner?

Blue Fairy: No.

Rumpelstiltskin: A mage?

Blue Fairy: There is no-

Rumpelstiltskin: A curse?

Blue Fairy: No.

Rumpelstiltskin: Ah! So, it is a curse.

Blue Fairy: Of course you would think of a curse instead of a blessing. Your magic is limited by its own rotten core, Rumpelstiltskin. Anyway, it can’t be done. Not without a great price.

Rumpelstiltskin: I’ve already paid a great price.

Blue Fairy: So, you’d be willing to sacrifice this world for the next? Because that’s how great the price is.

Rumpelstiltskin: Well, what do you think?

Blue Fairy: Well, then I’ll comfort myself knowing that such a curse is beyond your abilities.

Rumpelstiltskin: Oh, for now. But I’ve got all the time in the world. I will do nothing else, I will love nothing else. I will find a way. You took my son, but I will get him back.

Blue Fairy: I didn’t take your son.

Rumpelstiltskin: You took my son, but I will get him back!

Blue Fairy: You drove him away.

(He swipes at her with his dagger. The Blue Fairy disappears.)

Rumpelstiltskin: I will find him! I will find him! I will find him…

–[Real World]–

(Emma arrives back at the station, where she finds Regina waiting for her.)

Regina: Congratulations, Sheriff Swan. There’s about to be a big break in your case. You just got yourself a confession. But, I want you to listen to the whole explanation, so you understand why this happened.

Emma: Oh, I’ll hang on every word you say.

Regina: Sidney. You can come in now.

(Sidney enters.)

Regina: Tell her what you told me.

Sidney: It was me. I confess. I abducted Kathryn, and I held her in the basement of an abandoned summer home by the lake. I bribed a lab tech to get me the heart from the hospital, and I used that same person to doctor the lab results.

Regina: And the other thing.

Sidney: I…borrowed some skeleton keys from Regina and…planted the knife in your apartment.

Regina: My keys. Can’t help but feel personally violated about that part.

Emma: I am supposed to believe you did this for why now?

Sidney: I was going to find her after the conviction, be a hero. Then, get the inside track on the biggest story to ever hit this town. I’d get my job back. Plus, a novel, and a movie, and… I don’t know. It sounds crazy now.

Emma: I don’t know about crazy. But false, yes. False as hell.

Sidney: I have maps to where the house is. You’ll find chains in the basement. Lots of fingerprints, I’m sure – hers and mine. But, I didn’t hurt her.

Regina: The man has obviously suffered some kind of mental break. He clearly hasn’t been himself for a while.

Emma: Yeah. It’s like his words aren’t his at all.

Regina: Wow. You are so sold on your own rush to judgment that you can’t even see the truth anymore.

Emma: A word in the hallway, please.

(Regina and Emma meet in the hall alone.)

Emma: Well, that’s the biggest load of crap I’ve ever heard.

Regina: I’m pretty sure that’s not true.

Emma: That poor man. I know you are behind all this. I understand that you own the game, and that you’ve set the board so that no one else can win. But I am about to start playing an entirely different game. I don’t care about what happens to you. I don’t care about what happens to me. All I care about, is what happens to my kid. And you are going to leave him alone.

Regina: Am I?

Emma: Uh-uh. I’m talking. You’re a sociopath, lady. You tried to take away someone that I love. And now… I’m going to take away someone you love. I am taking back my son.

–[End]–

Kikavu ?

Au total, 229 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Elonarose 
24.03.2019 vers 12h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
01.12.2018 vers 23h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
27.10.2018 vers 20h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

ophjus, 17.08.2019 à 13:09

Le quartier The Bold Type a un mois, n'hésitez pas à venir voir comme il a bien grandi !

quimper, 18.08.2019 à 17:08

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Jane et Maura ont besoin de votre aide pour choisir leur destination de vacances .

quimper, 18.08.2019 à 17:10

Et inutile de connaitre la série pour pouvoir voter. Alors, n'hésitez pas à venir. Bon week-end à toutes et tous.

cinto, 18.08.2019 à 19:21

Donnez un nouveau titre à la série The Tudors ; merci pour vos votes au sondage, PDM et votre petit tour sur le quartier.

sabby, Avant-hier à 09:47

Bien le bonjour, le quartier S.W.A.T vous propose un tout nouveau sondage, une nouvelle PDM en vote et une nouvelle séance du Survivor

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site