VOTE | 821 fans

#214 : Manhattan


Centré sur : Rumplestiltskin
Titre VO : Manhattan
Titre VF : Manhattan
Diffusion USA : 17/02/2013
Diffusion FR : 30/11/2013
Captures

Résumé court : Henry, Emma et Gold sont à la recherche de son fils à New York tandis que Hook, Cora et Regina recherche l'une des plus précieuses possessions de Rumplestiltskin.

Popularité


4.67 - 9 votes

Vidéos

2.14 Promo

2.14 Promo

  

Retrouvailles entre Emma et Neal (VO)

Retrouvailles entre Emma et Neal (VO)

  

Emma et Neal parlent dans un bar (VO)

Emma et Neal parlent dans un bar (VO)

  

Discussion entre Emma, Neal, Gold et Henry

Discussion entre Emma, Neal, Gold et Henry

  

Diffusions

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Samedi 30.11.2013 à 21:40
2.19m / 9.9% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 17.02.2013 à 20:00
7.61m / 2.4% (18-49)

Plus de détails

Audience US : 7.61 millions

Ecrit par : Edward Kitsis et Adam Horowitz

Réalisé par : Dean White

 

Acteurs secondaires:

Barbara Hershey .... Cora

Michael Raymond-James .... Neal Cassady / Baelfire

Rachel Shelley .... Milah

Ethan Embry .... Greg Mendell

Lee Arenberg .... Grincheux / Leroy

Beverley Eilliott .... Granny

Spencer Drever .... Garçon

Brighid Fleming .... Petite fille

Shannon Lucio .... Médium

David Quinlan .... Père

Primo Allon .... Gadling

Mackenzie Gray .... Hob

Toby Levins .... Sergent

Aaron Brooks .... Soldat

Rumplestiltskin rentre chez lui auprès de Milah qui tisse. Il est heureux de lui annoncer qu'il a été enrôlé dans la guerre contre Ogres. Mila avertit que le front est connu pour être un endroit brutal. Rumplestiltskin insiste sur le fait que c’est l'occasion qu'il attendait pour prouver à tous qu’il n’est pas un lâche comme son père. Milah lui dit d’y aller à contrecœur et être courageux. Ils se promettent de vivre la vie qu'ils ont toujours voulue quand il reviendra.

Emma, Henry, et Mr Gold arrivent à Manhattan. Ils vont à l’adresse indiquée par le globe. Il leur dit qu’il n’a pas appelé et ils décident de monter.

A Storybrooke, Regina dit à Cora que Henry est parti avec Emma et Mr Gold. Cora lui assure qu’Henry sera de retour mais Regina souligne qu'il ne reviendra avec elle. Hook arrive et demande à savoir où est passé Mr Gold. Il pense qu’il peut le tuer maintenant qu’il est hors de la ville. Cora souligne qu'ils seront impuissants et si elles quittent Storybrooke, même si elles auront encore leurs souvenirs car ils ne sont pas victimes de la malédiction. Hook leur explique qu'il n'a pas utilisé la magie et jure d'aller retrouver Gold. Cora lui dit qu'il ne va aller nulle part et que maintenant ils peuvent chercher la dague du Ténébreux.

Emma essaie de déterminer quel est appartement Bae. Un appartement n'a pas de nom, elle sonne. Elle raconte qu'elle doit livrer un paquet. Ils ne reçoivent pas de réponse, mais entendent quelqu'un s’enfuir dans l'escalier de secours. Ils se ruent dehors. Gold dit à Emma qu’il ne peut pas courir. Il rappelle à Emma qu’elle doit obtenir de Bae qu’il parle à son père. Emma poursuit Bae et réussi à le rattraper et à l’arrêter. Elle se rend compte que Bae n’es autre que Neal Cassady, son ancien petit ami.

Neal se demande pourquoi Emma est là. Elle exige de savoir s’il est le fils de Mr Gold. Il dit qu'il n'a aucune idée de qui est Gold et Emma explique que Gold est Rumplestiltskin. Neal est furieux qu'elle ait amené son père avec elle. Emma exige de savoir s’il savait qui elle était vraiment. Il lui dit enfin qu'il va s’expliquer mais suggère qu'ils aillent dans un bar à proximité.

Henry assure à Mr Gold que sa mère va attraper Bae. Mr Gold remercie Henry pour avoir ramener Emma à Storybrooke, soulignant qu’il n’aurait jamais pu retrouver son fils sans elle. Henry dit qu'il a pardonné à Emma de l’avoir abandonner, car il sait qu'elle voulait ce qu’il y avait de meilleur pour lui, et il pense que Bae fera la même chose. Mr Gold n’est pas convaincu, mais Henry dit que la seule chose qui compte c’est qu’il soit là pour son fils maintenant.


Au bar, Neal dit Emma qu'il ne serait rien passé entre eux si il avait su qui elle était. Il lui explique que quand il est allé vendre les montres, August lui a expliqué quel était le destin d’Emma et qu’il devait la quitter. Emma est furieuse que Neal l'ait abandonnée parce que Pinocchio lui a dit de le faire. Neal insiste sur le fait qu'il essayait de l'aider à rentrer chez elle. Il lui suggère que le destin qui les a réunis et se souvient que son père lui disait qu’il n’y avait jamais de coïncidences. Neal pense qu'ils se sont rencontrés pour une raison et que quelque chose de bien a du ressortir de leur histoire. Emma lui répond que non. Quand elle dit qu'elle est passée à autre chose, Neal lui fait remarquer qu'elle porte encore le porte clé qu’il lui a donné. Emma l’arrache et le pose sur le bar. Elle lui dit qu'elle le porte pour se rappeler de ne jamais faire confiance à qui que se soit. Elle dit alors Neal qu'elle va le ramené à son père. Neal lui demande de mentir et qu’elle ne le reverra plus jamais de sa vie.

Au camp, un sergent demande à Rumplestiltskin de garder une cage contenant un prisonnier qui peut inverser le court de la guerre. Rumpelstiltskin monte la garde nerveusement jusqu'à ce qu'il entende une femme l’appeler. Il regarde à l'intérieur et voit une petite fille, elle demande de l'eau. Alors qu’elle tend la main, Rumplestiltskin voit que ses yeux sont sur les paumes de ses mains et elle dit qu'elle voit tout. La jeune fille connaît sa crainte d'être un assimilé à un lâche et dit qu'elle voit tout, y compris ce qui n’est pas encore arrivé.

Rumpelstiltskin refuse d'écouter ce que la jeune fille a à dire jusqu’à ce qu’elle parle de Milah. Elle propose de tout lui raconter contre de l’eau. Rumplestiltskin lui donne enfin quelque chose à boire. La jeune fille lui dit que sa femme est enceinte d'un garçon, mais que les actions de Rumpelstiltskin sur le champ de bataille le laisseront sans père. Rumplestiltskin suppose qu'il va mourir et la fille l’avertit qu'il n'y a rien qu'il puisse faire pour changer son destin. Il reprend l'eau et affirme qu'il ne veut plus l’aider, mais elle lui dit qu'il l’aidera à nouveau un jour. La jeune fille dit que quand il entendra que les soldats iront au champ de bataille sur des vaches, il saura qu'elle dit la vérité.

Emma appelle Mary Margaret pour dire à sa mère que le fils de Mr Gold est le père de Henry. Mary Margaret insiste sur le fait qu’Henry a le droit de connaître son père et se demande si Emma veut protéger Henry ou elle-même.

Mr Gold et Henry attendent à l'extérieur de l'appartement de Bae. Henry se demande pourquoi Mr Gold est si nerveux. Quand Henry dit qu'il était heureux de rencontrer sa mère, Mr Gold dit qu'il a plus d'expérience et sait que cela ne fonctionne pas toujours. Henry lui fait remarquer que dans son livre de contes il peut voir l’avenir. Mais Gold lui raconte que lire le futur est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Emma revient et ment à Mr Gold en lui disant que Bae s’est enfuit.

Regina se rend à l'hôpital pour voir Belle et se rend compte qu'elle ne se souvient de rien. Lorsque Belle se demande ce qu'elle veut, Regina lui jette un sort pour la faire dormir et fait léviter les objets dans le sac à main de Belle. Parmi les objets se trouve une feuille avec un nombre écrit dessus. Regina se rend à la bibliothèque de la ville avec Cora et Hook. Elle pense que Gold a laissé à Belle des indices pour trouver la dague. Cora est impressionnée par sa fille et découvre l’emplacement où la dague devrait se trouver vide. Cora trouve un morceau de papier et Hook confirme qu'il s’agit d’une carte.

Mary Margaret dit à David qu’Henry est le fils de Bae et ils essaient de comprendre les liens familiaux qui les unissent tous.

Gold parvient ouvrir la porte d’entrée de l’immeuble. Il décide d’entrer dans l’appartement de son fils et de l’attendre pensant que Bae sera de retour à un moment ou à un autre. Emma le met en garde, mais Mr Gold n’en tient pas compte. Il pense que le pire qui puisse arriver est qu'il soit arrêté et que Bae doive témoigner contre lui et que donc ils seront réunis.

Avant la bataille, Rumpelstiltskin voit les blessés qui reviennent du champ de bataille. Un soldat lui fait remarquer qu'ils sont chanceux parce que ces blessés sont renvoyés chez eux. Le sergent sort et leur dit qu'ils ont reçu du ravitaillement et qu’ils monteront à cheval durant la bataille sur des selles en cuir de vache. Rumplestiltskin retourne à la cage mais découvre que la jeune fille a disparu. Se rendant compte que tout ce qu'elle dit est vrai, Rumplestiltskin prend un marteau et se casse la jambe.

Gold entre dans l'appartement de Neal, ignorant les objections d'Emma. Ils commencent à le fouiller et Emma trouve un attrape rêve. Gold réalise qu'il a une certaine importance pour elle et exige des réponses. Emma envoie Henry dans la salle de bain. Emma insiste sur le fait qu'elle ne sait rien, mais Gold se prépare à l'attaquer, la mettant en garde : personne ne rompt un accord avec lui. Neal fait irruption dans la pièce et dit à son père de laisser Emma tranquille.

Rumplestiltskin boite jusqu’à chez lui et retrouve Milah avec leur fils. Elle dit à son mari qu'elle a appelé leur fils Baelfire et qu'il devra vivre avec la honte d’avoir pour père un lâche. Lorsque Rumplestiltskin lui demande ce qu'elle veut dire, Milah lui explique les nouvelles du front vont très vite. Il admet qu’il s’est blessé lui-même car une prophétesse lui a prédit qu’il mourait durant une bataille et qu’il ne voulait pas que son fils grandisse sans son père. Mila pense que c’est un lâche, tout comme son père. Rumplestiltskin insiste sur le fait que son père l'a abandonné et qu'il ne ferait jamais ça à son fils. Dégoûté, Milah lui dit qu’il aurait mieux valu qu’il se batte et qu’il meurt. Elle donne le bébé à Rumplestiltskin, et sort. Une fois qu'il est seul avec son fils, Rumplestiltskin lui promet de ne jamais le quitter.

Neal dit qu'il est revenu s'assurer que Gold ne fasse pas de mal à Emma. Son père se rend compte qu’Emma et Neal se connaissent. Avant de donner une explication, Henry revient et Neal comprend qu’Henry est son fils. Emma avoue qu'elle a menti à propos de sa mort du père d’Henry et le garçon grimpe par la fenêtre et se sauve. Alors qu'elle le suit, Gold demande Neal de l’écouter. Il dit que l’accord qu’il avait avec Emma était qu’elle puisse faire en sorte qu’il parle à son fils. Neal accepte à contrecœur de parler à son père pour préserver Emma. Il donne à son père trois minutes.

À l'hôpital, Greg appelle sa petite amie et lui dit qu'il va rester à Storybrooke un peu plus longtemps. Quand elle se demande pourquoi, Greg lui envoie la vidéo, il a pris de Regina utilisant la magie dans la chambre de Belle.

Hook détermine l'endroit où le poignard de Rumpelstiltskin est caché. Cora lui dit qu’elles vont aller le chercher. Quand il insiste pour les accompagner, Cora l’assomme avec sa magie. Regina se demande ce que sa mère a en tête et Cora lui explique qu'une fois qu'ils auront la dague, ils pourront contrôler le Ténébreux. Elles vont lui ordonner de tuer Mary Margaret, David, et Emma et Regina récupérera Henry.

Emma suit Henry sur le toit et il lui demande pourquoi elle lui a menti. Elle lui raconte qu'elle ne pensait pas revoir Neal un jour, qu’il lui avait brisé le cœur et elle voulait oublier cette partie de sa vie. Henry pensait qu'elle était différente, mais Emma est comme Regina. Il demande alors à rencontrer son père.

Dans l'appartement, Gold admet qu'il a fait des erreurs et dit qu’il veut se rattraper. Il demande à Neal rentrer à Storybrooke avec lui afin qu'il puisse utiliser la magie pour tout recommencer et oublier les souvenirs douloureux. Neal refuse et il pense que son père n’a pas changé. Il souligne que son père essaie toujours d’utiliser la magie pour réparer ses erreurs. Il explique à son père qu’il a passé des années à se rappeler comment son père avait choisi la magie au lieu de lui. Il demande à son père de le laisser et de repartir.

Des années plus tard, Rumplestiltskin retrouve la prophétesse dans les bois. La voyante a grandit et lui dit qu'elle a été l'attendait. Rumplestiltskin lui raconte ce qui lui est arrivé et lui mentionne qu'il aurait été agréable de connaître les détails de sa prophétie. La voyante lui dit qu’il était impossible pour lui d’éviter son destin. Il l'étrangle brièvement avec un sort et la voyante lui dit qu'elle sait pourquoi il est là. Elle se concentre et dit à Rumplestiltskin qu'il trouvera son fils après de nombreuses années, après que quelqu'un jette une malédiction. La voyante hésite puis lui dit qu'il y a des limites à son pouvoir. Rumplestiltskin veut lui prendre son pouvoir. Il prend ses mains et le pouvoir de divination lui est transmis.

Emma retourne dans l'appartement et Neal lui reproche de ne pas lui avoir parlé de son fils. Elle admet qu'elle ne voulait pas qu’il sache qu’il avait un fils. Neal l'avertit de ne plus prendre ce genre de décision toute seule. Il va parler à Henry et s’excuse de ne pas avoir été présent. Henry lui dit que ce n’est pas grave, qu’il ne savait pas.

A l'intérieur, Gold regarde nerveusement ses fils et petit-fils.

Rumplestiltskin dit que le futur est confus et la voyante lui révèle qu'il lui faudra du temps pour maîtriser ses visions. Il se rend compte qu'elle voulait être débarrassée de ce fardeau. Avant de mourir elle lui dit qu’il retrouvera son fils avec l'aide d'un garçon et que ce même garçon causera sa perte. Rumpelstiltskin hausse les épaules et dit qu'il va juste devoir tuer ce garçon.

Précédemment dans Once upon a time.

 

Hôpital de Storybrooke - Présent

Greg Mendell : (Dans son lit d’hôpital.) J’ai eu un accident. (Pendant que Gold utilise une boule de feu.) Tu ne me croiras jamais si je te dis ce que j’ai vu. (La dague de Rumplestiltskin est ensanglantée.)

 

Dans la forêt enchantée - Passé

Rumplestiltskin : Si je vole ce poignard, le Ténébreux obéira à mes ordres. (Rumplestiltskin est dans la forêt.)

Baelfire : (Tombant dans le trou.) Tu vas rompre notre accord.

Rumplestiltskin : J’y suis obligé.

Baelfire : (En criant et attrapé par le souffle.) Papa !

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke - Présent

Gold : (Utilisant une boule magique en mettant son sang dessus pour retrouver la trace de son fils.) Vous vous rappelez que vous me devez un service, mademoiselle Swan. (Il se trouve désormais devant Emma chez Mary Margaret.)

 

Dans l’avion menant à New York

Hôtesse : Bienvenue sur le vol régional 53 de l’Ajira Airlines à destination de New York.

Gold : (Hors cadre.) Je veux retrouver mon fils.

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Rumplestiltskin : Milah. (Elle est en train de coudre un sachet. Il entre dans la maison.)

Milah : J’ai presque terminé.

Rumplestiltskin : Oh, tu apprends vite.

Milah : J’ai un bon professeur. (Ils s’embrassent.) Qu’y a-t-il ? Comment se fait-il que tu rentres déjà ?

Rumplestiltskin : Milah, ma vie de tisserand est derrière moi. J’ai été appelé au front, regarde. (Il lui montre un papier où il reçoit son avis d’engagement au front.)

Milah : (Lisant le papier.) « Vous avez été enrôlé dans l’armée du roi. » La guerre des ogres.

Rumplestiltskin : (En tapant dans ses mains, il est excité.) Je commence l’entrainement demain.

Milah : Non, n’y va pas. On raconte que la vie au front est d’une sauvagerie effrayante.

Rumplestiltskin : (Il s’assoit.) Oh, Milah, je le sais voyons. Et je reconnais que je ne suis pas rassuré, mais, mais c’est l’occasion que j’ai espéré en secret, que j’ai espéré toute ma vie. Je t’assure, je vis dans la honte de ce que mon père m’a fait depuis bien trop longtemps.

Milah : Ce n’est pas parce que ton père était un lâche que tu en es obligatoirement un.

Rumplestiltskin : Oh, je le sais bien et tu le sais aussi mais tous les autres. Cette guerre contre les ogres me donnera enfin la chance de le prouver au monde entier.

Milah : Alors vas-y. Montre à tous ta bravoure. Bats-toi avec vaillance.

Rumplestiltskin : Oh, je t’aime tant.

Milah : Je t’aime aussi. Quand tu reviendras, nous pourrons enfin avoir la vie dont toi et moi avons toujours rêvé.

Rumplestiltskin : Ah oui.

Milah / Rumplestiltskin : (En même temps.) Nous fonderons une famille. (Ils se mettent à rigoler.)

 

New York – Présent

Gold sort d’une voiture de taxi avec Emma et Henry.

Emma : Qu’est-ce qu’il ne va pas ? C’est bien ici, non ?

Gold : Oui, c’est ici.

Emma : Et j’imagine qu’il ne s’attend pas à vous voir. Je suis sûre qu’il adore les surprises. (Elle va vers le bâtiment avec Henry alors que Gold attend avant de s’y rendre à son tour.)

 

OUVERTURE

 

Dans la maison de Regina – Storybrooke - Présent

Cora : (Hors cadre.) Qu’y a-t-il ma chérie ?

Regina : (Se trouvant dans sa chambre avec sa mère. Elles sont assises sur le lit.) C’est au sujet d’Henry. Emma Swan a quitté la ville avec Gold et elle a emmené Henry.

Cora : Et tu ne t’y es pas opposée ?

Regina : Quand je l’ai su, ils étaient déjà loin.

Cora : Je suis sûre qu’il ne risque rien. Et dès que Gold aura fini, le petit reviendra.

Regina : Mais pas auprès de moi.

Kilian : (Arrivant dans la pièce.) Reviendra d’où au juste ? Où est Rumplestiltskin ?

Regina : Je n’en ai aucune idée.

Kilian : S’il a quitté la ville, il n’a plus ses pouvoirs, il peut être tué.

Cora : Dès l’instant où nous partons d’ici, nous perdons nos pouvoirs magiques et notre avantage sur lui.

Kilian : Nos souvenirs aussi ?

Regina : Nous n’avons pas été victimes de la malédiction, le problème, ce ne sont pas les souvenirs, c’est plutôt la magie.

Kilian : Je n’ai pas besoin de la magie. Je partirai seul à sa recherche. (Il s’en va mais s’arrête lorsque Regina lui parle.)

Regina : (Elle se lève.) Même si tu parviens à le retrouver, tu penses vraiment que tu n’auras qu’à transpercer son cœur de ton épée.

Kilian : J’aurais préféré mon crochet mais je ne sais pas où il est.

Cora : Vous n’irez nulle part.

Kilian : (En haussant la voix.) J’ai mérité ma vengeance.

Cora : (Se levant à son tour.) Oui, c’est vrai, vous avez raison et en l’absence du Ténébreux, nous pourrons chercher ici le seul objet ensorcelé qui puisse le tuer, sa dague.

 

New York – Dans le bâtiment – Devant la grille

Henry tente de trouver le numéro de l’appartement du fils de Gold.

Henry : Il n’y a pas de Baelfire.

Emma : Ouais, ce ne serait peut-être pas le pseudo idéal. (À Gold.) Votre globe magique ne vous a pas donné le numéro de l’appartement ?

Gold : Ça ne marche pas comme ça.

Henry : (Regardant les plaques sur le mur.) Est-ce qu’un de ces noms vous rappellent quelque chose ?

Gold : Les noms sont ma spécialité mais là, ce n’est pas le cas.

Emma : (Montrant un bouton d’un appartement du 407.) Le voilà votre fils.

Gold : Oui ou alors c’est inoccupé.

Emma : Votre spécialité c’est les noms et la magie, moi c’est retrouver ce qu’ils ne veulent pas qu’on les retrouve, et les personnes de ce genre ont tendance à se faire discrètes. (Emma appuie sur le bouton.) Une lettre recommandée pour le 407.

Henry : (N’obtenant pas de réponse.) Tu aurais peut-être dû dire que c’était un colis.

Emma : (Entendant un bruit de porte à l’extérieur.) Il se tire. (Elle sort et voit un homme quitter l’escalier de secours. Elle est prête à le rejoindre.)

Gold : Le service que vous me devez, c’est le moment de me le rendre. Arrangez-vous pour qu’il vienne me parler, je ne peux pas courir.

Emma : Occupez-vous d’Henry, je reviens.

Elle se met à courir pour tenter de rattraper l’homme qui s’est échappé et qui a une capuche sur la tête. Ils traversent les rues, manquant de se faire écraser par les voitures. L’homme bouscule un passant et Emma arrive juste derrière lui. Elle le voit mais préfère continuer tout droit. Elle fait le tour tandis que lui court devant lui. Emma arrive à l’attraper et le mettre au sol. Ils y sont tous les deux.

Emma : (Le reconnaissant.) Non, Neal.

Neal : Emma. (Elle est surprise.)

 

Dans la rue – New York

Emma : (Se relevant avec lui.) Neal.

Neal : (Enlevant sa capuche.) Je ne comprends pas, qu’est-ce que tu fais là ?

Emma : Qu’est-ce que moi je fais là ?

Neal : Ouais.

Emma : Je ne répondrai à aucune de tes questions tant que tu ne m’auras pas dit la vérité. Tu es le fils de Gold ?

Neal : Attends, de qui tu parles, c’est qui ce Gold ?

Emma : Tu m’as manipulé, tu es de là-bas. Tu m’as manipulée et lui aussi, vous m’avez manipulée tous les deux Gold et toi.

Neal : (En même temps.) Oh, oh, doucement, calme-toi, je ne comprends rien de ce que tu me racontes, c’est qui ce Gold ? Est-ce que…

Emma : (En criant.) Ton père, Rumplestiltskin. (Ils se calment.)

Neal : Il est ici ?

Emma : Bien sûr, pourquoi tu crois que je suis venue à New York.

Neal : (S’énervant à son tour.) Tu l’as amené jusqu’à moi, comment tu as pu faire…

Emma : (En criant.) Eh, il n’y a que moi qui ait le droit d’être furax ici, alors tu savais qui j’étais, de quel monde je venais depuis tout ce temps, c’est encore un des plans tordus de ton père, tu n’as jamais rien éprouvé pour moi avoue.

Neal : S’il te plaît, calme-toi.

Emma : (Elle crie toujours.) Je veux savoir la vérité, toute la vérité.

Neal : D’accord, mais d’abord on doit aller ailleurs, on ne peut pas parler de ça dehors, j’ai passé ma vie à fuir ce type, je ne vais pas le laisser m’attraper comme ça. Il y a un bar au bout de la rue, on discutera là-bas.

Emma : Je n’ai pas envie de boire un coup avec toi, si tu as un truc à me dire, dis-le maintenant.

Neal : Non, on sera mieux au bar. T’inquiète, tu pourras me hurler dessus là-bas aussi. (Il s’en va. Elle est énervée mais elle préfère le suivre.)

 

Devant le bâtiment – New York

Henry : (Avec un hot-dog à la main.) Ne vous en faites pas, Emma est super forte pour attraper les gens.

Gold : Mais mon fils a passé la majeure partie de sa vie à fuir et j’ai l’impression qu’il est devenu très doué pour ça.

Henry : Ben, au moins on l’a retrouvé, hein, hein.

Gold : C’est vrai. (Il se retourne.)

Henry : Ah, merci au fait pour le hot-dog, j’ai failli oublier.

Gold : Mais je t’en prie, ce n’est rien et merci à toi.

Henry : Pourquoi ?

Gold : Si tu n’avais pas pris l’initiative de faire venir Emma à Storybrooke, rien de tout cela ne serait jamais arriver. (Ils quittent le marchand ambulant.) Je trouve que tu es un jeune homme remarquable.

Henry : (Se mettant devant Gold.) Vous savez, je lui ai pardonné à Emma de m’avoir abandonné. Elle l’a fait uniquement dans mon intérêt. Elle croyait bien faire et je pense que votre fils comprendra aussi.

Gold : Hélas, les raisons pour lesquelles nous avons été séparés l’un de l’autre était loin d’être aussi nobles.

Henry : Mais vous êtes là aujourd’hui et vous voulez le retrouver.

Gold : Plus que tout au monde.

Henry : Alors, c’est la seule chose qui compte. (Il sourit.)

 

Dans un bar – New York

Neal : Tu veux la vérité, demande, je te dirais tout ce que tu veux savoir.

Emma : Tu savais qui j’étais quand tu m’as rencontrée ?

Neal : Si je l’avais su, il n’y aurait rien eu entre nous.

Emma : Ouais, tu parle.

Neal : Quoi, tu parles ? C’est vrai. Je n’avais pas envie de me faire repérer. Si je suis venu ici, c’est pour échapper une bonne fois à toutes ces conneries insupportables.

Emma : Si tu n’étais pas au courant, ça veut dire que tu t’es servi de moi. Il fallait que quelqu’un prenne à ta place pour les montres que tu avais volées.

Neal : Je ne me suis pas servi de toi. Quand on s’est rencontré, je ne savais pas mais j’ai fini par le découvrir.

Emma : (S’asseyant sur le siège.) Comment ?

Neal : Quand j’ai fini par vendre les montres, je suis tombé sur un de tes amis, Auguste.

 

Dans la rue – Dans le passé

Auguste : Une fois que tu auras vu ce qu’il y a là-dedans, tu m’écouteras et tu croiras tout ce que je te dirais.

Neal : Ouais, tu parle. (Auguste ouvre la boîte. Neal lit ce qu’il y a sur la page.) « Je sais que tu es Baelfire ».

 

Dans un bar – New York - Présent

Emma : Tu m’as laissée tomber. Tu m’as laissée croupir en prison parce que Pinocchio te l’a ordonné.

Neal : Emma.

Emma : J’ai été amoureuse de toi.

Neal : Je ne sais pas quoi dire. Je croyais… je voulais seulement t’aider.

Emma : En m’envoyant en taule.

Neal : En te permettant de retrouver ton monde.

Emma : (Posant le téléphone sur le comptoir.) Tu es en train de me dire que notre rencontre était une coïncidence parce que je ne vois pas d’autre explication si ce n’était pas un de tes plans ou celui de ton père.

Neal : Réfléchis une minute. Il voulait que tu rompes la malédiction. Notre rencontre aurait pu t’empêcher de le faire, ce n’était pas dans son intérêt. C’était peut-être le destin.

Emma : Tu crois à ces trucs-là ?

Neal : Tu sais, je n’ai pas tellement de bons souvenirs de mon père et de toutes ces salades. Mais il me disait toujours qu’il n’y a pas de coïncidence. (Emma touche son téléphone.) Et que tout ce qui nous arrive, arrive parce qu’il en a été décidé ainsi par des forces qui nous dépassent et qui se liguent pour nous faire aller là où elles veulent sans qu’on puisse rien y faire. Le sort, le destin, peu importe le nom, ce que je veux dire c’est qu’on s’est peut-être rencontré pour une bonne raison. Mais que ce qui s’est passé entre toi et moi a peut-être donné quelque chose de bien.

Emma : (Après avoir réfléchi.) Non, pas que je sache en tout cas. Je me suis retrouvée en prison c’est tout. (Elle prend son téléphone et elle se met à partir.) Ça n’a plus d’importance, je m’en suis remise et je t’ai oublié.

Neal : Alors pourquoi tu as gardé le porte-clés que je t’ai donnés ?

Emma : (En touchant son collier, elle l’arrache et le donne à Neal.) On m’a rappelée de ne plus jamais faire confiance à personne. Allez, viens, j’ai passé un marché avec ton père, je lui ai promis de te ramener.

Neal : Tu as passé un marché avec lui ?

Emma : Ouais et je compte bien le respecter.

Neal : Tu es courant qu’ici tu n’es pas obligée de le faire.

Emma : (En souriant.) Je suis au courant.

Neal : Dans ce cas, tu n’as qu’à lui dire que tu ne sais même pas où je suis passé et que tu n’as pas réussi à me rattraper. Si tu fais, je te promets que c’est la dernière fois qu’on se voit. (Elle se met à réfléchir.)

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Des soldats continuent leur entraînement en vue de faire la guerre aux ogres.

Militaire 1 : Vous, vous restez ici et vous attendez mes ordres, c’est bien compris ? (Rumplestiltskin avance sur le chemin pour continuer son entraînement alors qu’un homme l’accoste.)

Militaire 2 : Soldat. (Rumplestiltskin se retourne.)

Rumplestiltskin : Qui ça, moi ?

Militaire 2 : On m’attend sur le champ de bataille, garde cette cage au péril de ta vie.

Rumplestiltskin : Et qu’y a-t-il dedans ?

Militaire 2 : Une prise de guerre qui pourrait nous aider à vaincre les ogres mais méfie-toi, cette créature est sournoise. (Il s’en va.)

Rumplestiltskin : À vos ordres.

Militaire 1 : Allez, dépêche-toi. (Rumplestiltskin s’approche de la cage et reste devant pour la protéger.)

Fille : Rumplestiltskin. (Il se retourne et lève le drap qui protège la cage.)

Rumplestiltskin : (La voyant.) Tu n’es qu’une enfant. (Elle lève la tête et il voit qu’elle est aveugle.)

Fille : (Mettant son doigt devant elle pour réclamer à boire.) S’il te plaît, je n’ai rien eu à boire depuis des jours.

Rumplestiltskin : Qui t’a dit comment je m’appelle ?

Fille : Je vois tout. (Elle lui montre une main où se trouve un œil au milieu.) Je suis une prophétesse.

Rumplestiltskin : Non, non, je refuse de le croire, ce n’est pas possible, tu as dû entendre une autre personne m’appeler.

Fille : (Elle montre désormais son autre main où se trouve également un œil.) Rumplestiltskin, fils rejeté d’un lâche, élevé par les vieilles filles du village, terrifié à l’idée de devenir exactement comme son père. (Elle enlève ses mains.) Où aurais-je entendu cela ? Je te l’ai dit, je vois tout même ce qui ne s’est pas encore produit.

Rumplestiltskin : Tu veux dire l’avenir ? Tu vois aussi l’avenir.

Fille : Oui, je le vois. Je vois même le tien.

Rumplestiltskin : Non, non, non, je ne me laisserai pas ensorcelé par cette magie noire.

Fille : Même si ce que je vois concerne ta femme, Milah.

Rumplestiltskin : Lui aurait-il arrivé malheur ?

Fille : Donne-moi un peu d’eau. (Il hésite mais discrètement, prend un gobelet d’eau et le lui donne.)

Rumplestiltskin : (Alors qu’elle se met à boire.) Tiens, étanche ta soif maudite sorcière et dis-moi ce que tu sais à propos de ma femme.

Fille : (Elle se concentre et met sa main devant pour ouvrir son œil.) Ton épouse attend un enfant.

Rumplestiltskin : (En souriant, content d’apprendre la nouvelle.) Nous allons avoir un enfant.

Fille : Elle te donnera bientôt un fils. Mais tes actes sur le champ de bataille demain le priveront malheureusement de son père.

Rumplestiltskin : Je vais mourir ? Oh non, non, non, non, tu dois me dire comment faire pour éviter que cela se produise.

Fille : Tu ne peux rien faire.

Rumplestiltskin : (Prenant son gobelet et le met dans le bac d’eau.) Alors, rends-moi ça, je n’ai plus envie de t’aider.

Fille : Pour l’instant mais un beau jour tu m’aideras à nouveau.

Rumplestiltskin : Je parie que Milah n’est pas enceinte. Tu as inventé cette histoire pour que je te donne à boire et maintenant, tu veux m’inciter à déserter.

Fille : Tu verras que je dis la vérité. (Elle met ses deux mains devant avec les yeux ouverts.) Quand les soldats monteront des vaches et iront livrer bataille, (elle retire ses mains) tu sauras alors que ce n’était pas un mensonge.

Rumplestiltskin : Des vaches ? Et qui chargera des catapultes ? De jeunes fermières ? J’en ai assez d’écouter tes fables malfaisantes.

Fille : (Remettant ses mains devant elle.) Nul ne peut échapper à son destin. Tu auras un fils et tes actes priveront ce garçon de la présence de son père. (De colère, Rumplestiltskin remet la couverture sur la cage.)

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Présent

Mary Margaret : (Au téléphone.) Pardon ? Le fils de Gold est le véritable père d’Henry ?

Emma : (Au téléphone.) Oui, je sais.

 

Dans les rues de New York

Emma : Je me pose les mêmes questions que toi mais en fait, le vrai problème, c’est que je ne sais pas trop quoi faire par rapport à Henry.

 

Dans l’appartement de Mary Margaret

Mary Margaret : J’espère que tu n’attends pas de moi que je t’encourage à lui cacher…

 

Dans les rues de New York

Mary Margaret : (Au téléphone.)…la vérité.

Emma : Henry croit que son père est mort et si je lui ai dit ça, c’est pour le protéger de ce type.

Mary Margaret : (Au téléphone.) Quoi que cet homme ait pu faire…

 

Dans l’appartement de Mary Margaret

Mary Margaret :(Assise sur le lit.) Henry a le droit de savoir qui il est.

 

Dans les rues de New York

Mary Margaret : (Au téléphone.) Et de connaître la vérité sur ses origines.

 

Dans l’appartement de Mary Margaret

Mary Margaret : Tu devrais savoir mieux que personne l’importance qu’ont ces choses-là.

 

Dans les rues de New York

Emma : Je n’ai pas envie qu’il souffre. Tout ce que je veux, c’est le protéger.

Mary Margaret : (Au téléphone.) Tu es sûre que c’est lui que tu veux protéger…

 

Dans l’appartement de Mary Margaret

Mary Margaret :…et pas toi-même ?

 

Dans les rues de New York

Emma ne sait pas quoi dire et elle se met à souffler. Pendant ce temps, Gold et Henry sont à l’entrée du bâtiment.

Henry : (Voyant Gold pas très à l’aise car il touche sa chevalière.) Pourquoi vous êtes si nerveux ? Quand j’ai retrouvé ma mère, j’étais super content.

Gold : Eh bien, parce que je suis un tout petit peu plus vieux que toi et que l’expérience de la vie m’a appris que les choses ne se passent pas forcément comme on voudrait qu’elles se passent.

Henry : D’accord mais dans mon livre, ils disent que vous voyez l’avenir alors pourquoi vous essayez pas de voir ce qui va se passer ?

Gold : En fait ce pouvoir est très complexe. Je ne l’ai pas toujours eu et quand je l’ai obtenu, eh bien, il s’est finalement avéré plus lourd à porter que je ne l’imaginais. Il y a un prix à payer pour voir ce qui est inévitable.

Henry : Mais vous n’avez plus aucune raison de vous inquiéter ? Vous savez déjà tout.

Gold : (En souriant.) C’est ça le piège justement. L’avenir est comme un puzzle où il manque des pièces. Et il est très difficile à lire et jamais, jamais il n’est comme on le croit. (Emma entre dans l’entrée du bâtiment. Il se lève tout comme Henry.) L’avez-vous trouvé ?

Emma : Je regrette, votre fils, votre fils a filé. (Gold est sous le choc d’apprendre la nouvelle.)

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Chambre de Belle

Belle est couchée dans son lit et Regina entre dans la chambre.

Belle : Qui êtes-vous ?

Regina : Alors, ce n’est pas une rumeur, vous ne vous souvenez vraiment de rien ?

Belle : On était amies ou…

Regina : On a passé un petit peu de temps ensemble. Je suis venue vous voir parce que je pense que vous pourriez m’aider à trouver un objet qui appartient à Rumplestiltskin.

Belle : Pardon ?

Regina : Monsieur Gold.

Belle : Non, désolée, je ne le connais pas. (Regina utilise sa main pour endormir Belle.)

Regina : Plus maintenant mais vous le connaissiez. (Grâce à sa main, elle ouvre le sac de Belle et fait voler tous les objets qui s’y trouvent. Elle voit un bout de papier jaune et elle le prend. Un nombre apparaît : 915.63.)

 

Dans la bibliothèque – Storybrooke

Regina tente de trouver un livre qui comporte le numéro inscrit sur le papier mais elle ne le trouve pas. Cora et Kilian sont avec elle.

Kilian : Ne devrions-nous pas saccager sa boutique et fouiller sa maison de fond en comble ?

Regina : Ce sont les premiers endroits où n’importe qui aurait cherché. Mais Gold n’aurait pas franchi la limite de la ville et risqué de perdre la mémoire sans révélé l’endroit où se trouve la dague à une personne de confiance.

Kilian : Belle.

Regina : Et je suis sûre qu’elle l’a caché dans l’un de ses vieux livres adorés.

Cora : Très impressionnant, Regina.

Regina : Merci Mère.

Kilian : Moi je serais impressionné quand j’aurais cette dague entre les mains.

Regina : (Voyant un trou où il manque un livre.) Non, elle devrait être ici.

Kilian : Mais elle n’y est pas, peut-on s’en aller maintenant ?

Cora : Attendez. (Elle prend une feuille pliée en quatre qui se trouve dans le trou et elle la déplie.) Qu’est-ce que c’est ?

Kilian : (Voyant la feuille.) Ah oui, c’est grossier, aux yeux d’un novice, ce n’est qu’un gribouillage d’enfant mais pour un pirate, il s’agit bien d’une carte. Gold n’a pas caché sa dague ici mais il nous a laissé un joli petit cadeau. (Il met la feuille sur la table.) Une carte pour la retrouver.

Cora : Vous pouvez la lire ?

Kilian : Vous avez de la chance, je suis très doué pour trouver les trésors ensevelis. (Il met sa main sur la carte.)

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Storybrooke

David : Donc, Rumplestiltskin est le grand-père d’Henry ?

Mary Margaret : Apparemment, oui.

David : Mais c’est moi son grand-père.

Mary Margaret : On peut avoir deux grand-pères.

David : Alors sa, sa grand-mère par alliance c’est Regina, la Méchante reine.

Mary Margaret : Non, en fait c’est son arrière-grand-mère par alliance. Et c’est aussi sa mère adoptive.

David : Heureusement qu’on ne fait pas Thanksgiving là d’où on vient, ce dîner serait un vrai cauchemar.

Mary Margaret : Ou alors c’est peut-être la seule chose qui pourrait tous nous réconcilier.

 

Devant la grille – New York

Emma : (Voyant Gold taper sur tous les boutons d’appel.) Hey Gold, qu’est-ce que vous faites ? (Un bruit plus long se fait entendre montrant que la grille s’ouvre.)

Gold : (Après avoir ouvert la grille.) Je cherche mon fils.

Emma : Il n’est pas là.

Gold : Mais il habite ici, il va revenir alors je vais l’attendre.

Emma : (Après qu’ils aient monté les étages, ils se trouvent dans le couloir.) Attendez, vous allez quand même pas forcé la serrure ?

Gold : Pourquoi ? Vous croyez que ça me pose un problème de conscience ?

Emma : Il se peut qu’il ne revienne pas. (Pendant ce temps, Gold force la serrure.)

Gold : Retrouvez ceux qu’ils ne veulent pas qu’on les retrouve, c’est votre spécialité. Et moi, je me contenterai de vous aider. On trouvera peut-être des indices à l’intérieur, qui il est, ce qu’il fait dans la vie, à quelle personne il tient.

Emma : Ne faites pas ça, il y a des lois dans ce pays.

Henry : Je vais faire le guet.

Emma : Non attends. (Henry s’en va tandis qu’elle rejoint Gold.) Vous pourriez être arrêté.

Gold : Au quel cas, mon fils devra témoigner contre moi, ce qui me permettra de le revoir. (Il arrive à ouvrir la porte.)

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Un homme est en train de travailler une épée au fer chaud tandis que Rumplestiltskin continue sa marche. Un militaire est blessé et couché sur un brancard, il souffre de douleurs.

Militaire 3 : Allez, laissez passer. (Rumplestiltskin le voit.)

Militaire 4 : En voilà qui ont de la chance.

Rumplestiltskin : Ah, je doute qu’il soit de cet avis.

Militaire 4 : Ils ne sont pas morts mais ils ne peuvent plus se battre. (D’autres blessés continuent d’arriver.) Alors, ils vont être renvoyés chez eux. C’est la seule manière de sortir d’ici vivant. Quand les ogres t’arracheront les membres, prie pour que ce ne soit pas long. (D’autres militaires se mettent à crier.)

Militaire 5 : (Arrivant vers Rumplestiltskin et le militaire.) La chance nous sourit aujourd’hui, nous venons de recevoir de nouveaux approvisionnements envoyés par le duc. Nous ne marcherons pas au combat ce soir. Nous aurons des montures.

Rumplestiltskin : Des montures ? Quel genre de montures ?

Militaire 5 : Voilà bien une étrange question, des chevaux bien entendu, (des hommes rigolent) alors prenez chacun une vache et préparez-vous.

Rumplestiltskin : Comment, que doit-on prendre ?

Militaire 5 : Une vache. Les selles que nous venons de recevoir ont été taillés dans le cuir le plus fin de tout le royaume. (Rumplestiltskin semble abattu en apprenant cela et ne sait pas quoi faire.) Nous les appelons des vaches, choisissez bien la votre. Au moins votre dernière chevauchée sera confortable. (Il s’en va.)

Militaire 4 : (Tapant sur son épaule.) Tu te sens bien ?

Militaire 6 : Prenez une vache et une monture.

Rumplestiltskin : Oui, oui, par devant, je te rattraperai. (Il comprend que ce que lui a dit la fille est vrai.) Oh, non. (Il s’approche de la cage et il parle à la fille.) Alors, tout ce que tu m’as dit était vrai. Je vais avoir un fils et je vais mourir. (Il s’énerve et lève la couverture.) Réponds-moi. (Il n’y a plus personne dans la cage. Il tape plusieurs fois dessus. Il voit un marteau posé sur un socle. Il le prend et se met à pleurer. Il frappe le marteau sur son pied et crie de douleur. Il s’effondre au sol où il crie toujours.)

 

Dans l’appartement de Neal – New York - Présent

Gold, Emma et Henry entrent dans l’appartement.

Emma : Gold, s’il vous plaît, venez, on n’a rien à faire ici.

Henry : Je ne crois pas qu’il t’écoute là. (Gold s’avance devant la chambre et Emma ferme la porte. Elle regarde autour d’elle et voit quelque chose à la fenêtre. Henry regarde dans les casiers. À la fenêtre est accroché un attrape-rêves. Elle le prend et regarde à l’intérieur.

Gold : Vous avez trouvé quelque chose très chère ?

Emma : Euh non, rien. Ça ressemble à un attrape-rêves.

Gold : Si ce n’est rien, pourquoi vous l’avez encore à la main ? (N’obtenant pas de réponse.) Vous essayez de me cacher quelque chose.

Emma : (Remettant l’attrape-rêves à sa place.) Reprenons les recherches.

Gold : Non, non, non, vous avez vu quelque chose d’important, qu’est-ce que c’est ?

Emma : Non, vous vous faites des films.

Gold : (En criant.) Dites-le-moi !

Emma : Henry, va dans la salle de bains.

Henry : Pourquoi, je veux…

Emma : (En haussant la voix.) Fais ce que je te demande. (Henry, abattu, s’en va.) Il n’y a rien ici, on perd notre temps.

Gold : Vous me prenez pour un idiot. Qu’est-ce que vous me cachez et surtout pourquoi ?

Emma : Je ne vous cache absolument rien.

Gold : (Insistant.) Est-ce qu’il vous a parlé ?

Emma : Écoutez…

Gold : Qu’est-ce qu’il vous a dit exactement ?

Emma : Rien, il ne m’a rien dit.

Gold : Mais vous lui avez bien parlé.

Emma : Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

Gold : Dites-moi la vérité ! Dites-la moi tout de suite ou c’est moi qui vous ferait parler.

Emma : Vous avez pas de pouvoir ici.

Gold : Je peux m’en passer.

Emma : Vous voulez vraiment en arriver là ?

Gold : Ne m’y obliger pas.

Emma : Et vous ne m’obligez pas…

Gold : (En criant.) On a un accord, un marché ! (Il pousse les affaires au sol.) Et personne ne rompt un marché passé avec moi !

Neal : (Entrant dans l’appartement.) Arrête ! Laisse-la tranquille. (Tout le monde se calme et Gold est surpris de voir son fils, se mettant contre le mur.)

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Rumplestiltskin marche en boitant avec un bâton pour se rendre chez lui, désormais un blessé de guerre.

Rumplestiltskin : Milah. Milah.

Milah est chez elle avec son bébé dans les bras. Elle sourit.

Rumplestiltskin : Milah. (Le visage de Milah se ferme en entendant son mari.) Milah. (Il entre dans la pièce et voit sa femme avec son fils dans les bras.)

Milah : Tu es revenu ?

Rumplestiltskin : Oh, comment l’as-tu appelé ?

Milah : (En souriant.) Baelfire.

Rumplestiltskin : Un nom puissant.

Milah : (Après que Rumplestiltskin se mette à terre.) Il en aura besoin pour, pour vivre avec la honte d’avoir un père tel que toi.

Rumplestiltskin : Comment, que veux-tu dire ?

Milah : Les rumeurs sont-elles fondées ?

Rumplestiltskin : Quelles rumeurs ?

Milah : T’es-tu infligé toi-même cette blessure, pour ne pas avoir à te battre, pour être renvoyé d’où tu venais ?

Rumplestiltskin : Qui t’as dit cela ?

Milah : Tout le monde, les nouvelles du front circulent très vite. Alors, t’es-tu infligé cette blessure toi-même ? (En criant.) Te l’es-tu infligé toi-même.

Rumplestiltskin : (En sanglot.) Oui. Une prophétesse m’a dit que je mourrais au combat.

Milah : (S’énervant.) Tu as déserté parce qu’une voyante t’avait dit de le faire ?

Rumplestiltskin : Essaye de comprendre, elle avait raison sur tout le reste. Je suis revenue du front pour être avec toi, avec toi et Baelfire.

Milah : Si tu l’as fait c’est parce que tu étais terrifié.

Rumplestiltskin : Non.

Milah : Tu es devenu ce que tout le monde disait que tu étais, un lâche.

Rumplestiltskin : Je t’en prie.

Milah : Exactement comme ton père.

Rumplestiltskin : (En se levant.) Je ne suis pas comme mon père. Il a voulu m’abandonner. Moi, jamais je ne rejetterai mon fils. C’est pour cela que je l’ai fait. (Montrant Baelfire.) Pour lui, uniquement pour lui. Je voulais lui éviter de subir le même sort que moi avant lui, grandir sans personne.

Milah : Tu l’as condamné à un sort bien plus terrible encore, de devoir grandir avec la honte d’être ton fils.

Rumplestiltskin : Mais enfin, que pouvais-je faire d’autre ?

Milah : Tu aurais pu affronter les ogres, te battre. (Il se met à pleurer.) Tu aurais pu mourir.

Rumplestiltskin : Ne dis pas cela. Ne dis pas cela. (Elle lui donne Baelfire et elle s’en va en prenant un seau.) Oh, ne crains rien Baelfire, tout va s’arranger. Ton papa est là. (Toujours en pleurant.) Je te promets que quoi qu’il advienne, jamais je ne t’abandonnerai.

 

Dans l’appartement de Neal – New York - Présent

Gold : Baelfire, tu es revenu pour me voir.

Neal : Non, je suis revenu pour m’assurer que tu ne lui feras rien. J’ai vu ce que tu as infligé à ceux qui rompent un marché passé avec toi.

Gold : S’il te plaît, laisse-moi parler rien qu’une minute.

Neal : Je n’ai pas du tout envie de t’écouter alors sors d’ici. (Il montre la direction de la porte.)

Gold : Je n’irais nulle part.

Neal : (En criant.) Sort de mon appartement.

Emma : Neal.

Neal : C’est bon Emma, reste en dehors de ça.

Gold : (Voyant la réaction de Neal et d’Emma.) Vous vous connaissez ? Tous les deux, vous vous connaissez, comment ça se fait ?

Emma : (Se tournant vers Gold.) C’est vous qui m’avez demandé d’aller lui parler.

Gold : Non, vous mentez, c’est évident. (S’énervant.) Comment se fait-il que vous vous connaissiez ?

Henry : (Rompant la conversation.) Maman, je peux savoir ce qui se passe ici ?

Emma : (Posant ses mains sur les épaules d’Henry.) C’est rien.

Neal : C’est qui ?

Emma : Mon fils.

Neal : Quoi ?

Henry : C’est lui Baelfire ?

Emma : Il faut que tu retournes dans la salle de bains un petit moment, d’accord ? (Il s’en va vers la salle de bains.)

Neal : Attends, attends, quel âge tu as petit ?

Emma : (À Henry.) Ne lui réponds pas. (Ils s’arrêtent de marcher.)

Neal : (En criant.) Dis-moi quel âge tu as ?

Henry : (Retournant dans la pièce.) J’ai onze ans, qu’est-ce qu’il y a, pourquoi tout le monde hurle d’un coup ?

Neal : (Comprenant.) Il a onze ans.

Henry : (Se tournant vers sa mère.) Maman ?

Neal : Est-ce que c’est mon fils ?

Henry : Non, mon père était pompier, il est mort. (Se retournant vers Emma.) C’est ce que tu m’as dit, tu te souviens. T’as dit que…

Neal : Est-ce que… c’est mon fils ?

Emma : (Touchant les joues d’Henry.) Oui. (Neal semble sous le choc d’apprendre la nouvelle. Emma se met à pleurer tandis qu’Henry s’écarte et part vers l’extérieur en passant par la fenêtre. Il s’assoit sur les escaliers.) Henry. (Elle passe à son tour par la fenêtre pour rejoindre son fils.) Henry.

Gold : Baelfire. (Ce dernier se met sur le côté pour éviter de toucher son père.) S’il te plaît, tout ce que je te demande, c’est de m’écouter.

Neal : Vas-t-en.

Gold : Attends, tu es revenu dans cet appartement pour protéger Emma, pour me prouver qu’elle avait respecté le marché qu’elle avait passé avec moi.

Neal : Maintenant que c’est fait, tu peux t’en aller.

Gold : Non, selon notre accord, elle devait faire en sorte que tu acceptes de me parler. Si tu veux qu’elle respecte son engagement, tu n’as pas vraiment le choix. Il va falloir que tu me parles.

Neal : Tu as trois minutes. (Il semble partir un peu plus loin et Gold se tourne vers lui.)

 

Hôpital de Storybrooke

Greg Mendell : (Au téléphone.) Salut. Non, non, ça va, ça va, je vais mieux. Ouais, non, ils ont dit que je pourrais sortir de l’hôpital mais non je crois que finalement je vais rester encore un peu ici. Pourquoi ? Tiens, jette un coup d’œil à ça. (Il envoie une vidéo à une femme où Regina utilise la magie pour faire apparaître un objet qu’elle a besoin. Il se tourne derrière lui.)

 

Dans la bibliothèque de Storybrooke

Kilian : (Montrant un point sur la carte apposée à une autre carte de route.) Voilà l’endroit où est enterrée la dague.

Cora : Beau travail, cher Crochet. (Prenant la carte.) Nous prenons les choses en main maintenant.

Kilian : (Prenant un objet coupant.) Non, vous m’aviez promis ! (Il est projeté en arrière par Cora et tombe sur l’étagère derrière lui.)

Cora : Cette dague est bien trop puissante pour être confiée à quelqu’un comme vous. (Elles s’en vont de la bibliothèque mais elles s’arrêtent.)

Regina : Alors, c’était ça ton véritable objectif ? T’emparer de cette dague pour obtenir les pouvoirs de Rumplestiltskin.

Cora : Quand nous possèderons la dague, nous aurons le Ténébreux sous notre emprise. Et quand il reviendra, il suffira de lui en donner l’ordre pour qu’il tue Emma, Blanche-Neige et le Prince Charmant. Nos ennemis seront vaincus. (En touchant les cheveux de Regina.) Et toi tu seras absolument irréprochable aux yeux de la seule personne qui importe pour nous.

Regina : Henry. (Elles quittent la bibliothèque.)

 

Dans l’appartement de Neal – New York

Henry : (Toujours à l’extérieur sur l’escalier de secours.) Alors c’est lui ?

Emma : (Après une hésitation.) Oui.

Henry : Pourquoi tu ne me l’as pas dit ?

Emma : Parce que je croyais que je ne le reverrai plus jamais, en tout cas, c’était mon intention.

Henry : Pourquoi ?

Emma : C’était un voleur, un délinquant et un menteur. Bref, quelqu’un de pas très recommandable et puis il, il m’avait brisé le cœur.

Henry : J’aurais pu entendre la vérité, tu sais. J’en ai vu d’autres.

Emma : Je sais, c’était une partie de ma vie que je voulais, que je voulais oublier. C’est pour ça que je ne te l’ai pas dit. En fait, c’est à moi que je pensais, pas à toi.

Henry : Je croyais que tu étais différente et finalement tu es comme elle, comme Regina. Elle passait son temps à me mentir elle aussi.

Emma : (Sous le choc.) Pardon.

Henry : Je veux connaître mon père. (Emma acquiesce.)

 

Neal : Ça fait déjà vingt secondes.

Gold : Je sais que j’ai commis beaucoup d’erreurs mais je te demande de me croire sur parole. Je tiens à me racheter. Il n’y a pas de douleur plus grande que le regret.

Neal : (En ricanant.) Essaie le sentiment d’abandon.

Gold : Je t’en prie, laisse-moi me faire pardonner.

Neal : Comment tu comptes faire ? J’ai grandi tout seul, j’ai été privé de mon père, tu crois qu’on peut rattraper ça ?

Gold : Oui, je le crois.

Neal : Il te reste deux minutes.

Gold : Viens avec moi à Storybrooke, là où la magie existe. Je pourrais inverser le temps là-bas, tu auras à nouveau quatorze ans, on pourra tout recommencer.

Neal : Je n’ai pas envie d’avoir à nouveau quatorze ans, enfin, t’as perdu la tête.

Gold : Je ne peux pas revenir en arrière mais je peux effacer tous les mauvais souvenirs, la souffrance.

Neal : Effacer ce qui fait mon identité, non merci. Plus qu’une minute.

Gold : Baelfire, s’il te plaît. Laisse-moi une chance. Autrefois, tu m’aimais.

Neal : Autrefois, tu étais un homme bien.

Gold : Je peux revenir cet homme-là. Je vais changer, regarde, je suis venu jusqu’ici dans cette ville, sans mes pouvoirs magiques.

Neal : Ouais, mais tu essayes encore de t’en servir pour rattraper tes erreurs. Tu crois encore que ça va arranger les choses alors que c’est tout le contraire. Tu n’as pas la moindre idée de ce par quoi je suis passé. Au lieu de te plaindre, tu penses un peu à ce que moi je vis. Toutes les nuits depuis tellement d’années que j’ai renoncé à les compter. La dernière chose que je vois avant de m’endormir, c’est l’image de nous deux, toi et moi, au-dessus de ce vortex. (Gold est sur le point de pleurer.) Je vois ta main qui serre la mienne et là, je sens que tu me lâches, que je tombe. Dans ma chute, la seule chose que je vois, c’est ton visage. Et je me rends compte que tu as choisi (il bouge ses mains) la magie plutôt que ton propre fils, que tu m’as laissé tomber. Cette fois, c’est mon tour, c’est moi qui te laisse tomber.

Gold : Je regrette tellement.

Neal : Je m’en fous. Mes blessures se sont jamais refermées, ce sera pareil pour toi. Va-t-en maintenant.

Gold : (En pleurant.) S’il te plaît.

Neal : Non, temps écoulé. (Il s’en va.)

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Rumplestiltskin, devenu le Ténébreux, marche dans la forêt et voit un feu au sol. La fille aveugle, cachée derrière un arbre, met sa main devant elle pour ouvrir un œil. Elle est devenue une adulte et se présente à lui.

Femme : Je savais que tu viendrais.

Rumplestiltskin : (Elle s’approche de lui.) Dans ce cas, tu sais aussi ce qui m’amène.

Femme : Ce que j’avais prédit, quand nous nous sommes rencontrés, a fini par se produire.

Rumplestiltskin : Oui, enfin, d’une certaine manière. Je me suis estropié volontairement sur le champ de bataille, ce qui m’a valu la réputation d’être un homme lâche. Ma femme m’a quitté et s’est enfuie. Ensuite, mon fils a été enrôlé de force dans l’armée. Oh, j’oubliais, je suis devenu le Ténébreux. Et là, mon fils est parti. Certes, mes actes sur le champ de bataille ont privé Baelfire de son père mais j’aurais vraiment apprécié de connaître à l’avance ces petits détails gênants.

Femme : À quoi bon ? Cela n’aurait pas fait la moindre différence. Tu n’aurais rien pu faire de plus puisque personne n’échappe à son destin.

Rumplestiltskin : (En ricanant.) Non, certes d’ailleurs, (il se retourne vers elle et utilise ses pouvoirs pour l’étrangler) toi non plus. Tu sais exactement ce qui m’amène ici.

Femme : (Parlant avec difficulté.) Tu veux récupérer ton fils.

Rumplestiltskin : (Retirant son emprise sur elle.) Gagné.

Femme : (Elle lève les bras puis met ses mains devant pour ouvrir les yeux.) Un jour, tu le retrouveras.

Rumplestiltskin : Comment ? Cette fois, je te préviens, je veux connaître tous les détails.

Femme : C’est un chemin semé d’embuches que tu emprunteras. Cela prendra bien des années. Ah, et tu auras recours à une malédiction assez puissante pour envoyer tous ceux qui vivent ici dans un autre royaume. (Elle relève les bras puis abaisse ses mains.)

Rumplestiltskin : Oui, continue, que vois-tu d’autres, allez dis-moi.

Femme : (Remettant ses mains devant elle.) Ah et contre toute attente, ce ne sera pas toi qui jettera ce sort, une autre personne le fera. Et, ce ne sera pas toi qui rompras la malédiction. Une autre personne le fera. (Elle rejoint ses mains devant elle.)

Rumplestiltskin : Dis-moi le reste.

Femme : Je ne sais rien d’autre, même mes pouvoirs ont leur limite.

Rumplestiltskin : Ah, ah, ah, non, je veux plus très chère. (Il l’étrangle à nouveau avec ses pouvoirs.)

Femme : Si tu souhaites voir le chemin que tu dois emprunter, il ne te reste qu’une chose à faire. (Elle met ses mains devant pour que Rumplestiltskin puisse les prendre.) Prends ce terrible fardeau qui est le mien.

Rumplestiltskin : Hmm, avec joie. (Il lui prend ses mains. Une lumière se voit et la femme se met à crier de douleur. Il lui prend tout son pouvoir de prophétesse.)

 

Dans l’appartement de Neal – New York – Présent

Emma rentre dans l’appartement de Neal après avoir parlé à Henry. Ce dernier descend les escaliers pour se trouver près de la fenêtre.

Emma : Il a envie de te connaître.

Neal : Tu m’aurais jamais parlé de lui ?

Emma : Non, jamais.

Neal : C’est aussi mon fils, alors tu ne prends plus ce genre de décision toute seule, tu m’en parles d’abord.

Emma : Super, alors vas lui parler. (Il veut partir rejoindre Henry mais elle le stoppe.) Mais ne lui brise pas le cœur.

Neal : Jamais je ne lui ferai ce que mon père m’a fait.

Emma : Ou ce que toi tu m’as fait.

Neal : (En rigolant.) OK, on est aussi paumé l’un que l’autre. Alors, on va éviter qu’on le rende comme nous, d’accord ? (Il se met à partir vers la fenêtre.)

Emma : (À voix basse.) D’accord.

Henry : (Après que Neal soit venu à côté de lui à l’extérieur.) Alors, c’est toi mon père ?

Neal : Oui.

Henry : Je m’appelle Henry.

Neal : Je suis ravi de te rencontrer, Henry. Désolé que ça arrive si tard.

Henry : Tu y es pour rien, tu n’étais pas au courant. (Neal lui touche le dos. Pendant ce temps, Gold regarde à la fenêtre Henry et Neal, alors en conversation.)

 

La forêt enchantée – Passé

La femme crie toujours de douleur lorsque Rumplestiltskin continue de toucher ses mains. Il absorbe ses pouvoirs et semble fier.

Rumplestiltskin : Je ne comprends pas, il n’y a rien, je ne vois rien. Tout se bouscule, c’est un enchevêtrement d’images.

Femme : L’avenir est un puzzle dont il faut trier les nombreuses pièces. Avec le temps, tu apprendras à discerner ce qui adviendra peut-être de ce qui ne peut être évité. (Il lâche ses mains et elle tombe au sol.)

Rumplestiltskin : C’est pour cela que tu voulais me donner tes pouvoirs. Pour te libérer de ce supplice.

Femme : Avec le temps, tu finiras par y voir plus clair. (Elle montre sa main avec son œil.) Attends, en guise de remerciement, je t’offre une pièce du puzzle. Un jour, ton fils et toi seraient à nouveau réunis et cela se fera de la manière la plus inattendue qui soit.

Rumplestiltskin : Quand ?

Femme : Un garçon, un jeune garçon te mènera à lui. Mais prends garde car cet enfant est plus que ce qu’il paraît être. Il te conduira jusqu’à ce que tu cherches. Mais il y aura un prix à payer. Ce garçon causera ta perte. (Son œil se ferme et elle pose la main au sol, désormais morte.)

Rumplestiltskin : Je n’aurai qu’à l’éliminer.

 

Dans l’appartement de Neal – New York – Présent

Gold et Emma regardent vers Henry. Elle s’en va et il se met à réfléchir.

–[Fairy Tale Land - Past]–

(Milah is sewing inside when Rumpelstiltskin’s voice is heard through the door.)

Rumpelstiltskin: Milah?

(Rumpelstiltskin enters with a paper in hand.)

Rumpelstiltskin: Milah.

Milah: I’m nearly finished.

Rumpelstiltskin: Oh, you learn quickly.

Milah: I have a good teacher.

(They kiss.)

Milah: What is it? What brings you home so early?

Rumpelstiltskin: Milah… My weaving days are behind us. I’ve been called to the front.

(He unrolls the piece of paper and holds it in front of Milah. It reads ‘Rumplestiltskin (sic) You have been drafted into the King’s army’.)

Milah: The Ogres War.

Rumpelstiltskin: I report for training in the morning.

Milah: No. Rumpel, I’ve heard stories. The front – it’s a brutal place.

Rumpelstiltskin: Oh, Milah… I-I know, I know. I… I can’t say that I… I won’t be frightened. But… But this is the chance I’ve been waiting for…all my life. You know, I’ve lived under the shadow of my father’s actions for too long now.

Milah: Just because your father was a coward, it doesn’t mean you are.

Rumpelstiltskin: Oh, I know that. As do you. But to the world? Fighting in this war finally gives me the chance to prove that to everyone else.

Milah: Go. Be brave. Fight honourably.

Rumpelstiltskin: Oh, God, I love you.

Milah: I love you, too. When you return, we can start living the life we’ve always dreamed of.

Rumpelstiltskin: Yeah…

Milah: We can have a family.

Rumpelstiltskin: A family.

–[New York]–

(Emma, Henry, and Mr. Gold arrive at their destination in New York via taxi. They look up at the apartment building in front of them.)

Emma: What’s wrong? This the right place?

Mr. Gold: Yes, it is.

Emma: Let me guess. He’s not expecting you. Well, who doesn’t love a surprise?

–[Storybrooke]–

(At Regina’s house, Cora and Regina are conversing, while Cora attempts to comfort Regina.)

Cora: What is it, sweetie?

Regina: It’s Henry. Emma left town with Gold, and she took him with her.

Cora: And you didn’t stop them?

Regina: I didn’t know until after they had gone.

Cora: I’m sure he’s safe. And, as soon as Gold’s done, Henry will be back.

Regina: But not with me.

Hook: Back? From where? Where’s Rumpelstiltskin gone?

Regina: I don’t know.

Hook: Well, if he’s left town, then he’s powerless. He can be killed.

Cora: The moment either of us leave, we lose our magic… And our advantage.

Hook: Your memories?

Regina: None of us were victims of the curse. It’s not about memories – it’s about magic.

Hook: Well, I don’t need magic. I’ll go after him alone.

Regina: Even if you could find him, do you really think you can just walk up to him and stab him in the heart with your sword?

Hook: Well, I prefer my hook, but I can’t find that now.

Cora: You’re not going anywhere.

Hook: I deserve my vengeance!

Cora: You’re right. You’re right, you do. And, with The Dark One gone, we can search for the one magical item that can actually kill him here… His dagger.

–[New York]–

(The trio has entered the lobby of the apartment building. Henry scans the list of names on the intercom.)

Henry: No ‘Baelfire’.

Emma: Yeah, that probably wouldn’t fly as an alias. Your magic globe didn’t give you an apartment number?

Mr. Gold: It doesn’t work that way.

(Emma and Mr. Gold take a turn at looking at the list.)

Emma: Do any of these names mean anything to you?

Mr. Gold: Well, names are what I traffic in, but sadly, no.

(Emma points to an apartment that is listed only by number.)

Emma: Here’s your boy.

Mr. Gold: Or, it could just be vacant.

Emma: You might traffic in names and magic, but I traffic in finding people who don’t want to be found. And those sort of folks don’t like to advertise their whereabouts.

(Emma buzzes the apartment on the intercom.)

Emma: U.P.S. package for four-oh-seven.

(The person on the other end of the line doesn’t respond, and then hangs up.)

Henry: Maybe you should’ve said FedEx.

(Suddenly, they hear a noise coming from the fire escape outside.)

Emma: He’s running.

(The three of them rush outside, where they see the apartment’s occupant climbing down the fire escape. He reaches the bottom and breaks into a run.)

Mr. Gold: That… That favour you owe me – this is it. Get him to talk to me. I… I can’t run.

Emma: Watch Henry. I’ll be back.

(Emma chases after the unknown man through the streets of New York, stalling traffic along the way. Emma runs around the opposite side of the building and manages to ambush the man as the two meet. She tackles him, and the two of them fall to the ground. When Emma looks up, a stunned look overcomes her face.)

Emma: No… Neal?

Neal: Emma?

Emma: Neal?

(The two of them stand up.)

Neal: I don’t understand. What are you doing here?

Emma: What am I doing here?

Neal: Yeah.

Emma: I’m not answering anything until you tell me the truth. Are you Gold’s son?

Neal: What are you talking about? Who’s Gold?

Emma: You played me. You’re from there. You played me, and he played me, you both played me.

Neal: Whoa, whoa, whoa. Okay.

Emma: You and Gold.

Neal: Emma, slow down. What are you talking about? Who’s Gold?

Emma: Your father. Rumpelstiltskin.

Neal: He’s here?

Emma: Why else would I be in New York?

Neal: You brought him to me? Why would you do that?!

Emma: Hey! I am the only one allowed to be angry here! Did you know who I was, where I was from, the whole time? Was this just some sort of sick, twisted plan? Did… Did you even care about me at all?

Neal: Emma, do not…

Emma: I want to know! I want the truth – all of it!

Neal: Fine! We… We got to get off the street. We can’t do it here. We’re out in the open. I… I spent a lifetime running from that man. I’m not going to let him catch me. There’s a bar down the street. We can talk there.

Emma: I am not drinking with you. Whatever you’re going to tell me, tell me now.

Neal: No, bar’s better. Don’t worry. You can keep yelling at me when we get there.

(Neal begins to walk off. Emma, annoyed, follows him.)

———–

(Meanwhile, Henry and Mr. Gold are still waiting outside of Neal’s apartment building. They’re at a hotdog stand.)

Henry: Don’t worry. Emma’s really good at catching people.

Mr. Gold: Well, my son’s been running away for a long time now. Now I have a feeling he’s equally adept at it.

Henry: Well, at least we found him, right?

Mr. Gold: Indeed.

Henry: Oh, and, uh, thanks, for the hot dog. I forgot.

Mr. Gold: You are quite welcome. And thank you.

Henry: For what?

Mr. Gold: Well, if it wasn’t for you bringing Emma to Storybrooke, none of this would have come to pass. You… Are a remarkable young man.

Henry: You know… I forgave her. Emma – for giving me up. She thought it was the best for me then. That’s why she did it. I’m sure your son will get it, too.

Mr. Gold: Alas, the circumstances surrounding our separation weren’t quite so noble.

Henry: But…you’re here now. And, you want him back, right?

Mr. Gold: More than anything.

Henry: Then, that’s all that matters.

———–

(Neal and Emma are talking at the bar Neal suggested.)

Neal: Well, what do you want to know, Emma? You want the truth? Ask away.

Emma: Did you know who I was when we met?

Neal: If I had, I wouldn’t have gone near you.

Emma: Come on.

Neal: Come on? Come on, what? I was in hiding. I came here to get… A-away from… All that crap.

Emma: So, if you didn’t know, then you were just using me. You just needed someone to take the fall for all the watches that you stole.

Neal: I wasn’t using you. When we met, I didn’t know. I found out.

Emma: How?

Neal: When I went to sell the watches… I ran into a friend of yours. August.

(The scene flashes back to when Neal ran into August in Portland.)

August: When you see what I have in here, you’re going to listen. You’re going to believe every word I say.

Neal: Yeah, right.

(August opens the lid of the box on the back of his motorcycle. Inside, there’s a typewriter loaded with a piece of paper. The sentence ‘I know you’re Baelfire.’ is typed on it.)

(The scene returns to the bar.)

Emma: You left me… And let me go to prison, because Pinocchio told you to?

Neal: Emma…

Emma: I loved you.

Neal: I… I was, um… I was… I was trying to help you.

Emma: By letting me go to jail?

Neal: By getting you home.

Emma: Are you telling me, that us meeting was a coincidence? Because how the hell did that happen? If it wasn’t in your plan, or your father’s?

Neal: Think about it. He wanted you to break the curse. Us meeting – that could have stopped it. Maybe it was fate.

Emma: You believe in that?

Neal: You know, there’s not a ton about my father that I remember that doesn’t suck. But he used to tell me that there are no coincidences. Everything that happens, happens by design, and there’s nothing we can do about it. Forces greater than us conspire to make it happen. Fate, destiny, whatever you want to call it. The point is… Maybe we met for a reason. Maybe something good came from us being together.

Emma: No. Not that I can think of. I just went to jail. That’s it. Doesn’t matter now. I’m over it. And you.

Neal: Why do you wear the, uh, key chain I got you?

(Emma takes off the necklace and places it on the counter in front of Neal.)

Emma: To remind myself never to trust someone again. Come on. I made a deal with your father I’d bring you to him.

Neal: You made a deal with him?

Emma: Yeah. And I’m upholding my end.

Neal: No, Emma, you don’t have to. You know that.

Emma: I know.

Neal: Okay, so this should be really easy for you. Tell him that you lost me. Tell him you can’t find me. You do that, you’ll never have to see me again.

–[Fairy Tale Land - Past]–

(Rumpelstiltskin is at one of the army’s camps set up in the woods. There are several tents set up, along with several armed soldiers walking around. He walks past one of the tents as a soldier is exiting.)

Man: Soldier.

Rumpelstiltskin: Me?

Man: I’m needed at the front. You guard this crate with your life.

(He gestures to a cage covered by a tarp.)

Rumpelstiltskin: W-what’s under there?

Man: A prisoner who could help us turn the tide against the ogres. Careful. It’s a tricky beast.

Rumpelstiltskin: Yes, sir.

(The man leaves. As Rumpelstiltskin draws closer to the crate, a child-like voice calls out to him.)

Seer: Rumpelstiltskin.

(Confused, he pulls back the tarp. Inside the cage, there is a young girl with her eyes sewn shut.)

Rumpelstiltskin: You’re a child.

(She points to a nearby bucket of water.)

Seer: Please. I haven’t had a sip in days.

Rumpelstiltskin: How do you know my name?

Seer: I’m a seer. I see all.

(She holds up her hands, revealing eyes on the palms.)

Rumpelstiltskin: No, no, no. That’s… That’s not possible. You must have overheard someone speak.

Seer: Rumpelstiltskin, the son of a coward. Raised by spinsters. Scared of ending up just like his father. Did I overhear that? I told you. I see all, even what has yet to pass.

Rumpelstiltskin: You mean the future? You can see the future?

Seer: Indeed I can… Including yours.

Rumpelstiltskin: No, no, no. I… I won’t indulge this…dark magic.

Seer: Even if what I see concerns your wife? Milah?

Rumpelstiltskin: Why? Has something happened to her?

Seer: Give me water.

(Rumpelstiltskin acquiesces and gives her a cup of water.)

Rumpelstiltskin: Here. Slake your thirst, witch, and speak of what you know of my wife.

Seer: She is already with child.

Rumpelstiltskin: I’m to be a father?

Seer: Your wife will bear you a son, but your actions on the battlefield tomorrow will leave him fatherless.

Rumpelstiltskin: I’m going to die? No, no, no. You… Y-you must tell me how I can stop that happening.

Seer: You can’t.

Rumpelstiltskin: Then I’m done helping you.

(He grabs the water from her hand.)

Seer: For now. Someday, you’ll help me again.

Rumpelstiltskin: I’ll bet Milah isn’t even pregnant. You just said that so I would give you water, and now you’re trying to trick me into deserting.

Seer: You shall see. Tomorrow, when you see the army ride cows into battle, you will know I speak the truth.

Rumpelstiltskin: Cows? And who’s going to man the catapults? Milk maids? I have had enough with your fiendish lies.

Seer: There is no escaping it. You will have a son, and your actions will leave him fatherless.

(Spooked, Rumpelstiltskin quickly pulls the tarp back over the cage.)

–[Storybrooke]–

(At Mary Margaret’s apartment, Mary Margaret talks to Emma on the phone.)

MMB: Wait. Gold’s son is Henry’s father?

Emma: I know. I know. And the millions of questions you have, I have, too. The problem is, it doesn’t matter right now because I don’t know what to do.

MMB: Please tell me you’re not calling to ask me to tell you to keep it from him.

Emma: Henry thinks his father is dead. I told him that for a reason. I want to protect him.

MMB: No matter what this man did, Henry has a right to know who his father is. The truth about your parents… Emma, you of all people should know how important that is.

Emma: I don’t want Henry to get hurt. I just want to protect him.

MMB: Are you sure this is about protecting Henry, and not yourself?

–[New York]–

(Henry and Mr. Gold are waiting for Emma in the lobby of Neal’s apartment building.)

Henry: Why are you so nervous? When I found my mom, I was excited.

Mr. Gold: Because I have the benefit of a little more…life experience. I know that things don’t always happen the way we want them to.

Henry: Sure, but in my book, it says that you can see the future. Why can’t you just look and see what’s going to happen?

Mr. Gold: Well, that ability is complicated. I didn’t always have it. And then when I did… Well… It’s maybe not the gift one would expect. Seeing the inevitable can be a terrible price.

Henry: But you wouldn’t have to worry about stuff. You’d just know.

Mr. Gold: But that’s the great trap. The future is like a puzzle… With missing pieces. Difficult to read. And never, never what you think.

(Emma enters.)

Emma: Hey.

Mr. Gold: Did you find him?

Emma: Sorry. Your son… Got away.

–[Storybrooke]–

(Belle is lying in bed in her room at the hospital, when Regina enters.)

Belle: Who are you?

Regina: So it is true. You really don’t remember anything.

Belle: Are we friends?

Regina: We spent some time together. But I’m here because I believe you can help me find something that belongs to Rumpelstiltskin.

Belle: W-who?

Regina: Mr. Gold.

Belle: I, uh… I-I don’t know him.

(Regina magically knocks Belle unconscious.)

Regina: Not anymore. But you did.

(Regina magically opens Belle’s purse, causing all of its contents to float through the air. The object of interest is a piece of paper, which Regina levitates towards her. She takes said paper and examines it. It has the number 915.63 written on it.)

———–

(Cora, Regina, and Hook are at the town library. Regina scans the shelves of books for the number on the paper.)

Hook: Shouldn’t we be pillaging his shop or ransacking his home?

Cora: That would be the obvious choice, yes. But Gold wouldn’t risk crossing the town line and losing his memory without entrusting the dagger’s location to someone.

Hook: Belle.

Regina: My guess, is she hid it in one of her beloved books.

Cora: Impressive, Regina.

Regina: Thank you, mother.

Hook: I’ll be impressed when I’m holding the dagger in my hand.

(Regina finds the correct spot, but there is no book, just an empty space.)

Regina: No. It should be here.

Hook: Well, it’s not, is it? May we go now?

Cora: Hold on.

(Cora sticks her hand in the space between the books and finds a folded piece of paper.)

Cora: What’s this?

(She unfolds the paper.)

Hook: Oh, yes. Crude. To the untrained eye, a child’s scribbles, but to a pirate… It’s a map. Gold may not have hidden the dagger here, but I believe he’s left us the next best thing – its location.

Cora: Can you read it?

Hook: Well, lucky for you ladies, I’m quite adept at finding buried treasure.

———–

(Mary Margaret and David are talking in Mary Margaret’s kitchen.)

David: So Rumpelstiltskin is Henry’s grandfather?

MMB: Apparently.

David: But I’m his grandfather.

MMB: You can have more than one.

David: So his…step-grandmother is Regina, the Evil Queen.

MMB: Actually, his step-great-grandmother. And she’s also his adoptive mother.

David: It’s a good thing we don’t have Thanksgiving in our land, cause that dinner would suck.

MMB: Or, maybe this will mellow everyone out.

–[New York]–

(Still in the lobby, Mr. Gold frantically hits all of the buttons on the intercom.)

Emma: Gold, wait. What are you doing?

(Someone responds to the buzzer and unlocks the front door.)

Mr. Gold: I’m finding my son.

Emma: He’s gone.

Mr. Gold: But he lives here. He’ll be back, and I’ll be waiting.

(They arrive at the door of Neal’s apartment. Mr. Gold sets to picking the lock.)

Emma: Stop. You can’t just break in.

Mr. Gold: Yeah, well, actually, that’s something I’m quite adept at.

Emma: He might not come back.

Mr. Gold: Okay. Finding people is what you do, Miss Swan. I’m simply going to assist you. There may be information in here. Who he is, what he does, who he loves.

Emma: No, don’t do this. There are things called laws.

Henry: I’ll be lookout.

Emma: No, I… You could get arrested.

Mr. Gold: Then my son will have to testify against me, and we will be reunited.

(Mr. Gold successfully picks the lock and opens the door.)

–[Fairy Tale Land - Past]–

(At the camp, Rumpelstiltskin and another man watch as a several injured soldiers are carried in on stretchers. Some are yelling in pain.)

Man: Lucky bastards.

Rumpelstiltskin: Oh… I think they’d beg to differ.

Man: They’re not dead, but they can’t fight. Which means, they get sent home. That’s the only way out of here alive. When the ogres rip you limb from limb, pray that they’re quick.

(Another soldier makes an announcement, drawing a small crowd around him.)

Man 2: Fortune favours us! Fresh supplies have arrived from the Duke. Today, we will not be marching into battle. We’ll be riding.

Rumpelstiltskin: Riding? Riding what?

Man 2: What kind of question is that? A horse, of course. Now, grab yourself a cow, and get ready.

Rumpelstiltskin: I’m sorry, sir. W-What did you say?

Man 2: A cow. The saddles we just got in – made from the finest leather. We call ‘em cows. Grab yours, so at least the ride into doom will be a soft one on your backside.

(The crowd dissipates, while Rumpelstiltskin remains frozen in place. The man he was talking to earlier notices.)

Man: Are you alright?

Rumpelstiltskin: Yes. You… You go. I’ll catch up.

(The man leaves.)

Rumpelstiltskin: Oh, no…

(He walks over to the covered cage where the Seer was held.)

Rumpelstiltskin: So, it’s all true. I’m going to have a son. And I’m going to die.

(There is no response.)

Rumpelstiltskin: Answer me!

(Rumpelstiltskin pulls back the tarp, revealing an empty cage. In a fit of anger, he hits the crate several times, until he notices a sledge hammer a few feet away. He picks it up and draws it over his head. Hesitating, he checks that the coast is clear, and then slams the hammer into his leg. With a crunch, his leg breaks, and he falls to the ground screaming in agony.)

–[New York]–

(The trio enter Neal’s apartment after Mr. Gold’s successful break in.)

Emma: Gold. Come on, please. We really shouldn’t be here.

Henry: I don’t think he’s listening.

(Henry joins Mr. Gold to investigate the apartment. Emma spies the dream catcher from her and Neal’s hotel room hanging in the window. She takes it down and stares at it in her hands. Mr. Gold notices her interest.)

Mr. Gold: You find something, dearie?

Emma: Nothing. Uh, it just looks like a dream catcher.

Mr. Gold: Yeah, well, if it’s nothing, why are you still holding it? You’re lying to me.

Emma: Just get back to looking, okay?

Mr. Gold: No, no, no. You saw something. Tell me.

Emma: You don’t know what you’re talk-

Mr. Gold: Tell me!

Emma: Henry, go wait in the bathroom.

Henry: But I can help-

Emma: Henry, go!

(Henry exits, leaving the two of them alone.)

Emma: There’s nothing here. The guy’s a ghost.

Mr. Gold: Well, you think me a fool? You’re holding back. I want to know what, and why.

Emma: I’m not holding back.

Mr. Gold: Did he tell you something?

Emma: Gold-

Mr. Gold: Did he tell you something?!

Emma: Nothing. He didn’t say anything.

Mr. Gold: But you talked to-

Emma: Don’t put words in my mouth-

Mr. Gold: Tell me! You tell me, or I’m going to make you tell me.

Emma: You don’t have magic here.

Mr. Gold: Oh, I don’t need magic.

Emma: You really want to do this?

Mr. Gold: Do not push me.

Emma: Don’t push me.

Mr. Gold: We had a deal! A deal! No one! No one breaks deals with me!

(Neal barges in and interrupts the fight.)

Neal: Hey! Leave her alone.

–[Fairy Tale Land - Past]–

(With his leg in a crude brace, Rumpelstiltskin limps towards his and Milah’s home.)

Rumpelstiltskin: Milah! Milah!

(Rumpelstiltskin arrives home. Inside, Milah is holding an infant wrapped in a blanket. She is confused to see him.)

Rumpelstiltskin: Milah! Milah!

Milah: Rumpel?

Rumpelstiltskin: What’s his name?

Milah: Baelfire.

Rumpelstiltskin: A strong name!

(He collapses into a chair due to the pain in his leg.)

Milah: Something he’ll need if he’s to live with the shame of being your son.

Rumpelstiltskin: What… What are you talking about?

Milah: Rumpel, is it true?

Rumpelstiltskin: Is what true?

Milah: Did you injure yourself… So that you wouldn’t have to fight? So that you would be sent home?

Rumpelstiltskin: Who told you that?

Milah: Everyone! Rumours travel quickly from the front. Rumpel, did you do this to yourself? Did you do it to yourself?!

Rumpelstiltskin: Yes! A seer told me I was going to die in the battle.

Milah: You did this because a seer told you to do it?

Rumpelstiltskin: She was right about everything else. I left the front to be with you. You and… Baelfire.

Milah: You left because you were afraid.

Rumpelstiltskin: No…

Milah: You became what everyone thought you were – a coward.

Rumpelstiltskin: Stop…

Milah: Just like your father!

Rumpelstiltskin: I am nothing like my father! He tried to abandon me. I will never, ever do that to my son. That’s why I did this. For him. All for the boy. To save him from the same fate I suffered – growing up without a father.

Milah: You sentence him to a fate much worse – growing up as your son.

Rumpelstiltskin: What… What… What else could I do?

Milah: You could have fought, Rumpel. You could have died.

Rumpelstiltskin: You don’t mean that. You don’t mean that.

(Milah hands baby Baelfire to Rumpelstiltskin. She then hastily grabs a bucket and exits through the front door.)

Rumpelstiltskin: Oh, it’s alright, Bae. It’s alright. Your Papa’s here. And I promise… I will never, ever leave you.

–[New York]–

(Neal, Emma, and Mr. Gold are still in the living room of Neal’s apartment.)

Mr. Gold: Bae… You came back for me.

Neal: No. I came to make sure you didn’t hurt her. I’ve seen what you do to people who break deals.

Mr. Gold: Please, Bae, just let me talk.

Neal: I have no interest in talking to you. You can go.

Mr. Gold: I’m not going anywhere.

Neal: Get out of my apartment!

Emma: Neal…

Neal: Emma, I got this.

Mr. Gold: You two know each other… You two know each other. How?

Emma: You sent me chasing after him.

Mr. Gold: No, no, no. Stop it! You’re lying. How do you two know each other?!

(Henry, who was still in the bathroom, enters the living room.)

Henry: Mom? W-what’s going on?

Emma: Hey…

Neal: Who’s this?

Emma: My son.

Neal: What?

Henry: Is that Baelfire?

Emma: I need you to stay in the other room for a little while longer, okay? Come on.

(Emma tries to lead Henry out of the room.)

Neal: Wait. H-how old are you?

Emma: Don’t answer him.

Neal: How old are you, kid?!

Henry: Eleven! Now, why is everyone yelling?

Neal: He’s eleven?

Henry: Mom?

Neal: Is this my son?

Henry: No. My dad was a fireman. He… He died. That’s what you told me. You said…

Neal: Is this… My son?

Emma: Yes…

(Neal is shocked. Henry backs away from Emma, and then exits through the window leading to the fire escape. There is a brief pause, then Emma follows Henry.)

Emma: Henry. Henry?

(Emma crawls through the window, leaving Neal and Mr. Gold alone. Neal goes to follow Henry and Emma, but Mr. Gold stops him.)

Mr. Gold: Baelfire…

(Neal shrugs his hand off of his shoulder.)

Mr. Gold: Please, please. All I want is a chance to be heard.

Neal: Get out.

Mr. Gold: Look, you came back to protect Emma. To show that she had lived up to her end of her bargain with me.

Neal: And now she has. You can go.

Mr. Gold: No. Our deal was for her to get you to talk to me. If you truly want her deal to be fulfilled, you have but one choice. You have to talk to me.

Neal: You got three minutes.

–[Storybrooke]–

(At the hospital, Greg is talking to someone on his cell phone. He is no longer bedridden, and is dressed in his normal clothes. He still has a scrape and bruising on his forehead.)

Greg: Hey. N-no, I… I’m… I-I’m okay. Yeah. No, they… They… They said I’m… I’m good to go. But, um… You know, I think I’m going to stay here for little while. Why? Well, take a look at this and see.

(Greg sends a video of Regina using magic in Belle’s room to the person listed as ‘Her’.)

———–

(Regina, Hook, and Cora are still at the library. Hook has finished interpreting the map.)

Hook: I give you the location of the dagger.

Cora: Well done, Hook. We’ll take it from here.

(Cora snatches the map off of the table and she and Regina begin to leave.)

Hook: No. You promised me!

(When Hook tries to confront them, Cora magically blasts Hook back into a bookshelf, knocking him unconscious.)

Cora: The kris dagger’s much too powerful to be wasted on you.

Regina: So… Is… This what it was all about? Getting Rumpel’s dagger so you could obtain his dark powers?

Cora: If we possess the dagger, we control the Dark One. And when he returns to Storybrooke, we can command him to kill Snow White, Prince Charming, and Emma. Our enemies will be vanquished, and you, will be blameless in the eyes of the only person who matters.

Regina: Henry.

–[New York]–

(Emma has found Henry at the top of the fire escape. The two of them talk.)

Henry: So, that’s him.

Emma: Yeah.

Henry: Why didn’t you tell me?

Emma: Because I never thought I would see him again. I never wanted to.

Henry: Why not?

Emma: He was a thief, Henry. A liar, a bad guy, and he… He broke my heart.

Henry: I could have taken it, you know. The truth.

Emma: I know. He was just a part of my life I wanted to forget. That’s why I didn’t tell you. I was thinking of me, not you.

Henry: I thought you were different, but you’re just like her. Regina. She always lied to me, too.

Emma: I’m sorry…

Henry: I want to meet my dad.

———–

(Neal and Mr. Gold are having their three minutes.)

Neal: Clock’s ticking.

Mr. Gold: I know I’ve made mistakes, but you must believe me. I want to make up for it. There’s no greater pain than regret.

Neal: Try abandonment.

Mr. Gold: Please. Let me make it up to you.

Neal: How are you going to do that? I grew up alone. I grew up without a father. You can make up for that?

Mr. Gold: Yeah. Yes, I can.

Neal: Two minutes.

Mr. Gold: Come with me to Storybrooke. There’s magic there. I can turn the clock back. Make you fourteen again. We can start over.

Neal: Fourteen? I don’t want to be fourteen, again. Are you… Are you insane?

Mr. Gold: I can’t make up for the lost time, but I can take away the memories. Bae…

Neal: Take away who I am? No, thanks. One minute.

Mr. Gold: Bae… Please… Give me a chance. You once loved me.

Neal: You were once a good man.

Mr. Gold: And I can be that man again. I’ve changed. Look. I came here, to this city, without magic.

Neal: Yeah, yeah, and you’re still trying to use it to make up for your mistakes. Still think that that can make it all better. It won’t. You can’t. You have no idea what I’ve lived with. You’re so worried about you. You know what I’ve dealt with? Every night, for more years than you could know, the last thing I see before sleep, is the image of you… You and me, over that pit. Your hand… Wrapped around mine. And then, you open your grip. And as I fall away, all I can see is your face. Choosing all…this…crap over me. Letting me go. Now, it’s my turn. Now I’m letting you go.

Mr. Gold: I’m sorry-

Neal: I don’t care. I didn’t get closure, so you don’t, either. Got to go.

Mr. Gold: Oh, Bae…

Neal: No. Time’s up.

(Neal exits.)

–[Fairy Tale Land - Past]–

(Rumpelstiltskin enters a clearing in the forest. There is a campfire burning in the middle. The Seer, now an adult, appears from behind a tree.)

Seer: I’ve been expecting you.

Rumpelstiltskin: Then you know exactly why I came here.

Seer: What I foretold during the Ogres War has finally come to pass.

Rumpelstiltskin: Well, in a manner of speaking. I, uh, hobbled myself on the battlefield. Was branded a coward. My wife – ran away and left me. Then, my son was called to the front. Oh! Then I became The Dark One. Then, Bae left me. So, yes. My actions on the battlefield left my son fatherless. But… It would’ve been nice to know about all that pesky detail.

Seer: Knowing would not have made a difference. You still would have been powerless to escape your fate.

Rumpelstiltskin: Just…like…you.

(He magically ‘strangles’ her, cutting off her breathing.)

Rumpelstiltskin: Now you know exactly why I came here.

(The Seer manages to croak out a response.)

Seer: You want to find your son.

Rumpelstiltskin: Indeed.

(Rumpelstiltskin releases the magical hold on her throat. Once free, the Seer does a deliberate set of hand movements.)

Seer: You will find him.

Rumpelstiltskin: How? And this time, don’t leave out a single detail.

(She continues the movements.)

Seer: It will not be an easy path. It will take many years… And require a curse. A curse…powerful enough to rip everyone from this land.

Rumpelstiltskin: Yes, yes, there’s more, I know it. Tell me.

Seer: You will not cast the curse… Someone else will. And you will not break the curse… Someone else will.

Rumpelstiltskin: Tell me!

Seer: I don’t know. Even my powers have limits.

Rumpelstiltskin: Ah, ah, ah. Not good enough, dearie.

(Rumpelstiltskin, again, puts her into a magical stranglehold. She croaks out another sentence.)

Seer: If you want to see the path you must take, there is only one way. Take this burden from me.

(The Seer holds out both of her hands palm up.)

Rumpelstiltskin: Mm, gladly.

(Rumpelstiltskin places his hands on top of the Seer’s, emitting a burst of white light. The Seer screams.)

–[New York]–

(Emma crawls back into Neal’s apartment through the window, while Henry waits outside on the fire escape. Neal is waiting.)

Emma: He wants to meet you.

Neal: You weren’t going to tell me about him.

Emma: No, I wasn’t.

Neal: Yeah, well, he’s my kid, too, so you don’t get to make that decision by yourself anymore.

Emma: Great. Go talk to him, then. But… Don’t break his heart.

Neal: Trust me – I’m not going do to him what he did to me.

Emma: Or what you did to me.

Neal: Okay. I get it. We’re all messed up. What do you say we try to avoid that with him? Alright?

Emma: Alright.

(Neal crawls out onto the fire escape to join Henry.)

Henry: So… You’re my dad.

Neal: Yeah.

Henry: I’m Henry.

Neal: It’s nice to meet you, Henry. Sorry I took so long.

Henry: It’s okay. You didn’t know.

(While Henry and Neal talk outside, Mr. Gold walks past the window. He stops and watches them.)

–[Fairy Tale Land - Past]–

(Rumpelstiltskin and the Seer still have their hands joined together. The white light is also still being emitted from the two of them.)

Rumpelstiltskin: I can’t…see…anything. It’s too much. It’s nothing but a jumble.

Seer: The future is a puzzle with many pieces to be sorted. In time, you will learn to separate what can be, from what will be.

(Rumpelstiltskin lets go. The connection breaks, and the Seer falls to the ground.)

Rumpelstiltskin: This is why you wanted to give me your power. To free yourself from this torment.

Seer: In time, you will work it all out.

(Rumpelstiltskin turns to leave, but the Seer calls out to him.)

Seer: Wait. As gratitude, I offer you one piece of the puzzle.

(She raises one of her hands off of the ground and waves it through the air.)

Seer: You will be reunited with your son, and it will come in a most unexpected way.

Rumpelstiltskin: How?

Seer: A boy… A young boy will lead you to him. But beware, Rumpelstiltskin, for that boy is more than he appears. He will lead you…to what you seek. But there will be a price. The boy… Will be your undoing.

(Finally, the Seer’s hand falls to the ground as she dies.)

Rumpelstiltskin: Then I’ll just have to kill him.

–[New York]–

(Back in Neal’s apartment, Mr. Gold is still watching Henry and Neal through the window. He turns around with a haunted look on his face.)

–[End]–

Kikavu ?

Au total, 221 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
09.12.2018 vers 22h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
07.11.2018 vers 15h

Sabu14 
17.08.2018 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

OUAT du Mois
Aujourd'hui à 12:08

Suite de Mots
Aujourd'hui à 12:08

Survivor
Hier à 23:59

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

fairgirl, Avant-hier à 22:08

Bonsoir tout le monde ! De nouveaux sondages vous attendant sur les quartiers "Sex and the City" et "Ce que j'aime chez toi". merci !

SeySey, Hier à 09:48

Bonjour! Nouveau sondage sur le quartier Suits, pas besoin de connaître la série

SeySey, Hier à 16:08

Nouveau sondage spécial rentrée sur le quartier Manifest, pas besoin de connaître la série ! ;D

Luna25, Hier à 23:02

Nouveau pdm et nouveau duel sur le quartier Legends of tomorrow !

Luna25, Hier à 23:02

Venez soutenir Wyatt Halliwell ou Will Byers sur le quartier Legends of tomorrow !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site