VOTE | 821 fans

#217 : Bienvenue à StoryBrooke


Centré sur : Regina, Owen et Kurt
Captures

Résumé court : Emma, David et Mr. Gold doivent protéger Mary Margaret contre Regina, qui veut se venger et s'est jurée de tuer Mary. Henry, fatigué de toutes ces vendettas, conçoit un plan pour détruire la magie.

28 ans plus tôt, Regina découvre qu'un père et son fils ont trouvé leur chemin jusqu'à sa prétendument indétectable ville alors qu'elle et les personnages de contes de fée s'habitue à la malédiction récemment jetée.

Popularité


4.38 - 8 votes

Titre VO
Welcome to StoryBrooke

Titre VF
Bienvenue à StoryBrooke

Première diffusion
17.03.2013

Première diffusion en France
07.12.2013

Vidéos

Extrait (VO) - End Scene

Extrait (VO) - End Scene

  

Extrait (VO) - Regina met fin au sort

Extrait (VO) - Regina met fin au sort

  

Diffusions

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Samedi 07.12.2013 à 21:40
2.07m / 8.8% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 17.03.2013 à 20:00
7.45m / 2.3% (18-49)

Plus de détails

Audiences US : 7.45 millions

Ecrit par : Ian Goldberg et Andrew Chambliss

Réalisé par : David M. Barrett 

Acteurs secondaires:

Jamie Dornan .... Shérif Graham

John Pyper-Ferguson .... Kurt Flynn

Benjamin Stockham .... Owen

Lee Arenberg .... Grincheux / Leroy

Beverley Eilliott .... Granny

Keegan Connor Tracy .... Fée bleue / Mère supérieure

Michael Coleman .... Joyeux

Faustino Di Bauda .... Dormeur / Walter

David-Paul Grove .... Prof

Jeffrey Kaiser .... Simplet

Gabe Khouth .... Atchoum / M. Clark

Mig Macario .... Timide

–[Flashback - 1983]–

Dans une forêt quelque part dans le Maine, aux États-Unis, un jeune garçon tente de réaliser son premier scoubidou sous les conseils de son père, Kurt Flynn. Ce dernier lui offre un objet fétiche qu'il tenait de son propre père, lorsqu'un orage violent se lève. Surpris, il demande à son fils Owen de se réfugier dans leur tente. Ils observent tous deux l'arrivée d'une immense et épaisse fumée violette droit vers eux. Quelques heures plus tard, une fois l'orage passé, ils découvrent avec effroi les alentours détruits ainsi que leur voiture, accidentée. Alors qu'ils se mettent à retrouver l'autoroute principale à pied, Owen et son père découvrent avec étonnement l'existence d'une ville, dont Kurt dit être sortie de nulle part puisque ils étaient passés par là la veille. Ils s'interrogent encore sur l'intrusion d'une nouvelle ville lorsqu'ils sont accueillis par le Shérif Graham qui leur souhaite la bienvenue à Storybrooke.

Dans son nouveau domicile, Regina se réveille dans son lit et découvre avec étonnement sa transformation physique et l'existence d'une ville . Elle se délecte d'avoir réussi à lancer la Malédiction et se rend dans son dressing dont elle contemple longuement les vêtements avant d'opter pour une robe noire.

Quelques temps après, elle sort en ville afin de la découvrir et observe les habitants dont Marco en train de réparer la devanture d'un magasin. M. Gold passe près de son échelle, tout en boitant avec sa canne. Admirant la transformation de la ville, Regina poursuit sa marche et passe devant le Granny's où Granny se dispute avec Ruby. Saluée par le Dr Hopper, Regina se retient de peu à l'appeler Cricket et finit par le salué en retour.

À l'école, Mary Margaret enseigne l'art de construire des niches à oiseaux aux élèves et libère un oiseau bleu qui vient se poser sur un nichoir à l'extérieur. La sonnerie retentit et les élèves sortent de la classe, en bousculant Regina au passage. Cette dernière demande à l'enseignante depuis combien de temps elle enseigne mais elle répond « Aussi longtemps que je m'en souvienne ». Regina lui demande ensuite de la suivre et l'amène à l'hôpital de Storybrooke, auprès de John Doe, un patient dans le coma. Mary Margaret ne le reconnaît pas, ce qui confirme Regina que sa malédiction a bien fonctionnée.

Quelques temps plus tard, alors que Regina déjeune au Granny's, elle est interpellée par le Shérif Graham. Surprise de le revoir, elle le félicite pour sa tenue, qu'elle trouve bien ajustée. Alors qu'il lui propose de repasser plus tard, Regina est interrompue par Owen qui lui parle de ses pancakes. Troublée, Regina lui demande son identité et demande s'il est le fils de Marco. Ce dernier réfute la paternité du garçon, lui disant qu'il n'a jamais eu la chance d'en avoir. Le père d'Owen vient se présenter convenablement au maire et explique chercher une chambre d'hôtel. Ne reconnaissant pas les étrangers comme d'anciens habitants de son monde, elle apprend par Graham qu'ils étaient en train de camper dans les bois. Regina dit alors au Shérif se sentir menacée par leur présence.

 

–[Caveau familiale des Mills – De nos jours]–

Dans son caveau familial, Regina pleure sa mère, Cora, dont le prénom est suivi de l'inscription Mère bien-aimée sur son cercueil de marbre. Toute vêtue de noire et en larmes, Regina dépose une rose rouge sur le cercueil. Alors qu'elle pleure le décès de sa mère, M. Gold vient la rejoindre afin de marquer son respect d'une rose rouge qu'il dépose aussi sur le cercueil. Il explique que Cora aura toujours une place dans son cœur mais fait face aux reproches de Regina, qui estime qu'il l'a tuée afin de se sauver lui-même. M. Gold se défend, expliquant qu'il n'a trouvé que ce moyen de survie lors d'un moment de désespoir. Regina prétend qu'il ne peut se cacher derrière sa dague comme Mary Margaret peut le faire derrière la protection de sa famille. D'un ton solennel, Regina déclare que la jeune femme mourra pour ce qu'elle a fait mais M. Gold tente de l'en dissuader, pensant à Henry. Il lui demande d'abandonner son obsession de vengeance envers son ancienne belle-fille, sachant pertinemment que cela ne rendrait jamais Regina heureuse, même si elle prétend le contraire. Ils se rejettent la responsabilité sur la malédiction, M. Gold estimant que Regina l'a lancée alors qu'il l'a créée. L'antiquaire explique à Regina qu'elle doit en tirer une leçon, la même que sa mère en a retenue il y a des années: elle ne peut pas tout obtenir par la magie et que si Regina va au bout de sa vengeance, son prix à payer sera Henry. Regina persiste toutefois et déclare à M. Gold qu'elle obtiendra sa vengeance à tout prix, qu'elle aura de nouveau Henry. Elle trouvera un moyen d'avoir tout ce qu'elle désire

Chez eux, David et Emma désespèrent de voir Mary Margaret rester au lit. Ne comprenant pas ce qu'il lui arrive, Henry apprend d'Emma qu'elle est malade mais comprend très vite qu'on lui cache la vérité. Emma lui dévoile alors que la jeune femme est en partie responsable de la mort de Cora. Surpris, Henry tente de défendre la bonté de sa grand-mère, estimant qu'elle est et sera toujours Blanche-Neige. Quelqu'un frappe à la porte et David vient ouvrir mais découvre qu'il s'agit de M. Gold et tente de le mettre dehors. Il informe toutefois la famille du projet de vengeance de Regina sans toutefois pouvoir leur indiquer ses intentions. Refusant les propos de l'antiquaire, David estime qu'il se doit de les aider, puisqu'ils forment une famille et que son épouse lui a sauvé la vie. Ayant une dette envers elle, M. Gold accepte de les aider à arrêter Regina.

 

–[Granny's Diner – Passé]–

Regina entre dans le restaurant pour son dîner habituel, mais s'arrête à l'entrée quand elle découvre avec surprise les Flynn's assis au comptoir, elle semble offusquée que le petit Owen lui ait pris sa place au comptoir du Granny's. Se présentant enfin comme étant le maire Mills, elle défend sa place auprès du garçon sous le regard enjoué de son père. Comprenant qu'elle ne peut tout obtenir comme par le passé, elle finit par s'asseoir à côté et informe les étrangers que les réparations de leur véhicule se terminera plus tôt que prévu. Elle demande alors leur provenance et apprend qu'ils viennent du New-Jersey. Le père remercie l'accueil du maire et se prépare à partir lorsque Owen souhaite offrir à Regina son premier scoubidou. Surprise de recevoir un cadeau de sa part, elle le remercie et paraît troublée de sa bienveillance.

Le lendemain matin, Regina se réveille dans son lit, aux côtés de Graham encore endormi avant d'admirer la ville de sa fenêtre. Elle vient ensuite observer, avec plaisir, Mary Margaret déposer un pot de fleurs auprès de John Doe puis repart en ville. La même scène que la veille se répète, M. Gold passant auprès de Marco, qui répare la devanture de sa boutique. Ruby se dispute une nouvelle fois avec sa grand-mère et le Dr Hopper la salue en passant. Cette dernière se cogne avec Mary Margaret, qui se confond en excuses. Furieuse, Regina lui demande de faire attention la prochaine fois et l'enseignante part rapidement, apeurée, laissant la maire une nouvelle fois réjouie du succès de son plan.

Un autre matin, Regina se lève encore aux côtés de Graham, mais pousse un léger soupir. Elle paraît aussi dépitée de devoir être aux côtés de Mary Margaret et de John Doe puis se désole de revoir la même scène quotidienne se rejouer sous ses yeux, en ville. Elle rentre encore dans Mary Margaret, qui s'excuse auprès de la maire. Frustrée de devoir de nouveau revivre la même scène, Regina lui demande à Mary Margaret pourquoi elle s'excuse, qui ne semble pas comprendre et s'excuse de nouveau. Regina s'énerve du fait que son ennemi ne lui réponds pas ou ne s'énerve pas, ce qui interloque l'enseignante qui repart.

Le maire entre dans la boutique de M. Gold et se plaint de ne pas être heureuse. L'homme lui conseille d'aller voir le Dr Hopper mais Regina ne veut que parler à l'antiquaire. Elle lui explique que sa vie dans cette ville n'était pas le marché qu'ils avaient conclu ensemble mais M. Gold lui dit ne pas comprendre de quoi elle veut parler. Alors que l'homme nettoie une pièce d'argenterie, Regina comprend qu'il a oublié sa vie passée mais explique qu'elle était censée être heureuse à Storybrooke. M. Gold s'excuse en disant que le fait d'être la personnalité la plus puissante de la ville n'a pas à la rendre malheureuse. Le maire explique que les habitants font exactement ce qu'elle voulait qu'ils fassent, et qu'ils agissent par obligation et non par volonté. S'excusant une nouvelle fois de ne pas la comprendre, M. Gold demande ce dont elle souhaite, mais Regina dit qu'il ne peut rien faire pour elle avant de quitter les lieux, en tenant le cadeau du petit garçon dans ses mains. Elle téléphone ensuite à Kurt afin de l'inviter, lui et son fils, à dîner chez elle.

 

–[Caveau familiale des Mills – De nos jours]–

Dans son caveau, Regina cherche désespéramment un objet parmi les affaires de sa défunte mère. Elle trouve un médaillon et tente de l'ouvrir mais y découvre une photo d'elle, plus jeune avec une photo de Cora. Elle tente de retenir ses larmes et visage se rempli de colère et continue ses recherches parmi les malles de sa mère. Furieuse, elle tente de déchirer une des robes mais découvre parmi celle-ci un rouleau de parchemin contenant une formule magique et finit par remercier sa mère.

Quelques temps plus tard, M. Gold et David pénètrent dans le caveau de Regina mais découvrent qu'ils l'ont manquée de peu. Ils comprennent que les affaires disposés dans la pièce sont les affaires de Cora et M. Gold découvre que Regina souhaite utiliser un de ses sorts sur Mary Margaret. L'antiquaire constate avec crainte l'absence de deux potions magiques et en déduit que Regina compte lancer le Sort du cœur vide.

Chez Mary Margaret et David, il explique à Emma et David que ce sort a, en théorie, le pouvoir de faire tomber amoureux une personne. Il rajoute que ce sort peut faire penser à une personne qu'il en aime une autre mais Henry a entendu la conversation et comprend que Regina compte l'utiliser sur lui. David tente de l'écarter mais Emma se voit contrainte de lui révéler la vérité. M. Gold lui explique que Regina veut avoir ce qu'elle veut, lui et pour ça elle a besoin du cœur de la personne qu'elle hait le plus au monde, Mary Margaret. En panique, Emma lui demande de stopper Regina mais l'homme refuse, provoquant sa colère et celle de David qui lui rappelle son lien de parenté avec Henry. Il prétend que cette vendetta dure depuis de nombreuses années et que le seul moyen de tout faire cesser est de répandre plus de sang. David propose alors de tuer Regina, ce qui choque Henry, tandis qu'Emma chercher une autre solution. En colère, le jeune garçon demande aux adultes de réfléchir à leurs propos, qu'ils fut un temps où ils étaient des héros puisqu'ils parlent de faire exécuter sa propre mère. Il quitte l'appartement, suivi par Emma qui affirme à David que peut importe comment ça finit, il faut l'éloigner de toute cette agitation. M. Gold explique à l'homme que Cora était dangereuse puisque n'avait pas de cœur, mais que Regina l'est encore plus puisqu'elle en a un.

 

–[Résidence de Regina – Passé]–

Le soir venu, alors que Kurt félicite les lasagnes de Regina, le petit Owen ne partage pas son avis, ce qui surprend la femme. Elle admet alors ne pas être bonne cuisinière sauf en ce qui concerne les pommes. Elle propose alors au garçon de faire un chausson aux pommes en dessert et lui demande d'aller choisir des pommes dans l'évier de la cuisine. Une fois son fils partit de la pièce, Kurt se met à rire du comportement d'Owen, qu'il tient ça de sa mère et explique à Regina que son fils est orphelin de mère, ce qui la peine profondément. Kurt dit avoir emmené son fils camper afin de lui changer les idées et Regina lui révèle qu'elle est aussi venue en ville afin de refaire sa vie. Cependant, elle regrette que cela ne se passe pas comme prévu puisqu'elle n'a personne avec qui le partager dans sa vie.

Le jeune garçon l'interpelle afin de préparer le dessert et Regina part préparer les chaussons à l'aide de Owen. Une fois le dessert mis au four, le petit garçon lui demande pourquoi elle n'a pas d'enfants dans sa vie ce qui trouble le maire qui réplique que cela ne s'est pas déroulé comme prévu. Il pense qu'elle aurait fait une bonne mère, et est remercié par la femme. Voyant que le jeune garçon manque de patience quant à la cuisson du dessert, Regina oriente la discussion sur son ressenti sur la vie à Storybrooke et le garçon estime que c'est bien mieux que sa ville natale. Il raconte être détesté et martyrisé par ses camarades de classe depuis le décès de sa mère et exprime manquer d'amour dans son cœur, ce qui est confirmé par Regina. Triste de le voir malheureux, Regina lui caresse les bras mais est interrompue par Kurt qui voulait connaître l'avancée du dessert. Le maire lui propose alors de rester quelques temps en ville mais le père refuse, estimant que leur vie est au New Jersey, provoquant la déception d'Owen et de Regina.

 

–[Granny's – De nos jours]–

Refusant de parler à Emma, Henry râle lorsqu'elle l'emmène au Granny's mais comprend avec joie qu'il parlera à son père, Neal. Cependant, il réalise qu'il tente de le soudoyer avec une glace afin qu'il s'exprime mais Henry apprend de son père qu'il compte le ramener à New York afin de le préserver de toutes ces rivalités. Le jeune garçon dit alors qu'il suffit que quelqu'un se débarrasse de toute magie à Storybrooke afin que sa mère ne puisse lancer le sort. Cependant, son père ne paraît pas écouter le garçon et réitère sa demande de le ramener à New York. Au comptoir, Emma remercie Ruby de lui servir un café lorsque Greg Mendell demande à la jeune serveuse de lui préparer un sandwich à emporter pour une randonnée. Il explique à Emma qu'il aime la photographie et qu'il compte rester faire quelques photos de la ville quand elle lui dit qu'elle pensait qu'il serait déjà partit en Pennsylvanie, il réplique en disant qu'il commence à aimer la ville. Emma apprend avec surprise que Henry a accepté de venir avec Neal mais comprend que ce dernier n'a fait que prendre la fuite avec son sac à dos. Dans la forêt, le jeune Henry court tant bien que mal afin d'échapper à ses parents.

Sur le palier de l'appartement de Mary Margaret, Regina ouvre la porte par magie et s'avance vers le lit où est la jeune femme. Cependant, elle est arrêtée par M. Gold, montant la garde. Il la nargue lui demandant si elle pensait que ce serait si facile, Regina se tourne vers Mary Margaret et lui promet de revenir se venger.

 

–[Marine Garage – Passé]–

Le lendemain matin du dîner, Regina se rend au Marine Garage et demande à Billy de retarder les réparations du véhicule des Flynn mais ce dernier lui révèle que Kurt a récupéré sa voiture il y a une dizaine de minutes. Regina retourne donc à son bureau et sort d'un de ses tiroirs un coffret contenant le cœur de Graham. Elle se retourne sur son fauteuil et entreprend de diriger le Shérif en parlant à son cœur. Elle lui demande d'arrêter les deux étrangers avant qu'ils ne franchissent les limites de la ville et de lui amener l'enfant. En se retournant, elle est surprise de se retrouver face à Kurt, qui a tout entendu de ses ordres. Elle tente de dissimuler le cœur dans le coffret mais l'homme tente de fuir les lieux mais il est stoppé par Graham qui déclare l'arrêter pour conduite en état d'ivresse, selon les ordres du maire, ce dont Kurt tente de s'en défendre, affirmant que le shérif est contrôlé par le maire. Ne sachant quoi faire, Regina ne bouge pas d'un poil alors que Kurt tente de faire comprendre à Graham qu'il est contrôlé. Il fait alors tomber le coffret contenant son cœur avant de prendre la fuite. Troublé, Graham tombe au sol en tenant sa poitrine, sous le regard effaré de Regina, qui perd contrôle de la situation. Dehors, Kurt se précipite dans son véhicule, où se trouve Owen. Il lui dit qu'ils doivent fuir la ville avant de démarrer.

 

–[Forêts de Storybrooke – De nos jours]–

En forêt, Henry, dans sa course effrénée, se cogne contre Greg Mendell, photographiant les lieux. Le jeune garçon prétend être un scout et l'homme lui rend son sac à dos, tout en prenant discrètement une photo. Il l'appelle par son prénom en lui souhaitant bonne chance.

Dans les mines, Ruby guide Emma, David et Neal à la recherche de Henry. Le groupe comprend avec effroi que le jeune garçon a volé de la dynamite afin de faire sauter quelque chose en ville. Neal révèle qu'il tente de faire disparaître la magie puis s'interroge sur le lieu où Henry commettra son méfait.

Henry arrive alors au puits magique et dépose des bâtonnets de dynamite sur le rebord du puits. Entre temps, Greg appelle Regina, se présentant et en lui demandant si elle est bien la mère de Henry, mais cette dernière ne le reconnaît pas. Il lui informe toutefois que Henry est tout seul dans la forêt, mais qu'il prépare un mauvais coup. Le remerciant, Regina se remet alors en route afin de le retrouver.

 

–[Dans les rues de Storybrooke – Passé]–

Dans un vrombissement assourdissant, Kurt tente de semer le véhicule du Shérif Graham, avec Regina à son bord. Après une longue course poursuite où Kurt et Graham parviennent à éviter de justesse un véhicule, ce dernier s'engage dans une raccourci et parvient à stopper la voiture des étrangers, juste à la limite de la ville. Dépité, Kurt ne peut que ordonner à son fils de courir très loin dans les bois puis d'appeler son oncle. L'enfant refuse, mais est incité par son père à fuir, le shérif se rapprochant dangereusement d'eux. Owen descend enfin et court jusqu'au panneau de sortie de Storybrooke mais Regina l'interpelle. Elle s'approche de lui et lui demande à rester avec elle et lui rappelle que lui aussi voulait rester, mais l'enfant refuse lui affirmant qu'il ne voulait pas rester de cette façon. Elle s'excuse car elle voulait juste qu'ils soient heureux, puis le laisse partir, son père étant arrêté et mis dans le véhicule de Shérif.

 

–[Puits magique – De nos jours]–

Henry essaie de craquer une allumette quand il est interrompu par sa mère, Regina, qu'il lui demande ce qu'il veut faire. Il entre en colère contre la présence de magie qui gâche tout, mais Regina lui déconseille de mettre le feu, estimant que cela le tuera. Ne l'écoutant pas, Henry se prépare à brûler la mèche mais la dynamite disparaît par magie grâce à Regina. Refusant de le perdre, Regina s'approche de lui et lui affirme son amour à quoi le garçon lui demande de ne pas jeter le sort et d'épargner Mary Margaret. Persuadée qu'elle doit payée pour ce qu'elle lui a fait, elle essaie de le convaincre de l'efficacité du sort mais il réplique en lui disant que l'amour généré par le sort ne sera pas réel, qu'il ne l'aimera pas vraiment. Elle affirme qu'ils pourraient avoir tous ce qu'ils désirent mais il lui réponds qu'il ne veut faire ça de cette façon.

Au même moment, David, Neal et Emma arrivent et cette dernière lui ordonne de s'éloigner de son fils mais Regina répète qu'il s'agit de son fils à elle et qu'une fois le sort lancé, Emma ne le reverra plus jamais. Défiée par Emma lui disant qu'elle devra les tuer pour pouvoir atteindre sa mère, Regina fait apparaître une boule de feu dans sa main, David dégainant son arme et au même moment Henry s'interpose entre eux, rendant son père agité. Henry leur demande de l'aider à détruire la source du problème, la magie mais Regina affirme qu'on ne peut pas détruire la magie, Emma est d'accord, le problème ne vient pas de la magie mais de Regina et lui tends sa main pour qu'il vienne avec eux. Henry lui dit alors que sa mère n'est pas juste Regina mais tout le monde, la magie fait de terribles choses à de bonnes personnes. Henry supplie sa mère, Regina de détruire toute forme de magie, mais ne pouvant le faire, Regina se résout alors à détruire le parchemin contenant la formule du sort du cœur vide en le brûlant. Le garçon la remercie mais retourne auprès d'Emma et lui fait une accolade tout en regardant sa mère, puis ils quittent les lieux.

 

–[Limite de Storybrooke – De nos jours]–

Quelques heures plus tard, le petit Owen revient avec deux policiers sur les lieux où a été arrêté son père. Il ne parvient pas à retrouver la pancarte de la ville de Storybrooke mais les policiers infirment sa version, estimant qu'une ville de ce nom n'existe pas. Brandissant l'objet fétiche donné par son père, il promet de le retrouver un jour mais face à lui se trouve Regina. Séparée de lui par une barrière magique invisible, Regina est troublée par la peine du petit garçon qui est ramené par les policiers. Le maire laisse alors couler une larme sur son visage en regardant Owen partir.

 

–[Appartement des Charming – De nos jours]–

M. Gold raccroche le téléphone après une discussion avec David et dit à la jeune femme qu'Henry a réussi à convaincre Regina de ne pas utiliser le sort et qu'elle n'a plus besoin de ses services. Avant qu'il ne parte, la jeune femme demande à l'antiquaire comment il fait pour vivre avec lui-même, sachant les crimes qu'il a commis dans le passé. Il lui répond alors que si elle se met en tête que ce qu'elle a fait est ce qu'elle devait faire, si elle continue à se le dire tous les jours, alors peut-être qu'un jour elle y croira.

Entendant quelqu'un frapper à sa porte, Regina descend au rez-de-chaussée mais découvre avec stupeur la présence de Mary Margaret sur son palier. Ne voulant plus ressentir la culpabilité d'avoir tué Cora, la jeune femme lui demande de la tuer. Cependant, Regina refuse, estimant d'abord que Henry ne lui pardonnerai jamais mais dévoile que son problème a été de ne jamais avoir appris de ses erreurs puis arrache le cœur de Mary Margaret. Criant de douleur, la jeune femme découvre avec effroi, tout comme Regina se délecte de sa découverte, que son cœur rouge flamboyant contient en son centre de la noirceur. Refusant d'admettre que son cœur s'est assombri avec le meurtre de Cora, Mary Margaret ne peut qu'écouter avec douleur les paroles de Regina. Cette dernière déclare que son cœur s'assombrira chaque jour avant d'être aussi noir que les ténèbres et estime connaître ce sentiment-là. C'est alors que la jeune femme la supplie une nouvelle fois de détruire sa vie mais Regina refuse de lui épargner toute la souffrance qu'elle vit. Elle rajoute qu'elle n'a plus besoin de tuer Mary Margaret, puisqu'elle le fait déjà seule puis se désole avec ironie de savoir que la jeune femme emmènera sa famille aussi bas que terre avec sa douleur. Regina laisse couler quelques larmes de soulagement puis explique que Henry lui reviendra enfin un jour et replace le cœur de Mary Margaret dans sa poitrine en la remerciant. Elle ordonne ensuite à sa belle-fille de quitter les lieux avant de refermer la porte.

Au loin, Greg enregistre la scène avec son téléphone portable avant de retourner dans sa voiture. Avant de démarrer, il caresse un scoubidou accroché à ses clés de voiture et nous comprenons qu'il s'agit d'Owen, venu retrouver son père.

Dans une forêt – Passé

Un homme et un jeune garçon font du camping dans une forêt dont le lieu est inconnu. Leur voiture est présente ainsi qu’une tente. Ils sont au coin du feu.

Homme : (Pendant que son fils fait un scoubidou.) Voilà, c’est bon, serre un peu plus. Maintenant tu tires sur les mains de toutes tes forces. (Ce qu’il fait.) Ouais, t’as vu ça hein ? Ça va, ce n’est pas trop mal pour le premier que tu fais.

Garçon : Vert et rouge comme les sabres lasers de Luke et Dark Vador.

Homme : Ouais, tiens j’en ai un autre pour ta collection. (Il lui montre un autre scoubidou.) Ton grand-père m’a fait aussi montré comment les faire quand j’avais ton âge.

Garçon : Il est chouette, tu veux vraiment me le donner, il est à moi maintenant ? (Son père le lui donne.) Ben dis donc, tu n’as pas l’air d’être si doué que ça à mon âge non ? (Il ricane tandis que son fils se met à rigoler.)

Homme : Tu es un gros malin. (Regardant sa montre.) Ah, c’est l’heure de faire à manger.

Ils s’aperçoivent qu’il y a du vent qui se lève et que la radio ne marche plus très bien. L’homme essaie de changer les fréquences pour continuer à la recevoir.

Garçon : Qu’est-ce qu’il se passe ?

Homme : Ça doit être un orage magnétique qui nous tombe dessus. (Un orage semble avoir lieu alors que le vent est de plus en plus fort.) Vite, éteins le feu. (Ils commencent à éteindre le feu de camp.) Va dans la tente. (Le garçon prend son sac et va dans la tente et il le rejoint.)

Garçon : Papa ! (Il regarde de l’autre côté de la tente et voit un gros nuage verdâtre qui couvre toute la zone.) Cool, t’as vu ça.

Homme : Ne reste pas là. (Alors que le gros nuage passe au-dessus de leur tente.) Ça ne va pas durer, ne t’inquiète pas. (Il serre son fils dans ses bras.)

 

Au petit matin, ils sortent de leur tente et voient l’étendue des dégâts avec des branches partout sur le sol.

Owen : Waouh. T’as vu, t’as vu un peu les dégâts.

Homme : Ce n’était pas un petit orage. (Ils se sont mis à marcher à travers la forêt, l’homme à une carte à la main.) La route devrait être derrière cette crête et de là, on fera du stop jusqu’à la ville voisine.

Owen : Papa.

Homme : On voulait aller camper au milieu de nulle part et bien on y est.

Owen : Papa.

Homme : Quoi ?

Owen : Regarde. (Ils voient qu’il y a une ville en face d’eux. L’homme regarde sa carte sans comprendre quelque chose.)

 

Storybrooke – Passé

Owen et son père sont en train de marcher dans les rues de Storybrooke, ne sachant pas quoi chercher.

Homme : Mais c’est impossible. On est passé exactement par là hier. Il n’y avait rien. On dirait que du jour au lendemain, la ville a été posée comme ça, juste là où on était passé. (La voiture du sheriff passe à côté d’eux puis s’arrête. Pendant ce temps, ils regardent l’horloge bloquée à 8 heures 15. Le sheriff sort et c’est Graham.)

Graham : Je peux vous aider, peut-être. Vous avez l’air perdu tous les deux.

Homme : Qui êtes-vous ? On est dans quelle ville ?

Graham : (S’approchant d’eux.) Je m’appelle Graham, je suis le sheriff. (Il lui serre la main.) Bienvenue à Storybrooke.

 

OUVERTURE

Une branche d’arbre tombe sur la voiture de l’homme.

 

Dans la chambre de Regina - Storybrooke – 1983

 

Regina se réveille dans son lit, elle se lève et touche ses cheveux. Elle se rend compte de quelque chose. Elle s’approche de la fenêtre où se trouve la ville.

Regina : Oh, j’ai réussi. (Elle sourit.) J’ai gagné. (Elle va vers sa garde-robe et prend une robe, se regardant dans le miroir de sa chambre. Elle semble contente.)

 

Dans les rues de Storybrooke – Passé

Regina marche dans les rues de Storybrooke. Gold passe à côté de Marco qui répare l’enseigne de son magasin.

Marco : Voilà, ça devrait tenir. (Il descend de son échelle.)

Ruby : (Pendant que Regina continue son chemin. Ruby est avec Granny pour sortir le panneau.) Oh, je n’arrive pas y croire, tu m’as encore donné le service du matin.

Granny : Ce n’est pas de ma faute si tu n’es pas rentrée de la nuit. Quand j’ai mis « brouillés » sur le menu, je parlais des œufs pas de ton teint. (Ruby entre dans le restaurant.)

Archie : (Promenant son chien et voyant Regina passer devant lui.) Bonjour madame le maire.

Regina : Bonjour Criq… docteur Hopper.

Archie : C’est une belle journée hein ?

Regina : Oui. (Elle rigole puis parle tout bas.) Oui, c’est vrai.

 

Dans une école – Storybrooke – Passé

Mary Margaret : (En étant dans sa classe avec un oiseau à la main.) Vous êtes en train de construire un nichoir. Alors, n’oubliez pas que c’est comme une maison et surtout pas une cage. Les oiseaux sont libres et ils font ce qu’ils veulent. On le fait pour eux pas pour nous. C’est loyal un oiseau. (Elle le fait s’envoler vers l’extérieur qui va vers son nichoir. Les enfants le regardent s’envoler.) Si vous les aimez et qu’ils vous aiment aussi, ils vous retrouveront toujours. (La cloche se met à sonner.) On reprendra après la pause, sortez sans courir. (Les enfants quittent la salle pour aller à l’extérieur alors que Regina arrive en même temps.)

Regina : (Passant entre les enfants.) Pardon.

Mary Margaret : (Voyant Regina arriver vers elle.) Oh, madame Mills, qu’est-ce que vous voulez ?

Regina : Rafraîchir ma mémoire. Depuis quand enseignez-vous ici ?

Mary Margaret : (Réfléchissant.) Oh, je ne sais plus, enfin depuis aussi longtemps que je m’en souvienne.

Regina : Venez avec moi.

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Passé

Regina a emmené Mary Margaret à l’hôpital pour voir quelqu’un.

Mary Margaret : Pourquoi on est venu à l’hôpital ?

Regina : Dites-moi, vous connaissez cet homme ? (Il y a un homme allongé dans un lit et dans le coma. C’est David.

Mary Margaret : (Après l’avoir regardé, elle réfléchit.) Non, pourquoi, qui est-ce ?

Regina : On ignore son identité. Il est dans un coma profond et personne n’a demandé après lui.

Mary Margaret : Mais peut-être qu’un jour il se réveillera ou peut-être que quelqu’un qui l’aime le retrouvera.

Regina : C’est ce qu’on peut lui souhaiter de mieux. Mais je n’y compterai pas trop.

 

Chez Granny – Storybrooke – Passé

Pendant que quelqu’un lit un journal, Granny donne à Regina une assiette de pancakes.

Graham : Madame le maire.

Regina : (Le voyant.) Votre uniforme vous donne beaucoup d’allure, sheriff. Il est si bien ajusté. (L’homme et Owen entrent dans le restaurant.)

Graham : (À voix basse.) Tu veux que je passe plus tard.

Owen : (Pendant que Regina est surprise de le voir.) Hey, toi aussi tu aimes les pancakes à la pomme ?

Regina : Qui es-tu ? (En haussant la voix.) À qui est cet enfant ? (Regardant vers Marco.) C’est le votre ?

Marco : (Surpris.) Le mien ? Non, je n’ai jamais eu cette chance. (L’homme s’approche du comptoir.)

Kurt : Non, c’est mon fils. Veuillez l’excuser, il ne s’embarrasse pas trop des bonnes manières. Je m’appelle Kurt Flynn. (Il tend la main vers Regina qui la prend.) Excusez-nous d’interrompre votre petit-déjeuner mais nous aimerions trouver une chambre d’hôtel pour la nuit.

Regina : À quoi va vous servir une chambre d’hôtel ?

Kurt : À ce à quoi une chambre d’hôtel est censée servir. On a besoin d’un endroit pour dormir.

Regina : Ah, vous voulez bien m’excusez un petit instant. (Elle s’en va en appelant le sheriff.) Graham. (Ils s’éloignent au fond du restaurant.)

Granny : J’ai une chambre pour vous si vous voulez.

Regina : Tu sais qui sont ces personnes ?

Graham : Euh, non j’en sais rien. Ils ont débarqué comme ça. Ils campaient du côté du pont à péages. Franchement, j’ai été aussi surpris que toi de les voir ici.

Regina : Je n’aime pas les surprises, elles sont synonymes de danger. Et tu sais ce qui se passe quand je me sens en danger, des choses terribles. (Elle retourne voir l’homme.)

 

Dans le caveau de Regina – Storybrooke – Présent

Regina touche la plaque qui se trouve sur le cercueil de Cora. Elle le touche aussi et met une rose sur celui-ci. Elle pleure. Gold va la rejoindre.

Gold : Le noir te va décidément très bien.

Regina : Je suis en train de pleurer ma mère alors si tu es venu pour te venger…

Gold : Je suis venu pour lui rendre mes derniers hommages. (Il met une rose sur celle de Regina.) Nous avions des différends mais quoi qu’il en soit, Cora aura toujours une place dans mon cœur.

Regina : Tu l’avais tué pour sauver ta propre vie.

Gold : Dans les moments désespérés, on prend des décisions désespérées.

Regina : Comme faire en sorte que Mary Margaret me pousse à tuer moi-même ma mère. Toi, tu as toujours ta dague pour te protéger mais elle n’a pas cette chance. Elle va devoir mourir pour ce qu’elle a fait.

Gold : Oh, s’il te plaît, nous savons tous les deux que la tuer te coûtera forcément ce que tu chéries le plus. (Il s’approche de Regina.) Henry. Pourquoi tu continues à t’obstiner dans cette idée de vengeance. Ce n’est pas ce qui te rendra heureuse.

Regina : Si, au contraire.

Gold : La malédiction était déjà une vengeance. Qu’est-ce que tu as gagné ? Un trou béant dans ton cœur.

Regina : (Se tournant vers Gold.) C’était ta malédiction.

Gold : Que tu as utilisé. Tu ne retiens pas la leçon on dirait.

Regina : (Elle le regarde à nouveau.) Quelle leçon ?

Gold : Celle que ta mère avait retenue il y a très longtemps. Tu ne peux pas tout avoir. Elle voulait le pouvoir. Pour l’avoir, elle s’est arrachée le cœur. Toi, tu veux la vengeance, Henry sera le prix à payer. Il est encore temps d’arrêter les frais.

Regina : (Obstinée.) Non, jamais. Je vais récupérer mon fils et je vais obtenir ma vengeance. Je vais trouver un moyen d’avoir tout ce que je désire. (Elle a le regard déterminé alors que Gold est parti.)

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Storybrooke

David s’approche de la cuisine où se trouvent Henry et Emma qui sont en train de déjeuner. Mary Margaret est au lit.

Emma : Alors.

David : Elle ne veut rien manger.

Henry : (Regardant vers le lit.) Qu’est-ce qu’elle a ?

Emma : (Tentant de trouver une excuse.) Ce n’est rien, elle est un petit peu malade.

Henry : (Les regardant.) Vous êtes en train de me mentir, je le sais.

Emma : Personne ne te ment.

Henry : Si toi, comme tu as fait pour mon père.

Emma : (Touchant le dos d’Henry qui recule.) Chéri. (Elle regarde vers David.) Il a raison, arrêtons de mentir.

David : Emma.

Emma : Il faut qu’il sache. (Elle explique la situation à Henry.) Bon, alors voilà, c’est lié à la mort de Cora. Mary Margaret est partiellement responsable de ce qui s’est passé. C’est pour ça qu’elle est bouleversée.

Henry : Non, ce n’est pas vrai, elle est… (Quelqu’un frappe à la porte.)

Emma : C’était pour nous protéger.

Henry : (Pendant que David va voir qui c’est.) Mais, mais c’est Blanche-Neige, elle ne ferait de mal à personne. (Henry regarde vers le lit de Mary Margaret alors que David ouvre la porte et c’est Gold.)

David : (Furieux.) Va-t-en tout de suite.

Gold : Tu ferais mieux d’écouter ce que j’ai à dire. (En regardant vers Mary Margaret.) Pour son bien.

Emma : De quoi vous parlez ?

Gold : Regina. Elle est bien décidée à contre-attaquer en visant votre mère. (Emma soutient Henry.)

Henry : Mais qu’est-ce qu’elle veut lui faire ?

Gold : Ça, elle ne l’a pas dit.

David : Non, non, c’est trop facile de lâcher une bombe comme ça. Tu vas trouvé ce qu’elle veut faire, tu es avec nous sur ce coup-là.

Gold : Et pourquoi je vous aiderai ?

David : Parce qu’en plus d’être de la famille maintenant, Mary Margaret t’a sauvé la vie. (Gold regarde à nouveau vers Mary Margaret.) Tu as une dette envers elle. Ouais et je crois que tu payes toujours tes dettes. Tu vas nous aider à contrôler Regina.

 

Chez Granny – Storybrooke – 1983 - Passé

Regina entre dans le restaurant où se trouvent Kurt et Owen au comptoir en train de manger.

Granny : (Donnant la note.) Voilà.

Kurt : Merci, c’était très bon.

Owen : Merci.

Regina : (Se raclant la gorge, elle regarde vers Owen.) Tu es à ma place.

Kurt : Désolé, madame…

Regina : Mills.

Kurt : Mills.

Regina : Madame le maire. Je m’assieds toujours là.

Owen : Mais moi je suis déjà assis. (Kurt se met à sourire et il s’essuie la bouche. Regina n’a pas le choix que de se mettre à côté d’Owen.)

Regina : Je viens de parler avec le mécanicien. Il m’a assuré que votre voiture serait réparée d’ici la fin de la semaine.

Kurt : Vraiment ? Il disait qu’il fallait au minimum attendre deux semaines, rien que pour les pièces. (Il prend de l’argent dans son portefeuille et le met sur le comptoir.)

Regina : Les choses se font plus vite quand le maire a décidé de s’en mêler. Je ne voudrais pas retarder plus longtemps votre retour.

Kurt : Oh, dans le New Jersey. (Il lève le pouce.) Comme le boss, Bruce Springsteen. Ça ne fait rien, merci votre mairejesté, madame, comme vous voulez. Nous apprécions le geste. (Il parle à son fils.) Allons-y. (Ils sont prêts à sortir lorsqu’Owen s’arrête et sort le scoubidou. Il retourne vers Regina et le lui donne.)

Regina : Qu’est-ce que c’est ?

Owen : C’est un cadeau pour m’avoir laissé m’assoir à ta place.

Regina : Pour moi ? (Elle le prend et Owen se met à sourire et s’en va. Elle regarde le scoubidou attentivement.)

 

Dans la chambre de Regina – Storybrooke – Passé

Regina se réveille à nouveau dans son lit mais elle est cette fois-ci avec Graham. Elle retourne devant la fenêtre et se met à sourire.

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Passé

L’inconnu est toujours allongé dans son lit d’hôpital alors que Mary Margaret dépose un petit bouquet de fleurs. Regina est derrière elle et sourit.

 

Dans les rues de Storybrooke – Passé

Elle marche encore dans la rue pour se rendre à son bureau. Gold passe devant l’échelle où se trouve Marco qui répare son enseigne.

Marco : (Serrant une vis.) Cette fois, j’espère bien que tu resteras accrochée. (Il descend avec sa boîte-outils.)

Ruby : (S’énervant.) C’est la dernière fois que je suis de service le matin. (Granny lève les mains et retourne dans le restaurant.)

Archie : (Promenant son chien.) Bonjour, madame le maire. Belle journée, hein ? (Regina se met à sourire et elle ne voit pas que devant elle se trouve Mary Margaret. Elles se percutent.)

Mary Margaret : Oh, madame le maire, je suis désolée.

Regina : J’espère bien.

Mary Margaret : Ah oui.

Regina : Vous devriez regarder là où vous allez. (Mary Margaret acquiesce et s’en va. Elle sourit.)

 

Dans la chambre de Regina – Storybrooke – Passé

Elle se réveille encore dans son lit et Graham se trouve encore à ses côtés.

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Passé

Mary Margaret dépose encore une fleur sur la table de chevet de l’inconnu qui se trouve dans le coma. Regina la regarde.

 

Dans les rues de Storybrooke – Passé

Regina continue de marcher pour rejoindre son bureau. Gold regarde vers Marco et passe à côté de lui. Pendant ce temps, Marco tape avec son marteau sur une vis pour remettre l’enseigne. Regina avance dans la rue, passant devant Granny et Ruby qui ont mis le panneau du restaurant. Elles y retournent.

Archie : (Promenant son chien.) Belle journée, hein ?

Regina : C’est ça oui.

Mary Margaret : (Bousculant Regina.) Oh, madame le maire, je suis désolée.

Regina : C’est moi qui vous suis rentrée dedans, pourquoi vous vous excusez ?

Mary Margaret : Oui mais non, j’aurais dû regarder où j’allais.

Regina : Vous n’essayez même pas de vous défendre ?

Mary Margaret : Me défendre ? Pourquoi je ferais ça ? (Elle s’en va.)

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke – Passé

Regina entre dans la boutique et rejoint Gold qui est au comptoir.

Regina : Je ne suis pas heureuse.

Gold : Le cabinet du docteur Hopper est à l’autre bout de la rue.

Regina : Oh non, ce n’est pas avec lui que je veux parler, c’est avec vous.

Gold : Si vous voulez madame le maire. (Prenant la théière.) De quoi voulez-vous parler ?

Regina : Cette ville, je veux qu’elle soit comme dans le marché qu’on a conclu.

Gold : Je regrette, je ne comprends pas.

Regina : (Comprenant qu’il y a quelque chose qui ne va pas.) Vous êtes sincère on dirait. (Il essuie le couvercle du pot. Elle tourne le dos à Gold.) Je devais être heureuse ici. (Se retournant.)

Gold : (Rangeant la théière.) Pardonnez-moi madame mais, vous êtes le maire. Vous êtes la femme la plus puissante de cette ville. Pourquoi êtes-vous aussi malheureuse ?

Regina : Tous les gens font exactement tout ce que je demande.

Gold : Arrêtez, où est le problème ? (Il prend sa canne et se met à marcher.)

Regina : Ils font les choses parce qu’ils sont obligés de le faire, pas parce qu’ils le veulent. Rien n’est réel.

Gold : Mais qu’est-ce que vous voulez en fait ?

Regina : Quelque chose que vous ne pouvez pas me donner. (Elle sort avec une brindille à la main.)

 

Dans les rues de Storybrooke – Dans une cabine téléphonique - Passé

Regina : (Au téléphone.) Allô, Kurt ? C’est madame Mills, ah, vous êtes encore là. J’aimerais revoir Owen avant que vous ne quittiez la ville. Ça vous direz de dîner chez moi ce soir ? (Elle sourit en entendant la réponse.) À tout à l’heure. (Elle raccroche et s’en va, toute fière d’avoir des personnes à dîner.)

 

Dans le caveau de Regina – Storybrooke – Présent

Regina cherche quelque chose dans une malle puis la referme. Elle regarde dans une autre.

Regina : (Abattue.) Où est-ce qu’il est ? (Elle trouve un médaillon et l’ouvre, il y a une photo de sa mère qu’elle touche. Elle se met à pleurer puis se met en colère en arrachant une robe. Elle voit un petit rouleau de papier, le déroule et voit que c’est une incantation.) Merci maman.

Plus tard, David et Gold sont entrés dans le caveau de Regina et David se sert d’une lampe pour s’éclairer. Ils semblent à la recherche de quelque chose.

Gold : Je crois qu’on vient de manquer notre reine bien-aimée.

David : Où ça sort tout ça ?

Gold : (Pendant qu’il touche la robe au sol avec sa canne et David regarde dans une malle.) Ce sont les affaires de Cora. On dirait que Regina compte utiliser un des sortilèges de sa mère sur Mary Margaret. (Il voit des fioles dans une boîte et la prend pour la faire montrer à David qui fouille dans la malle. Gold voit deux cases vides.) Elle a pris deux fioles. Le sang de chimère et l’œil de vipère.

David : Quel sortilège on fabrique avec ces deux ingrédients ?

Gold : Le sortilège du cœur vide.

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Storybrooke

Emma : (Pendant que Mary Margaret dort toujours.) Et ce sortilège a quel effet ?

Gold : En théorie, vous devenez aimer par la personne qui le reçoit.

Emma : Mais les lois de la magie n’interdisent pas ça ? On ne peut pas ramener quelqu’un à la vie, on ne peut pas forcer quelqu’un à vous aimer.

Gold : Oui, mais ce sortilège particulier fait que la personne croit qu’elle vous aime. Et si vous êtes aussi désespérément en manque d’amour que Regina semble être, vous ne faites plus la différence.

Henry : (Descendant les escaliers.) Elle va l’utiliser sur moi, c’est ça ?

David : (Le rejoignant.) Ne t’inquiète pas, pourquoi tu ne remontes pas ? Laisse-nous nous occuper de ça. (Henry le bouscule.)

Henry : Non. (Il rejoint Emma.) Emma, tu as dit que tu serais honnête avec moi alors pourquoi Regina veut utiliser ce sortilège ?

Gold : Parce qu’il n’y a que comme ça qu’elle aura tout ce qu’elle veut. (Montrant vers Henry.) Qu’elle t’aura toi.

Henry : Si c’est moi qu’elle veut, qu’est-ce qu’elle a contre elle ?

Gold : Ta mère est quelqu’un de compliqué et de têtu, elle veut que tu l’aimes bien sûr mais elle veut aussi se venger (se tournant vers Mary Margaret) et de Mary Margaret.

David : Et elle aura les deux avec le sortilège ?

Gold : Le dernier ingrédient qui lui faut pour jeter ce sort, c’est le cœur de la personne qu’elle hait le plus au monde.

Emma : Vous devez l’en empêcher.

Gold : Non, je ne suis tenu à rien et je ne ferais rien. (Emma n’en croit pas ses oreilles.) Je m’arrête ici. Je pense qu’en avertissant, j’ai payé ma dette.

David : Tu es loin du compte et c’est de la vie de ma femme dont on est en train de parler.

Emma : Il s’agit aussi de votre petit-fils.

Gold : C’est comme ça, toute guerre a un coût.

Emma : Quelle classe.

Gold : C’est une vendetta ma chère. Une vendetta qui dure depuis très très longtemps à présent et la seule façon d’y mettre fin, c’est de verser encore plus de sang. (David se touche le visage.) C’est la seule solution pour régler le problème que Regina vous pose.

David : En clair, on va la tuer.

Emma : On ne peut pas faire autrement ?

Gold : J’ai bien peur que non.

Henry : (Se mettant au milieu d’eux.) Stop, vous vous rendez compte de ce que vous dites. Vous parlez de tuer ma mère. C’était vous les gentils héros, qu’est-ce qui vous arrive ? (David ne sait pas quoi dire pendant qu’Henry est prêt à partir.)

Emma : Henry. (Elle le rejoint en prenant son manteau, elle se retourne vers eux.) Peu importe comment cette affaire finira, on doit le tenir éloigné autant que possible. (Elle ferme la porte derrière elle.)

Gold : Elle a raison. Cora était dangereuse parce qu’elle n’avait pas de cœur. Regina est encore plus dangereuse parce qu’elle en a un.

 

Dans la maison de Regina – Dans la salle à manger – Storybrooke – Passé

Kurt : (En mangeant.) Ces lasagnes sont délicieuses, hein Owen ?

Owen : Moi je ne trouve pas.

Kurt : Owen.

Regina : Ce n’est rien. Je sais que je ne suis pas une grande cuisinière sauf quand il s’agit de pommes. (Elle sourit et se tourne vers Owen.) En parlant de ça tiens, ça te dirait de m’aider à préparer des chaussons pour le dessert ? Il y a des pommes qui attendent dans l’évier de la cuisine. Va donc choisir les plus jolies. (Owen s’en va dans la cuisine. Elle s’essuie la bouche et Kurt se met à rire.)

Kurt : Owen est un garçon vraiment direct pour l’affronter, il tient de ça de sa maman.

Regina : Elle est restée dans le New Jersey avec le boss ?

Kurt : Ah, le boss. Non, elle, elle est morte il y a six mois de ça.

Regina : Je suis désolée.

Kurt : C’est d’ailleurs pour ça que j’ai amené Owen ici. Je pensais que camper dans la nature, changer de décor, ça l’aiderait peut-être à, à passer un peu à autre chose mais…

Regina : C’était aussi pour changer les choses que j’étais venue ici et ça n’a pas tout à fait eu l’effet que j’escomptais.

Kurt : Pourquoi ?

Regina : À quoi ça sert d’avoir une nouvelle vie si on la partage avec personne ?

Owen : (Depuis la cuisine.) Hey, je croyais qu’on devait faire le dessert. (Ils se mettent à sourire en l’entendant et Regina se lève pour aller le rejoindre. Dans la cuisine, elle met la plaque avec les chaussons dessus dans le four.)

Regina : (En enlevant le fil de son tablier.) Voilà.

Owen : J’ai une question : comment ça se fait que tu n’aies pas d’enfant ?

Regina : Disons que je n’ai pas vraiment eu l’occasion. (Elle enlève son tablier et le pose sur son plan de travail.)

Owen : C’est dommage, tu aurais été une chouette maman.

Regina : C’est très gentil, merci.

Owen : Alors, c’est bientôt cuit ? (Ils se mettent à rire.)

Regina : Patience. (Mettant ses bras sur la table.) Ce ne sera pas long. Alors, comment tu trouves Storybrooke jusque là ?

Owen : C’est bien mieux que le New Jersey.

Regina : Tu n’as pas envie d’être chez toi ? Tes amis ne te manquent pas ?

Owen : Non, j’aime pas, c’est nul et maintenant à l’école les autres sont tous bizarres avec moi.

Regina : Tu penses que c’est parce que tu as perdu ta mère.

Owen : (Hochant la tête en guise d’acquiescement.) Personne comprend. C’est comme…

Regina :…si un morceau de ton cœur avait disparu. (Elle met sa main sur les bras d’Owen alors que Kurt arrive.)

Kurt : Où en est le dessert ?

Regina : Il est dans le four. On était en train de discuter et je sais que ça va vous paraître un peu étrange mais…

Kurt : Hmm.

Regina : Tous les deux, qu’est-ce que vous penseriez de rester dans le coin encore quelques temps ?

Kurt : Euh, rester dans le coin ? Ça veut dire ?

Regina : Vivre ici, je peux vous faire employer par la ville et l’école sera très bien pour Owen.

Owen : S’il te plaît on peut rester.

Regina : (Pendant que Kurt se met à sourire.) Vous pourriez tout recommencer à zéro.

Kurt : (Ne sachant pas quoi dire alors que Regina sourit.) Euh, ouais, comment dire, écoutez vraiment j’apprécie tout ce que vous avez fait pour nous mais notre vie est dans le New Jersey. Elle n’est pas ici.

Regina : (Prenant un air grave.) Bien entendu. (Elle regarde vers Owen qui baisse la tête.)

 

Chez Granny – Storybrooke – Présent

Henry entre chez Granny avec Emma.

Henry : Pourquoi tu m’as amené là ? Je ne veux pas discuter avec toi.

Emma : Tu n’auras pas à le faire, t’inquiète. (Henry se trouve près de la banquette où se trouve Neal.)

Neal : Salut Henry, vas-y assieds-toi.

Emma : Je vais chercher un café.

Neal : Ouais. (Henry s’assoit en face de lui.)

Ruby : (Amenant une coupe de glace.) Et voilà. Un grand Sunday avec double dose de tout. (Elle s’en va avec son plateau.)

Neal : Merci Ruby. (Il avance la coupe vers Henry.)

Henry : Double dose de tout.

Neal : Quoi ?

Henry : Tu crois que je ne vois pas que tu essayes de me soudoyer. (Il la met sur le côté.)

Neal : Pfff, c’est si évident que ça ?

Henry : Alors, qu’est-ce que tu veux ?

Neal : Et bien, ta maman m’a expliqué tout ce qui se passait et on a trouvé que Storybrooke n’était pas un endroit très sûr pour toi en ce moment. Alors je me suis dit et si on retournait à New York.

Henry : À New York ?

Neal : Ouais, Regina ne pourra pas utiliser son sortilège si t’es à New York. Il n’y a pas de magie là-bas.

Henry : Il faudrait plutôt se débarrasser de la magie qu’il y a ici. Ma mère ne pourrait pas lancer son sortilège, ma famille ne voudrait pas la tuer et ça règlerait tous nos soucis.

Neal : Ouais, tu sais quoi, tu as raison. Mais en attendant, tu peux venir avec moi. (Henry hoche la tête.)

Emma : (Ruby lui sert une tasse.) Merci Ruby.

Greg Mendell : (Donnant une assiette.) Pardon, excusez-moi, vous voulez bien emballer ce sandwich que je l’emporte, je vais peut-être faire une randonnée.

Emma : Ah bon, une randonnée ?

Greg Mendell : Ouais, le docteur Whale m’a conseillé de faire un peu d’exercice comme la marche, en plus de ça, je suis un passionné, j’adore photographier la nature.

Emma : Je pensais que vous seriez rentré tout de suite en Pennsylvanie.

Greg Mendell : (Ruby met un petit sachet contenant son sandwich sur le comptoir.) Ah oui mais cette ville commence à me plaire. (Donnant de l’argent.) Tenez, merci beaucoup. (Il prend son sachet s’apprête à quitter le restaurant. Il se tourne vers Emma) Au revoir. (Il s’en va. Emma et Ruby se regardent et la première va rejoindre Neal.)

Emma : (À Neal.) Ça s’est bien passé ?

Neal : Très bien, il a dit oui. (Il remet son écharpe.)

Emma : C’est vrai ?

Neal : Ouais, il est aux toilettes, dès qu’il sort, on rentre prendre nos affaires. (Emma regarde vers l’arrière du restaurant.) Pas mal pour mon troisième jour en tant que père si je peux me permettre.

Emma : (Pointant le doigt vers la banquette.) Il est où son sac à dos ?

Neal : Oh ben, il a sûrement pris avec lui.

Emma : Et ça t’a paru normal ? Aller aux toilettes avec son sac ? Hey, c’est ton fils.

Neal : Il s’est tiré.

Ils s’en vont du restaurant.

 

Dans la forêt – Storybrooke

Henry est en train de courir dans la forêt.

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Storybrooke

Regina monte les escaliers pour se rendre à l’appartement de Mary Margaret. Elle utilise son pouvoir pour enlever la protection qu’il y a sur la porte puis l’ouvre. Elle voit Mary Margaret sur le lit et elle serre le poing. Elle s’avance mais elle est stoppée par Gold.

Gold : Tu auras essayé très chère. Mais tu croyais que ce serait vraiment aussi facile.

Regina : (Elle regarde vers Mary Margaret.) Il ne sera pas toujours là à jouer les chiens de garde. (Elle regarde encore Mary Margaret puis Gold et décide de s’en aller.)

 

Dans un garage – Storybrooke – 1983 – Passé

Regina entre dans le garage.

Garagiste : (Hors cadre.) Alors, que puis-je pour vous madame le maire ?

Regina : La voiture de Kurt Flynn.

Garagiste : Celle que vous vouliez que je répare très vite.

Regina : Exactement. Il y a un changement de programme. Je voudrais que monsieur Flynn et son fils restent encore quelque temps. Peut-être que pour finir de la réparer, un ou deux jours de plus vous arrangerez.

Garagiste : Ah c’est dommage, monsieur Flynn a déjà récupéré sa voiture.

Regina : (Surprise.) Quoi ? Quand ?

Garagiste : Il y a peine dix minutes. (Elle s’en va.)

 

Dans le bureau de Regina – Storybrooke – Passé

Regina est dans son bureau et sort un coffre d’un tiroir. Elle l’ouvre et prend le cœur de Graham et se met à parler.

Regina : Graham, nos visiteurs sont en train de quitter Storybrooke. Retrouve-les avant qu’ils franchissent la ligne de la ville. Oblige-les à s’arrêter et embarque le père pour conduite en état d’ivresse, ensuite amène-moi le petit. (Kurt arrive derrière elle. Elle se retourne et le voit. Elle range précipitamment le cœur dans le coffre.) Kurt.

Kurt : Madame.

Regina : Ce n’est pas du tout ce que vous croyez.

Kurt : Je ne veux pas avoir de problème. Je passais seulement pour vous remerciez, c’est tout.

Regina : Non, attendez. Ce n’est qu’un malentendu idiot.

Kurt : Oh non, j’ai bien compris, nous partons tout de suite.

Regina : Je ne lui veux pas de mal, s’il vous plaît, restez avec nous. (Graham arrive derrière Kurt et lui met son bras gauche dans le dos.)

Graham : Tout doux mon vieux, vous n’irez nulle part.

Kurt : (Dont le corps se trouve sur le bureau.) Qu’est-ce que vous faites ?

Graham : Je vous arrête pour conduite en état d’ivresse.

Kurt : En état d’ivresse ? Je ne suis pas saoul et je ne suis sûrement pas en train de conduire.

Graham : N’aggravez pas votre cas. (Graham tente lui mettre le bras gauche dans le dos mais n’y arrive pas.)

Kurt : (À Regina.) Qu’est-ce que vous lui avez fait ? (À Graham.) Elle vous contrôle. Je ne sais pas comment mais elle parlait dans ce truc, ce truc lumineux en forme de cœur. N’écoutez pas ce qu’elle dit.

Graham : (Ne le croyant pas.) À part ça, vous n’êtes pas ivre. (Kurt tente de se dégager et fait tomber par mégarde le coffret avec le cœur. Graham ressent une douleur au niveau du cœur et tombe. Kurt parvient à s’enfuir.) Qu’est-ce que j’ai ?

 

Dans les rues de Storybrooke – Passé

Kurt parvient à monter dans son véhicule où se trouve son fils qui s’inquiète.

Owen : Papa, qu’est-ce qu’il y a ?

Kurt : On s’en va, on se tire d’ici. (Il se met à rouler.)

 

Dans la forêt – Storybrooke – Présent

Henry continue de courir dans la forêt et tombe sur Greg, prêt à le bousculer.

Greg Mendell : Hey, ça va ? Ça va petit ?

Henry : Ouais.

Greg Mendell : Qu’est-ce que tu fais dans la forêt ?

Henry : (Lui mentant.) Je suis scout, je suis en train de passer une épreuve. Et vous, qu’est-ce que vous faites ici ?

Greg Mendell : De la marche et je prends en photo les merveilles qu’il y a dans cette forêt.

Henry : (Montrant une direction.) Ah, le sentier de randonnée est par là.

Greg Mendell : Ah d’accord, merci. (Il prend le sac d’Henry et le prend en photo discrètement et il lui redonne en lisant l’étiquette.) Ah, tu t’appelles Henry ? Alors, bonne chance pour ton épreuve. (Il s’en va alors qu’Henry continue sa route.

 

Dans la mine – Storybrooke

Emma et David tentent de trouver Henry dans la mine avec l’aide de Ruby. Neal est à leurs côtés.

David : Henry.

Emma : Henry.

Ruby : Par ici. (Elle renifle.) Il est venu là.

Neal : Pourquoi un gamin de onze ans irait se cacher dans une mine ?

Emma : Il a déjà fait le coup.

David : Je crois savoir ce qu’il est venu chercher. (Il voit une boîte rouge au sol.) C’est la dynamite que les nains utilisent pour creuser.

Emma : À quoi elle pourrait bien lui servir ? (La boîte où se trouve la dynamite est presque vide.)

Neal : À détruire la magie.

Emma : Comment ça ?

Neal : Chez Granny, il m’a dit qu’il fallait se débarrasser de la magie.

Ruby : Donc, il veut la, la faire exploser ?

Neal : Et où est-ce qu’il va faire ça ?

 

Dans la forêt – Storybrooke

Henry arrive au puits et il prend dans son sac un paquet de dynamites. Il le pose sur le rebord du puits. Pendant ce temps, Greg, toujours dans la forêt, appelle Regina.

Regina : (Au téléphone.) Allô ?

Greg Mendell : Allô, vous êtes la mère d’Henry ?

 

Dans la voiture de Regina – Storybrooke

Regina : Vous qui êtes-vous ?

Greg Mendell : Je suis…

 

Dans la forêt – Storybrooke

Greg Mendell :…Greg Mendell.

 

Dans la voiture de Regina – Storybrooke

Regina : Qui ?

Greg Mendell : (Au téléphone.) Vous savez…

 

Dans la forêt – Storybrooke

Greg Mendell : (Il s’est rendu près de sa voiture.)...le gars qui a eu un accident à l’entrée de la ville.

 

Dans la voiture de Regina – Storybrooke

Greg Mendell : (Au téléphone.) Écoutez, je fais une randonnée et forêt et je suis…

 

Dans la forêt – Storybrooke

Greg Mendell :…sur le sentier du Pain-Blanc, je viens de le croiser, ce qui m’a étonné, c’est qu’il était tout…

 

Dans la voiture de Regina – Storybrooke

Greg Mendell : (Au téléphone.)…seul.

Regina : Qu’est-ce qu’il vous a dit ? Qu’est-ce qu’il fait dans la forêt ?

Greg Mendell : Ah ça, je ne sais pas.

 

Dans la forêt – Storybrooke

Greg Mendell : Il est reparti tout de suite mais il avait l’air un peu bizarre.

 

Dans la voiture de Regina – Storybrooke

Greg Mendell : (Au téléphone.) Oh, j’ai pensé qu’il valait mieux…

 

Dans la forêt – Storybrooke

Greg Mendell :…vous avertir, voilà, c’est tout.

 

Dans la voiture de Regina – Storybrooke

Regina : J’arrive tout de suite. (Elle raccroche et se met en route.)

 

Dans les rues de Storybrooke – Passé

La voiture de Kurt a du mal à rouler ce qui fait peur à Owen.

Owen : Papa, qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qu’ils veulent. (La voiture de police les poursuit avec gyrophare et avertisseur sonore. Regina est avec Graham.)

Kurt : Il faut qu’on se tire d’ici. (La voiture se rapproche de plus en plus de lui et même à côté du véhicule.) Dégage.

Owen : Papa. (La voiture choque le côté de la camionnette.)

Kurt : (En ayant failli percuter une autre voiture.) Attention.

Owen : Papa. (La voiture de police a failli percuter un autre véhicule en face de lui. Il monte sur le trottoir. Il y a toujours une course-poursuite.) Il faut que tu ailles plus vite. (Les véhicules en face d’eux klaxonnent. Graham tente de trouver un autre chemin et percute un banc. Il continue sa route tout comme Kurt qui arrive près de la frontière de la ville.)

Kurt : Je crois qu’ils nous ont lâchés. (Mais la voiture de police se met en travers de leur chemin.)

Owen : Papa. (Kurt est obligé de s’arrêter.)

Kurt : Bon alors, écoute-moi bien, tu vas partir dans la forêt, tu vas aller aussi loin que tu peux et tu vas téléphoner à ton oncle. (Pendant que Graham sort de la voiture.) Vas-y.

Owen : Non. Je ne pars pas sans toi. (Kurt regarde devant lui et voit Graham. Il regarde son fils qui a le scoubidou dans la main.)

Kurt : Je te l’ai donné pour une bonne raison. Parce que le temps que tu le garderas, je serais toujours avec toi, tu vas y arriver alors fait ce que te dis. (Owen est sur le point de pleurer alors que Graham arrive vers eux.) Va-t-en, dépêche-toi. Va-t-en, va-t-en. (Owen se décide à partir en courant sur la route vers la frontière de la ville. Graham sort Kurt de la voiture et il a du mal à l’immobiliser.) Peut-être que tous les gens d’ici sont comme votre petit chien. (Regina sort de la voiture.) Mais vous n’aurez pas mon fils, vous ne pouvez pas le forcer à rester avec vous.

Owen : (S’arrêtant près du panneau, il se met à crier.) Papa.

Kurt : Va-t-en Owen, cours. (Il se fait arrêter et Graham lui met les menottes alors qu’il a les mains derrière le dos.) Va-t-en.

Regina : (S’approchant d’Owen.) Owen, tu ne dois pas avoir peur, je ne vais rien te faire.

Owen : Qu’est-ce que vous nous voulez ?

Regina : Je veux seulement que tu restes avec moi. (Elle met ses mains sur ses épaules alors qu’il est sur le point de pleurer.) Tu as dit que ça te plaisait d’être ici. (Pendant ce temps, Graham a mis Kurt dans la voiture de police.) Tu avais bien envie de rester, non ?

Owen : Pas comme ça.

Regina : Je suis désolée. Je pensais que nous serions heureux, je me suis trompée. (Elle le relâche et il se remet à courir vers la frontière.)

Kurt : (Dans la voiture.) Cours Owen. (Regina est triste de voir partir le petit Owen.)

 

Dans la forêt – Storybrooke – Présent

Henry allume une allumette pour le mettre sur le fil qui va jusqu’à la dynamite mais il en est empêché par Regina. Son allumette s’éteint.

Regina : Henry. (Elle met les mains en l’air.) Qu’est-ce que tu fais ?

Henry : (Prenant la dynamite.) Je vais détruire la magie. C’est elle qui gâche tout et tu ne pourras pas m’en empêcher.

Regina : Tout ce que tu vas réussir à faire c’est te tuer. (Il sort une autre allumette et la craque pour l’allumer.)

Henry : Tu dis ça parce que tu as besoin de la magie. Que tu veux utiliser ton sort sur moi. (Il veut l’allumer mais Regina arrive à la faire disparaître. Il lâche l’allumette au sol et Regina va vers lui.)

Regina : Je ne veux pas te perdre, Henry. Tu représentes tout pour moi.

Henry : Alors, n’utilise pas ton sortilège, ne, ne tue pas Mary Margaret, s’il te plaît.

Regina : Non, il faut qu’elle paye.

Henry : Avec le sortilège, tu sais que je ne t’aimerai pas pour de vrai. Tout sera faux.

Regina : (Elle sort un petit rouleau.) Mais au moins, on aura quelque chose. Je sais que c’est dur à comprendre pour toi aujourd’hui mais tu verras, toi et moi on peut être heureux. Tous les deux, on pourrait avoir tout ce qu’on souhaite.

Henry : (Reculant.) Non, pas comme ça.

Emma : (Arrivant en criant. Elle est accompagnée de Neal et David.) Regina, éloignez-vous de mon fils.

Regina : Ce n’est pas le votre, c’est le mien. Et une fois que j’aurais jeté ce sort, vous ne le reverrais plus jamais.

David : Vous n’y arriverez pas.

Emma : Si vous voulez tuer Mary Margaret, il faudra tous nous tuer.

Regina : Si ce n’est que ça. (Elle fait apparaître une boule de feu et David arrive devant elle en pointant son arme. Henry tente de s’interposer.)

Henry : Stop.

Neal : Henry, ne reste pas là.

Henry : Non, je resterai là tant que personne ne m’aidera à détruire la magie.

Regina : C’est impossible et tu ne peux pas la faire exploser comme ça.

Emma : Ce n’est pas la magie le problème, c’est elle. (Elle lui fait signe de venir.)

Henry : Non, il n’y a pas qu’elle. Tout le monde est en cause, regardez ce que la magie a fait à Mary Margaret. (Se tournant vers Regina.) Regarde ce qu’elle t’a fait. Elle abîme tout quand elle est là. Même les gens bien font des choses terribles à cause d’elle.

Emma : Les bons comme les mauvais. (Elle tente à nouveau de faire venir Henry vers elle mais il préfère se tourner vers Regina.)

Henry : Je t’en prie, il va anéantir toute ma famille. Aide-moi à m’en débarrasser.

Regina : Chéri, je ne peux pas faire ça mais je peux peut-être faire autre chose. (Grâce à sa boule de feu qu’elle a encore dans la main, elle met le parchemin du sort dedans et fait disparaître la boule de feu.)

Henry : Merci. (David enclenche le cran de sûreté. Henry va dans les bras d’Emma. Ils s’en vont en laissant Regina seule, déçue par ce qu’il vient de se passer.)

 

Derrière la frontière de Storybrooke – 1983 – Passé

Owen court vers la frontière où se trouve Storybrooke mais il n’y a plus rien. Il est escorté par deux policiers.

Owen : C’est là, c’est là qu’ils ont enlevé mon père.

Policier : Petit, il y a rien ici.

Owen : Non, non, la limite de Storybrooke était là au niveau du grand rocher je vous dis.

Policier : Mon garçon, il n’y a aucune ville qui s’appelle Storybrooke dans le Maine.

Owen : Vous ne me croyez pas alors ?

Policier : (S’approchant d’Owen et il lui tient les bras.) Écoute, je crois que tu es très secoué. (Owen se remet à courir.) Attends.

Owen : (Il court et il lève la main en l’air. Il est prêt à pleurer.) Je te retrouverai, papa, je te le promets, je n’arrêterai jamais de te chercher. (Regina arrive à voir Owen qui a son scoubidou dans la main. Elle met sa main devant. Elle touche la limite mais ne peut atteindre la main d’Owen.)

Policier : Viens mon petit gars. Allez on s’en va. (Ils s’en vont et il se met à pleurer.) Ça va aller. (Derrière la limite, Regina est triste de le voir partir. Owen se retourne et Regina continue de le voir, se mettant à pleurer.)

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Storybrooke – Présent

Mary Margaret est assise dans son lit tandis que Gold se trouve à côté d’elle.

Gold : (Au téléphone.) D’accord. (À Mary Margaret.) C’était ton mari. Henry a persuadé Regina de détruire le sortilège, donc mes services ne sont plus nécessaires. (Il est prêt à partir.)

Mary Margaret : Comment tu fais ?

Gold : Quoi donc ?

Mary Margaret : (Se tournant vers Gold.) Comment tu arrives à te supporter, sachant tout le mal que tu as pu faire ?

Gold : Tu n’as qu’à te dire que tu as fait ce qu’il fallait et si tu le dis assez souvent, tu finiras peut-être à le croire vraiment. (Il s’en va pendant qu’elle regarde vers la fenêtre de l’extérieur.)

 

Chez Regina – Storybrooke

Quelqu’un frappe à la porte et Regina descend les escaliers pour voir qui c’est. Elle ouvre et c’est Mary Margaret.

Regina : Vous.

Mary Margaret : Tuez-moi.

Regina : (Ne comprenant pas.) Quoi ?

Mary Margaret : Regina, on se bat depuis si longtemps et nous l’avons payé si cher, ça doit s’arrêter avant que quelqu’un d’autre ne meurt. Alors, je vous en prie, faites-le. (Elle a les mains écartées et des larmes qui coulent sur ses joues.)

Regina : Henry ne me le pardonnerai jamais. Mais vous savez quel est mon problème en fait ? Je ne retiens jamais les leçons de mes erreurs. (Elle lui prend son cœur et Mary Margaret souffre. Elle sourit.)

Mary Margaret : Quoi ?

Regina : (Montrant son cœur qui a un point noir au centre.) Vous voyez ceci ?

Mary Margaret : (En pleurant.) Qu’est-ce que vous avez fait ?

Regina : Moi je n’ai rien fait. C’est vous seule. Et oui, vous l’avez entaché toute seule.

Mary Margaret : (En pleurant.) Non, non, non.

Regina : Si et une fois que votre cœur a commencé à se noircir, il se noircit encore et toujours, croyez-moi je le sais.

Mary Margaret : Alors écrasez-le, écrasez-le, s’il vous plaît, qu’on en finisse.

Regina : Et je mettrai fin à votre souffrance. En fait, je n’ai pas besoin de vous détruire, vous vous en chargerez toute seule et en même temps, vous briserez aussi cette petite famille idéale que vous avez mis si longtemps et que vous avez eu tant de mal à réunir. Et là, j’aurais Henry pour moi toute seule.

Mary Margaret : (Pleurant toujours.) Ayez pitié, tuez-moi. S’il vous plaît tuez-moi.

Regina : (En souriant.) Vous voyez, je peux avoir tout ce que je veux, (elle remet le cœur de Mary Margaret dans sa poitrine) grâce à vous. (Sur un ton grave alors que Mary Margaret souffre.) Maintenant, dégagez de ma porte d’entrée. (Elle est sur le point de s’effondrer quand au loin, Greg Mendell filme toute la scène. Il arrête l’enregistrement et rejoint sa voiture. Il est prêt à partir mais voit le scoubidou accroché aux clés de voiture.)

Greg Mendell : Je te retrouverai papa, je te le promets. (Il touche encore le scoubidou puis met la voiture en route.)

–[In the woods - Past]–

A man and a child are camping in the woods.

The Man : Yeah, there you go. That's it. A little tighter… Now pull the loops as tight as you can. Ah, look at that. Huh ? I mean, it's not bad for your first one.

The Child : Green and red, like Luke and Darth's lightsabers.

The Man : Hey. Here is one for your collection. Your, uh, grandpa taught me how to make these when I was your age.

The Child : You're giving it to me? It's mine now ? You weren't very good at this when you were my age, were you ?

The Man : Ha ha ha ha ha. All right, smart guy. Yeah, time to get dinner started.

A storm is coming.

The Child : What is that ?

The Man : Probably an electrical storm. Put the fire out. Get in the tent !

The Man : Dad !

The Man : Owen ? We'll be all right, kid.

In the morning.

Owen : Whoa. What kind of storm was that ?

The Man : It's a big one.

They walk into the woods.

The Man : The highway should be just over that ridge, and then we'll get a ride to the nearest town.

Owen : Dad ?

The Man : That's what you get for camping in the Boonies, I guess.

Owen : Dad.

The Man : What ?

Owen : Look.

The Man : This is impossible.

–[Storybrooke- Past]–

Owen and his father are walking in the Storybrooke’s street.

The Man : We drove through here yesterday. There was nothing here. It's like... someone dropped a town right on top of us.

The sheriff’s car stops near by them. Graham gets out of his car.

Graham : You need some help. You two look lost.

The Man : Who are you ? What is this place ?

Graham : Name's Graham. I'm the sheriff. Welcome to Storybrooke.

––––––––––––

Regina is waking up in her bed at her place.

Regina : I did it. I won.

She looks at her dressing, takes a dress and looks at her in the mirror. She goes to Storybrooke’s street and visits her new town. She shows the curse fairy tails characters.

Marco : That should hold you.

Ruby : I cannot believe you put me on the early shift.

Granny : Not my fault you stayed out all night. When I put over easy on the menu, I was talking about the eggs !

Archie : Morning, madame mayor.

Regina : Good morning, Crick... Dr. Hopper.

Archie : Beautiful day, isn't it?

Regina : Yes. Yes, it is.

––––––––––––

At school, Mary Margaret is teaching her class.

Mary Margaret : As we build our birdhouses, remember, what you're making is a home, not a cage. A bird is free and will do what it will. This is for them, not us. They're loyal creatures.

Mary Margaret lets the bird go away from her classroom.

Mary Margaret : If you love them, and they love you, they will always find you.

The bell rings.

Mary Margaret : We'll pick this up after recess. No running.

The children go out from the classroom.

Mary Margaret : Miss Mills. What are you doing here?

Regina : Refresh my memory. How long have you been a teacher here?

Mary Margaret : Um... I... I'm not sure. As long as I can remember.

Regina : Come with me.

––––––––––––

Regina brings Mary Margaret to the hospital.

Mary Margaret : Why are we in the hospital ?

Regina : Tell me. Do you know this man ?

Mary Margaret : No. Why ? Who is he ?

Regina : He's a John Doe, a coma patient. No one's claimed him.

Mary Margaret : Maybe someday he'll wake up. Maybe someone who loves him will find him.

Regina : That would be nice for him. But I wouldn't count on it.

––––––––––––

Regina is a Granny’s dinner. Granny serves her pancakes.

Graham : Good morning, mayor.

Regina : That uniform suits you nicely, sheriff. So... Well-fitted.

Graham : Want me to come over later ?

Owen : Hey ! You like apple pancakes, too ?

Regina : Who are you ? Whose child is this ? Is he yours ?

Marco : Mine ? No. I was never so lucky.

The Man : He's mine. And you'll have to excuse him. His manners are a little rough around the edges. I'm, uh, Kurt Flynn. Sorry to interrupt your breakfast, but we're, uh, looking to rent a hotel room for the night.

Regina : Why would you need a hotel room ?

Kurt : The same reason that most people need one. We need a place to sleep.

Regina : Would you excuse me for a moment ? Graham.

Granny : I got a room for you.

Regina and Graham go apart.

Regina : Who the hell are those people ?

Graham : Uh, I don't know. They just showed up. They were camping in the woods near the toll bridge. I was just as surprised to see them as you are.

Regina : I don't like surprises, sheriff. I find them threatening. And do you know what happens when I feel threatened ? Bad things.

–[Storybrooke- Present Day]–

At Regina’s mausoleum. Regina puts a rose on the mother’s coffin. She’s crying. Mr Gold arrives.

Mr Gold : Black always was your colour.

Regina : I'm here to bury my mother. So if you've come to gloat...

Mr Gold : I came… to pay my respects. We had our differences, but Cora will always have a place in my heart.

Regina : You killed her to save your own life.

Mr Gold : Sadly, desperate times call for desperate measures.

Regina : Like getting Mary Margaret to trick me into killing my own mother ? You may be able to hide behind your dagger, but she can't. She's going to die for what she did.

Mr Gold : Oh, come on. We both know killing her will cost you the thing you want most... Henry. Why don't you just give up this obsession with vengeance ? You know it can never make you happy.

Regina : Yes, it will.

Mr Gold : You had a whole curse worth of vengeance, and what did it get you ? A gaping hole in your heart.

Regina : That was your curse.

Mr Gold : Which you cast. Still haven't learned your lesson, have you ?

Regina : What lesson?

Mr Gold : The same one your mother learned a long time ago. You can't have everything. She wanted power, ripped out her own heart to get it. You want vengeance ? Henry's the price you'll pay. Time to cut your losses.

Regina : Never. I will have my son, and I will have my vengeance. I will find a way to have everything.

––––––––––––

At Mary Margaret and David’s loft.

Emma : Anything ?

David : She won't eat a bite.

Henry : What's wrong with her?

Emma : Nothing. She's just a little... sick.

Henry : You guys are lying to me, aren't you?

Emma : No one's lying.

Henry : You are, just like you did about my dad.

Emma : Henry, I... He's right. No more lying.

David : Emma...

Emma : He deserves to know. Here's the thing, Henry. Cora's death... Mary Margaret was partially responsible... for it, and that's why she's so upset.

Henry : No. No, no, she couldn't.

Someone knocks on the doors. David is going to see who that is.

Emma : She was trying to protect us.

Henry : But she's snow white. She wouldn't hurt anybody.

David opens the door. It’s Mr Gold

David : Get out.

Mr Gold : I think you're gonna wanna hear what I have to say... for her sake.

Emma : What are you talking about ?

Mr Gold : Regina. She's planning to strike back against your mother.

Henry : What is she gonna do to her ?

Mr Gold : Oh, she didn't say.

David : No. You don't get to come in here and just drop a bomb like that. You're gonna figure this out. And you're gonna help us.

Mr Gold : And why should I ?

David : Because aside from us being family now, Mary Margaret saved your life. Now you owe her a debt. And you always pay your debts, don't you ? You're gonna help us stop Regina.

–[Storybrooke- Past]–

Regina enters at Granny’s Dinner. Kurt and Owen are eating their dinner. She walks toward them.

Kurt : Thank you. It was really good.

Regina : Ahem. You're in my seat.

Kurt : Sorry, miss... Mills.

Regina : Mills. Mayor Mills. I always sit in that seat.

Owen : But I'm already sitting here.

Regina : I, uh, I just spoke with our mechanic. He assured me that your car will be repaired by the end of the week.

Kurt : Really ? He told me it would take at least two weeks just to get the parts.

Regina : Well, things tend to get done quickly when the mayor asks for them. And I'd hate to keep you from getting home to...

Kurt : New Jersey. Home of the boss.

Regina : Hmm.

Kurt : Anyway, thank you, your mayorness. Mayor. Whatever. We really appreciate it. Let's go.

Kurt and Owen are leaving the Dinner. Owen takes off his pocket a scoubidou and gives it to Regina.

Regina : What's this ?

Owen : It's a gift for letting me sit in your seat.

Regina : For me ?

Regina takes the scoubidou.

––––––––––––

Regina is awaking in her bed with Graham, watches by her window and smile.

––––––––––––

Mary Margaret puts flower on David’s bedside table. Regina sees her do that and smile.

––––––––––––

Regina is walking in the street smiling.

Marco : Maybe this time, you won't fall.

Ruby : This is the last time I'm working the early shift.

Archie : Good morning, madame mayor. Beautiful day, isn't it?

Regina and Mary Margaret strikes themselves.

Mary Margaret : Oh! Oh, madame mayor, I'm so sorry.

Regina : You should be. Watch where you're going next time.

Mary Margaret : Mm-hmm.

––––––––––––

Again, Regina is awaking in her bed with Graham. She’s annoying.

––––––––––––

Again, Mary Margaret puts flower on David’s bedside table. Regina sees her do that and she’s boring

––––––––––––

Regina walks in the street. She’s unhappy.

Archie : Beautiful day.

Regina : Save it.

Again, Regina and Mary Margaret strikes themselves.

Mary Margaret : Oh ! Mayor Mills, I am so sorry.

Regina : I ran into you. Why are you apologizing ?

Mary Margaret : No, I should have been looking where I was going.

Regina : You're not even going to fight back ?

Mary Margaret : Fight back ? Why would I do that ?

Mary Margaret leaves.

––––––––––––

Regina enters at Mr Gold’s shop.

Regina : I'm not happy.

Mr Gold : I believe Dr. Hopper's office is down the street.

Regina : Oh, I don't wanna talk to him. I wanna talk to you.

Mr Gold : Very well, madame mayor. What is it you wanna talk about ?

Regina : This town. This isn't the deal we made.

Mr Gold : I'm sorry. I don't know what you're talking about.

Regina : You don't, do you ? I was supposed to be happy here.

Mr Gold : Forgive me, but, um... You're the mayor. You're the most powerful woman in the town. What is there to be unhappy about ?

Regina : Everyone in this town does exactly what I want them to.

Mr Gold : And that's a problem ?

Regina : Well, they do it because they have to, not because they want to. It's not real.

Mr Gold : I'm sorry. What exactly is it you want ?

Regina : Nothing you can give me.

––––––––––––

Regina is on the phone in the street.

Regina : Hello, Kurt ? Mayor Mills. Good. You're still here. I would love to see Owen before you leave. Would you two like to come over for dinner tonight? Great.

–[Storybrooke- Present Day]–

At Regina’s mausoleum. Regina is looking for something.

Regina : Where... is it?

She finds a medallion with her mother picture in it. She destroys dresses.

Regina : Aah !

She finds a spell in her mother’s clothes.

Regina : Thank you, mommy.

––––––––––––

Mr Gold and David enter in Regina’s mausoleum

Mr Gold : Well, it appears we just missed our dear Queen.

David : What is this ?

They search in Cora’s stuff.

Mr Gold : These are Cora's belongings. Looks like Regina's planning to use one of her spells on Mary Margaret.

Mr Gold takes a box.

Mr Gold : Something's missing. Chimera blood. And viper's eye.

David : What kind of curse do you need those for ?

Mr Gold : It's the curse of the empty-hearted.

––––––––––––

At Mary Margaret and David’s loft.

Emma : What the hell does that do ?

Mr Gold : In theory, it has the power to make someone love you.

Emma : Doesn't that break magic laws ? You can't bring someone back to life. You can't force someone to love you.

Mr Gold : Yeah, but this particular spell can make someone think that they love you. And if you're as desperate for love as Regina appears to be, you might just believe it.

Henry goes down the stairs.

Henry : She's gonna use it on me, isn't she ?

David : Hey, buddy, why don't you go back upstairs ? Let us handle this.

Henry : No ! Emma, you said you were gonna be honest with me. Now why is Regina using this curse ?

Mr Gold : Because it's the only way she can get everything she wants, that she can get you.

Henry : But if all she wants is me...

Mr Gold : Your mother is a complicated woman. She wants your love, of course, but she also wants vengeance on Mary Margaret.

David : How does the curse give her both ?

Mr Gold : Because the last ingredient she needs to ignite the curse is the heart of the person she hates the most.

Emma : You have to stop her.

Mr Gold : No, I don't have to do anything. On the contrary. I believe warning you fulfills my debt.

David : Not even close. This is my wife's life we're talking about.

Emma : Not to mention your grandson's.

Mr Gold : Yeah, well, wars have costs.

Emma : Nice.

Mr Gold : Well, this is a blood feud, dearie... one that goes back a very, very long time. And the only way you could end a blood feud is by the spilling of more blood. That is the only way I know to eliminate your Regina problem.

David : By what, killing her ?

Emma : Is there no other option ?

Mr Gold : I'm afraid not.

Henry : Stop ! Listen to yourselves. You're talking about killing my mom. You used to be heroes. What happened to you?

Henry leaves the loft.

Emma : Henry.

Emma takes her coat to run after Henry

Emma : No matter how this plays out, we need to keep him as far away from it as possible.

Emma leaves.

Mr Gold : She's right. Cora was dangerous because she didn't have a heart. Regina's even more dangerous because she does.

–[Storybrooke- Past]–

Regina have diner with Kurt and Owen at her place.

Kurt : This is, uh, really delicious lasagna, isn't it, Owen ?

Owen : Not really.

Kurt : Owen.

Regina : It's okay. I know I'm not the greatest cook... Unless it involves apples. Speaking of which, how would you like to help me make turnovers for dessert ? There's a bunch of apples
sitting out in the sink. Why don't you go pick out some good ones ?

Owen leaves the table.

Kurt : Owen is a bit of a free spirit. He gets it from his mom.

Regina : Is she, uh... Back in New Jersey ? With the boss ?

Kurt : With the b... She, uh... She passed away six months ago.

Regina : I'm sorry.

Kurt : That's why I brought him here, actually. Thought that camping, new surroundings, maybe... that'd help him take his mind off things, but...

Regina : I came here looking to start over, too. Hasn't turned out quite the way I'd hoped.

Kurt : Why not ?

Regina : What good's a new life if you don't have anyone to share it with?

From the kitchen, Owen is calling for Regina.

Owen : Hey! I thought we were making dessert !

––––––––––––

Regina puts apple turnovers in the oven.

Regina : Voila.

Owen : So... How come you're not a mom ?

Regina : Just didn't work out that way, I guess.

Owen : It's too bad. You'd be really good at it.

Regina : Thank you, Owen.

Owen : So how much longer ?

Regina : Patience. They're almost done. And how are you liking Storybrooke so far ?

Owen : It's way better than New Jersey.

Regina : You don't miss your home ? Your friends ?

Owen : I hate it there. All the kids at my school treat me weird now.

Regina : Because of what happened to your mother ?

Owen agrees.

Owen : Nobody gets it. It's like...

Regina : There's a piece of your heart missing.

Kurt arrives.

Kurt : How's dessert coming ?

Regina : Great. Owen and I were just talking, and... I know this might sound crazy, but... how would you two feel about sticking around town a little longer ?

Kurt : Uh... stick around? As in ?

Regina : Move here. I can get you a job at the city, and... there's a great school for Owen.

Owen : Please, dad, can we ?

Regina : It can be a chance for a new start.

Kurt : Uh... Well... Look, I appreciate everything you've done for us, but our life is in New Jersey. It's not here.

Regina : Of course.

–[Storybrooke- Present Day]–

Emma and Henry enter at Granny’s Diner.

Henry : Why did you bring me here ? I don't wanna talk to you.

Emma : You don't have to.

Neal : Hey, buddy. Saved you a seat.

Emma : I'm gonna get a coffee.

Neal : Yeah.

Ruby brings Neal an ice-cream

Ruby : Here you go. One large sundae. Extra everything.

Neal : Thanks, Ruby.

Neal pushes the sundae before Henry.

Henry : Extra everything ?

Neal : What?

Henry : You think I don't know a bribe when I see one ?

Neal : That obvious, huh ?

Henry : So what do you want ?

Neal : Well, your mom had told me about what's been going on, and we thought that Storybrooke might not be the safest place for you right now. So I was thinking... Why don't we go to New York ?

Henry : New York ?

Neal : Well, Regina can't cast that curse if you're in New York. There's no magic there.

Henry : Someone should find a way to get rid of magic here. My mom wouldn't be able to cast the curse. My family wouldn't wanna kill her. It... It’d solve everything.

Neal : Yeah. You know what? You're right. But until then, why don't you come with me ?

Ruby gives a coffee to Emma

Emma : Thanks, Ruby.

Greg : Excuse me. Um... Could I get this sandwich wrapped up to go I was thinking about going on a hike.

Emma : A hike, huh ?

Greg : Well, Dr. Whale said it'd be good for me to get on my feet. And... plus I'm kind of a... Nature photography nerd.

Emma : Just thought you'd be back in Pennsylvania by now.

Greg : This town's starting to grow on me. Thank you very much.

Emma goes speak to Neal.

Emma : How did it go ?

Neal : Went good. He said yes.

Emma : Seriously ?

Neal : Yeah, he's in the bathroom right now. I'm just... I'm gonna go home and pack. Not bad for day three as a dad, if I do say so myself.

Emma : Wait. Where's his backpack ?

Neal : Well, I don't know. He took it with him.

Emma : To the bathroom ? Did you really fall for that ? He's your son.

Neal : He's running.

––––––––––––

Henry is running in the woods.

––––––––––––

Regina enters in the loft. She sees Mary Margaret. She is preparing to takes Mary Margaret’s heart but Mr Gold stops her.

Mr Gold : Nice try, dearie. Did you really think it was going to be that easy ?

Regina : He can't be your guard dog forever.

–[Storybrooke- Past]–

Regina is at the garage.

Regina : So what can I do to help, madame mayor?

Billy : Kurt Flynn's car. Yeah, the one you asked me to fix ASAP.

Regina : Yes. Plans have changed. I now need Mr. Flynn and his son to stay a while longer. Perhaps you can take a couple extra days with the repairs ?

Billy : I'm afraid that Mr. Flynn already picked the car up.

Regina : What ? When?

Billy : Ten minutes ago.

––––––––––––

At Mayor’s office, Regina takes Graham’s heard and gives him some orders.

Regina : Sheriff... Our visitors are driving out of Storybrooke. Find them before they cross the town line, pull the car over and arrest the father for drunk driving, then bring the boy to me.

Kurt is in Regina’s office. She’s surprised.

Regina : Kurt.

Kurt : Yeah?

Regina : That wasn't what it sounded like.

Kurt : Don't want any trouble. Just came by to say thank you and...

Regina : Wait. It was just a misunderstanding.

Kurt : No. I understood. We're leaving.

Regina : I'm not going to hurt him. Please don't leave.

Graham : Whoa, mate.

Kurt : What are you doing? Uhh !

Graham : I'm afraid you're under arrest for driving under the influence.

Kurt : What ? Drunk ? I'm not drunk, and I sure as hell haven't been driving.

Graham : Don't make this harder on yourself.

Kurt : What did you do to him? She's controlling you. I don't know how, but she had this glowing thing. It was shaped like a heart. Don't listen to her.

Graham : And you say you haven't been drinking ?

Kurt pushes the box with Graham’s heart under the desk. Graham collapses. Kurt runs away from Regina’s office.

Graham : What was that ?

––––––––––––

Kurt runs to his car.

Owen : Dad, what's wrong?

Kurt : We need... we gotta get outta here.

–[Storybrooke- Present Day]–

In the Woods, Henry is running. He strikes into Greg.

Greg : Whoa! Hey, kid. You all right ?

Henry : Yeah.

Greg : What are you doing out here all by yourself, huh ?

Henry : Boy scout. Trying to get a merit badge. Well, what are you doing out here ?

Greg : I'm hiking. And I'm... I'm taking pictures of Maine's scenic beauty.

Henry : The hiking trail's that way.

Greg : Okay. Thanks. Um...

Greg pick up Henry’s backpack and gives it to him.

Greg : Huh. Is it... Henry ? Well... good luck with your merit badge.

––––––––––––

Ruby, David, Neal and Emma are in the mines.

David : Henry!

Ruby : Henry ! Oh, down here. He was in here.

Neal : Why would an 11-year-old kid run away to the mines ?

Emma : Wouldn't be the first time.

David : I think I know what he was looking for. The dynamite the dwarves used for blasting.

Emma : What the hell would he want dynamite for ?

Neal : To get rid of magic.

Emma : Wait. What ?

Neal : At the diner, he said someone should get rid of magic.

Ruby : So he's gonna... blow it up ?

Neal : Where would he even go to do that ?

––––––––––––

Henry arrives at the well. He takes off the dynamite out of his backpack and puts it on the well.

––––––––––––

Greg is on the phone with Regina.

Regina : Hello?

Greg : Hi. Is this Henry's mother ?

Regina : Who's asking ?

Greg : My name's Greg Mendell.

Regina : Who ?

Greg : The guy that crashed his car outside of town. See, I... I was out here hiking in the woods, and... He was by the White Pine Trail, and he was all by himself.

Regina : Well, what's he doing out there ? Is he okay ?

Greg : I... I don't know. He ran off, but he... He seemed a little upset, and I... I just thought that you would want to know. That's... All.

Regina : I'm on my way.

–[Storybrooke- Past]–

Kurt drives his car quickly in the town.

Owen : What's going on, dad? What do they want ?

They are pursued by Regina and Graham.

Kurt : We're gonna get outta here. Come on !

Owen : Dad !

Kurt : Look out!

Owen : Dad ! Faster, dad!

They get out from the town.

Kurt : I think we lost 'em.

Graham cuts the way from Kurt.

Owen : Dad!

Kurt stops the car.

Owen : Aah !

Kurt : All right, listen to me. Run into the woods. Get as far away from here as you can. You call your uncle. Go.

Owen : No. Not without you.

Kurt : There's a reason I gave you that. Because as long as you have it, I'll always be with you. You can do this. So do it. Run ! Go ! Go ! Run !

Owen runs. Graham arrests Kurt.

Kurt : You might have this whole town wrapped around your finger, but not my son ! You can't force him to stay with you ! Uhh !

Owen stops.

Owen : Dad !

Kurt : Don't stop ! Run ! Run !

Regina goes to talk to Owen.

Regina : Owen ? It's okay. I'm not going to hurt you.

Owen : Why are you doing this ?

Regina : I just want you to stay with me. You said you liked it here. You wanna stay here, don't you ?

Owen : Not like this.

Regina : I'm sorry. I just wanted us to be happy.

Regina lets Owen leaves.

Kurt : Run, Owen !

–[Storybrooke- Present Day]–

Regina joins Henry near the well.

Regina : Henry ? What are you doing ?

Henry : I'm getting rid of magic. I... It's ruining everything, and you can't stop me.

Regina : All that's gonna do is get you killed.

Henry : You just say that because you need magic. So you can cast that curse on me.

Regina makes the dynamite disappears.

Regina : I can't lose you, Henry. You mean too much to me.

Henry : Then don't cast the curse. Don't kill Mary Margaret.

Regina ; Henry, she has to pay.

Henry : The curse... It won't make me love you for real. It'll be fake.

Regina : But it will be something. I know it's hard for you to understand right now, but you'll see. We can be happy. We can have everything.

Henry : Not like this.

Emma, Neal and David arrive.

Emma : Hey, Regina ! Get away from my son !

Regina : He's not yours. He's mine. And after I cast this, you'll never see him again.

David : That's never gonna happen.

Emma : You wanna kill Mary Margaret, you're gonna have to go through us.

Regina : Okay.

Regina makes a fireball and David arms his gun. Henry goes in the way to make them stop.

Henry : Stop !

Neal : Henry, get out of the way !

Henry : Not until someone helps me destroy magic !

Regina : There's no way to get rid of it. You can't just blow it up.

Emma : Magic isn't the problem, kid. It's her.

Henry : It's not just her. It's everyone. Look what magic did to Mary Margaret. Look at what it did to you. It's ruining everything. It makes good people do terrible things.

Emma : And bad people.

Emma holds her hand to Henry, but he chooses to speak to Regina.

Henry : Please. It's gonna destroy my family. Help me get rid of it.

Regina : I can't do that, Henry. But there is something I can do.

Regina destroys the spell.

Henry : Thank you.

Henry goes back to Emma. The family leaves Regina alone.

–[Storybrooke- Past]–

Owen brings two police officers to Storybrooke line.

Owen : Here. This is where they took my dad.

Police officer : There's nothing here, kid.

Owen : No. No. This is where Storybrooke was, behind this rock.

Police officer : Son, there isn't a town called Storybrooke anywhere in Maine.

Owen : So you don't believe me ?

Police officer : Look. Now you've been through a lot.

Owen run to the line.

Police officer : Son!

Owen : I'll find you, dad ! I promise ! I'll never stop looking !

Regina is behind the force field.

Police officer : Come on, son. Come on, let's go. It's okay.

They leave the place. Regina is crying.

–[Storybrooke- Present Day]–

At Mary Margaret and David’s loft, Mr Gold is watching over Mary Margaret. He’s on the phone.

Mr Gold : Okay. That was your husband. It's seems that Henry convinced Regina to destroy the curse, which means my services are no longer required.

Mary Margaret : How do you do it ?

Mr Gold : Do what ?

Mary Margaret : Live with yourself, knowing all the bad things you've done.

Mr Gold : Well, you tell yourself you did the right thing. And if you say it often enough, one day you might actually believe it.

––––––––––––

At Regina’s home. Regina is upstairs. Someone knocks on the door. She is going to see who that is.

Regina : You.

Mary Margaret : Kill me.

Regina : What ?

Mary Margaret : Regina, we have been fighting for so long. It's cost us so much. It has to end before anyone else dies. So... Please... Just do it.

Regina : Henry would never forgive me. But do you know what my problem is ? I never learn from my mistakes.

Regina rips Mary Margaret’s heart.

Mary Margaret : Aah ! Aah ! Huh.

Regina looks at the heart.

Mary Margaret : What ?

Regina : Do you see that ?

Regina shows Mary Margaret a black spot on her heart.

Mary Margaret : What did you do to it ?

Regina : Oh, I didn't do that. You did it. You darkened yourself.

Mary Margaret : No. No. No !

Regina : Yes. And once you blacken your heart, it only grows darker and darker. Trust me. I know.

Mary Margaret : So crush it. Do it. Crush it. Get it over with.

Regina : And put you out of your misery ? I don't need to destroy you. Your doing it to yourself. And along the way, you'll bring down that perfect little family you fought so hard to reunite. And then Henry will be mine.

Mary Margaret : Please kill me. Please, just kill me.

Regina : You see, I can have everything.

Regina puts Mary Margaret heart in her chest back.

Regina : Thanks to you. Now get off my porch.

Mary Margaret : Aah!

Greg was filming the scene with he’s cell. He gets in his car.

Greg : I'll find you, dad. I promise.

Kikavu ?

Au total, 219 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
11.12.2018 vers 21h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
07.11.2018 vers 17h

Sabu14 
17.08.2018 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

OUAT du Mois
Aujourd'hui à 08:16

Suite de Mots
Aujourd'hui à 08:15

Survivor
Aujourd'hui à 08:15

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

Calendriers du Mois
Hier à 17:27

S01E06 Le berger
Hier à 09:25

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

CastleBeck, Avant-hier à 11:58

Penser à regarder les votes dans les préférences. Du côté des thèmes, Samantha Who attend patiemment.

CastleBeck, Avant-hier à 12:17

Le quartier Lethal Waepon attend vos votes pour les Awards de la Saison 2. Thème de la semaine : scènes comiques. Merci et bonne journée!

Steed91, Hier à 08:39

Bonjour à tous, nouveau sondage sur le quartier Modern Family, quel titre VF pour l'épisode 10.17 ?

Steed91, Hier à 08:40

Venez nombreux, vous pouvez même voter si vous ne connaissez pas la série

CastleBeck, Aujourd'hui à 02:49

Les Awards de la seconde saison de Lethal Weapon se poursuivent. Une nouvelle catégorie a été mise en vote et l'action est au rendez-vous! Merci.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site