VOTE | 821 fans

#311 : Garder Espoir

Centré sur : Emma & Henry
Titre VO : Going Home
Titre VF : Garder Espoir
Diffusion USA : 15/12/2013
Diffusion FR : 30/12/2014
Captures

Résumé court :  La course contre la montre est lancée pour arrêter Peter Pan, avant qu'il ne libère une autre Malédiction.

Cela pourrait faire perdre la mémoire de tout le monde ou pire encore, tuer tous les habitants de Storybrooke.

Henry-va-t-il enfin récupérer son corps ?

Popularité


4.86 - 7 votes

Vidéos

Promo (VOSTFR)

Promo (VOSTFR)

  

Sneak Peek #1 (VOSTFR)

Sneak Peek #1 (VOSTFR)

  

Diffusions

Logo de la chaîne 6ter

France (inédit)
Mardi 30.12.2014 à 20:50
0.50m / 1.9% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 15.12.2013 à 20:00
6.44m / 1.9% (18-49)

Plus de détails

Audiences USA :  6.44 M

Audiences FR : 501 000

Ecrit par : Edward Kitsis & Adam Horowitz

Réalisé par : Ralph Hemecker

Guest Stars :  Beverly Elliott : Granny - Chris Gauthier : William Smee - Robbie Kay : Peter Pan - Raphael Sbarge : Archie Hopper - Keegan Connor Tracy : Mère Supérieure - Parker Croft : Felix - Rose McIver : Tinker Bell - Michael Coleman : Joyeux - Faustino di Bauda : Dormeur - David Paul Grove : Prof - Jeffrey Kaiser : Simplet - Gabe Khouth : Atchoum - Mig Macario : Timide - Lee Arenberh : Grincheux - Stephen Lord : Malcolm

Scène 1 : Puits aux souhaits

Félix et Peter Pan, ce dernier étant toujours en possession du corps d’Henry, arrivent au puits aux souhaits de Storybrooke dans l’espoir de jeter le Sort Noir que Pan a, au préalable, subtilisé dans le caveau de Regina.

Scène 2 : Devant le Caveau de Regina

Mr Gold explique aux héros que la malédiction que Pan a l’intention de jeter obéira à ses vœux. Il avoue aussi que la malédiction peut être brisée à condition d’arriver à récupérer le parchemin qui a été subtilisé et de le détruire. Il précise que seule Regina, qui a déjà jeté le Sort Noir, est en mesure de détruire le Sort.

 

Scène 3 : Puits aux souhaits

Pan explique l’effet que va produire sa malédiction à Félix : soumettre chacun des habitants de Storybrooke à sa volonté.

 

Scène 4 : Devant le Caveau de Regina

Gold insiste sur le fait que si le parchemin est détruit, la malédiction sera rompue. Nos héros émettent l’idée de jeter un sort permettant aux âmes d’Henry et de Pan de s’intervertir afin que chacun retrouve son corps.

 

Scène 5 : Puits aux souhaits

Pan explique à Félix qu’il lui manque un ingrédient pour achever sa malédiction : le cœur de la personne qu’il aime le plus au monde. Il explique que l’amour prend différentes formes et avoue à Félix que la loyauté en est une. Ce dernier comprend que Peter va le tuer. Pan ne lui laisse pas le temps de réagir et lui arrache le cœur avant de l’écraser et de le jeter dans le puits.

Scène 6 : Devant le Caveau de Regina

Henry accepte qu’on lance le sort sur lui. Clochette propose d’utiliser la baguette de la Fée Noire afin de disposer de plus de pouvoirs pour vaincre Pan.

Scène 7:

La malédiction se répand sur Storybrooke.

 

Générique

Scène 8 : Flashback. Forêt Enchantée. Chambre d’Emma

La Fée Bleue explique à Blanche et David les effets qu’auront la malédiction lancée par Regina. Elle leur explique également que seul l’espoir que les habitants placent en leur enfant les sauvera.  Blanche et David comprennent alors qu’ils ne grandiront pas tous ensemble et que l’un d’eux devra vivre sans son enfant. David se montre malgré tout optimiste et rassure Blanche sur leur avenir commun.

Scène 9 : Retour au présent. Boutique de Mr Gold

Blanche est nostalgique devant le mobile à licornes qui aurait dû orner la chambre d’Emma dans la Forêt Enchantée. Emma et elle discutent  du fait qu’elles n’auraient jamais dû abandonner leur enfant.

De son côté, Henry est impatient de récupérer son corps.

Scène 10 : Couvent de Storybrooke

Clochette, Neal, David et Crochet se rendent au Couvent dans l’espoir de récupérer la baguette de la Fée Noire et rendre un dernier hommage à la Mère Supérieure, la Fée Bleue, dont l’ombre a été arrachée par celle de Pan. Les Sœurs refusent de leur dire où la Fée Bleue a caché la baguette mais semblent changer d’avis lorsque, soudain, l’ombre de Pan attaque le Couvent.

Scène 11 : Flashback. Pays Imaginaire

Crochet son fidèle Mouche sont sur l’île à la recherche d’un moyen pour la quitter. Soudain Mouche tombe à terre : il a été frappé par Clochette. Clochette et Crochet se rencontrent et le pirate lui demande de l’aide mais celle-ci refuse et lui explique qu’elle n’a plus d’ailes et ne peut donc pas lui donner ce qu’il désire : une fin heureuse.

Scène 12 : Retour au présent. Couvent de Storybrooke

Crochet décide de servir d’appât afin que les autres aient le temps d’allumer la bougie qui a servi à emprisonner, une première fois, l’ombre de Pan au Pays Imaginaire. Son plan échoue et leur dernier espoir repose sur Clochette. Ils espèrent que, vu qu’elle a réussi à faire réagir la poussière de fée, elle pourra retrouver ses pouvoirs. La foi de ses amis permet à Clochette de réussir. Elle prend son envol, allume la bougie, emprisonne l’ombre de Pan et jette la bougie au feu pour la détruire. La Fée Bleue se réveille à la stupéfaction générale. Elle explique que la destruction de l’ombre de Pan a permis à la sienne de réintégrer son corps. En remerciement, elle réintègre Clochette dans « l’ordre des Fées » et leur donne la baguette de la Fée Noire.

Scène 13 : Boutique de Mr Gold

Mr Gold décide de bloquer la magie du corps de Pan à l’aide du bracelet de Cora, autrefois utilisé sur Regina afin que celle-ci ne puisse plus se servir de sa magie. Cette action a pour but d’empêcher Pan d’utiliser sa magie une fois qu’il aura réintégré son corps. Le plan est, une dernière fois, récapitulé : Henry, une fois de retour dans son corps, subtilise le Sort Noir et le rapporte à Regina afin que celle-ci puisse le briser. Mr Gold jette le sort mais, alors que les autres partent à la recherche d’Henry, il décide de rester en arrière afin de discuter avec Pan.

Scène 14 : Flashback. Ecole de Storybrooke. Octobre 2011

Mary-Margareth remarque qu’Henry n’a pas fait ses devoirs et n’a pas rendu l’arbre généalogique qu’il devait remplir. Henry lui avoue alors qu’il n’a pas de famille et que, même si Regina, semble l’aimer elle n’est pas sa mère. Il avoue également avoir remarqué que rien ni personne n’a changé en 10 ans et qu’il ne se sent pas à sa place dans cette ville. Pour le réconforter, Mary-Margareth lui offre alors un livre, le fameux livre de contes, en lui expliquant qu’il est apparu comme par magie dans son armoire. Elle veut qu’il le garde afin de ne pas perdre espoir et continuer à croire que les choses vont s’améliorer. En ouvrant le livre, le jeune garçon découvre que son institutrice et Blanche-Neige ne sont qu’une seule et même personne et acquiert la certitude que sa mère biologique est la Sauveuse, l’enfant de Blanche-Neige et de son Prince.

Scène 15 : Retour au présent. Grand rue de Storybrooke

Granny, Emma, Regina, Blanche, Belle, David et Neal retrouve Henry, qui a réintégré son corps, devant la tour de l’horloge. Regina récupère la malédiction puis s’évanouit, sans raison apparente.

 

Scène 16 : Boutique de Mr Gold

Pan se réveille et discute avec son fils de leur passé commun. Pan explique que Gold était un fardeau et parvient à retirer le bracelet qui bloque la magie car c’est lui qui l’a créé.  Pan et Gold se battent et, au cours de la bataille, Pan parvient à mettre le bracelet autour du poignet de son fils. Pan décide de se venger de son enfant en lui promettant de tuer tous ceux qu’il aime. Gold explique à son père être prêt à tout pour éviter de redevenir lâche et l’empêcher de nuire à sa famille.

 

Scène 17 : Flashback. Forêt Enchantée

Belle interrompt Rumplestiltskin qui est en train de commémorer la date d’anniversaire de son fils. Rumplestiltskin explique à Belle que son fils, Baelfire, n’est pas mort mais « perdu ». Il lui avoue également ne pas avoir le droit au bonheur et à une fin heureuse.

 

Scène 18 : Retour au présent. Boutique de Mr Gold

Mr Gold se débat pour enlever le bracelet et son regard tombe sur une épée. Il semble vouloir s’en servir pour se couper le poignet auquel est porté le bracelet mais il hésite.

 

Scène 19 : Grand rue

Emma et les autres essaient de réveiller Regina. Lorsque celle-ci reprend connaissance, elle explique ce qu’il faut faire pour arrêter la malédiction. C’est alors que Pan arrive, subtilise le parchemin et immobilise tout le monde grâce à la magie. Pan décide qu’il va d’abord tuer Neal et Belle lorsque Mr Gold arrive. Ce dernier explique avoir une « mission cruciale » à accomplir et dit être prêt à payer le prix pour ce qu’il a à faire. Il explique avoir accepté que sa fin heureuse ne sera pas avec son fils et avec Belle et renonce à ses pouvoirs. Il appelle alors son ombre afin de récupérer la Dague du Ténébreux. Il se poignarde avec tout en embrochant son père, ce qui menace de les tue tous les deux.

 

Scène 20 : Gros plan sur Peter et Mr Gold

Pan vieillit et tente de convaincre son fils de faire marche arrière. Mr Gold lui avoue être le méchant et que les méchants n’ont pas le droit à une fin heureuse. Il enfonce un peu plus la Dague dans leur deux corps et les tuent.

 

Scène 21 : Grand rue

Belle et Neal sont tristes et supplient Regina de faire en sorte que le sacrifice de Mr Gold ne soit pas vain.

 

Scène 22 : Puits aux souhaits

La malédiction continue de s’étendre et  va bientôt atteindre la ville.

 

 

 

Scène 23 : Grand rue

Grincheux arrive en criant que la malédiction se dirige vers la ville. Regina explique qu’elle va arrêter la malédiction mais qu’un prix devra être payé pour cela. Elle va devoir détruire Storybrooke et renoncer à la personne qu’elle aime le plus au monde : son fils. Elle explique également que chacun va réintégrer son monde d’origine à l’exception d’Henry et d’Emma, protégée par ce qu’elle est la Sauveuse, qui vont rester dans notre monde.

 

Scène 24 : Flashback. Phoenix. 11 ans plus tôt

On assiste à la naissance d’Henry et au renoncement d’Emma de le garder près d’elle.

 

Scène 25 : Retour dans le présent. Limites de Storybrooke

Toute la ville est rassemblée pour dire au revoir à Emma et Henry. Henry se sent responsable de tout ce qui arrive et comprend que Regina l’aime et l’a toujours aimé. Cette dernière lui avoue qu’elle est la seule coupable car c’est à cause de sa vengeance que le Sort Noir a été jeté. Neal promet à Emma et Henry de trouver un moyen pour les revoir. Emma et Crochet admettent, à demi-mots, ne pas être insensibles l’un à l’autre. Regina prend Emma à part pour lui explique que, une fois la ville détruite, Henry et elle ne se rappelleront pas de son existence et perdront tous leurs souvenirs en lien avec elle. Pour éviter de les plonger dans le désarroi, elle décide de leur fabriquer de faux souvenirs et d’offrir à Emma une vie dans laquelle elle n’a jamais abandonné Henry. Emma et Henry quittent la ville au moment où la malédiction arrive et où Regina déchire le parchemin afin que la malédiction de Peter devienne la sienne.  Strorybrooke disparait tout comme le livre de contes d’Henry.

 

Scène 26 : Flashback. Phoenix. 11 ans plus tôt

Emma décide finalement de garder Henry. On comprend que les souvenirs implantés par Regina fonctionnent.

 

Scène 27 : Flashforward. New-York. 1 an plus tard

Emma et Henry vivent une vie normale lorsque quelqu’un, un beau matin, vient sonner à leur porte : il s’agit de Crochet qui explique à Emma que sa famille est en danger et qu’il faut qu’elle se rappelle qui elle est. Emma, qui ne se rappelle de rien, le repousse et celui-ci tente alors le tout pour le tout et l’embrasse. Emma le frappe et lui ferme la porte au nez.

Dans la forêt – Près du puits - Storybrooke – Présent

 

Felix : (Avec la malédiction à la main.) Tu m’étonneras toujours Peter. Tu as réussi à berner la méchante reine en moins d’une journée. Ah, je suis impressionné.

Henry/Peter Pan : Elle aime Henry, c’est son unique faiblesse. Voilà, c’est ici qu’on va jeter le sort noir. Tu as les ingrédients ? (Felix lui donne un sac.)

Felix : Que va-t-il leur arriver quand ce sera fait ? Ils vont tous mourir ?

Henry/Peter Pan : Pire encore, ils seront les esclaves du nouveau monde qu’on va créer. Ils n’auront aucun souvenir de ce qu’ils étaient avant. La mort est parfois une délivrance. Leurs souffrances à eux seront infinies. (Il jette un flacon dans le puits et l’eau devient verte.)

 

Devant le caveau de Regina – Storybrooke

Tout le groupe est dans la forêt et Gold est en face d’eux.

Mary Margaret : Une autre malédiction. Tout va recommencer.

Emma : Gold, est-ce que celle-ci va fonctionner comme la précédente ?

Gold : La précédente avait été créée pour répondre aux souhaits de la reine. Celle-ci se conformera aux désirs de Peter Pan. Je m’attends à quelque chose d’effroyable.

Regina : La malédiction est faite de manière à ce qu’on ne puisse pas l’arrêter. On ne peut rien contre elle.

Gold : En réalité, il est tout de même possible de l’arrêter.

Regina : Comment ça ?

Gold : Avec le parchemin sur lequel le sort est inscrit. Il ne peut être neutralisé que par la personne qui a eu recours, c’est-à-dire toi Regina.

 

Dans la forêt – Près du puits – Storybrooke

Henry/Peter Pan et Felix sont toujours près du puits.

Henry/Peter Pan : Ce qu’elle a fait, c’est de la rigolade comparé à ce que je prépare. (Il jette un nouveau flacon dans le puits.)

Felix : Je savais que tu gagnerais. Peter Pan n’échoue jamais. (Henry/Peter Pan jette le dernier flacon dans le puits en souriant.)

 

Devant le caveau de Regina – Storybrooke

Regina : Qu’est-ce que je dois faire ?

Gold : Détruire le parchemin. La malédiction que tu as jetée prendra fin, celle de Peter aussi mais il y aura un prix à payer et non des moindres.

Regina : Et comment va-t-on s’y prendre ?

Gold : Il sera difficile de le récupérer, alors nous le ferons venir à nous grâce à un sort qui nous permettra de rendre à Peter et à Henry leurs corps respectifs.

 

Dans la forêt – Près du puits – Storybrooke

Felix : On dirait qu’il nous manque un ingrédient.

Henry/Peter Pan : Oui exact.

Felix : Qu’est-ce que c’est ?

Henry/Peter Pan : Le cœur de l’être que j’aime le plus au monde.

Felix : Tu veux parler de ton fils, Rumplestiltskin ?

Henry/Peter Pan : Non, non, lui je ne l’ai jamais aimé.

Felix : Mais alors de quel cœur s’agit-il au juste ? Qui aimes-tu ?

Henry/Peter Pan : L’amour peut prendre des formes très diverses. Il ne se réduit pas forcément à la romance ou à la famille. Il se nourrit parfois de la loyauté, de l’amitié. Il n’y a qu’une personne qui a toujours cru en Peter Pan.

Felix : (Commençant à comprendre.) C’est moi. (Il regarde sur le côté.)

Henry/Peter Pan : N’aies pas peur, vois plutôt ça comme un honneur.

Felix : Non, non, non, attends ! (Henry/Peter Pan prend son cœur et l’écrase au-dessus du puits puis Felix s’effondre au sol.)

 

Devant le caveau de Regina – Storybrooke

Peter Pan/Henry : Si récupère mon corps et Peter le sien, c’est moi qui aies le parchemin alors je peux vous le rapporter.

Gold : C’est précisément l’idée.

Regina : (À Gold.) Même toi tu n’es pas assez puissant pour jeter un sort pareil.

Gold : Je pense que si j’avais l’instrument adéquat, je pourrais l’être.

Clochette : La baguette de la Fée Noire, l’une des fées les plus puissantes qui n’aient jamais existé. C’était une experte en magie noire. La Fée Bleue l’avait exilée du royaume mais avant, elle lui avait confisquée sa baguette.

Gold : Notre regrettée mère supérieure doit l’avoir cachée dans son lieu de résidence.

David : Alors qu’est-ce qu’on attend ? Il faut qu’on aille au couvent.

Clochette : Je viens, j’aimerai pouvoir lui rendre un dernier hommage.

Gold : Entendu. Quant à nous, nous allons retourner à ma boutique et préparer Henry pour ce qu’il attend.

Emma : T’en fait pas, on est là. (Ils se mettent à partir et l’ombre passe au-dessus d’eux.)

 

Dans la forêt – Près du puits – Storybrooke

Henry/Peter Pan finit de mettre la poussière du cœur dans le puits. Le nuage vert commence à remonter du puits alors qu’il sourit.

 

OUVERTURE

La voiture d’Emma apparaît alors qu’il y a autour d’elle un ciel vert.

 

Dans la forêt enchantée – Dans le château de Blanche-Neige

Dans la chambre d’Emma – Passé

Blanche-Neige, enceinte, est à côté de l’arbre magique et discute avec la Fée Bleue.

Blanche-Neige : Et si cela ne marche pas ? Une armoire magique est un pari risqué, vous le savez aussi bien que moi. Alors que ferons-nous si votre plan s’avère un échec ?

Fée Bleue : Dans ce cas, la malédiction nous transportera dans un autre monde. Nous perdrons la mémoire et nous serons soumis au plus noir désir de la reine. C’est pourquoi il nous faut croire que ton enfant trouvera un moyen de nous sauver.

Blanche-Neige : Si nous avons tout oublié, nous ne pourrons pas lui dire qu’elle est la Sauveuse, comment le saura-t-elle ?

Fée Bleue : Un jour, quand le moment sera venu, notre histoire se révélera à elle.

Blanche-Neige : Notre histoire…

Fée Bleue : Tu dois me faire confiance.

Blanche-Neige : Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Fée Bleue : Je l’ignore encore mais je sais que cela finira par arriver.

Blanche-Neige : Comment pouvez-vous en être certaine ?

Fée Bleue : Parce que j’ai au fond de mon cœur ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui, l’espoir. Bonne chance, Blanche-Neige. Garde la foi. (Elle s’envole par la fenêtre et s’en va.)

Blanche-Neige : (Se tournant vers Charmant.) C’est facile à dire quand on a une baguette magique et des ailes.

Prince Charmant : Nous n’avons pas d’autre choix que de la croire.

Blanche-Neige : Mais ce mobile devait être à elle. (Elle regarde des licornes en verre accrochés au plafond.) Nous avions tant de projets.

Prince Charmant : Tu as entendu la Fée Bleue, nous pouvons encore triompher.

Blanche-Neige : Cette malédiction a brisé tous les rêves que notre famille avait.

Prince Charmant : Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve.

Blanche-Neige : (Se tournant vers Charmant.) Alors comment sais-tu que les choses s’arrangeront ?

Prince Charmant : Parce que l’inconnu n’est pas forcément mauvais. La vie est pleine de rebondissements qu’on ne voit pas venir et cette malédiction, ce n’est qu’un rebondissement de plus.

Blanche-Neige : Mais tout ce que nous désirions, c’était élevé nos enfants ensemble. C’était notre fin heureuse et maintenant elle s’est envolée. (Elle se met à pleurer.)

Prince Charmant : L’avenir que nous imaginions s’est envolée mais peut-être qu’une autre fin heureuse nous attend. (Il touche ses mains.) Une fin à laquelle nous n’aurions jamais songé. Hmm.

Blanche-Neige : Je choisis l’espoir. (Elle se retourne vers le mobile.) Je fais le choix de croire. (Elle touche la licorne.)

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke – Présent

Mary Margaret touche une licorne accrochée au plafond de la boutique de Gold. Emma arrive vers elle.

Mary Margaret : Ce mobile était au-dessus de ton berceau. Je veux dire, il aurait dû être au-dessus de ton berceau.

Emma : J’adore les licornes.

Mary Margaret : T’abandonner à cause de la malédiction a été le choix le plus difficile à faire.

Emma : Je sais.

Mary Margaret : Chaque fois que je te regarde, je me demande ce qu’il se serait passé si j’avais pu faire autrement.

Emma : Je ressens la même chose quand je vois Henry.

Mary Margaret : Tu as fait ce que tu pensais être le mieux, tu voulais que lui…

Emma :…ait toutes ses chances. Oui c’est vrai mais n’empêche. Si je l’avais gardé, les choses auraient été très différentes. On aurait eu une vie tous les deux, une vie normale. (Belle et Peter Pan/Henry entrent dans la boutique. Regina est derrière eux.) À Boston ou ailleurs. Mais il faut croire que le destin en avait décidé autrement. (Mary Margaret acquiesce et Emma se tourne vers Peter Pan/Henry.) Ça va Henry ?

Peter Pan/Henry : Oui, j’ai seulement hâte d’être à nouveau moi-même.

Gold : (Lisant un livre.) Encore un petit peu de patience, ce ne sera plus très long. Une fois que nous aurons la baguette, tout rentrera dans l’ordre.

 

Au couvent – Dans l’église – Storybrooke

La mère supérieure est allongée dans son cercueil et trois religieuses sont à son chevet pour prier. Neal, David, Kilian et Clochette entrent dans l’église pour les rejoindre.)

Clochette : Navrée de vous interrompre mais on a besoin de votre aide. (Les religieuses se tournent vers eux.)

Religieuse : Pourquoi faire ?

Neal : La baguette de la Fée Noire est ici. Il nous la faut.

Religieuse : On ne peut pas vous…

Clochette : Je sais, c’est une arme terrible mais ce qui nous menace est bien pire alors où est-elle ? (L’ombre de Peter Pan fait le tour du couvent.)

David : Qu’est-ce que c’est que ça ?

Kilian : L’ombre de Peter. (Elle s’approche des vitraux.)

Religieuse : Qu’est-ce qu’elle veut ?

Kilian : La baguette.

David : Fuyez ! Vite, vite. (Les religieuses se cachent alors que l’ombre entre dans l’église.) Restons pas là.

Kilian : Faut se mettre à l’abri, venez. (Ils se cachent derrière les bancs. L’ombre est sur le point de s’en prendre à eux.)

 

Au pays imaginaire – Dans la jungle - Il y a très longtemps - Passé

Crochet est dans la jungle avec monsieur Mouche.

Crochet : Il serait temps d’accélérer le pas, monsieur Mouche. Dans l’intérêt de cette expédition comme dans celui de ta silhouette.

Monsieur Mouche : Mes excuses capitaine, (il s’arrête et regarde vers la jungle) mais cet endroit me flanque la chaire de poule. Nous ferions peut-être mieux de remonter à bord du navire.

Crochet : Pas avant que j’ai trouvé un moyen de quitter cette île infernale. Nous sommes ici depuis trop longtemps et maintenant que je sais qu’il existe une dague qui peut tuer le Ténébreux, il me tarde de lever l’ancre et de regagner le monde dont nous venons. Ma soif de vengeance est ravivée.

Monsieur Mouche : Votre soif de vengeance serait plus en sécurité sur le lac… (Il se prend un coup de bâton sur la tête.)

Crochet : (Se retournant.) Monsieur Mouche ? (La fée Clochette lui met un couteau sous la gorge.)

Fée Clochette : N’es-tu pas un peu trop vieux pour être un enfant perdu ?

Crochet : Je ne fais pas partie de la bande de Peter et comme tu l’as toi-même constaté, je ne suis plus un enfant.

Fée Clochette : (Touchant les cheveux de Crochet.) Alors qui es-tu et que viens-tu faire ici ?

Crochet : Je suis le capitaine du Jolly Roger et je suis à la recherche (il souffre) d’une forme de magie qui me permettrait enfin de repartir dans la monde d’où je viens. Tu n’en aurais pas un petit peu par hasard ?

Fée Clochette : Je suis à court justement.

Crochet : (Se dégageant.) Je ne le crois pas une seconde. Si j’osais, j’irais jusqu’à dire que tu es une fée.

Fée Clochette : Et moi si j’osais, j’irais jusqu’à dire que tu es un pirate.

Crochet : Gagné. Alors dis-moi la fée, peux-tu m’aider ?

Fée Clochette : Tu me demandes de l’aide ? (Passant la pointe du couteau sous la gorge.) Tu ne crains donc pas qu’il me prenne l’envie de te trancher la gorge ?

Crochet : (Posant la lanterne sur un rocher.) Ce ne sont guère des manières de fée. Ne devrais-tu pas plutôt me guider vers une fin heureuse ou toute autre chose au moins aussi précieuse ?

Fée Clochette : C’est vrai que j’ai été une fée. C’était il y a bien longtemps mais ensuite on m’a repris mes ailes. Quand à ta soi-disant fin heureuse, trouve-la tout seul. (Il tente de prendre quelque chose derrière lui mais Clochette l’en empêche avec son couteau.) Pas un geste.

Crochet : Ça n’est pas une arme. (Il sort la bouteille de rhum.) Du moins pas au sens où on l’entend habituellement. (Débouchonnant la bouteille.) Une goutte de rhum ?

Fée Clochette : Pourquoi tiens-tu tellement à partir ? (Elle boit à la bouteille.)

Crochet : Le Ténébreux a tué la femme que j’aimais et je compte bien le lui faire payer. (Il boit à son tour.)

Fée Clochette : Alors tuer cet homme et ta fin heureuse ? Même si pour y parvenir, tu risques d’y laisser la vie.

Crochet : Je suis prêt à risquer ma vie pour deux choses : l’amour et la vengeance. J’ai perdu le premier, si je dois mourir pour assouvir ma vengeance, je crois que je m’estimerais plutôt satisfait.

 

Au couvent – Dans l’église – Storybrooke – Présent

Neal, David, Kilian et Clochette tentent de se protéger contre l’ombre de Peter.

David : Alors tout ce qu’on a à faire, c’est rallumer cette bougie ? C’est comme ça que vous l’avez capturée au pays imaginaire ?

Neal : Oui, mais cette fois on s’en débarrasse pour de bon.

Kilian : Je vais attirer son attention.

Clochette : Tu es sûr que c’est une bonne idée ?

Kilian : Si c’est le seul moyen d’empêcher cette malédiction d’effacer tous nos souvenirs, je suis prêt à prendre ce risque.

Clochette : Je croyais que tu ne risquais ta vie que par amour ou par vengeance.

Kilian : Et pour une autre bonne raison, mes intérêts. (Il se lève et passe par-dessus les bancs.) Hey ! (Neal s’avance alors que Kilian tente toujours d’attirer l’ombre.) C’est censé m’impressionner ? (L’ombre l’attaque et le projette au sol. Il glisse et David le prend pour le mettre derrière un banc. L’ombre continue de faire le tour.)

Clochette : Tu peux le capturer ?

David : Non, il est trop haut, il faudrait s’approcher.

Neal : Si on savait voler, on pourrait l’atteindre. (Regardant vers Clochette.) Attends.

Clochette : Je te rappelle que je n’ai plus mes ailes.

Neal : Mais tu as de la poudre de fée.

Clochette : Qui est devenue inerte.

David : Non, Clochette, tu as réussi à la faire fonctionner une fois, tu peux le refaire. Clochette se lève et va au centre pour tenter d’approcher l’ombre. Elle prend la fiole avec de la poudre de fée dans les mains et l’ouvre. La poudre s’échappe et Clochette se concentre pour pouvoir voler. Neal lui donne la noix de coco avec la bougie et elle se concentre à nouveau pour la faire allumer, y arrivant. Elle s’envole et arrive à attraper l’ombre qui tente de s’échapper mais n’y arrive pas et elle se fait aspirer dans la noix de coco. Elle la referme. Tout le monde sourit et elle descend pour atterrir au sol. Ils rigolent. Elle jette la noix de coco dans un feu et l’ombre est désintégrée. Ils reviennent vers Clochette toujours en rigolant.

Neal : Beau travail.

Kilian : Tu vois que tu es toujours une fée. (David met sa main sur l’épaule de Clochette qui en fait de même.)

Clochette : Et toi, toujours un pirate. Tu vas bien ?

Kilian : J’ai perdu une main autrefois, je devrais survivre.

Clochette : Quoi qu’il en soit, je sais pourquoi tu as risqué ta vie et ce n’était pas pour servir tes intérêts ou par vengeance, c’était pour Emma.

Mère supérieure : Bravo Fée Verte. (Elle est debout après s’être réveillée.)

Clochette : Fée Bleue, mais tu étais…

Mère supérieure : Morte, je sais mais en tuant l’ombre, tu m’as rendue la mienne et ramené à la vie. Merci. Tu as appris à croire en toi, Fée Verte, Fée Clochette. (Elle sourit.) Bienvenue parmi nous.

Clochette : Je suis à nouveau une fée même si j’ai enfreint toutes les règles ?

Mère supérieure : J’ai peut-être été un peu trop sévère. Tu méritais tes ailes Clochette et tu as mérité de les récupérer à de nombreuses reprises.

Clochette : Merci beaucoup.

Mère supérieure : En ce qui concerne la baguette de la Fée Noire, (elle fait apparaître la baguette et la donne) tenez. Sauvez-nous tous. (Neal la prend. Ils s’en vont.)

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke

David arrive avec le groupe dans l’arrière-boutique où se trouvent Regina, Emma et Peter Pan/Henry.

David : On a une bonne nouvelle, la Fée Bleue est en vie, elle nous a donnés la baguette.

Emma : On a besoin d’autre chose ?

Gold : Oui, d’une dernière chose. (Il prend quelque chose dans l’armoire derrière lui. Belle est à côté de lui. Il sort un bracelet.)

Mary Margaret : Qu’est-ce que c’est ?

Gold : L’une des rares choses utiles que j’ai réussi à subtiliser à Tamara et Greg avant qu’ils ne partent pour le pays imaginaire. Ce bracelet inhibe les pouvoirs magiques de la personne qu’il porte.

Regina : (Se tournant vers Kilian.) Puisqu’on en parle, je n’ai pas oublié ce que tu m’as fait.

Kilian : Ouais.

Gold : Tu veux bien me donner ton poignet Henry ? (Il met le bracelet sur son poignet.) Je veux m’assurer que quand mon vieux père se réveillera, il sera affaibli. Ça bloquera tous ses pouvoirs.

Peter Pan/Henry : Qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ?

Gold : Je vais jeter un sort, tu vas tomber dans un profond sommeil et quand tu te réveilleras, tu auras retrouvé ton corps.

Peter Pan/Henry : Ah.

Regina : Et là, tu récupéreras le parchemin dont on a parlé et tu viendras nous trouver aussi vite que possible. (Neal donne la baguette à Gold.)

Peter Pan/Henry : Quand j’ai donné mon cœur à Peter, je croyais me comporter en héros. Pardon, je suis désolé.

David : Non, ce n’est pas à toi de t’excuser, c’est à Peter de le faire.

Gold : Il est temps. (Peter Pan/Henry s’allonge sur la banquette.) Ne quitte pas la baguette des yeux. (Il tourne la baguette puis la pose sur son front. Peter Pan/Henry se met à avoir des spasmes.)

Emma : Qu’est-ce qu’il se passe ?

Gold : Son esprit quitte le corps de Peter.

Regina : Ça a fonctionné.

Emma : Allons retrouver notre fils. (Tout le monde s’en va sauf Gold. Neal met sa main sur son épaule.)

Belle : (S’approchant de lui.) Tu ne viens pas avec nous ?

Gold : Non, non, non, je vais rester ici, mon cher père et moi nous avons… quelques histoires de famille à régler.

Belle : (S’en allant.) D’accord. (Peter Pan est désormais endormi.)

 

Dans une école – Storybrooke – Octobre 2011 - Passé

Henry est à une table à l’extérieur de l’école en train de regarder une page d’un arbre généalogique. La cloche se met à sonner.

Henry : Arbre généalogique. (Il la remet dans sa couverture de cahier. Il mange et Mary Margaret s’approche de lui.)

Mary Margaret : Henry, c’est la deuxième fois que tu ne rends pas ton devoir, il y a un problème ? (Elle n’obtient pas de réponse et elle s’assoit.) Ah, tout va s’arranger, tu verras. Il suffit d’y croire très fort, (il ferme la boîte) la vie est imprévisible.

Henry : Vous trouvez qu’elle l’est la votre ? Parce que j’ai franchement l’impression qui a jamais rien qui change dans cette ville. Rien à part moi. Ma mère biologique ne m’aimait pas. Regina dit qu’elle m’aime mais je sais que ce n’est pas vrai, j’ai… j’ai pas ma place ici.

Mary Margaret : Tu as ta place parmi nous, Henry et tu es aimé. J’ai quelque chose à te montrer. Ce matin, j’ai nettoyé le placard de ma chambre comme je le fais chaque semaine depuis des années et tu sais ce qui s’est passé ? J’y ai trouvé quelque chose, quelque chose que je n’avais jamais vu. (Elle sort le livre « Il était une fois » et le pose sur la table devant Henry.)

Henry : (Lisant la première de couverture.) Il était une fois.

Mary Margaret : Il est apparu ce matin comme par magie.

Henry : C’est totalement impossible.

Mary Margaret : Évidemment et pourtant, c’est arrivé. Ce livre a d’une manière ou d’une autre atterri chez moi. Est-ce qu’on me l’a donnée et j’ai oublié que je l’avais ? (Henry feuillette les pages du livre.) Peut-être mais il était bien là. Et tu sais ce que j’y ai trouvé quand je l’ai ouvert ? De l’espoir.

Henry : (En réfléchissant.) Moi j’y vois que des contes de fée.

Mary Margaret : Et à quoi servent réellement les contes de fée selon toi ? Ils sont là pour nous rappeler que les choses finiront par s’arranger, si quoi qu’il arrive, on garde toujours espoir. Ta fin heureuse ne sera peut-être pas celle que tu imaginais mais c’est justement ce qui la rend si précieuse.

Henry : Est-ce que… est-ce que je peux vous l’emprunter ?

Mary Margaret : Je te le donne.

Henry : (En souriant.) C’est vrai ?

Mary Margaret : Croire en ne serait-ce qu’en la possibilité d’une fin heureuse est d’un grand réconfort, et je crois que tu en as besoin. (Elle se lève.) On se voit en classe. (Elle s’en va alors qu’il ouvre une page du livre où se trouve Blanche-Neige et le prince Charmant.)

Henry : Mademoiselle Blanchard ?

Mary Margaret : Oui. (Elle est dans une robe de princesse, ce que voit Henry avant de la retrouver comme elle était.)

Henry : Merci.

Mary Margaret : Mais de rien. (Elle retourne vers l’école et Henry ouvre une autre page où il voit Blanche-Neige avec un bébé dans les bras, Emma.)

Henry : Emma. (Il regarde en face de lui.)

 

Dans les rues de Storybrooke – Présent

Granny : Je sens son odeur. (Ils vont vers la bibliothèque.) Il est tout près d’ici.

Mary Margaret : À la bibliothèque ?

Granny : Oui. (Ils courent alors qu’Henry sort de la bibliothèque et les rejoint.)

Henry : C’est moi, c’est moi, ça a marché. (Il se jette dans les bras d’Emma et de Regina.) Me serrez pas si fort, qu’est-ce que vous faites ? On s’est vu il y a cinq minutes.

Regina : Mais ce n’était pas toi qu’on voyait.

Emma : (Prenant le parchemin des mains d’Henry.) Il a le parchemin. C’est à vous de jouer maintenant. (Regina prend le parchemin puis tombe au sol.) Regina. Regina.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke

Peter Pan est désormais dans son corps et encore allongé. Il se réveille et Gold est en face de lui.

Gold : Bonjour papa.

Peter Pan : Je pensais que tu me tuerais dans mon sommeil, p’tit gars. Il faut croire que tu as changé de… (il regarde son poignet où se trouve le bracelet) Oh je vois, c’est donc ça. Tu m’as retiré mes pouvoirs, c’est pour ça qu’il t’est aussi facile de, de pavaner et de prendre des grands airs.

Gold : Je voulais te parler. Je voulais que tu me regardes en face et que tu repenses à tout ce que tu as fait.

Peter Pan : Évidemment, regarder mon fils dans les yeux une dernière fois, le voir tel qu’il est réellement et penser à tout ce qui aurait pu être. C’est ça que tu voudrais, moi aussi je le veux. J’ai l’impression de te revoir quand tu n’étais qu’un tout petit bébé, tout à moi et sans défense. Ces deux grands yeux immenses toujours rempli de larmes qui prenait toute la place, qui me prenait mon nom, mon argent, mon pain et mon temps libre, qui me retirai à tout jamais l’espoir de me construire un jour une vie meilleure. Cette minuscule larve rose aux mouvements désordonnés, qui dévoraient tous mes rêves les uns après les autres sans jamais pouvoir s’arrêter. Quel âge as-tu maintenant ? Quelque chose comme deux cents ans. Quand serais-je débarrasser de toi ?

Gold : Tu ne vas pas tarder à l’être. (Il prend une épée.) Dans la mort.

Peter Pan : Dans ce cas, un dernier conseil, fiston. Ne construis jamais une cage dont tu ne sais pas sortir. (Il prend le bracelet.) C’est moi qui ai créé ce bracelet, il ne fonctionne pas sur moi. En revanche sur toi… (Il met le bracelet sur le poignet de Gold par magie.) Écarte-toi de mon chemin. (Il utilise son pouvoir contre son fils qui est projeté en arrière, tombant au sol.) Voyons ce que tu es capable de faire sans magie. (Gold tente d’attraper l’épée mais reçoit un coup de pied dans la figure.)

Gold : Je ferais tout ce que je pourrais pour ceux que j’aime.

Peter Pan : Pour ton fils, non, c’est déjà trop tard, bientôt cette fumée verte va remplir les poumons de ceux qui te sont chers et leur embrumer la cervelle mais à eux, contrairement aux autres gens de cette ville, je ne prendrai pas que la mémoire, non. Puisqu’ils ont tellement d’importance à tes yeux, je leur prendrai aussi la vie.

Gold : Non.

Peter Pan : Et toi, tu ne feras rien pour m’en empêcher. Tu sais pourquoi ? Parce que sans la magie, tu es à nouveau celui que tu étais avant, le lâche du village. (Il se relève et s’en va, laissant Gold sans défense. Ce dernier tente de retirer le bracelet mais il n’y arrive pas.)

 

Dans la forêt enchantée – Dans le château de Rumplestiltskin – Passé

Rumplestiltskin : (En allumant une bougie.) Il s’est passé trop d’années, Baelfire mais je les ai toutes comptées. (Il éteint la bougie. Belle entre dans la pièce.)

Belle : Ah, je te prie de m’excuser, je ne savais pas que tu étais là.

Rumplestiltskin : Sors d’ici.

Belle : Je pose seulement ces fleurs, ensuite je m’en vais.

Rumplestiltskin : Je t’ai dit de sortir. (Elle pose les fleurs sur la table. Il mouille ses doigts et éteins la bougie. Il la prend dans ses mains et la met en dessous de la table. Pendant ce temps, Belle touche le châle qui se trouve sur la table.)

Belle : Je te demande pardon, tu étais en train de… C’était une commémoration en son honneur ? Quel âge aurait-il maintenant ?

Rumplestiltskin : Il n’est pas mort, il est perdu.

Belle : Perdu ? Euh, mais…

Rumplestiltskin : (Touchant à son tour le châle.) Aujourd’hui, c’est son anniversaire, je devrais être avec lui en train de le fêter. Autrefois, nous avons eu la possibilité d’être heureux tous les deux mais j’ai eu peur.

Belle : Il n’est peut-être pas trop tard.

Rumplestiltskin : Je l’espère. Non, je n’aurais pas droit à une fin heureuse.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke – Présent

Gold tente d’enlever son bracelet, sans résultat. Il voit l’épée puis la prend et regarde son poignet, comprenant que c’est le seul moyen de l’enlever.

 

Dans la rue – Storybrooke

Regina est toujours allongée et inconsciente. Emma tente de la réveiller.

Emma : Regina, réveillez-vous. Regina.

Regina : (Se réveillant.) Emma. (Elle se relève.)

Emma : Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Ça va ?

Regina : Oui, je vais bien, j’ai seulement…

Mary Margaret : Seulement quoi ? Il s’est passé quoi quand vous l’avez touché ?

Regina : J’ai vu ce qu’il fallait faire.

Henry : Maman, il ne va rien t’arriver, hein ?

Regina : Peu importe, ce qui compte c’est (elle touche le visage d’Henry) qu’il ne t’arrive rien à toi. (Le parchemin disparaît pour réapparaître dans les mains de Peter Pan qui les rejoint.)

Peter Pan : Faux.

Kilian : Il a le… (Peter les pétrifie tous grâce à son pouvoir.)

Peter Pan : Parchemin, ça c’est sûr.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke

Gold retrousse sa manche et est prêt à couper sa main.

 

Dans la rue – Storybrooke

Peter Pan : Regardez-vous. Littéralement médusé. De jolies poupées avec lesquelles je peux jouer à ma guise. Je crois que je vais commencer par ces deux-là. (Il s’approche de Belle et Neal.) Vous êtes tous les deux si adorables, difficile de décider lequel tuer en premier. En fait, non, pas tant que ça, ce sera toi, toi d’abord, Neal. (Il met son doigt devant lui. Gold arrive par derrière et le prend par la veste.)

Gold : Ça suffit, laisse-les en paix.

Peter Pan : Oh, voyez-vous ça. La petite larve montre les dents. Tu as l’intention de protéger tous ceux que tu aimes.

Gold : Je ne te laisserai pas toucher à un seul de leurs cheveux.

Peter Pan : Oh, je serai curieux de voir ça.

Gold : Mais tu vas le voir. Parce que j’ai une mission cruciale à accomplir. Que je dois la mener à bien quoi qu’il en coûte. (Un gros plan est fait sur Belle.) Il n’y a pas d’échappatoire cette fois. Ce que je dois faire a un prix, un prix que je suis enfin prêt à payer. (Il se tourne vers son fils.) J’ai créé cette malédiction pour te retrouver, pour te dire que j’avais commis une erreur, pour être sûr que tu aies une chance d’être vraiment heureux. (Peter se met à sourire.) Je sais que ton bonheur est désormais possible mais pas avec moi. Je l’ai accepté.

Peter Pan : Ce ne sont que de belles paroles. (Il ricane.)

Gold : Je t’aime Baelfire. Je t’aime aussi Belle. Tu m’as rendu plus fort.

Peter Pan : Plus fort ? Peut-être mais ce n’est pas ça qui te rendra tes pouvoirs.

Gold : Mais je n’en ai pas besoin. Tu vois, tu as peut-être perdu ton ombre mais il y a un détail que tu oublies.

Peter Pan : Et quel est ce détail ?

Gold : C’est que moi aussi, je lui ai même confié quelque chose à cacher. (Il lève le bras et son ombre lui apporte sa dague tout en rentrant dans son corps. Désormais, il tient son père dans les bras.)

Peter Pan : Qu’est-ce que tu fais ? (Gold retient toujours son père.)

Gold : Je sais que le seul moyen de te tuer, c’est de mourir avec toi et cette fois-ci, cette fois-ci, je suis prêt à mourir. (Il enfonce la dague dans le corps de Peter qui se met à souffrir. Il retrouve son âge normal.) Bonjour papa.

Malcolm : Rumple, je n’en suis plus, rien ne t’oblige à faire ça. Il te suffit de retirer la dague. On pourra tout recommencer. On pourra avoir une fin heureuse.

Gold : Ah, je suis un méchant et les méchants n’ont pas droit à une fin heureuse. (Il tourne la dague pour tuer son père puis se met à l’embrasser. Le parchemin tombe au sol et ils ont tous les deux disparus, ce qui libère tout le groupe. Ils sont sous le choc mais Belle se met à pleurer de chagrin suite à la disparition de Gold. Elle s’assoit sur le sol. Elle continue toujours de pleurer.)

Belle : Oh non, Rumple. Il est mort. (Neal est sous le choc alors que Regina ramasse le parchemin.)

Mary Margaret : Regina, ça va ?

Regina : Ça va.

Emma : (S’approchant de Neal.) Je suis navrée.

Neal : Mon père a fait ce qu’il devait faire. (Il sourit.) Il nous a tous sauvés. Regina, faites en sorte qu’il ne soit pas mort pour rien. Regina.

Regina : Qu’est-ce qu’il y a ?

Kilian : Nous sommes ici pour une raison, ma belle. Peter.

Regina : Il est mort.

Kilian : La malédiction qu’il a jeté est toujours là alors penses-tu pouvoir l’arrêter ou faut-il préparer nos âmes à disparaître ? Parce que la mienne risque d’avoir besoin d’un certain temps. (Dans la forêt, le nuage vert commence à arriver ce qui alerte Leroy.)

Leroy : (En courant.) Alerte, elle est là. La malédiction, elle arrive. Elle arrive de tous les côtés. On ne peut pas lui échapper.

David : On peut encore l’arrêter, il n’est pas trop tard, n’est-ce pas Regina ?

Regina : Oui, oui.

Emma : Bon, c’est quoi le prix à payer, Gold a dit qu’il y en aurait un, quel prix on va devoir payer ?

Regina : (Se tournant vers elle.) Ce n’est pas à vous de le payer. C’est à moi seule.

Emma : Qu’est-ce que vous voulez dire ?

Regina : C’est ce que j’ai ressenti quand j’ai pris le parchemin. Je dois renoncer pour toujours à ce que j’aime le plus au monde. (Emma regarde vers Henry qui vient à côté d’elle.)

Emma : Henry.

Regina : Je ne dois jamais le revoir. Je n’ai pas le choix, c’est à moi de mettre fin à tout ça.

Mary Margaret : À la malédiction qui nous a transportés à Storybrooke ?

Regina : Qui a créé Storybrooke. Cette ville n’est pas à sa place ici et nous non plus d’ailleurs.

David : En brisant la malédiction, on détruit la ville.

Regina : Ce sera comme si elle n’avait jamais exister. Et chacun retournera dans le monde d’où il vient sans pouvoir plus jamais revenir ici.

Emma : Vous allez repartir dans la forêt enchantée ?

Regina : Nous allons tous y retourner excepté Henry. Lui, il restera ici parce que c’est dans ce monde qu’il est né.

Emma : Quoi ? Tout seul ?

Regina : Non, vous resterez avec lui parce que vous êtes la Sauveuse. Si vous êtes née, c’est pour briser la malédiction et cette fois encore, vous y échapperez.

Emma : Je ne veux pas y échapper, je veux qu’on reparte avec vous tous.

Regina : Ce n’est pas possible. Je ne peux pas être avec Henry. C’est le prix que je dois payer sinon c’est voué à l’échec. (Le nuage arrive de plus en plus vite.)

Mary Margaret : Emma, il faut que tu t’en ailles.

Emma : Je viens de vous retrouver.

Mary Margaret : Mais on va devoir à nouveau se séparer pour que tu aies toutes tes chances et Henry aussi.

Emma : Non, je ne suis pas d’accord, je, je ne peux pas. Enfin, je ne suis pas prête. Je suis la Sauveuse, je suis censée pouvoir rétablir ce que vous appelez les fins heureuses. C’est bien ce qu’Henry disait.

Mary Margaret : Les fins heureuses ne sont pas toujours telles qu’on les imaginait. Regarde autour de toi, tu as changé la vie de tous ceux qui sont ici aujourd’hui.

Emma : Mais on forme une famille.

Mary Margaret : Oui mais on sera toujours une famille, rien ne pourra changer ça.

David : Henry et toi, vous formerez une famille et tu auras la vie que tu voulais. Tu seras heureuse, tu seras comme tout le monde.

Mary Margaret : C’est le moment de croire en toi, Emma. C’est le moment de choisir l’espoir.

Regina : On se connaît depuis quelques temps maintenant et jusqu’ici tout ce que je voulais, c’était de me débarrasser de vous pour récupérer Henry (Emma le regarde) mais en réalité ce que je souhaite c’est qu’il soit heureux avec ou sans moi. Nous n’avons plus le choix, vous devez vous en aller.

Emma : (Après une hésitation.) OK.

 

Dans un hôpital – Phoenix – Onze ans plus tôt - Passé

Docteur : Bon maintenant poussez de toutes vos forces. (Emma est en plein travail. Elle crie.) C’est ça, poussez, poussez, poussez. (Les lumières disjonctent.) Voilà, c’est fini. (Il lui montre le bébé.) C’est un très beau bébé. Oui, tu es magnifique. C’est un garçon. (Le bébé pleure et elle ne veut pas le voir.)

Infirmière : (À voix basse.) Docteur, elle ne veut pas garder l’enfant.

Docteur : Il faut que vous sachiez que vous pouvez encore changer d’avis.

Emma : Non, je ne saurais pas être une mère.

 

À la frontière de Storybrooke – Présent

La voiture d’Emma est à la frontière de la ville  Tout le monde y est alors que la malédiction arrive de plus en plus vite. Emma et Henry vont dans les bras de David et Mary Margaret. Il se met en face de Regina.

Henry : C’est pas juste. Tout est ma faute.

Regina : Qu’est-ce que tu veux dire ?

Henry : Si j’étais pas allé chercher Emma, si j’avais laissé la ville sous l’emprise de la malédiction, rien de tout ça ne serait arrivé. Je croyais que j’étais seul au monde, que tu ne m’aimais pas mais j’avais tort.

Regina : Henry, j’avais tort moi aussi, ce n’est pas ta faute, c’est la mienne. J’ai, j’ai jeté ce sort par pure vengeance et je suis une méchante. Tu as entendu monsieur Gold, les méchants n’ont pas droit à une fin heureuse.

Henry : T’es pas une méchante, t’es ma maman. (Il touche son épaule et va dans ses bras. Emma vers Neal.)

Emma : Neal, je suis désolée.

Neal : Il faut pas. Tu vas emmener notre fils loin de tout ça.

Emma : (Pendant que Neal met sa main sur l’épaule d’Henry.) Et toi, tu dois repartir là-bas.

Neal : Ouais, on n’y peut rien. (Ils se mettent dans les bras.) Écoute, c’est loin d’être fini. On se reverra tous les trois. (Emma commence à partir.) Au revoir, Henry.

Kilian : (S’approchant d’Emma.) Je dois admettre que ton vaisseau a plutôt fière allure. Il ne se passera pas un jour sans que je pense à toi.

Emma : Tant mieux. (Regina s’approche aussi d’Emma.)

Regina : Emma. Il y a quelque chose que je ne vous ai pas dit.

Emma : Quoi encore.

Regina : Quand la malédiction déferlera sur nous, elle nous renverra tous d’où on vient. Il ne restera plus rien de notre passage ici. Y compris dans vos mémoires. C’est ainsi que le sort fonctionne, Storybrooke cessera purement et simplement d’exister ou plutôt, elle n’aura jamais existé. Du coup, ces dernières années disparaîtront de vos mémoires à tous les deux et nous redeviendront des personnages de conte de fées.

Emma : Et nous, qu’est-ce qu’on va devenir ?

Regina : Je l’ignore.

Emma : Ça ressemble pas tellement à une fin heureuse.

Regina : Ce n’en est pas une mais je sais comment arranger ça.

Emma : Vous pouvez préserver tous nos souvenirs ?

Regina : Non, en fait, je peux vous faire ce que j’ai fait à tous les gens de cette ville. Vous donnez d’autres souvenirs.

Emma : Vous les avez ensorcelés pour qu’ils soient malheureux pour toujours.

Regina : Faites-moi confiance. Emma, en cadeau d’adieu, je vous offre une vie heureuse, de bons souvenirs pour vous (elle se tourne vers Henry qui la rejoint) et pour Henry. Vous ne l’aurez jamais abandonné. Vous n’aurez jamais été séparé l’un de l’autre.

Emma : Vous feriez ça ?

Regina : Quand j’annulerai le sort que Peter a jeté et que vous franchirez les limites de la ville, vous aurez la vie dont vous avez toujours rêvé.

Emma : Mais elle ne sera pas réel.

Regina : Votre passé ne le sera pas mais votre avenir le sera. Il faut que vous y alliez. Il ne nous reste plus beaucoup de temps, la malédiction approche.

Regina prend Henry dans ses bras. Elle l’embrasse sur le front. Emma se met à pleurer et Mary Margaret met ses mains autour de ses joues et l’embrasse sur le front. Ils montent dans la voiture. Tout le monde les regarde faire. Regina arrache le parchemin qui se met à bleuter. Le nuage vert approche de plus en plus. Elle fait une boule avec le parchemin. Elle utilise son pouvoir pour tenter de le ralentir mais sans succès. La voiture s’en va et la malédiction englobe tous les habitants de Storybrooke qui disparaît. Henry regarde derrière lui mais il n’y a plus personne. Regina les regarde partir. Le nuage violet englobe toute la ville, même le livre de contes dans la chambre d’Henry. La voiture continue son chemin alors qu’Henry regarde Emma en souriant.

 

Dans un hôpital – Phoenix – Onze ans plus tôt – Passé

Docteur : Il faut que vous sachiez que vous pouvez encore changer d’avis. (Henry continue de pleurer alors qu’Emma semble hésiter.)

Emma : Attendez. Laissez-moi le prendre dans les bras. (Il lui donne Henry.)

Docteur : Tenez. (Elle sourit en le voyant.)

Emma : Ah, oh, oh.

 

Sur la route – Présent

Emma continue sa route en regardant vers Henry. La ligne de la frontière sur Storybrooke disparaît.

 

Dans un appartement – New York – Un an plus tard

Dans sa chambre, Emma se réveille après que le réveil affiche 8 heures 15 minutes et l’éteint. Elle prépare une omelette, la fait cuire dans une poêle. Elle se tourne vers Henry qui arrose des fleurs. Elle met deux assiettes, une pour lui et une pour elle. Elle met une tasse avec du chocolat avec de la crème.

Henry : T’as pas oublié un truc, maman ?

Emma : Ah, si la cannelle. (Elle l’apporte.) Et voilà.

Henry : Merci. (Il en met dessus et ils choquent leur tasse. Quelqu’un frappe à la porte.) Tu attends de la visite ?

Emma : Non. (La personne insiste.) Tu ne bouges pas d’accord ? (Elle s’en va vers la porte et arrête la radio en même temps. Elle l’ouvre et c’est Kilian qui est en face d’elle.)

Kilian : Swan, enfin. (Il s’avance vers elle en souriant.)

Emma : Euh doucement. On se connaît ?

Kilian : J’ai besoin de ton aide, il vient de se passer quelque chose d’affreux. Ta famille a de gros ennuis.

Emma : Ma famille est ici, vous êtes qui ?

Kilian : Un vieil ami. Je sais que tu n’as aucun souvenir de moi mais je peux te rendre la mémoire. (Il se met à l’embrasser et elle lui donne un coup de genou dans la jambe et le pousse à l’extérieur de l’appartement.)

Emma : Mais qu’est-ce qui vous prend ?

Kilian : (Souffrant.) C’était un pari risqué mais je devais essayer. J’espérais que mes sentiments étaient partagés.

Emma : Ce que vous allez partager, c’est une cellule au poste de police.

Kilian : Je comprends que cela puisse paraître insensé mais il faut absolument que tu te rappelles qui tu es. (Elle ferme la porte et Henry l’a entendu.)

Henry : C’était qui ?

Emma : Aucune idée. Quelqu’un a dû laisser la porte ouverte en bas. Bon, on mange. (Elle retourne à sa place.)

–[Storybrooke]–

Henry/Peter Pan and Felix are coming to the well.

Felix : You never cease to amaze me, Peter. Outwitting the Evil Queen in less than a day? Impressive.

Henry/Peter Pan : She loves the boy. That makes her weak. This is it. This is where we'll cast it. The ingredients ?

Felix gives Henry/Peter Pan a bag.

Felix : When it's done, will they all be dead ?

Henry/Peter Pan : Worse. They'll be slaves to this new land we're making, with no idea who they once were. Death is final, Felix. Their suffering... Will be eternal.

Henry/Peter Pan throws the ingredients into the well.

––––––––––––

At the cemetery.

Mary Margaret : Another curse ? It's happening again ?

Emma : Gold, this curse, is it gonna work like the last one ?

Mr Gold : The last one was created to service the Queen's wishes. This will be done per Pan's desire. I would count on something hellish.

Regina : The curse was built to be unstoppable. There's nothing that can be done.

Mr Gold : Well, it is possible to stop it.

Regina : What ?

Mr Gold : By using the scroll itself. It can only be undone by the person who used the scroll. That's you, Regina.

––––––––––––

At the well.

Henry/Peter Pan : What she did is child's play compared to what I have in mind.

Felix : I knew you'd win. Peter Pan never fails.

––––––––––––

At the cemetery.

Regina : What do I have to do ?

Mr Gold : You must destroy the scroll. Both your curse and his shall be ended, but know this... There will be a price. A steep one.

Regina : W... What do you suggest ?

Mr Gold : Instead of going to him, bring him to us with a spell... One that will return Pan and Henry to their own bodies.

––––––––––––

At the well.

Felix : Are we missing something ?

Henry/Peter Pan : Yes.

Felix : What is it ?

Henry/Peter Pan : The heart of the thing I love most.

Felix : You mean your son's heart ? Rumplestiltskin ?

Henry/Peter Pan : No, no. I... I never loved Rumple.

Felix : Well, then whose heart do we need ? Who do you love ?

Henry/Peter Pan : Love can mean many things, Felix. It doesn't just come from romance or family. It can also come from loyalty. Friendship. Only one person has always believed in Pan.

Felix : That's me.

Henry/Peter Pan : Don't be afraid. Be flattered.

Felix : No, no, no, no, no !

Henry/Peter Pan rips Felix’s heart.

Felix : Aah !

Henry/Peter Pan crushes Felix’s heart. Felix is dead.

––––––––––––

At the cemetery.

Peter Pan/Henry : If I'm back in my own body, that means I'll have the scroll. I... I can bring it to you guys.

Mr Gold : Exactly right, Henry.

Regina : Even you aren't powerful enough to cast such a spell.

Mr Gold : Well, given the proper tool, I could be.

Tinker Bell : The Black Fairy's wand... One of the most powerful fairies that ever existed. Well-versed in dark magic. The Blue Fairy exiled her. But before she did, she took her wand.

Mr Gold : I assume our dearly departed mother superior had it hidden at her residence.

David : Then what are we waiting for ? Let's hit the convent.

Tinker Bell : Can I come ? I should pay my respects to Blue, after all.

Mr Gold : Then it's settled. The rest of us should get back to my shop and prepare Henry for the spell.

Pan’s shadow was spying on them.

––––––––––––

At the well. Henry/Peter Pan casts the curse.

–[Enchanted Forest - Past]–

In Emma’s nursery.

Snow White : What if it fails? A magic wardrobe ? It's a long shot. We all know this, so... what do we do if this plan doesn't work ?

Blue : Then the Queen's curse will transport us to a new land. We will lose our memories and become a slave to her darkest desires. So we have to have faith that your child will find a way to save us.

Snow White : If we don't know who we are, and we can't tell her that she's the Saviour, how will she know what to do ?

Blue : One day, when the time is right, our story will reveal itself to her, you have to trust me.

Snow White : Our story. Our... "Our story." What does that mean ?

Blue : I don't know yet. But I do know that it will happen.

Snow White : Then how can you be so sure ?

Blue : Because I have the one thing you need now more than anything... Hope. Good luck, Snow. Have faith.

Blue leaves.

Snow White : That's easy to say when you have magic wings and a wand.

James : What can we do but choose to believe her ?

Snow White : This was supposed to be hers. We had such plans.

James : Listen to Blue. Have hope we can prevail.

Snow White : This curse has destroyed every dream this family ever had.

James : Well, you don't know what the future holds for us.

Snow White : How do you know that it holds anything good ?

James : Because the unknown isn't always bad. Life is full of twists and turns you never see coming. This curse ? It's just a turn.

Snow White : But all I ever wanted was for us to raise our child together. That was our happy ending, and now it's gone.

James : The future we imagined is gone. But that doesn't mean we can't find another one... An unexpected one.

Snow White : I choose hope. I can believe.

–[Storybrooke]–

Mary Margaret watches the unicorn’s mobile at Mr Gold’s shop.

Mary Margaret : This mobile hung above your crib. Um, it was supposed to hang over your crib.

Emma : I like the unicorns.

Mary Margaret : Giving you up when the curse hit was the hardest thing I've ever had to do.

Emma : I know.

Mary Margaret : Every time I look at you, I wonder what would've happened if I hadn't had to.

Emma : I do the same thing with Henry.

Mary Margaret : You were doing your best. You were giving him...

Emma : His best chance. Yeah. But still... Things would've been very different if I had kept him. We would've had a life together. A normal one. Back in Boston or someplace else. But I guess all that was just not meant to be.

Peter Pan/Henry, Regina and Belle enter.

Emma : You doing okay, kid ?

Peter Pan/Henry : Yeah. I'm just... Ready to be me again.

Mr Gold : Not much longer now, Henry. Not much longer. Once we have the wand, all will be as it should.

––––––––––––

The Mother Superior is lying on her coffin at the church. Three sisters pray. Tinker Bell, David, Hook and Neal enter.

Tinker Bell : Sorry to interrupt, but we need your help.

A sister : With what ?

Neal : Black Fairy's wand is here. We need it.

A sister : We can never...

Tinker Bell : Yeah, it's a terrible, terrible thing. But what's coming is worse. Where is it ?

Pan’s shadow flies around the church.

David : What the hell was that ?

Hook : Pan's shadow.

A sister : What does it want ?

David : The wand. Run. Run! Run !

The shadow enters into the church.

David : Get the hell out of here !

Hook : Stay covered ! Over there.

They hide between the benches.

–[Neverland - Past]–

Hook and Mr Smee are walking into the jungle.

Hook : Mr. Smee, you might want to pick up the pace. It would do our journey... And your physique... Some good.

Mr. Smee : Sorry, Cap'n. It's just, this place gives me the creeps. Don't you think we should head back to the ship ?

Hook : Not until I've found a way off this accursed island. We've dawdled here for too long. Now that I know there's a dagger can end the Dark One, we must return to our land. My purpose is renewed.

Mr. Smee : Why can't your purpose be back at the ship where it's safe ?

Somebody hits Mr Smee. He falls down.

Hook : Smee ?

Tinker Bell puts a knife under Hook’s throat.

Tinker Bell : Aren't you a little old to be a lost boy ?

Hook : I'm not part of Pan's brigade. And I can assure you, I'm anything but a boy.

Tinker Bell : Who are you and why are you here ?

Hook : I'm the captain of the "Jolly Roger," and I'm here looking... For some magic to help me make my way back home to my land. You don't have any, do you ? Magic ?

Tinker Bell : Fresh out.

Hook frees himself.

Hook : Well, I don't buy that for a second. If I didn't know any better, I'd say you were a fairy.

Tinker Bell : And if I didn't know any better, I'd say you were a pirate.

Hook : Guilty. So tell me, fairy, can you help me ?

Tinker Bell : Help you ? Aren't you worried about me slitting your throat ?

Hook : Well, that's not the fairy way. You should be helping me find my happy ending, or something else equally as precious.

Tinker Bell : I was a fairy, a long time ago. But then my wings were taken away. As for your happy ending ? You're on your own.

Hook takes something in this pocket.

Tinker Bell : Watch it !

Hook : It's not a weapon... In the traditional sense. Rum ?

Tinker Bell : What's so important back home ?

Tinker Bell who took the flask, drinks.

Hook : The Dark One murdered the woman I love, and I intend to make him suffer for it.

Hook drinks.

Tinker Bell : And so killing him is your happy ending ? Even if by doing so, you could end your own existence ?

Hook : I'd risk my life for two things... Love and revenge. I lost the first. And if I die for my vengeance, then that's enough satisfaction for me.

–[Storybrooke]–

At the church. David, Neal, Tinker Bell and Hook hide.

David : So all we have to do is light the candle again, right ? That's how you trapped it in Neverland ?

Neal : Yeah. But this time I say, we get rid of it for good.

Hook : I'll draw its ire.

Tinker Bell : Are you sure you want to do this ?

Hook : If it's the only way to prevent this bloody curse from obliterating us all, then it's a risk I'm willing to take.

Tinker Bell : I thought you'd only risk your life for love or revenge ?

Hook : One other important thing... Me.

Hook gets out from the benches.

Hook : Hey ! Is that the best you've got ?

The shadow hits Hook. He slides on the floor. David catches him.

Tinker Bell : Can you trap it ?

David : No, it's too high. We've got to get closer.

Neal : And I can't fly up there. Tink...

Tinker Bell : If you didn't notice, I don't have my wings.

Neal : But you have pixie dust.

Tinker Bell : That doesn't work.

Neal : No, no, no, Tink.

David : You made it work once. You can do it again.

Tinker Bell uses pixie dust. She has her magic back. Neal gives her the coconut. She lights the candle and flies to the shadow to prison it. She throws the coconut into the fire.

Hook : Look who's still a fairy.

Tinker Bell : Look who's still a pirate. You were right.

Hook : Well, I lost a hand once. This is nothing.

Tinker Bell : For the record, I know why you risked your life back there and it wasn't for yourself or revenge. It was for Emma.

Mother Superior : Well done, Green.

Tinker Bell : Blue ! But you were...

Mother Superior : Gone. I know. But when you killed the shadow, mine was returned and I was revived. Thank you. You finally believed in yourself, Green... Tinker Bell. Welcome back.

Tinker Bell : I'm a fairy again ? Even after I disobeyed all your rules ?

Mother Superior : I might've been overly strict. You deserved your wings, Tinker Bell. And you have earned them back many times over.

Tinker Bell : Thank you.

Mother Superior : As for the Black Fairy's wand...

Mother Superior gives the Black Fairy's wand to Neal

Mother Superior : Go. Save us all.

––––––––––––

At Mr Gold’s shop.

David : She's back... The Blue Fairy. She gave us the wand.

Emma : Do we need anything else ?

Mr Gold : Only one more item.

Mr Gold takes a bracelet from the cupboard.

Mary Margaret : What is that ?

Mr Gold : This is one of the only useful things I managed to pilfer from Greg and Tamara before they left for Neverland. It renders anyone with magic utterly powerless.

Regina : I haven't forgotten about all of that, by the way.

Mr Gold : Let me see your wrist, Henry. I wanna make sure that when my dear old dad awakes, that he's weakened. This will block his powers.

Peter Pan/Henry : So what happens now ?

Mr Gold : I enact the spell, you fall into a deep sleep, and when you awake, you're back in your own body.

Regina : And then you hang on to that scroll, and you come find us as fast as you can.

Peter Pan/Henry : When I gave my heart to Pan... I thought I was being a hero. I'm sorry.

David : No, you're not the one that needs to be sorry. Pan does.

Mr Gold : It's time.

Peter Pan/Henry lies on the bed.

Mr Gold : Keep your eye on the wand.

Mr Gold cast the spell.

Emma : What's happening ?

Mr Gold : Henry's spirit is leaving Pan's body.

Regina : It worked !

Emma : Let's go find our son.

Everybody leaves except Mr Gold.

Belle : You're not coming ?

Mr Gold : No, no, I... I think not. My father and I have some, uh... Unfinished family business.

–[Storybrooke – Past]–

Henry is at a table in the schoolyard. He puts his homework away. Mary Margaret comes.

Mary Margaret : Henry ? You didn't turn in your homework again. Is there a problem ?

Mary Margaret sits down.

Mary Margaret : Oh, Henry, things really will change if you just believe it. Life is unpredictable.

Henry : Is your life unpredictable ? 'Cause it seems to me like everything's pretty much the same around here... Except me. My birth mom didn't love me. Regina says she does, but she doesn't. I... I don't belong here.

Mary Margaret : You do belong here, Henry. You are loved. I wanna show you something. This morning, I was cleaning out my bedroom closet, like I've done every week thousands of times. And do you know what happened ? I found something... Something I've never noticed before.

Mary Margaret puts the fairy tales’s book on the table.

Mary Margaret : It was just there... Like magic.

Henry : That's not possible.

Mary Margaret : Well, of course not, but it happened. This book somehow arrived. Was it given to me ? Did I forget about it ? I don't know. But there it was. And do you know what I saw when I looked inside ? Hope.

Henry : Looks like fairy tales to me.

Mary Margaret : And what exactly do you think fairy tales are ? They are a reminder that our lives will get better if we just hold on to hope. Your happy ending may not be what you expect, but that is what will make it so special.

Henry : Can... Can I borrow this ?

Mary Margaret : You can have it.

Henry : Really ?

Mary Margaret : Believing in even the possibility of a happy ending is a powerful thing. I think you could use it. I'll see you in class.

She leaves. Henry turns the pages of his book then he called Mary Margaret.

Henry : Miss Blanchard !

Mary Margaret : Yes ?

Henry sees Snow White.

Henry : Thank you.

Mary Margaret : You're very welcome.

Henry turns a page.

Henry : Emma.

–[Storybrooke]–

Everybody is looking for Henry.

Granny : I've got his scent ! He's nearby.

Emma : The tower ?

Granny : Yeah.

Henry gets out from the library. He runs towards his family.

Henry : It's me ! It's me. It worked.

Henry hugs his moms.

Henry : Mom, mom, I just saw you guys. You guys just saw me.

Regina : But we didn't see you.

Emma : Oh, he's got it. It's up to you now.

Regina takes the scroll. She falls down.

Henry : Regina !

Emma : Regina. Regina !

––––––––––––

Peter Pan is waking up in Mr Gold’s shop.

Mr Gold : Hello, papa.

Peter Pan : Thought you'd have killed me in my sleep, laddie. I guess you've changed your...

Peter Pan figures it out he has no longer magic.

Peter Pan : Oh, wait. I see. You've taken away my magic. That's why it's so easy for you to strut around and pose now, isn't it ?

Mr Gold : I wanted to talk to you. I wanted you to see me and think about what you've done.

Peter Pan : Of course. To look at my son here at the end, and really see him and think about what might've been. Is that what you want ? Because I do. I remember looking at you... The littlest babe, helpless and all mine. Those big, big eyes just full of tears, pulling at me, pulling away my name, my money, my time. Pulling away any hope of making my life into something better for myself. This pink, naked, squirming little larva, that wanted to eat my dreams alive and never stop. Wh... What are you now ? A... A couple hundred ? Can't I be free of you ?

Mr Gold : Oh, you will be... In death.

Mr Gold threatens Peter Pan with a sword.

Peter Pan : Then one last lesson, son. Never make a cage you can't get out of.

Peter Pan takes off the bracelet.

Peter Pan : I made this cuff, you know. Doesn't work on me. But on you...

Peter Pan uses his power to put the bracelet on Mr Gold’s wrist.

Peter Pan : Down, boy.

Peter Pan pushes Mr Gold against a shelf.

Peter Pan : Let's see how you do without magic.

Mr Gold : I've come too far for this, for them.

Peter Pan : For your son ? No. It's too late. Soon, that fine green smoke will fill their lungs, then fog their brains. And unlike the rest of this town, I'm not just going to take their memories.

Mr Gold : No.

Peter Pan : Because of their special meaning to you, I'm going to take their lives. And you won't do a thing to stop me. Do you know why ? Because without magic, you are right back to where you started... The village coward.

Peter Pan leaves.

Mr Gold : Ah. Aah !

Mr Gold tries to take off the bracelet.

–[Enchanted Forest - Past]–

Rumplestiltskin is in his castle. He lights a candle.

Rumplestiltskin : Too many years to count, Bae, but I've counted every one.

Belle enters.

Belle : Oh, I.. I'm sorry, I... I didn't know you were in here.

Rumplestiltskin : Go away.

Belle : I'll, uh, I'll just put these flowers down.

Rumplestiltskin : Go away.

Belle : I'm, uh, I'm so sorry. It was a remembrance, wasn't it? How old would he be ?

Rumplestiltskin : He’s not dead. He's just lost.

Belle : Lost ?

Rumplestiltskin : Today is his birthday. I should be with him, celebrating. We had a chance to be happy together, but I was afraid.

Belle : Maybe it's not too late.

Rumplestiltskin : I hope not. Now... My ending shall not be a happy one.

–[Storybrooke]–

Mr Gold still tries to take off the bracelet. He fails. He takes the sword to cut his hand.

––––––––––––

In the street.

Emma : Regina ! Regina ! Regina !

Regina awakes.

Regina : Emma.

Emma : What happened ? Are you okay ?

Regina : Yes, I'm fine. It was just...

Mary Margaret : What is it ? What happened when you touched it ?

Regina : I saw what needed to be done.

Henry : Mom, a... Are you gonna be okay ?

Regina : The important thing is, you will be.

The scroll disappears from Regina’s hand. Peter Pan comes.

Peter Pan : No, he won't.

Hook : He has the...

Peter Pan freezes them all.

Peter Pan : Curse ? That I do.

––––––––––––

Mr Gold is about to cut his hand.

––––––––––––

In the Street.

Peter Pan : Look at you all. A captive audience. I could play with you like a pack of dolls, couldn't I? But I think I'll start with these two. Hmm, you both look so adorable. Hard to tell which one to kill first. No, it isn't. You. You first.

Mr Gold arrives.

Mr Gold : Stay away from them.

Peter Pan : Well, how about this ? The worm has teeth. What, you're here to protect your wuved ones?

Mr Gold : I'm not going to let you touch either one of them.

Peter Pan : Oh, and I'd like to see that.

Mr Gold : Oh, you will. Because I have a job to finish, and I have to do it, whatever it takes. No loopholes. And what needs to be done has a price... A price I'm finally willing to pay. I used the curse to find you, Bae, to tell you I made a mistake, to make sure you had a chance at happiness. And that happiness is possible... Just not with me. I accept that.

Peter Pan : Pretty, pretty words.

Mr Gold : I love you, Bae. And I love you, Belle. You made me stronger.

Peter Pan : Stronger ?

Mr Gold : Yes.

Peter Pan : But still... No magic.

Mr Gold : Oh, but I don't need it. You see, you may have lost your shadow, but there's one thing you're forgetting.

And what's that ?

Mr Gold : So have I. I sent it away with something to hide.

Mr Gold’s shadow comes back with the dagger. Mr Gold takes it. He holds Peter Pan.

Peter Pan : Uhh ! What are you doing ?

Mr Gold : You see, the only way for you to die... Is if we both die. And now... Now... I'm... ready.

Mr Gold stabs Peter Pan. Peter Pan turns into an adult.

Mr Gold : Hello, papa.

Rumple’s father : Rumple, please. You can stop this. Remove the dagger. We can start over. We can have a happy ending.

Mr Gold : Ah, but I'm a villain. And villains don't get happy endings.

Mr Gold kills his father, then he kisses him. They disappear.

Everyone is shocking. Belle falls on her knees.

––––––––––––

After Mr Gold’s death.

Belle : No ! Rumple... Rumple... He's... He's gone.

Regina takes the scroll.

Mary Margaret : Regina ? Are you okay ?

Regina : I'm fine.

Emma : I'm so sorry.

Neal : My father did what he had to do. He saved us. Regina, don't let him die for nothing. Regina.

Regina : What ?

Hook : We're here for a reason, love. Pan ?

Regina : He's dead.

Hook : His curse remains. Can you stop it ? Or should we all start preparing our souls ? 'Cause mine's gonna take some time.

The curse is spread everywhere in town. Leroy comes.

Leroy : It's here ! It's here ! The curse ! It's here ! It's coming ! From all sides. There's no escape.

David : It's not too late. We can still stop it, right ? Regina ?

Regina : Yes. Yes.

Emma : Wh... What's the price ? Gold said that there was a price. What is our price ?

Regina : It's not our price. It's mine.

Emma : What are you talking about ?

Regina : It's what I felt when I... First held it. I have to say good-bye to the thing I love most.

Emma : Henry ?

Regina : I can never see him again. I have no choice. I have to undo what I started.

Mary Margaret : The curse that brought us to Storybrooke.

Regina : That created Storybrooke. It doesn't belong here. And neither do any of us.

David : Breaking the curse destroys the town.

Regina : It will wink out of existence as though it were never here. And everyone would go back to where they're from, prevented from ever returning.

Emma : You'll go back to the Enchanted Forest.

Regina : All of us. Except Henry. He will stay here because he was born here.

Emma : Alone ?

Regina : No. You will take him, because you're the Saviour. You were created to break the curse. And once again, you can escape it.

Emma : I... I don't want to. We'll both go back with everyone.

Regina : That's not an option. I can't be with him. If I don't pay the price, none of this will work.

Mary Margaret : Emma, you have to go.

Emma : I just found you.

Mary Margaret : And now it's time for you to leave us again. For your best chance, for his.

Emma : No. N... no, I... I... I'm... Not... done. I'm the Saviour, right ? I'm supposed to bring back all the happy endings. That's what Henry always said.

Mary Margaret : Happy endings aren't always what they think they will be. Look around you. You've touched the lives of everyone here.

Emma : But we're a family.

Mary Margaret : Yes, and we always will be. You gave us that.

David : You and Henry can be a family, and you can get your wish. You can be like everyone else. You can be happy.

Mary Margaret : It's time for you to believe in yourself, Emma. It's time for you to find hope.

Regina : I've known you for some time, and all I've wanted was for you to get the hell out of my life so I can be with my son. But, really, what I want... Is for Henry to be happy. We have no choice. You have to go.

Emma : Okay.

–[Phoenix – 11 years ago]–

Emma is in labour.

The doctor : Okay, now, big push. Big push. Push, push, push.

Henry is born.

The doctor : Great. Here we go. Good, that's beautiful. I know. It's a boy, Emma. Emma ?

The nurse say something to the doctor.

The doctor : Emma, just so you know, you can change you mind.

Emma : No. I can't be a mother.

–[Storybrooke]–

Everybody is near the town line, to say goodbye to Henry and Emma. Emma hugs her parents then Henry joins them. He lets them go to talk to Regina.

Henry : This isn't fair. It's all my fault.

Regina : What do you mean ?

Henry : If I had never gone to get Emma, if I just lived under the curse with you, none of this would've ever happened. I thought I was alone. I thought you didn't love me.

Regina : But I was wrong. Henry. I was wrong, too. It wasn't your fault. It's mine. I cast a curse out of vengeance. And I'm... I'm a villain. You heard Mr. Gold. Villains don't get happy endings.

Henry : You're not a villain. You're my mom.

Henry hugs his mother. Emma goes to talk to Neal.

Emma : Neal... I'm sorry.

Neal : Don't be. You gotta get our boy the hell out of here.

Emma : And you have to go back there.

Neal : Yeah, I do.

Emma hugs Neal.

Neal : Hey. This isn't over. I'll see both of you again.

Emma goes to her car. Hook stops her.

Hook : That's quite the vessel you captain there, Swan. There's not a day will go by I won't think of you.

Emma : Good.

They smile to each other.

Regina : Emma... There's something I haven't told you.

Emma : What now ?

Regina : When the curse washes over us, it will send us all back. Nothing will be left behind... Including your memories. It's just what the curse does. Storybrooke will no longer exist. It won't ever have existed. So these last years... will be gone from both your memories. And we just go back to being stories again.

Emma : What will happen to us?

Regina : I don't know.

Emma : That doesn't sound much like a happy ending.

Regina : It's not. But I can give you one.

Emma : You can preserve our memories ?

Regina : No. I can... Do what I did to everyone else in this town... and give you new ones.

Emma : You cursed them, and they were miserable.

Regina : They didn't have to be. My gift to you... Is good memories, a good life for you... And Henry. You'll have never given him up. You'll have always been together.

Emma : You would do that ?

Regina : When I stop Pan's curse, and you cross that town line, you will have the life you always wanted.

Emma : But it won't be real.

Regina : Well, your past won't, but your future will. Now go. There isn't much time left, and the curse will be here any minute.

Regina hugs Henry. Mary Margaret kiss Emma. Emma and Henry get in the car. Regina rips the scroll, and uses her magic on it. She breaks the curse. The car leaves storybrooke. Storybooke disappears.

–[Phoenix – 11 years ago]–

Emma is at the hospital.

The doctor : Emma, just so you know, you can change your mind.

Emma : Wait. Let me hold him.

The doctor : Here you go.

Emma holds baby Henry.

–[On the Road]–

Emma drives her car. The town line disappears.

–[New York – One year later]–

Emma is cooking the breakfast. Henry waters the plants. They are ready for breakfast.

Henry : Mom, you forgot something.

Emma : Right. Cinnamon.

Emma : There you go.

Someone knocks on the door.

Henry : Someone coming over ?

Emma : No. Henry, wait here.

Emma opens the doors.

Hook : Swan. At last.

Hook wants to come in but Emma stops him.

Emma : Whoa ! Do I know you ?

Hook : Look, I need your help. Something's happened, something terrible. Your family is in trouble.

Emma : My family's right there. Who are you ?

Hook : An old friend. I know you can't remember me, but... I can make you.

He kisses her. She hits him and pushes him away.

Emma : What the hell are you doing ?

Hook : Long shot. I had to try. I was hoping you felt as I did.

Emma : All you're gonna feel is the handcuffs when I call the cops.

Hook : Look, I know this seems crazy, but you have to listen to me. You have to remem...

Emma closes the door.

Henry : Who was that ?

Emma : No idea. Someone must've left the door open downstairs. Come on, let's eat.

Kikavu ?

Au total, 209 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
20.12.2018 vers 21h

s1988 
11.11.2018 vers 16h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

Sabu14 
17.08.2018 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Survivor
Aujourd'hui à 11:25

OUAT du Mois
Aujourd'hui à 11:25

Suite de Mots
Hier à 21:31

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

Steed91, Avant-hier à 08:39

Bonjour à tous, nouveau sondage sur le quartier Modern Family, quel titre VF pour l'épisode 10.17 ?

Steed91, Avant-hier à 08:40

Venez nombreux, vous pouvez même voter si vous ne connaissez pas la série

CastleBeck, Hier à 02:49

Les Awards de la seconde saison de Lethal Weapon se poursuivent. Une nouvelle catégorie a été mise en vote et l'action est au rendez-vous! Merci.

fairgirl, Hier à 22:08

Bonsoir tout le monde ! De nouveaux sondages vous attendant sur les quartiers "Sex and the City" et "Ce que j'aime chez toi". merci !

SeySey, Aujourd'hui à 09:48

Bonjour! Nouveau sondage sur le quartier Suits, pas besoin de connaître la série

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site