VOTE | 821 fans

#108 : Le Ténébreux

Centré sur : Rumplestiltskin
Titre VO : Desperate Souls
Titre VF : Le Ténébreux
Diffusion USA : 08/01/2012
Diffusion FR : 15/12/2012
Captures

Résumé court : Suite à la mort de Graham deux candidats s’opposent au poste de shérif : Emma et Sidney Glass.  S’entame alors une course au meilleur candidat. Dans le monde des contes de fées, Rumpelstiltskin doit tout faire pour protéger son fils, même les pires choses…

Popularité


4.27 - 11 votes

Titre VO
Desperate Souls

Titre VF
Le Ténébreux

Vidéos

Promo VO

Promo VO

  

Regina propose Sidney au poste de Shérif et Emma s'en mêle VO

Regina propose Sidney au poste de Shérif et Emma s'en mêle VO

  

4 extraits VO

4 extraits VO

  

Plus de détails

Titre VO : Desperate Souls
Titre VF : Le ténébreux

Première diffusion US : 8 janvier 2012 (ABC)
Première diffusion FR : 15 décembre 2012 (M6)
Première diffusion BE : 27 août 2012 (BeTV)

Audience US : 10,35 millions.

Ecrit par : Jane Espenson
Réalisé par : Michael Waxman

 

Résumé:

Suite à la mort de Graham, deux candidats s’opposent au poste de shérif : Emma et Sidney Glass.  S’entame alors une course au meilleur candidat. Dans le monde des contes de fées, Rumpelstiltskin doit tout faire pour protéger son fils, même les pires choses…

 

Acteurs secondaires:

Dylan Schmid .... Baelfire

Ty Olsson .... Hordor

Brad Dourif .... Vieux mendiant / The Dark One

Raphael Sbarge .... Archie Hopper

Giancarlo Esposito .... Sidney Glass

Meghan Ory .... Ruby

Beverley Elliott .... Granny

Patti Allan .... Miss Ginger

Conner Dwelly .... Morraine

Kate Batman .... Mère de Morraine

Mark Gash .... Père de Morraine

David-Paul Grove .... Prof

Gabe Khouth .... Mr. Clark

C. Ernst Harth .... Homme corpulent

 Desperate Souls

 

Dans un petit village du monde magique, les cavaliers du duc viennent pour emmener Morraine, une jeune fille de 14 ans. Rumplestiltskin regarde la scène avec horreur tout en essayant de protéger son propre fils. La mère de Morraine sort un couteau et tente de poignarder le cavalier mais une sorte de bouclier magique l’en empêche. Un peu plus loin, dans un champ de blé, se trouve le cavalier ténébreux qui utilise sa magie pour empêcher les habitants du village d’attaquer les autres cavaliers. Bealfire, le fils de Rumplestiltskin, dit à son père que c’est son anniversaire dans 3 jours et que les cavaliers vont venir le chercher. Rumplestilltskin lui promet qu’il va trouver une solution.

Emma rentre dans la boutique de M. Gold qui lui avait demandé de venir un peu plus tôt. Gold remarque qu’elle porte toujours le badge d’ajointe du shérif. Il lui apprend que d’après la charte de la ville, si personne ne s’est présenté au poste de shérif depuis 15 jours, le job lui revient. Avant qu’elle ne parte, Gold lui propose de lui donner les affaires de Graham qui louait un appartement chez lui. Emma refuse. Gold sort alors deux talkies-walkies d’un vieux carton et lui offre pour elle et Henry en lui disant que les enfants grandissent trop vite. Emma se rend au « château » au bord de l’eau où elle a l’habitude de retrouver Henry. Elle lui donne le talkie-walkie mais le garçon ne le veut pas. Il souhaite arrêter l’opération cobra et croit que le bien ne peut pas gagner face au mal. Plus tard dans la journée, Regina arrive au bureau du shérif et récupère le badge qu’Emma s’apprêtait à porter. Regina lui dit qu’elle est virée et qu’elle a trouvé un nouveau remplaçant : Sidney Glass. De retour à son appartement, Emma essaye de réparer le grille-pain de Mary qu’elle a cassé. M Gold frappe à la porte. Il a un gros classeur blanc dans les mains. Il lui explique qu’il s’agit de la charte de la ville et en lui expliquant que d’après la charte le maire n’est pas aussi puissant qu’elle paraît.

Dans le monde magique, Rumplestiltskin réveille son fils en pleine nuit pour s’enfuir. Pendant leur fuite ils rencontrent un vieil homme qui leur demande une pièce. Aussitôt Rumplestiltskin lui en donne  une et repart avec son fils. Alors qu’ils marchent dans la forêt, des cavaliers les surprennent. Haldor, l’homme qui a enlevé Morraine quelques jours plus tôt, reconnait Rumplestiltskin mais ne se rappelle plus de son nom. Il l’appelle Jambeslongues, Boucheenbiais et Piedbot. Son fils, énervé lui dit qu’il se nomme Rumplestiltskin. Le garde se souvient qu’il s’agit de l’homme qui a fui une bataille quelques années plus tôt. Il raconte à l’enfant que quand son père est revenu auprès de sa mère, celle-ci ne voulait plus le voir. Rumplestiltskin supplie le cavalier de ne pas lui enlever son fils. Le cavalier lui demande alors  d’embrasser ses bottes et en échange il laissera l’enfant. Rumplestiltskin s’exécute. Une fois que l’homme a embrassé ses bottes le cavalier le frappe et part. Le vieil homme de tout à l’heure arrive et aide le père de Bealfire. Tout trois décident de rentrer à la chaumière.

A Storybrooke, Regina nomme Sidney Glass shérif devant les médias. Emma interrompt la cérémonie et déclare être candidate à l’élection du nouveau shérif.

Pendant que Bealfire dort, Rumpletsitltskin donne une assiette au vieil homme. Rumplestiltskin est désespéré et ne sais plus quoi faire pour sauver son fils. Le vieil homme lui dit alors que le duc garde une dague dans son château qui lui permet de contrôler le chevalier ténébreux. S’il vole cette dague, Rumplestiltskin pourra contrôler le cavalier Ténébreux et personne ne pourra prendre son fils. Rumplestiltskin lui dit qu’il ne peut pas garder le chevalier ténébreux en esclavage car il sera terrifié. Le vieil homme lui suggère alors de prendre le pouvoir en tuant le cavalier ténébreux avec la dague.

Regina rend visite à M. Gold dans sa boutique. Elle veut le dissuader de défendre Emma dans la campagne. M. Gold lui dit de ne pas la sous estimer et qu’elle ne sait de quoi une mère peut être capable pour le bien de son enfant. Pendant ce temps, Henry est assit à une table du diner et lit le Daily Mirror. Emma arrive et s’assoie à sa table. Henry est distant et lui demande s’il est né en prison en lui montrant un article du journal sur lequel apparait une photo d’Emma en prison. Emme lui répond qu’il est bien né en prison et que le dossier était censé être scellé. Henry lui dit alors qu’elle ne gagnera pas contre le maire car elle ne joue pas de façon loyale. Après avoir discuté avec Henry, Emma se rend à la mairie afin de demander à Regina des comptes au sujet de l’article dans le journal. Regina lui dit qu’elle n’a rien fait d’illégal et que si elle veut parler de l’article elle n’a qu’a s’adresser à Sidney, le responsable du journal. Le maire range ses affaires et se dirige vers la sortie du bâtiment suivie d’Emma. Lorsque Regina ouvre la porte de sortie celle-ci explose et le bâtiment prend feu. Regina est blessée à la jambe à cause de l’explosion. Elle ne peut plus bouger.

Dans sa chaumière, Rumplestiltskin raconte à son fils l’histoire du vieil homme. Bealfire lui dit qu’il veut se battre comme la loi l’impose. Après quelques hésitations il demande quel est le plan de son père. Rumplestiltskin lui révèle que le château du duc est en pierre mais que le sol et les charpentes sont en bois.

Emma traverse les flammes pour rejoindre une pièce située à côté d’elles et attraper un extincteur. Elle revient sur ses pas en utilisant l’extincteur et aide Regina à marcher vers la sortie. Lorsque les deux femmes sortent de bâtiment, un photographe les prend en photo. Une fois à l’extérieur les pompiers arrivent et éteignent l’incendie. Emma remarque un gros bout de corde au milieu des débris. Elle retourne au magasin de M. Gold avec le bout de corde qu’elle a trouvé et l’accuse d’avoir mit le feu à la mairie. M. Gold lui répond que la mairie est en réparation et qu’il doit y avoir beaucoup de solvants inflammables. Emma lui demande pourquoi il a mit le feu à la mairie. M. Gold répond que s’il l’aurait fait ce serait uniquement pour aider Emma dans la campagne en la faisant passer pour une héroïne auprès des habitants.

Dans le monde magique, Rumplestiltskin et son fils mettent le feu au château du duc. Pendant que Bealfire l’attend dans la forêt, Rumplestiltskin rentre dans le château en flammes et cherche la dague. La dague est cachée derrière une tapisserie, Rumplestiltskin s’en empare. Il y a marqué le nom de «  Zoso » sur la lame de la dague.

Dans la mairie Emma et Sidney se préparent pour le grand débat qui a lieu dans quelques minutes. Mary rejoint Emma et lui donne une bouteille d’eau et une carte. Emma lui confie qu’elle va perdre contre Regina car elle ne veut pas utiliser les mêmes méthodes qu’elle car elle veut montrer à Henry que le bien peut gagner.

Rumplestiltskin rejoint son fils dans la forêt. Il lui dit de rentrer à la maison et d’attendre son retour. Une fois que son fils est parti, Rumplestiltskin sort la dague et appelle Zoso plusieurs fois mais rien ne se passe. Lorsque Rumplestiltskin se retourne le chevalier ténébreux se trouve juste derrière lui. Rumplestiltkin est terrifié. Le cavalier ténébreux lui demande si Bealfire est réellement son fils car il est courageux alors que Rumplestiltskin est lâche. Il lui dit que c’est une très mauvaise idée d’abandonner son âme pour son bâtard de fils. Rumplestiltskin le poignarde alors avec la dague. Lorsqu’il retire la dague du corps le nom de « Rumplestiltskin » est gravé sur la lame.

A Storybrooke le débat commence. Sidney est le premier candidat à parler. Il dit aux habitants que s’il est élu il rétablira l’égalité dans la ville. Lorsque son tour arrive, Emma révèle que l’incendie était un coup monté, orchestré par M. Gold, et qu’elle ne savait pas qu’en s’alliant à M. Gold celui-ci déclencherait un incendie. Une fois le débat terminé, Emma se rend au diner pour se remonter le moral avec un verre. Henry la rejoint et lui donne un talkie-walkie car elle a tenu tête à M. Gold. L’enfant est fier d’elle.  Il lui dit qu’il n’aurait jamais du abandonner l’opération cobra. Regina et Sidney arrivent à leur tout au diner. Regina lui remet le badge de shérif et lui disant que les votes étaient très serrés mais qu’Emma a remporté l’élection.

Au petit matin, les gardes du duc viennent pour prendre Bealfire. Rumplestiltskin arrive et poignarde un des gardes. Haldor le reconnaît  et se met à genoux devant le cavalier ténébreux. Rumplestiltskin lui demande alors par vengeance d’embrasser ses bottes. Lorsque Haldor se baisse pour le faire, Rumplestiltskin lui attrape la tête et lui brise la nuque. Bealfire supplie son père d’épargner les autres cavaliers mais Rumplestiltskin ne l’entend pas et les poignarde. Son fils, effrayé, lui demande ce qui lui est arrivé. Rumplestiltskin lui répond qu’il n’a plus peur de protéger ce qui lui appartient.

Au commissariat, M. Gold révèle à Emma qu’il avait prévu qu’elle dirait la vérité au sujet de l’incendie et que les habitants ont encore plus peur de lui que de Regina. Emma lui demande pourquoi il a fait ça et M. Gold lui dit que maintenant qu’elle est shérif elle trouvera un moyen de rembourser la dette qu’elle lui doit.

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin file de la laine chez lui quand son fils arrive en courant.

Baelfire : Papa ! Papa ! Ils sont venus chercher Morraine.

Rumplestiltskin prend sa canne et sort de chez lui suivi de Baelfire.

------------------------------

Dans les rues du village.

La mère de Morraine : Non ! Non ! Pas ma fille !

Le père de Morraine : Non ! Pitié ! Non ! Pitié.

La mère de Morraine : Non ! Non ! Vous ne pouvez pas faire ça !

Le père de Morraine : Par pitié non !

La mère de Morraine : Vous ne pouvez pas l’emmener ! Ce n’est qu’une petite fille ! Vous ne pouvez pas emmener ma petite fille !

Hordor : Ne soit pas ridicule, c’est une jeune fille solide et en pleine santé ! Elle fera un très bon soldat.

Le père de Morraine : Vous faîtes erreur, elle n’a que quatorze ans ! Quatorze ans !

La mère de Morraine : Pitié !

Hordor : Se sont les ordres du duc. Les guerres contre les ogres ont prélevés leurs lourds tribus cette saison encore. Il nous faut plus de troupes pour remporter la victoire.

Baelfire : Ils ont encore baissé l’âge de la conscription.

Rumplestiltskin : Oui je sais.

Hordor : Amenez-la.

La mère de Morraine : Oh ! Non !

Hordor : Elle va monter sur mon cheval.

Un soldat : Rentrez chez vous !

La mère de Morraine : Non !

Le père de Morraine : Vous n’avez pas le droit !

La mère de Morraine sort un poignard pour attaquer le soldat. Elle et son mari s’effondre bloqués par une force. Un cavalier dans un champ provoque cet effet.

Hordor : Le Ténébreux à l’air de penser le contraire.

Le Ténébreux arrête. Les soldats s’en vont avec Morraine.

Baelfire : Mon anniversaire est dans trois jours. Ils vont venir me chercher dans trois jours !

Rumplestiltskin : Bae, je ne les laisserai pas t’emmener. On va trouver un moyen

Le père de Morraine : Non !

La mère de Morraine : Non !

-[Storybrooke]-

Mr Gold est dans son magasin. Emma entre. Elle cherche Mr Gold.

Emma : Mr Gold ? Vous êtes là ?

Mr Gold : Evidemment, c’est ma boutique.

Emma entre dans l’arrière boutique.

Emma : Houla ! C’est quoi cette odeur ?

Mr Gold : C’est de la lanoline, un imperméabilisant.

Emma : On se croirait dans une bergerie.

Mr Gold : On la trouve dans la toison des mouton, c’est pour ça que leur laine ne laisse pas passer l’eau.

Emma : C’est une infection ! Vous avez appelé le bureau du Shérif, vous pourriez peut-être me dire pourquoi.

Mr Gold : Oui !

Emma : Et très vite… Ou dehors alors !

Mr Gold : Je voulais simplement vous faire part de mes sincères condoléances. Le Shérif était un homme bien… Je vois que vous portez toujours votre plaque d’adjointe. Ca va faire qu’il nous a quitté et il me semble que si vous assumez la fonction de Shérif deux semaines d’affilées, le poste vous revient officiellement. Vous devriez porter son étoile.

Emma : Mouais… Je suppose… Mais je suis pas pressée de le faire… Bon merci de votre sollicitude.

Emma sort de l’arrière boutique, Mr Gold la suit.

Mr Gold : J’ai ses affaires.

Emma : Pardon ?

Mr Gold : Celles du Shérif. L’appartement qu’il louait m’appartient. C’est aussi pour ça que je vous ai appelée. Je pensais que vous vouliez les garder en souvenirs.

Emma : J’en ai pas besoin.

Mr Gold : Comme vous voudrez… Dans ce cas je vais tout donner à Mme Mills. Je crois que c’était la personne dont il était le plus proche.

Emma : Non, je suis pas certaine de ça.

Mr Gold : Vous ne la portez pas dans votre cœur… Ecoutez… J’ai l’impression que tout ce qu’il y a là va partir à la poubelle. Alors vous devriez prendre quelque chose. Tenez sa veste ?

Emma : Non.

Mr Gold : Bien et qu’est ce que vous dîtes de ça ? Ils pourraient plaire à Henry, vous ne croyez pas ?

Mr Gold a sorti des talkies-walkies du carton.

Mr Gold : Vous pourriez jouer avec tous les deux.

Emma : Non, je…

Mr Gold : Prenez-les… Ils grandissent vite vous savez.

Emma : Merci.

Mr Gold : Amusez-vous avec votre petit garçon. Ces moment-là sont précieux, croyez-moi. C’est ça qui est terrible avec les enfants, avant même qu’on s’en aperçoive… Ils s’en vont.

------------------------------

Emma rejoint Henry au château en bois.

Emma : Je t’ai apporté quelque chose.

Emma donne un talkie-walkie à Henry.

Emma : Je me suis dit que ça pourrait servir pour l’opération cobra.

Henry : Merci.

Emma : Hé ! Fais pas cette tête ! Qu’est ce qui va pas ? En ce moment tu fais tout pour m’éviter.

Henry : Je crois qu’on ferait mieux d’oublier l’opération cobra pour l’instant. On joue pas avec une malédiction. T’as vu ce qui est arrivé à Graham ?

Emma : Je t’ai déjà expliqué qu’il y avait eu une autopsie. Ils ont conclu à une mort naturelle.

Henry : Ouais… Peu importe, t’y crois pas tant mieux parce que ça t’empêchera peut-être de t’emmêler et de te faire tuer.

Emma : Tu t’inquiètes pour moi ?

Henry : Graham était vraiment quelqu’un de bien, c’est pour ça qu’elle l’a tué ! Toi aussi t’es quelqu’un de bien.

Emma : Henry, écoute…

Henry : Le bien a aucune chance, il est forcé de perdre parce que le bien peut pas tricher et le mal se gêne pas lui… Et elle est maléfique… Alors il vaut mieux qu’on arrête… Si on ne veut pas l’énerver encore plus.

Henry rend le talkie-walkie à Emma et s’en va.

------------------------------

Emma est au bureau du Shérif, elle prend l’étoile de Graham dans ses mains. Elle va la mettre quand Régina l’interrompt.

Régina : Oh ! Je vous arrête tout de suite. Cette étoile n’est pas pour vous !

Emma : Ca fait deux semaines… La promotion est automatique.

Régina : A moins que le maire nomme une autre personne entre temps. C’est justement ce que je m’apprête à faire.

Emma : Qui vous allez nommer ?

Régina : Après mûre réflexion, Sidney Glass.

Emma : Le rédacteur en chef du Mirror ? Ca a pas de sens pourquoi lui ?

Régina : Il suit de prêt le travail du shérif depuis aussi longtemps que les gens d’ici s’en souviennent.

Emma : Et il fera tout ce que vous lui demanderez de faire. Vous supporter pas l’idée que les choses commencent à s’améliorer un peu par ici, avouez-le.

Régina : S’améliorer ? Vous considérer le décès de Graham comme une amélioration ?

Emma : Non.

Régina : C’était un homme bien, Mlle Swan. Cette ville est plus sûre grâce à lui et sans vouloir vous offenser vous n’avez rien fait pour mériter de porter son étoile.

Emma : Graham m’a choisi… Pour être son adjointe.

Régina : Mais il a eu tort.

Emma : Non. Il savait ce qu’il faisait. Il a libéré ce bureau de votre emprise. Jamais vous le récupérerez.

Régina : En fait, je viens de le faire à l’instant… Et vous êtes renvoyée.

Régina prend l’étoile et s’en va.

------------------------------

Emma est chez Mary Margaret. Elle écoute de la musique en buvant un verre et en démontant un grille pain. Mary Margaret rentre.

Mary Margaret : Le grille pain est cassé ?

Emma : Non, il l’était pas au départ… Maintenant, je pense qu’il l’est. Il fallait que je tape sur quelque chose.

Mary Margaret : Qu’est ce qui se passe ?

Emma : Régina m’a viré pour pouvoir placer un de ses pantins au poste de Shérif. C’est à moi que revenait ce poste.

Mary Margaret : C’est la première fois que t’en parle avec autant de passion. Comment ça se fait ?

Emma : J’en sais rien, je… Je veux juste le récupérer.

Mary Margaret : Il doit bien y avoir une raison.

Quelqu’un frappe à la porte. Emma se dirige vers la porte.

Emma : Peut-être que… J’ai envie de gagner pour une fois.

------------------------------

Emma ouvre la porte, c’est Mr Gold.

Mr Gold : Bonsoir Mlle Swan. Désolé de vous importuner, il faut que je vous parle, c’est important.

Mary Margaret : Je vais vous laisser.

Emma : Allez-y ! Entrez !

Mr Gold : Merci. J’ai… J’ai appris ce qui c’était passé, c’est très injuste.

Emma : Ouais, mais on peut rien n’y faire, alors…

Mr Gold : Vous baissez les bras un peu vite.

Emma : Je sais que je peux pas lutter. Elle est maire de la ville… Et… Je suis… Moi.

Mr Gold : Mlle Swan, deux personnes qui ont un intérêt commun peuvent accomplir bien des choses. Deux personnes qui ont un ennemi commun en accomplissent bien plus encore. Ca vous dirait d’avoir un bienfaiteur ?

Emma : Un bienfaiteur ?

Mr Gold : Vous permettez ?

Ils s’assoient.

Mr Gold : Vous savez, personnellement je trouve ahurissant que si peu de personnes s’intéressent à la charte de la ville.

Emma : La charte de la ville ?

Mr Gold : Tout y est très détaillé, même les prérogatives du maire… Et enfin de compte, elle n’est peut-être pas aussi puissante qu’on le pense.

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Baelfire est endormi dans son lit. Son père le réveille.

Rumplestiltskin : Baelfire ! Baelfire, réveille-toi mon garçon. Réveille-toi ! Nous devons partir cette nuit. Lève-toi vite, vite, on prend la route.

------------------------------

Baelfire et Rumplestiltskin sont en fuite.

Baelfire : J’ai l’impression que c’est mal de fuir.

Rumplestiltskin : C’est mieux que de mourir. Je ne les laisserais pas guerroyer contre les ogres.

Un mendiant interrompt la conversation de Baelfire et Rumplestiltskin.

Le mendiant : S’il vous plait, l’aumône pour un miséreux, l’aumône pour un miséreux.

Rumplestiltskin : Oui.

Le mendiant : Oh ! Merci.

Rumplestiltskin donne une pièce à l’homme.

Le mendiant : Merci beaucoup, merci infiniment.

Baelfire : Tu es sur qu’il n’y a pas d’autre moyen ?

Rumplestiltskin : Je ne peux pas risquer de te perdre. Tu es tout ce qu’il me reste. Tu n’as pas conscience de ce qu’est la guerre, de ce qu’elle fait de toi.

Des cavaliers arrivent.

Rumplestiltskin : Cache-toi dans le fossé. Vite ! Cache-toi avant qu’ils te voient.

Baelfire : Non pas sans toi.

Hordor : Halte-là ! Que faîte-vous sur la route du roi ?

Rumplestiltskin : Nous allons vendre de la laine, nous nous rendons à la foire de Longue-Bourne.

Hordor descend de cheval.

Hordor : Je te connais, n’est-ce-pas ? Quel est ton nom ? Hum… Patte d’araignée ? Fil de fer ? Canard boiteux ?

Baelfire : Il s’appelle Rumplestiltskin !

Rumplestiltskin : Chut ! Tais-toi.

Hordor : Rumple… Oh ! L’homme qui a pris la fuite. C’est ton fils ? Quel âge a-t-il ? Quel est ton nom ?

Baelfire : Je m’appelle Baelfire et j’ai treize ans.

Hordor : Quand aura lieu ton anniversaire ?

Baelfire : Dans deux jours exactement !

Rumplestiltskin : Non, ne lui dit pas.

Hordor : Lui as-tu appris à prendre la fuite comme toi, Rumplestiltskin. Il t’a raconté ? Il t’a raconté qu’il s’est sauvé en courant quand il a compris que les ogres allaient gagner la bataille ? Que tous les autres soldats ont été tués et qu’à son retour sa propre épouse le haïssait au point que sa présence lui faisait horreur.

Rumplestiltskin : De grâce.

Hordor : Car vois-tu, les femmes n’aiment guère se retrouver mariées à un lâche.

Rumplestiltskin : Je vous en pris, ne parlez pas de moi comme ça devant mon enfant.

Hordor: Celui qui refuse d’aller à la guerre est coupable de trahison. Emmenez ce garçon.

Rumplestiltskin : Non ! Non ! Non ! Attendez ! Dîtes-moi ce que vous voulez.

Hordor : Ce que je veux ? Tu n’as pas d’argent, pas de terre, aucun titre, aucune influence, aucun pouvoir… Au fond tout ce que tu as à offrir, c’est ta soumission. Embrasse ma botte.

Rumplestiltskin : Je ne comprends pas, c’est…

Hordor : Tu m’as demandé le prix à payer ? Alors embrasse ma botte !

Rumplestiltskin : Pas devant mon fils.

Hordor : Embrasse ma botte !

Rumplestiltskin se met à genou et embrasse la botte de Hordor. Hordor rit et donne un coup de pied à Rumplestiltskin.

Baelfire : Papa !

Hordor remonte à cheval et les cavaliers s’en vont. Le mendiant arrive en courant vers Rumplestiltskin et Baelfire.

Le mendiant : Non… Non, n’aie crainte, je veux seulement vous aider. Laisse-moi vous raccompagner.

Baelfire : Merci vieil homme.

Rumplestiltskin : Je ne peux pas te payer, je n’ai pas d’argent.

Le mendiant : Nous trouverons un autre arrangement. Tu n’auras qu’à me donner à boire et quelques restes à manger et je ferai mon possible pour devenir ton bienfaiteur.

Rumplestiltskin : Bien.

-[Storybrooke]-

Régina donne une conférence de presse à son bureau.

Régina : Tout le monde devrait pouvoir se sentir en sécurité dans sa propre ville. C’est pourquoi j’ai décidé de proposer à Sidney Glass le poste de Shérif… Cet homme fait passer les intérêts de Storybrooke avant les siens depuis aussi longtemps que les gens d’ici s’en souviennent aussi bien en tant que simple citoyen qu’en tant que rédacteur en chef du Mirror. Je suis donc fière de vous présenter votre nouveau Shérif.

Régina remet l’étoile du Shérif à Sidney. Quelqu’un entre.

Emma : Pas si vite !

Régina : Mlle Swan votre intrusion est extrêmement déplacée.

Emma : La seule chose ici qui est déplacée, c’est cette petite cérémonie. Vous n’avez pas le droit de nommer un nouveau Shérif.

Régina : La charte de la ville stipule clairement que c’est le maire qui doit nommer…

Emma : Un candidat… Vous pouvez proposer un candidat, ça veut dire qu’il doit y avoir une élection.

Régina : Le terme candidat est à prendre au sens large.

Emma : Non ! C’est très précis ! Le Shérif doit être élu et devinez quoi Mme le Maire, je suis candidate.

Régina : Très bien, Sidney l’est aussi.

Sidney : Je le suis ?... Je le suis.

Régina : Et il a mon soutien officiel. Grâce à cette élection, nous saurons qu’elle est la volonté des habitants de Storybrooke.

Emma : Oui, je suppose que oui.

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin et Baelfire sont rentrés. Rumplestiltskin sert à manger au mendiant.

Rumplestiltskin : Encore un jour qui s’achève. Il est trop tard pour fuir maintenant.

Le mendiant : Oui… Tu vas devoir trouver un autre moyen de sauver ton fils. Tu vas devoir choisir un autre chemin.

Rumplestiltskin : Choisir ? Des choix je n’en ai guère vieil homme.

Le mendiant : Tu te trompes, tout le monde à toujours le choix.

Rumplestiltskin : Je suis le lâche, le déserteur du village. Le seul et unique choix que j’ai encore, c’est celui du trou où je vais me cacher… Je suis boiteux… Je n’ai aucun ami… La seule chose qu’il me reste, c’est mon fils… Et maintenant, ils veulent me le prendre… S’ils m’enlèvent mon enfant, je n’aurais plus de raison de vivre… Je n’aurais plus qu’à me laisser mourir.

Le mendiant : Non, pas si tu as le pouvoir, voyons.

Rumplestiltskin : Je n’ai pas plus de pouvoir que de diamant.

Le mendiant : Arrête de te lamenter ! Réfléchis ! Pourquoi crois-tu qu’un homme aussi puissant et redoutable que le Ténébreux obéit au doigt et à l’œil d’un butor arrogant et borné tel que le Duc des Basses-Terres.

Rumplestiltskin : Dis-le-moi.

Le mendiant : Le Duc des Basses-Terres a le Ténébreux sous son emprise. Il l’a asservi grâce au terrible pouvoir d’un poignard magique et sur la lame on peut lire un nom. Un seul, le véritable nom du Ténébreux. Si tu réussissais à voler ce poignard… Se serait toi qui aurait le contrôle du Ténébreux et de ses pouvoirs et si tu y parvenais, plus personne ne pourrait t’enlever ton fils pour l’emmener loin d’ici.

Rumplestiltskin : Quoi ? Réduire un homme comme le Ténébreux à l’état d’esclave ? Non, non… Je… Je… Je ne pourrais pas… J’aurais bien trop peur.

Le mendiant : Dans ce cas… Au lieu d’asservir celui qui possède le pouvoir… Peut-être… Que tu devrais le lui voler.

-[Storybrooke]-

Mr Gold est dans sa boutique, il joue avec un briquet. Quelqu’un entre.

Mr Gold : Régina ! Vous voulez que je déplace certains objets… Que je vous fasse un peu de place pour exprimer votre colère.

Régina : C’est vous qui avez trouvé cette faille dans la charte de la ville.

Mr Gold : Les documents juridiques, les contrats en tous genres… J’avoue que ça m’a toujours fasciné.

Régina : Oui, vous avez toujours adoré pinailler sur des points de détails.

Mr Gold : J’aime les armes discrètes et modestes… Une aiguille… Un stylo… Les subtilités d’un accord écrit… Les nuances… Ce n’est pas votre style, il faut le reconnaître.

Régina : Vous êtes vraiment une ordure !

Mr Gold : Oh oh oh ! J’ai l’impression que vous vous laissez emporter par le chagrin, c’est terrible ce qui est arrivé à Graham.

Régina : Je vous interdis de parler de lui ! Vous ne savez rien de cette histoire.

Mr Gold : Qu’est ce qu’il y a à savoir ? Il est mort.

Régina : Vous comptez réellement vous mesurez à moi ?

Mr Gold : Pas directement… Quand on y pense, nous œuvrons l’un comme l’autre pour le bien être de nos concitoyens… Mais nous n’avons pas choisi le même camp.

Régina : Et bien, je crois que vous avez misé sur le mauvais cheval cette fois. C’est pas votre genre de soutenir le perdant.

Mr Gold : Elle n’a pas encore perdue.

Régina : Mais elle perdra.

Mr Gold : Ne sous-estimez jamais une personne qui agit dans l’intérêt de son enfant.

Régina : Ce n’est pas son enfant. Pas sur le plan légal.

Mr Gold : Oh ! Maintenant c’est vous qui pinailler sur un point de détail.

------------------------------

Emma entre chez Granny. Elle va s’asseoir avec Henry. Il est en train de lire le journal.

Emma : Comment c’était l’école ?

Henry : Ca va.

Emma : Ca à l’air passionnant ce que tu lis.

Henry : C’est un article de Sidney.

Emma : L’ex taularde Emma Swan a accouché derrière les barreaux.

Henry : Il a tout inventé ?

Emma : Non.

Henry : Alors je suis vraiment né en prison.

Emma : Oui… Le dossier aurai dû être scellé… Dis-moi que tu vas pas être traumatisé à vie.

Henry : Je suis pas traumatisé… En tout cas, pas par ça.

Emma : Tant mieux ! On va jeter ce torchon à la poubelle et on va trouver quelque chose de plus fiable pour s’informer… Internet par exemple.

Henry : C’est ce que j’essaie de t’expliquer depuis le début, le bien peut pas battre le mal parce que le bien fait jamais des trucs comme ça ! Ma mère respecte pas les règles du jeu, c’est pour ça que tu pourras jamais gagner, c’est fichu d’avance.

Emma : J’ai un nouvel allié. Mr Gold dit qu’il va m’aider.

Henry : Mr Gold… Il est encore plus maléfique qu’elle ! Tu lui dois déjà un service, si t’acceptes, tu lui seras encore plus redevable alors surtout fait pas ça !

------------------------------

Emma va voir Régina dans son bureau.

Emma : J’étais mineur à l’époque, mon casier a été scellé suite à une décision de justice, je sais pas comment vous avez fait mais c’est clairement de l’abus de pouvoir et c’est illégal !

Régina : Oh ! Vous vouliez pas que tout le monde sache que vous avez coupé le cordon avec un cran d’arrêt !

Emma : J’en ai rien à faire de ce que tout le monde pense de moi mais c’est dur à entendre pour Henry.

Régina : Il aurait fini par l’apprendre un jour où l’autre. Nos héros finissent toujours pas tomber de leur piédestal.

Emma : Et vous trouvez qu’il a besoin de ça en ce moment ? Il est à la limite de la dépression, il a même… Plus… Il a plus d’espoir. Vous le voyez pas !

Régina : Il va très bien !

Emma : Non ! Il ne va pas bien ! Enfin, réfléchissez une minute ! Il voit sa mère adoptive organiser une campagne de diffamation illégale contre sa mère biologique, y a de quoi être perturbé ?

Régina : Tout ce que j’ai fait, c’est lui apprendre la vérité un peu plus tôt que prévu et en ce qui concerne l’aspect légal, je n’ai rien fait de répréhensible… Mais Sidney et vous aurez largement le temps de discuter de tout ça, au court du débat.

Emma : Du débat ?

Régina : Oui Mlle Swan, il y a un débat.

Régina quitte la pièce et est suivie par Emma.

Régina : Tous les deux, vous pourrez parler de la délinquance juvénile, du temps que vous avez passé en prison et peut-être même de la nature de vos relations avec Mr Gold. C’est un manipulateur, vous ne devriez pas fricoter avec ce genre de personne.

Emma : Je fricote avec personne, c’est vous qui jetez de l’huile sur le feu en…

Régina ouvre une porte, une explosion survient. Emma et Régina sont projetées au sol.

Emma : Ca va ?

Emma libère la jambe de Régina.

Emma : Venez avec moi ! Il faut qu’on sorte d’ici, vite !

Régina : Je peux pas bouger. Il va falloir que je m’appuie sur vous, aidez-moi !

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin et Baelfire sont chez eux, ils préparent des torches.

Rumplestiltskin : Continue d’entretenir le feu. La graisse de mouton doit être bien liquide et veille à ce que toute la laine en soit imprégnée.

Baelfire : Pourquoi fait-on tout cela, papa ? C’est de la bonne laine, on pourrait la filer et la vendre.

Rumplestiltskin : Cette laine est la clé qui nous donnera accès au château... Et une fois que je serai entré, je devrais m’emparer de quelque chose.

Baelfire : T’emparer de quoi ?

Rumplestiltskin : Le vieux mendiant m’a raconté une merveilleuse histoire à propos du Duc et d’un poignard magique.

Baelfire : Quelle est cette histoire ?

Rumplestiltskin : Si moi, je vole ce poignard, le Ténébreux obéit à mes ordres. Et si je tue le Ténébreux avec le poignard, j’acquière ses pouvoirs.

Baelfire : Les pouvoirs magiques du Ténébreux…

Rumplestiltskin : Tu m’imagines avec de tels pouvoirs ? Peux-tu imaginer ce que je ferais si j’avais ses pouvoirs ? Je pourrais enfin me racheter, je pourrais m’en servir pour faire le bien autour de nous. Je sauverais tous les enfants des Basses-Terres. Toi bien sûr, mais pas seulement !

Baelfire : Se serait extraordinaire, mais si la loi dit que je dois me battre, j’irai me battre.

Rumplestiltskin : Non non non non non. La loi ne t’impose pas de te battre, elle t’impose de mourir. Ce n’est pas une bataille… C’est… C’est un sacrifice… Tu vois cette fumée rouge, là dans le ciel ? Ce n’est pas le feu du champ de bataille, mais le sang de notre peuple qui agonise… Le sang de nos enfants… Le sang des enfants comme toi… Quelle personne saine d’esprit voudrait être mêlée à une telle abomination ?

Baelfire : Alors c’est vrai ?

Rumplestiltskin : Quoi ?

Baelfire : C’est vrai que tu as fui le champ de bataille ?

Rumplestiltskin : Je n’avais pas le choix.

Baelfire : Et maman ? Elle t’a quitté comme le prêtant le chevalier ? Tu m’as dit qu’elle était morte.

Rumplestiltskin : Elle l’est.

Baelfire : Alors… Que doit-on faire au juste ?

Rumplestiltskin : Le château du Duc est en pierre mais les chevrons, les plafonds et les sols, eux sont en bois.

Baelfire : En quoi est-ce important ?

Rumplestiltskin : Parce que le bois ça brûle.

-[Storybrooke]-

Emma et Régina sont dans l’escalier en feu. Emma descend l’escalier vers la sortie Régina attrape son bras.

Régina : Vous allez me laisser ici, avouez-le !

Emma se libère, elle prend un extincteur et éteint une partie du feu. Elle aide Régina à se lever et l’emmène avec elle vers la sortie. Des photographes immortalisent Emma en train de sauver Régina.

Régina : Oh ! Ma cheville ! Doucement ! Faîtes attention !

Emma : Attendez ! Vous vous plaignez de la manière dont je vous ai sauvé la vie ?

Régina : Les pompiers sont déjà là, c’est pas comme si on était vraiment en danger.

Emma : Ok… Ben… La prochaine vous… Je… Je vous… Non en fait, la prochaine fois je ferai pareil et la fois d’après aussi parce que c’est ce que font les êtres humains normaux, c’est ce que font les gens bien, vous voyez ?

------------------------------

Henry discute avec un pompier devant la mairie. Le feu est éteint.

Henry : Alors c’est vrai ? C’est Emma qui a sauvé ma mère ?

------------------------------

Régina est allongée, les secours s’occupent d’elle.

Régina : Ca suffit !

Sidney : Régina !

Régina : Je vais bien !

Sidney : Une photo de la victime.

Sidney la prend en photo.

Régina : Sidney ! Qu’est ce que tu cherches à faire ? Lui offrir le poste de Shérif sur un plateau ?

Sidney : Mais c’est de l’info.

Régina : Et alors, c’est d’abord ton adversaire, pauvre imbécile !

Sidney s’en va.

------------------------------

Toujours devant la mairie, un petit groupe de gens discutent.

Mary Margaret : Tout le monde raconte que t’as sauvé la vie de Régina !

Henry arrive en courant.

Henry : C’est vrai ! Les pompiers l’ont dit ! Ils l’ont vu faire !

Ruby : T’es l’héroïne de la ville.

Archie : Oui.

Mary Margaret : On va leur demandé s’ils ont pris des photos quand vous êtes sortis.

Granny : Ca ferait de belles affiches pour les élections, n’est-ce-pas ?

Archie : Ah oui ! Les gens vont adorer, c’est une bonne idée. Super

Granny : C’est vous qui allez les faire ?

Archie : oui j’appellerais l’imprimeur…

Tout le monde est parti. Ils laissent Emma et Henry seuls.

Emma : Voilà ! C’est comme ça que le bien gagne, si on agit de manière irréprochable, les gens le remarquent et ils nous soutiennent.

Henry : T’as peut-être raison.

Emma : Tu vois qu’est-ce que je disais ? On peut gagner en respectant les règles du jeu.

Emma voit les mèches de laine que Mr Gold a fabriquée dans son magasin.

------------------------------

Mr Gold se frotte les mains avec un chiffon dans son magasin. Emma entre.

Mr Gold : Ca ne désempli pas aujourd’hui. Vous n’avez pas cassé ma petite cloche j’espère ?

Emma : C’est vous qui avez mis le feu.

Mr Gold : Je n’ai pas bougé d’ici de toute la soirée.

Emma : Sentez-moi ça ! C’est la même odeur que votre graisse de mouton que l’autre fois et apparemment ce truc est inflammable.

Mr Gold : Vous êtes sûre de ce que vous avancez ? Je vous rappelle qu’ils font des travaux à la mairie en ce moment. Il y a toujours des produits inflammables qui trainent dans un chantier de ce genre.

Emma : Pourquoi vous avez fait ça ?

Mr Gold : Si c’était moi qui avait fait ça… Se serait parce que vous n’avez aucune chance de gagner à moins de faire… Quelque chose qui marquent les esprits… Quelque chose comme… Oh ! Je ne sais pas… Sauvez quelqu’un des flammes.

Emma : Et comment vous pouviez savoir que je serais sur place à ce moment-là.

Mr Gold : Régina n’est peut-être pas la seule à avoir des yeux et des oreilles dans toute la ville ou peut-être bien que j’ai plus d’intuition que d’autres… Mais ça n’est qu’une hypothèse.

Emma : J’aurais pu la planter là !

Mr Gold : Ce n’est vraiment pas votre genre.

Emma : Je refuse de participer à ça !

Mr Gold : Vous venez de le faire. C’est le prix de la victoire, Mlle Swan.

Emma : Un prix que je suis pas prête à payer.

Elle lance la laine à Mr Gold.

Emma : Trouvez-vous un autre pigeon !

Mr Gold : Et bien dans ce cas, allez-y dénoncez moi. Mais si vous le faîtes, demandez vous à quoi vous vous apprêtez à renoncer et à qui va plus profiter votre défaite.

Emma se dirige vers la sortie.

Mr Gold : Oh ! Oui et surtout, demandez-vous qui vous pourriez décevoir.

Emma sort.

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin et Baelfire sont au château du Duc. Ils mettent le feu à de la paille. Le feu se répand dans tout le château.

------------------------------

Rumplestiltskin est dans le château, il trouve la dague de du Ténébreux. Il la prend et s’en va.

-[Storybrooke]-

Mary Margaret est devant la mairie, elle agrafe les affiches pour la campagne d’Emma sur le tableau d’affichage. Elle rencontre David.

Mary Margaret : Hum ! David !

David : Mary Margaret ! Bonjour.

Mary Margaret : Euh ! Je suis venue…

Elle agrafe une affiche.

David : Oui moi aussi.

Mary Margaret : Ca va à part ça ?

David : Ouais… Oh ! J’ai trouvé du boulot. Je travaille au refuge pour animaux.

Mary Margaret : Ah oui.

David : Oui.

Mary Margaret : Tu soutiens Sidney.

David : Oui… Enfin ma femme est amie avec… Amie avec Régina… Alors c’est…

Mary Margaret : Oh ! C’est vrai, oui. Et comment va Kathryn ?

David : Bien ! Elle doit venir me retrouver ici tout à l’heure.

Mary Margaret : C’est génial ! Bon ! J’ai plus d’affiche, il faut que j’aille en chercher !

Mary Margaret part.

------------------------------

Les candidats se préparent au débat.

Archie : Citoyens de Storybrooke, bienvenue à tous… Bienvenues chers citoyens de Storybrooke… Bienvenues chers citoyens de Storybrooke… Bienvenu !

Emma regarde Henry derrière le rideau. Mary Margaret donne son discours à Emma.

Emma : Je vais pas gagner !

Mary Margaret : Qu’est ce que tu racontes ? Tout le monde parle de ton comportement héroïque de l’autre soir.

Emma : Non… Henry avait raison, je peux pas battre Régina, elle trouve toujours le moyen de tricher. Tu verras.

Mary Margaret : Si tu fais tout ça, c’est uniquement pour battre Régina ?

Emma : Non, c’est…

Mary Margaret : C’est pour Henry ?

Emma : Je voudrais lui prouver que le bien peut gagner contre le mal.

Mary Margaret : Si t’as envie de remporter l’élection c’est d’abord pour lui mais c’est un petit peu pour toi aussi, non ?

Emma : Ben… Ca revient au même… Je voudrais lui prouver qu’un héros peut gagner… Et… Et si je suis pas… Si je suis pas une héroïne, si je suis pas la sauveuse, est-ce que j’ai encore un rôle à jouer dans sa vie ? D’accord la voilà la réponse.

Mary Margaret : Oui.

Emma voit Mr Gold entrer dans l’auditorium.

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Rumplestiltskin rejoint Baelfire dans la forêt.

Baelfire : Papa !

Rumplestiltskin : Oh ! Baelfire !

Baelfire : J’ai eu si peur pour toi ! Tu n’es pas blessé, le château est…

Rumplestiltskin : Je vais bien rassure-toi… Maintenant, je veux que tu rentres à la maison et que tu m’y attendes.

Baelfire : Non ! Viens avec moi, j’ai un mauvais pressentiment.

Rumplestiltskin : Ma tâche n’est pas terminée, je dois l’accomplir seul… Rentre à la maison… Rentre et attend mon retour… Je ne serais pas long alors rentre.

Baelfire s’en va. Rumplestiltskin prend la dague et invoque le Ténébreux.

Rumplestiltskin : Zoso ! Zoso ! Je te somme d’apparaître !

Rien ne se passe. Rumplestiltskin se retourne, le Ténébreux était derrière lui. Rumplestiltskin sursaute.

Zoso : Tu as demandé à me voir.

Rumplestiltskin : Soumets-toi ! Oh Ténébreux ! Tu es sous mon emprise.

Zoso : Oui, je le suis. Tâche d’user de ce pouvoir avec sagesse. Tu peux désormais l’exercer comme bon te semble. Le jour va bientôt se lever et aujourd’hui c’est l’anniversaire de ton fils, j’imagine qu’Hordor et ses hommes sont déjà en route vers ton village à l’heure qu’il est.

Rumplestiltskin : Non, ils ne peuvent pas l’emmener.

Zoso : Je suis sous ton emprise, mais eux ne le sont pas… T’es-tu déjà demandé si ce petit était réellement ton enfant ? Contrairement à toi, ce n’est pas un lâche, il aspire à prendre les armes et à mourir auréolé de gloire.

Rumplestiltskin : Non…

Zoso : Tu ferais une bien mauvaise affaire si tu choisissais de sacrifier ton âme pour sauver le fils bâtard d’un autre… Alors, je te le demande, que veux-tu que je fasse ? Parle… J’attends tes ordres.

Rumplestiltskin : Meurt !

Rumplestiltskin poignarde Zoso. Zoso tombe par terre, il entraine Rumplestiltskin avec lui. Le pouvoir quitte Zoso et il se met à rire.

Rumplestiltskin : Alors, c’était toi… Le vieux mendiant.

Zoso : Tu as accepté un marché sans en connaître les conséquences… Je crois que tu ne referas jamais cette erreur.

Rumplestiltskin : Tu m’as demandé de te tuer.

Zoso : Ma vie était devenue un fardeau, une malédiction… Tu verras, quand on use de la magie, il y a toujours un prix à payer et à compter d’aujourd’hui, c’est toi qui le paiera.

Rumplestiltskin : Pourquoi moi ? Pourquoi moi ?

Zoso : Depuis le temps, je sais reconnaître… Une âme désespérée quand j’en vois une.

Zoso meurt.

Rumplestiltskin : Non ! Non ! Attends ! Tu dois d’abord me dire ce que je dois faire ! Dis-moi ce que je dois faire !

Rumplestiltskin se transforme en Ténébreux, il retire la dague du corps de Zoso, son nom est écrit sur la lame.

-[Storybrooke]-

Dans l’auditorium, le débat à commencé.

Archie : C’est une tragédie qui est à l’origine de cette élection, mais le choix que nous ferons ce soir est capital. Alors nous vous demandons d’écouter ce que les deux candidats ont à dire sans a priori et de voter en votre âme et conscience. Sans plus tarder je vous présente les candidats au poste de Shérif : Sidney Glass et Emma Swan. Glass. Swan. Deux noms court et percutant, des vrais noms de Shérif. Whao… On entendrait un criquet voler… Très bien, monsieur Glass, votre discours d’ouverture.

Sidney : Je dirai simplement que si je suis élu, je m’efforcerais de représenter au mieux les principales qualités de Storybrooke. L’honnêteté, le bienveillance et la force. Merci beaucoup.

Archie : Et maintenant, Emma Swan.

Emma : Je pense que tous ici, vous savez que j’ai ce qu’on appelle un… Un lord passé… Vous avez choisi de ne pas en tenir compte parce que dans l’incendie de la mairie, j’ai eu une réaction… Soi-disant héroïque… Mais le truc c’est que… L’incendie était un coup monté… Mr Gold avait accepté de soutenir ma candidature au poste de Shérif seulement j’imaginais pas que pour ça, il irait jusqu’à provoquer un incendie… Je n’ai pas de preuves formelles mais je suis sûre que c’est lui et au fond le pire dans tout ça c’était… Au fond le pire dans tout ça c’est que je vous ai tous laissé croire que c’était vrai… Je veux pas gagner de cette manière. Je suis désolée.

Mr Gold se lève et s’en va. Emma s’en va aussi et Régina jubile.

------------------------------

Emma est chez Granny en train de boire un verre.

Ruby : Un autre ?

Emma : Voilà une excellente idée.

Henry entre.

Emma : Salut Henry.

Henry donne un talkie-walkie à Emma.

Emma : Pourquoi tu me donnes ça ?

Henry : T’as tenu tête à Mr Gold… J’ai été impressionné.

Emma : Ben… Ce qu’il a fait est totalement illégal.

Henry : Et toi, t’as fait ce que font tous les héros… Ils dénoncent toujours ces trucs là.

Ruby apporte un verre de lait à Henry et un verre d’alcool à Emma.

Henry : J’aurais jamais du laisser tomber l’opération cobra.

Régina et Sidney entre.

Régina : J’étais sûre que je vous trouverai ici… En tête-à-tête avec mon fils.

Emma : Vous allez contrôler mon identité, Shérif ?

Sidney : Pas du tout. En fait, moi aussi je crois que je vais prendre un verre.

Emma : Ici ? Vous êtes sûr ? Je crois qu’ils ont prévu de fêter la victoire dans une des salles de la mairie.

Sidney : Alors je compte sur vous pour me raconter comment c’était.

Régina : Toutes mes félicitations, Shérif Swan.

Régina a remis l’étoile à Emma.

Henry : Quoi ? Mais alors…

Régina : C’était très serré, ça s’est joué à peu de chose.

Archie et Mary Margaret rentrent dans le restaurant.

Régina : Mais visiblement les gens aiment l’idée d’avoir un Shérif qui est suffisamment de courage pour oser s’opposer à Mr Gold.

Emma : C’est une plaisanterie.

Sidney : Elle ne plaisante jamais.

Régina : Vous avez été un peu naïve si vous avez crue trouvé en Mr Gold un ami loyal… Mais en tant qu’ennemi, il est absolument exceptionnel ! Profitez-en.

Régina et Sidney s’en vont.

-[Forêt Enchantée - Passé]-

Hordor et ses hommes sont chez Rumplestiltskin. Ils fouillent la maison. Ils trouvent Baelfire et l’emmène.

Hordor : Tout le monde se cache derrière ses rideaux ce matin. Ah ah !

Rumplestiltskin poignarde un soldat. Hordor s’agenouille devant Rumplestiltskin.

Hordor : Seigneur Ténébreux.

Il reconnaît Rumplestiltskin.

Hordor : Non… Qui êtes-vous ?

Rumplestiltskin : Ne me dit pas que tu m’as déjà oublié. Quel est le nom que tu me donnais déjà ? Patte d’araignée… Canard boiteux.

Baelfire : Papa ?

Hordor : Rumplestiltskin…

Rumplestiltskin : Tu vois quand tu veux. Désormais vous m’appellerez… Le nouveau Ténébreux… Si tu me prouvais ta soumission ?

Rumplestiltskin montre sa botte à Hordor.

Rumplestiltskin : Allez ! Embrasse ma botte.

Hordor s’approche pour embrasser la botte mais Rumplestiltskin attrape sa tête et lui casse les cervicales. Les Soldats attaquent Rumplestiltskin.

Baelfire : Non ! Papa !

Rumplestiltskin les tue tous.

Baelfire : Papa… Que s’est-il passé ? Qu’est tu devenu ?

Rumplestiltskin : Tu ne risques plus rien… Tu es rassuré mon garçon.

Baelfire : Non. J’ai peur.

Rumplestiltskin : Je n’ai pas peur, moi… Je suis revenu protéger ce qui m’appartient, il n’y a plus rien qui puisse m’effrayer.

-[Storybrooke]-

Emma apporte des affaires dans le bureau du Shérif, elle voit la veste de Graham. Mr Gold arrive.

Mr Gold : C’est la veste du Shérif. J’ai pensé que vous la voudriez en fin de compte.

Emma : Vous savez que je porte une arme là.

Mr Gold : Ca faisait parti de mon numéro ma chère. La scène politique s’apparente très souvent à la scène d’un théâtre. Je savais que personne ne voterait pour vous à moins qu’on ne s’arrange pour vous faire passer pour quelqu’un d’extraordinaire… Et que délivrer notre chère amie Régina d’un bâtiment en flamme n’allait pas suffire… Il fallait vous doter d’une forme de courage beaucoup plus noble… Il fallait qu’ils vous voient me défier… Et c’est ce qu’ils ont vu.

Emma : C’est pas vrai… Vous aviez qu’en même pas tout planifier ?

Mr Gold : Ils ont tous peur de Régina… Mais ils ont encore plus peur de moi… En vous opposant à moi, vous les avez ralliés à votre cause… C’était le seul moyen.

Emma : Vous saviez que j’accepterai.

Mr Gold : Oh ! Oui… Je sais reconnaître une âme désespérée.

Emma : Pourquoi vous avez fait ça ?

Mr Gold : Vous et moi, on a passé un marcher il n’y a pas si longtemps… Nous avions convenu que vous me deviez un service. Je sais que c’est parfois pesant de devoir quelque chose à quelqu’un… Maintenant que vous êtes Shérif, je suis sûr que vous aurez bientôt l’occasion l’honorer votre part du marcher.

Mr Gold s’en va.

Mr Gold : Félicitations.

–[Fairy Tale World]–

(A human Rumpelstiltskin is spinning straw in a crude looking house. His son frantically rushes inside.)

Baelfire: Papa! Papa! They’ve come for Morraine.

(Rumpelstiltskin and his son go outside. They live in a village. They watch from a distance as several knights drag away a young girl from her screaming parents.)

Mother: No!

Father: No! Please, please!

Mother: No! No, don’t take her! No! No, you can’t take her! She’s my baby! Don’t take my baby!

Hordor: Nonsense. She’s a fine, strong girl. She’ll make a fine soldier.

Father: It’s a mistake – she’s turning fourteen. Only fourteen!

Hordor: Orders of the Duke! The Ogre Wars have taken their toll this season. More troops will turn the tide.

Baelfire: They lowered the age again, Papa.

Rumpelstiltskin: I know.

Hordor: Take her.

(The other knights grab the girl.)

Hordor: She’ll ride with me.

(The girl is shoved onto the back of his horse.)

Mother: No!

Father: You can’t have her!

(The woman draws a knife and lunges towards the knight. Suddenly, she and the man are stopped by some invisible force. In the field behind them, there is a cloaked figure on a black horse, who appears to be the one that’s controlling them. The man and the woman wither on the ground.)

Hordor: The Dark One seems to think I can.

(The dark figure relents and the Hordor, the knights and the girl ride off.)

Baelfire: My birthday’s in three days. They’ll come for me in three days!

Rumpelstiltskin: We’ll find a way. We’ll… We’ll find a way.

–[Real World]–

(Mr. Gold is covering a piece of cloth with lanolin in the back room of his pawn shop. Emma enters through the front door and calls out for him.)

Emma: Gold! In here?

Mr. Gold: Well, it is my shop.

(Emma enters the back room.)

Emma: Whoa! What is that?

Mr. Gold: Oh, this is lanolin – used for waterproofing.

Emma: It smells like livestock.

Mr. Gold: Well, it is the reason why sheep’s wool repels water.

Emma: It stinks. Um, if there was a reason you called the Sheriff’s Department… If you want to talk about that quickly-

Mr. Gold: Yes.

Emma: Or outside…

Mr. Gold: I just wanted to, uh, express my condolences, really. The Sheriff was a good man. You’re still wearing the Deputy’s badge. Well, he’s been gone two weeks, now, and I believe that after two weeks of acting as Sheriff, the job becomes yours. You’ll have to wear the real badge.

Emma: Yeah, I guess. I’m just not in a hurry. So, um, thank you for the kind words.

(Emma goes to leave and exits to the main part of the shop. Mr. Gold follows her.)

Mr. Gold: I have his things.

Emma: What?

(He walks over to a box on the counter.)

Mr. Gold: The Sheriff. He rented an apartment that I own. Another reason for my call, really. I wanted to offer you a keepsake.

Emma: I don’t need anything.

Mr. Gold: As you wish. Well, give them to Mayor Mills. Seems like she was the closest thing he had to family.

Emma: I’m not sure about that.

Mr. Gold: No love lost there, I see. Look, I feel that all of this stuff is headed for the trash bin – you really should take something. Look – his jacket.

Emma: No.

Mr. Gold: Well, look. Your boy might like these, don’t you think? You could play together.

(He holds up a pair of walkie talkies.)

Emma: I don’t-

Mr. Gold: No, please. They… They grow up so fast.

Emma: Thanks.

Mr. Gold: You enjoy these with your boy. Your time together is precious, you know? That’s the thing about children – before you know it, you lose them.

———–

(Emma meets Henry at his playground castle, bringing the two walkie talkies with her. She sits down next to him and hands him one.)

Emma: Brought you something. Thought we could use them together for Operation Cobra.

Henry: Thanks.

Emma: Oh, come on! What’s up? You’ve been ducking me for weeks.

Henry: I think we should stop Cobra stuff for a while. You don’t play with the curse. Look what happened to Graham.

Emma: Henry, I told you they did an autopsy. It was totally natural causes.

Henry: Okay, whatever. You don’t believe – good. That should keep you from messing with it. And getting killed.

Emma: You’re worried about me?

Henry: She killed Graham because he was good – and you’re good.

Emma: Henry…

Henry: Good loses – good always loses. Because good has to play fair – evil doesn’t. She’s evil. This is probably best. I don’t want to upset her anymore.

(Henry gives Emma back the walkie talkie and leaves.)

———–

(Emma throws her keys on her desk at the station. The Sheriff’s badge is there. She goes to put it on, when Regina enters.)

Regina: Oh, I’m sorry. That’s not for you.

Emma: It’s been two weeks – promotion’s automatic.

Regina: Unless the Mayor appoints someone else within the time period, which I’m doing today.

Emma: So, who’s it going to be?

Regina: After due reflection – Sidney Glass.

Emma: Sidney from the newspaper? How does that even make sense?

Regina: Well, he’s covered the Sheriff’s Office for as long as anyone can remember.

Emma: And he’ll do whatever you want him to. You just cannot stand the fact that things have been getting better around here, can you?

Regina: Better? Are you referring to Graham’s death as ‘better’?

Emma: No.

Regina: He was a good man, Miss Swan. He made this town safe, and forgive me for saying it, but you have not earned the right to wear his badge.

Emma: Graham picked me to be Deputy.

Regina: He was wrong.

Emma: No. He knew what he was doing. He freed this office from your leash. You’re not getting it back.

Regina: Actually, I just did. Miss Swan, you’re fired.

(Regina takes the Sheriff’s badge off the desk and leaves.)

———–

(At Mary Margaret’s apartment, Emma is trying to pry open a toaster with a knife. She has the music blaring and there is a half empty bottle of whiskey on the table. Mary Margaret comes home and sees what Emma is doing. She turns off the music.)

MMB: Toaster broken?

Emma: It wasn’t when I started with it. Pretty sure it is now. Just needed to hit something.

MMB: What’s going on?

Emma: Regina fired me so she could put one of her own puppets in as Sheriff. It’s my job.

MMB: I never heard you so passionate about it before. What happened?

Emma: I don’t know, I just… I know I want it back.

MMB: There must be a reason.

(There’s a knock on the door.)

Emma: Maybe I just want to beat her.

(Emma answers the door and it turns out to be Mr. Gold. He has a large binder under his arm.)

Mr. Gold: Good evening, Miss Swan. Sorry for the intrusion. There’s something I’d like to discuss with you.

MMB: I’ll let you two talk.

(Mary Margaret leaves the room.)

Emma: Come on in.

Mr. Gold: Thank you. I, uh… I heard about what happened. Such an injustice.

Emma: Yeah, well, what’s done is done.

Mr. Gold: Spoken like a true fighter.

Emma: I don’t know what chance I have. She’s Mayor and I’m, well, me.

Mr. Gold: Miss Swan, two people with a common goal can accomplish many things. Two people with a common enemy can accomplish even more. How would you like a benefactor?

Emma: A benefactor?

Mr. Gold: You mind?

(He gestures to the table and both he and Emma sit down. He puts the binder on the table and opens it.)

Mr. Gold: You know, it really is quite shocking how few people study the town charter.

Emma: The town charter?

Mr. Gold: Well, it’s quite comprehensive. And the Mayor’s authority? Well, maybe she’s not quite as powerful as she seems.

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin approaches his sleeping son and tries to wake him up.)

Rumpelstiltskin: Bae. Bae. Waken up, son. Come on. Waken up, son. We’re going now. We’re going now! Come on. Come on!

(Baelfire wakes up and the two of them leave the house.)

———–

(Rumpelstiltskin and Baelfire are walking through the woods with their things.)

Baelfire: It feels wrong to run away.

Rumpelstiltskin: It’s worse to die, son. I’m not having you taken away to the Ogres’ war.

(They encounter a beggar along the path.)

Beggar: Alms for the poor? Alms for the poor?

Rumpelstiltskin: Yes.

(Rumpelstiltskin gives the beggar a few coins.)

Beggar: Oh! Thank you, thank you, thank you, thank you.

(The two continue on through the woods.)

Baelfire: Are we sure there’s no other way?

Rumpelstiltskin: Oh, I can’t lose you, Bae. You’re all I’ve got left, son. You don’t understand what war is like – what they do to you.

(The sound of approaching horses is heard in the background.)

Rumpelstiltskin: Quick – hide! In the ditch – hide! Go, go! Go!

Hordor: Stop right there!

(Hordor and several knights on horseback surround Rumpelstiltskin and his son.)

Hordor: What are you doing on the King’s realm?

Rumpelstiltskin: We have some wool to sell at the fair at Longbourne.

Hordor: I know you, don’t I?

(Hordor gets off his horse and walks up to Rumpelstiltskin.)

Hordor: What was your name? Hm? Spindleshanks? Threadwhistle? Hobblefoot?

Baelfire: His name’s Rumpelstiltskin.

Rumpelstiltskin: Hush, boy!

Hordor: Rumpel- Ah, the man who ran. Is this your boy? How old is he? What’s your name?

Baelfire: I’m Baelfire and I’m thirteen.

Hordor: When’s your birthday?

Baelfire: In two days time.

Rumpelstiltskin: Hush, boy!

Hordor: Did you teach him how to run as well, Rumpelstiltskin? Did he tell you? Did he tell you how he ran and the ogres turned the tide of the battle, and all the others were killed, and he returned home to a wife who could not bear the sight of him?

Rumpelstiltskin: Please…

Hordor: You see, women do not like to be married to cowards.

Rumpelstiltskin: Please don’t speak to my boy like that.

Hordor: It’s treason to avoid service. Take the boy now.

Rumpelstiltskin: No, no, no, no! What do you want?

Hordor: What do I want? You have no money, no influence, no land, no title, no power. The truth is, all you really have is fealty. Kiss my boot.

Rumpelstiltskin: I don’t understand-

Hordor: You asked my price. Kiss my boot.

Rumpelstiltskin: Not in front of my boy.

Hordor: Kiss my boot!

(Rumpelstiltskin gets on the ground and kisses Hordor’s boot. Hordor, along with the other knights, laugh as he does so. Hordor then kicks Rumpelstiltskin in the stomach and he falls to the ground.)

Baelfire: Papa!

(Hordor returns to his horse and the group leaves. Suddenly, someone is heard coming towards Rumpelstiltskin and Baelfire. It turns out to be the beggar from earlier.)

Beggar: No, no, no! No! It’s okay. Let me help you. Let me help you home.

Baelfire: Thank you, old man.

(The beggar helps Rumpelstiltskin up.)

Rumpelstiltskin: I don’t have any money to pay you.

Beggar: I can think of another way. You just leave me whatever you can spare, and I’ll find a way to be your benefactor. Come.

–[Real World]–

(Regina, Sidney, and several news reporters are gathered in Regina’s office.)

Regina: Everyone deserves to feel safe in their own homes. That’s why Sidney Glass is my choice for post of Sheriff. This man has put the needs of Storybrooke above his own for as long as any of us can remember as chief editor of the Storybrooke Daily Mirror. Please welcome your new Sheriff!

(Regina goes to pin the Sheriff’s badge on Sidney, when Emma enters.)

Emma: Hang on a second.

Regina: Oh, Miss Swan, this is not appropriate.

Emma: The only thing not appropriate is this ceremony. She does not have the power to appoint him.

Regina: The town charter clearly states the Mayor shall appoint-

Emma: A candidate. You could appoint a candidate. It calls for an election.

Regina: The term ‘candidate’ is applied loosely.

Emma: No, it’s not. It requires a vote. And guess what, Madam Mayor? I’m running.

Regina: Fine. So is Sidney.

Sidney: I am?

(Regina turns around and gives Sidney a look.)

Sidney: I am.

Regina: With my full support. I guess we’ll learn a little something about the will of the people.

Emma: I guess we will.

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin and the beggar are sitting by the fire eating stew. Baelfire is asleep.)

Rumpelstiltskin: Another day gone. There’ll be no fleeing, now.

Beggar: No. You need to find another way. You need to choose a different path.

Rumpelstiltskin: Choose? What choice do I have?

Beggar: Everyone has a choice.

Rumpelstiltskin: I’m the town coward. The only choice I have is which corner to hide in. I’m lame, friendless… The only thing I’ve got is my boy. And they’re going to take him away from me. If they take him away, I would truly, truly become dust.

Beggar: Not if you have power.

Rumpelstiltskin: You may as well say diamonds.

Beggar: Get a hold of yourself! Think. Why do you think that someone as powerful as the Dark One would work for a useless fool like the Duke of the Frontlands?

Rumpelstiltskin: Tell me.

Beggar: The Duke has the Dark One in thrall. He’s enslaved him with the power of a mystical dagger and on the blade is written a name – the true name of the Dark One. If you steal the dagger, then you would control the Dark One yourself. And then no one would be able to take your son away from you.

Rumpelstiltskin: To keep a man like the Dark One as a slave? No, I… I-I can’t. I’d be terrified.

Beggar: Then, perhaps, instead of controlling the power, you need to take it.

–[Real World]–

(Mr. Gold is sitting in his pawn shop staring at the flame from a lighter. Regina enters and he puts the flame out.)

Mr. Gold: Regina.

(She flips the sign on the door to the ‘closed’ side.)

Mr. Gold: Shall I move some things? Make a bit of space for your rage?

Regina: You found that loophole in the town charter.

Mr. Gold: Legal documents – contracts, if you like. Always been a fascination of mine.

Regina: Yes, you love to trifle with technicalities.

Mr. Gold: I like small weapons, you see. The needle, the pen, the fine point of a deal. Subtlety – not your style, I know.

Regina: You’re a bastard.

Mr. Gold: I think your grief’s getting the better of you, Regina. Shame what happened to Graham.

Regina: Don’t you talk about him. You know nothing.

Mr. Gold: What is there to know? He died.

Regina: Are you really going up against me?

Mr. Gold: Not directly. We are, after all, both invested in the common good. We’re just picking different sides.

Regina: Well, I think you picked a really slow horse this time. It’s not like you to back a loser.

Mr. Gold: She hasn’t lost yet.

Regina: She will.

Mr. Gold: Never underestimate someone who’s acting for their child.

Regina: He’s not her child. Not legally.

Mr. Gold: Oh, now who’s trifling with technicalities?

———–

(Henry is sitting at a booth in Granny’s Diner and reading a newspaper. Emma enters and sits down next to him.)

Emma: How was school?

Henry: Okay.

Emma: You’re reading that paper pretty hard.

Henry: Sidney wrote it.

(Henry passes Emma the paper. On the front page, there’s an article titled ‘Ex-Jailbird – Emma Swan birthed babe behind bars’.)

Henry: Is it a lie?

Emma: No.

Henry: I was born in jail?

Emma: Yes. These records were supposed to be sealed. Tell me you’re not scarred for life.

Henry: I’m not. Well, not by this.

Emma: Good. Then, let’s throw this out and we will get our news from something more reliable. Like the internet.

Henry: This is what I’ve been trying to tell you – good can’t be evil, because good doesn’t do this kind of thing. My mom plays dirty – that’s why you can’t beat her. Ever.

Emma: I have a new ally. Mr. Gold said he’s going to help.

Henry: Mr. Gold? He’s even worse than she is. You already owe him one favour. You don’t want to owe him any more. Don’t do this.

———–

(Emma enters Regina’s office at the Town Hall with the newspaper in hand.)

Emma: This was a juvie record. This was sealed by court order. I don’t know how you got it, but that’s abuse of power and illegal.

Regina: Oh, I’m sorry. You didn’t want people to know you cut his cord with a shiv?

Emma: I don’t care what people know, but this hurts Henry.

Regina: He would’ve learned eventually. We all lose our heroes at some point.

(Emma and Regina exit the office and walk through the building.)

Emma: He doesn’t need to lose anything more. He’s depressed, Madam Mayor. He doesn’t have any… Any hope. Don’t you see that?

Regina: He’s fine.

Emma: He’s not fine. I mean, think about it. Watching his adoptive mother throw an illegal smear campaign against his birth mother? You don’t think that would be upsetting?

Regina: All I did was expose him to the truth. And as for the legality – I did nothing wrong. But you and Sidney will have a chance to get into all that at the debate.

Emma: Debate?

Regina: Yes, Miss Swan, there’s a debate. You two can talk about jail time and juvie records and maybe even your new association with Mr. Gold. He’s a snake, Miss Swan. You need to be careful who you get into bed with.

Emma: I’m not getting into bed with anyone. I’m just fighting fire with-

(Regina opens the door and an explosion is set off, setting the next room on fire. Emma and Regina are thrown back from the blast. Regina’s ankle is crushed by a piece of debris and is immobilized. Emma frees Regina.)

Emma: Alright, come on – let’s go! We got to get out of here.

Regina: I can’t move! You have to get me out. Help me!

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin and Baelfire are outside making what look to be torches using wool.)

Rumpelstiltskin: Keep that fire good and stoked, Bae. The sheep’s fat needs to be liquid and get that wool good and soaked.

Baelfire: Why are we doing this, Papa? This is good wool. We can spin and sell-

Rumpelstiltskin: These are our keys to the castle, son. And once I’m inside – something I have to take.

Baelfire: What do you need to take?

Rumpelstiltskin: That old beggar? He told me a fine tale – about the Duke and his magical dagger.

Baelfire: What does it do?

Rumpelstiltskin: If I own that dagger, I control the Dark One. If I kill the Dark One with the dagger, I take his powers.

Baelfire: By god’s name.

Rumpelstiltskin: Imagine me with those powers. Can you imagine me with those powers, Bae? I could get to redeem myself. I could turn it towards good. I’ll save all the children of the Frontlands – not just you, my boy.

Baelfire: I’d love to see that, but if the law says I’m to fight, I… I can fight.

Rumpelstiltskin: No, no, no! The law doesn’t want you to fight, son. The law wants you to die. That’s not battle – that’s sacrifice, son. You look at that red in the sky. That’s not the… The fires of the battlefields – that’s the blood of our people, son. It’s the blood of children. The blood of children like you. I mean, what sane person would want to get involved with that?

Baelfire: So, it’s true.

Rumpelstiltskin: What?

Baelfire: It’s true. It’s true you ran.

Rumpelstiltskin: I had no choice, son.

Baelfire: And Mother? Did she leave you like the knight said? You told me she was dead.

Rumpelstiltskin: She is dead.

Baelfire: So, what do we need to do?

Rumpelstiltskin: The Duke’s castle is made of stone, but the floors and the rafters are made of wood.

Baelfire: Why does that matter?

Rumpelstiltskin: Because wood burns.

–[Real World]–

(Regina and Emma are still in the burning Town Hall. Emma goes to leave, but Regina grabs her arm and stops her.)

Regina: You’re going to leave me, aren’t you?

(Emma breaks free of Regina’s grasp and leaves into the next room that’s on fire. Regina tries to get up on her own, but Emma comes back with a fire extinguisher. She gets the fire under control and clears the way to the exit. Regina puts her arm around Emma’s shoulder and the two leave the building. Outside, a reporter takes a picture of them leaving and sirens are heard in the background.)

Regina: Oh, ow, ow! My ankle! Set me down gently!

Emma: Seriously? You’re complaining about how I saved your life?

Regina: The firemen are here. It’s not like we were really in danger.

Emma: Fine. Next time I’ll just… I’ll just… Ah, you know what? Next time, I’ll do the same thing. And the time after that because that is what decent human beings do. That’s what good people do.

(Emma walks away from Regina. By the fire truck, Henry is talking with a firefighter.)

Henry: Did Emma really rescue my mom?

(Regina is on a stretcher with an oxygen mask. She overhears Henry and throws off the mask in anger.)

Regina: Enough!

Paramedic: Regina.

Regina: I’m fine.

(Sidney runs up to Regina with a camera and takes a picture.)

Sidney: Nice shot of the victim?

Regina: Sidney? What the hell are you doing? Are you trying to hand this election to her?

Sidney: But it’s news.

Regina: She’s the competition, you fool.

(Emma and various people from town are talking in a group.)

MMB: Did you really rescue Regina?

Henry: She did! The fireman said it. They saw it.

Ruby: You are a hero.

MMB: We should see if they have a picture of the rescue.

Granny: We could make campaign posters.

Archie: Oh, people would love that! That’s a great idea. Wait, so…

(The group walks away, leaving Emma and Henry alone.)

Emma: This is how good wins. You do something good and people see it, and then they want to help you.

Henry: Maybe you’re right.

Emma: You see, Henry? We don’t have to fight dirty.

(In the pile of debris, Emma notices the same fabric that Mr. Gold was preparing in his shop when she spoke with him.)

———–

(Mr. Gold is wiping off his hands with a rag when Emma enters the pawn shop. She has the fabric from the fire with her.)

Mr. Gold: Loads of visitors today. Do hope you’re not going to break my little bell.

Emma: You set the fire.

Mr. Gold: I’ve been right here, Miss Swan.

Emma: Take a whiff. It smells like your sheep crap oil. Turns out it’s flammable.

Mr. Gold: Oh. Are you sure? There’s some construction working on at City Hall at the moment. There’s loads of flammable solvents used in construction.

Emma: Why did you do it?

Mr. Gold: ‘If’ I did it. If I did it, that would be because you cannot win without something big. Something like, uh… Oh, I don’t know. Being the hero in a fire?

Emma: How could you even know I’d be there at the right time?

Mr. Gold: Maybe Regina’s not the only one with eyes and ears in this town. Or maybe…I’m just intuitive – were I involved.

Emma: I could’ve run and left her there.

Mr. Gold: Not the type.

Emma: I can’t go along with this.

Mr. Gold: You just did. This is just the price of election, Miss Swan.

Emma: A price I’m not willing to pay. Find another sucker.

Mr. Gold: Okay, go ahead – expose me. But if you do, just think about what you’ll be exposing and what you’ll be walking away from.

(Emma heads for the door.)

Mr. Gold: Oh, yes. And, um… Who you might be disappointing.

–[Fairy Tale World]–

(Rumpelstiltskin and Baelfire are at the base of the Duke’s castle. They set one of the torches they made on fire and place it in a pile of straw. The fire spreads up the castle walls, burning the parts made of wood. Inside, the ceiling and rafters are falling apart. Rumpelstiltskin enters a room with several large flags in the wall. He pulls one aside, revealing the dagger hanging behind it. Rumpelstiltskin takes the dagger and sees the name ‘Zoso’ written on it. He quickly leaves the burning room.)

–[Real World]–

(People are outside of the Town Hall. Above the entrance, there’s a banner that reads ‘Debate today – Sheriff’s election’. Mary Margaret is stapling posters promoting Emma on the bulletin board. She runs into David, who is also putting up posters.)

MMB: David! Hi.

David: Mary Margaret. Hi.

MMB: I was just, uh…

David: Yeah, yeah. Me too.

MMB: How are things?

David: Okay. Oh, I got a job. Yeah, I’m working at the animal shelter.

MMB: Really?

David: Yeah.

MMB: So. Sidney.

(She nods to the poster David is handing up.)

David: My wife is friends with Regina, so…

MMB: Oh, right. How is Kathryn?

David: Good. She’s meeting me here later.

MMB: That’s wonderful. Well, I’m all out of posters. I’m going to go get some more.

———–

(Behind the scenes, Sidney is getting ready for the debate. Archie is there practicing his opening speech.)

Archie: Citizens of Storybrooke. Uh, we welcome you to, uh… Welcome, citizens of Storybrooke, uh… Uh, we welcome you, citizens of Storybrooke. Welcome, uh…

(Emma is waiting at the podium. Mary Margaret comes up to her and hands her a piece of paper and a bottle of water.)

Emma: I’m not going to win.

MMB: What are you talking about? Everyone’s talking about what you did in the fire.

Emma: No, Henry’s right – I can’t beat Regina at this. Not the way she fights. Watch and see.

MMB: Is this really just about beating Regina.

Emma: It’s just…

MMB: Henry.

Emma: I want to show him that good can actually win.

MMB: That’s why you want to win it for him, but why do you want to win the election for yourself?

Emma: That is why. I want to show him that a hero can win. And if I’m not… If I’m not a hero and I’m not the saviour, then what part do I have in his life? Okay. There it is.

MMB: There it is.

–[Fairy Tale World]–

(Baelfire is sitting behind a tree in the forest when Rumpelstiltskin returns from the castle.)

Baelfire: Papa!

Rumpelstiltskin: Oh, Bae.

Baelfire: I was so worried for you. Are… Are you burned? The castle-

Rumpelstiltskin: I’m fine, son. I’m fine. I need you to go home and wait for me there.

Baelfire: Come with me – please. I have a bad feeling.

Rumpelstiltskin: Bae, this is something I have to do on my own. Go home, son! Go home and wait for me, Bae. I’ll be back. You go.

(Baelfire leaves. Once he is gone, Rumpelstiltskin pulls out the dagger. He holds it up in the air and chants the name.)

Rumpelstiltskin: Zoso. Zoso. I summon thee!

(Nothing appears to happen and Rumpelstiltskin lowers the dagger. When he turns around, he comes face to face with the Dark One. He stumbles backwards.)

Zoso: You were asking for me?

Rumpelstiltskin: Submit, O Dark One! I control you!

Zoso: Yes, you do. Wield the power wisely. You can wield at any time now. It’s almost dawn. That means it’s your son’s birthday. I bet Hordor and his men are already on their way to your house.

Rumpelstiltskin: No, they can’t take him.

Zoso: You don’t control them – you control me. Have you ever wondered – was he really your child at all? Unlike you, he’s not a coward and yearns to fight and die in glory.

Rumpelstiltskin: No…

Zoso: What a poor bargain that would be – to lay down your soul to save your bastard son. So, I ask you – what would you have me do?

Rumpelstiltskin: Die.

(Rumpelstiltskin stabs the Dark One with the dagger. They fall to the ground and the Dark One’s face morphs into the face of the beggar. He laughs.)

Rumpelstiltskin: It’s you. You’re the beggar.

Zoso: Looks like you made a deal you didn’t understand. I don’t think you’re going to do that again.

Rumpelstiltskin: You told me to kill you.

Zoso: My life was such a burden. You’ll see. Magic always comes with a price and now, it’s yours to pay.

Rumpelstiltskin: Why me? Why me?

Zoso: I know how to recognize a desperate soul.

(The Dark One stops talking and appears to be dead.)

Rumpelstiltskin: No! No! Stay! You have to tell me what to do! Tell me what to do!

(Rumpelstiltskin’s hand begins to change colour. He pulls out the dagger and sees that the name has changed to ‘Rumplestiltskin’(sic).)

–[Real World]–

(Archie is giving his opening speech to the audience. Emma and Sidney are sitting on either side of him.)

Archie: Tragedy has brought us here, but we are faced with this decision. And now, we ask only that you listen with an open mind and to please vote your conscience. So, without further ado, I’d like to introduce you to the candidates – Sidney Glass and Emma Swan. Glass. Swan. Sounds like something that a decorator would make you buy. Wow, crickets. Okay, uh… Uh, Mr. Glass – your opening statement.

(Sidney walks up to the podium.)

Sidney: I just want to say, that if elected, I want to serve as a reflection of the best qualities of Storybrooke. Honesty, neighbourliness, and strength. Thank you.

(Sidney sits back down and Archie calls upon Emma.)

Archie: And Emma Swan.

(Emma walks up to the podium.)

Emma: You guys all know I have what they call a, uh… Troubled past. But, you’ve been able to overlook it because of the, um… Hero thing. But here’s the thing – the fire was a setup. Mr. Gold agreed to support me in this race, but I didn’t know that that meant he was going to set a fire. I don’t have definitive evidence, but I’m sure. And the worst part of all this was – the worst part of all this is – I let you all think it was real. And I can’t win that way. I’m sorry.

(Mr. Gold gets up from the audience and leaves.)

———–

(Emma is finishing off a drink at Granny’s Dinner. Ruby is behind the counter.)

Ruby: Another?

Emma: Oh, hell yes.

(Ruby goes to get another drink and Henry enters the dinner. He sits next to Emma.)

Emma: Hey, Henry.

(He pulls a walkie talkie out of his book bag and hands it to Emma.)

Emma: What’s this for?

Henry: You stood up to Mr. Gold. It’s pretty amazing.

Emma: Well, he did something illegal.

Henry: That’s what heroes do – expose stuff like that. I shouldn’t have given up on Operation Cobra.

(Regina and Sidney enter the dinner.)

Regina: I thought I might find you here. With a drink. And my son.

Emma: Here to card me, officer?

Sidney: Well, not at all. In fact, I think I’ll join you.

Emma: Here? I don’t know. I think they’re setting up a back room for the victory party.

Sidney: Oh, well, you’ll have to tell me what that’s like.

Regina: Congratulations. …Sheriff Swan.

(Regina pulls out the Sheriff’s badge and places it on the counter.)

Henry: Wait, what?

(The people from Storybrooke start to file into the dinner.)

Regina: It was a very close vote, but people really seem to like the idea of a Sheriff brave enough to stand up to Mr. Gold.

Emma: Are you joking?

Sidney: She doesn’t joke.

Regina: You didn’t pick a great friend in Mr. Gold, Miss Swan, but he does make a superlative enemy. Enjoy that.

–[Fairy Tale World]–

(Hordor and the group of knights are at Rumpelstiltskin’s house. They have Baelfire.)

Hordor: Everyone’s watching from behind their curtains today.

(One of the guards suddenly falls to the ground. Rumpelstiltskin is shown behind him with the dagger. He no longer looks human. Hordor kneels.)

Hordor: Dark One.

(Rumpelstiltskin walks towards him.)

Hordor: No… Who are you?

Rumpelstiltskin: Have you forgotten me already? What was it you used to call me again? Spindleshanks? Hobblefoot.

Baelfire: Papa?

Hordor: Rumpelstiltskin.

Rumpelstiltskin: Wonderful. And now, you shall know me as the new Dark One. How about a little fealty? Kiss my boot.

(When Hordor bends over, Rumpelstiltskin grabs him, and then stabs him.)

Baelfire: No, Papa!

(Rumpelstiltskin kills the rest of the knights with the dagger.)

Baelfire: Papa? What has happened to you?

Rumpelstiltskin: You’re safe, Bae. Do you feel safe, son?

Baelfire: No. I’m frightened.

Rumpelstiltskin: I’m not. I protected what belongs to me and I’m not scared of anything.

–[Real World]–

(Emma is at the station. She enters the Sheriff’s office and notices a jacket hanging on the coat rack. Mr. Gold then walks in.)

Mr. Gold: The Sheriff’s jacket – I thought you might want it after all.

Emma: You do know I’m armed, right?

Mr. Gold: It’s all part of the act, my dear. Political theatre in an actual theatre. I knew no one was going to vote for you unless we gave you some kind of extraordinary quality, and I’m afraid saving old Regina’s arse from the fire just wasn’t going to do that. We had to give you a higher form of bravery. They had to see you defy me – and they did.

Emma: No way. There’s no way you planned that.

Mr. Gold: Everyone’s afraid of Regina, but they’re more afraid of me. By standing up to me, you won them over. It was the only way.

Emma: You knew I’d agree.

Mr. Gold: Oh, yeah. I know how to recognize a desperate soul.

Emma: Why did you do this?

Mr. Gold: We made a deal some time back, Miss Swan. We established that you owed me a favour. I know that can be a bad feeling – owing someone. Now that you’re Sheriff, I’m sure we’ll find some way for you to pay back what you owe me. Congratulations.

–[End]–

Kikavu ?

Au total, 233 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Mathry02 
08.08.2019 vers 13h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Elonarose 
24.03.2019 vers 12h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
28.11.2018 vers 22h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

OUAT du Mois
Aujourd'hui à 17:34

Survivor
Aujourd'hui à 17:33

Suite de Mots
Aujourd'hui à 15:22

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

quimper, 18.08.2019 à 17:10

Et inutile de connaitre la série pour pouvoir voter. Alors, n'hésitez pas à venir. Bon week-end à toutes et tous.

cinto, 18.08.2019 à 19:21

Donnez un nouveau titre à la série The Tudors ; merci pour vos votes au sondage, PDM et votre petit tour sur le quartier.

sabby, Avant-hier à 09:47

Bien le bonjour, le quartier S.W.A.T vous propose un tout nouveau sondage, une nouvelle PDM en vote et une nouvelle séance du Survivor

CastleBeck, Aujourd'hui à 11:58

Penser à regarder les votes dans les préférences. Du côté des thèmes, Samantha Who attend patiemment.

CastleBeck, Aujourd'hui à 12:17

Le quartier Lethal Waepon attend vos votes pour les Awards de la Saison 2. Thème de la semaine : scènes comiques. Merci et bonne journée!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site