VOTE | 821 fans

#219 : Lacey

Centré sur : Belle
Titre VO : Lacey
Titre VF : Lacey
Diffusion USA : 21/04/2013
Diffusion FR : 14/12/2013
Captures

Résumé court : M.Gold fait appel à David pour qu'il l'aide à faire retrouver la mémoire à Belle et qu'elle puisse ainsi l'aimer à nouveau. Quand il est révélé que les haricots magiques d'Anton et des nains commencent à pousser et pourraient ramener tout le monde à la maison, Emma est déchirée quant à savoir où elle voudrait vivre : au Royaume enchanté ou dans ce monde.

Pendant ce temps, au pays des contes de fée, Rumplestiltskin force Belle à l'accompagner à une chasse pour tuer un voleur, qu'elle avait libéré par pitié.

Popularité


4.57 - 7 votes

Vidéos

Diffusions

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Samedi 14.12.2013 à 20:50
2.01m / 8.0% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 21.04.2013 à 20:00
7.37m / 2.1% (18-49)

Plus de détails

Audiences US : 7.37 millions

Ecrit par : Adam Horowitz et Edward Kitsis

Acteurs secondaires :

Michael Raymond-James.... Neal Cassidy

Tom Ellis.... Robin des Bois

Wil Traval.... Shérif / Keith

Lee Arenberg.... Leroy

David-Paul Grove.... Prof

Gabe Khouth.... M. Clark

Faustino Di Bauda.... Walter

Jeffrey Kaiser..... Simplet

Michael Coleman.... Joyeux

Mig Macario.... Timide

Jorge Garcia.... Géant

Christine Laing.... Marian

Nicholas Carella.... Bartender

Ingrid Torrance....  Infirmière

Sonequa Martin-Green.... Tamara

[Storybrooke – De nos jours]–

Henry souffle les bougies de son 11ème anniversaire dans la boutique de M. Gold, sous les yeux de celui-ci, de son père Neal, de sa mère Emma, ainsi que de ses grands-parents David et Mary Margaret. En guise de cadeau, son grand-père paternel lui offre le droit de choisir n'importe quel objet de son magasin. Il choisit une baguette magique, et demande une démonstration. M. Gold le transforme alors en statue, horrifiant les spectateurs, avant de le fracasser avec sa canne afin d'échapper à sa perte que lui avait prédit l'Oracle, Il se réveille en sursaut dans son lit, inquiet de ce qu'il vient de rêver.

Henry, quant à lui, joue à l'épée avec son père, comme il le faisait avec David. M. Gold les observe de loin, et est rejoint par Regina, qui se demande ce que leurs fils respectifs font ensemble. Ironisant sur le fait qu'elle a été mise à l'écart des nouvelles ces derniers temps, il l'informe que Neal n'est autre que le père d'Henry. Regina le soupçonne alors d'avoir à nouveau tout manigancé, rappelant que c'est lui qui lui a fourni Henry à l'âge de trois semaines. Elle le prévient ensuite que, comme cela a été le cas pour elle, jamais il ne sera accepté dans la « famille », certaine que les ténèbres qui hantent son cœur le pousseront à choisir le côté sombre.

M. Gold rend ensuite visite à Belle à l'hôpital de Storybrooke, qui est plus que surprise de le revoir alors qu'il l'avait appelée pour lui annoncer sa mort prochaine. Il s'excuse de lui avoir fait peur et lui assure le bien-fondé de ses sentiments. Elle est en resté touchée depuis l'appel, convaincue de son bon fond, ce qu'elle-même n'explique pas. Elle en déduit, sereine, qu'il faisait bel et bien partie de son passé avant son accident, mais n'explique pas, en revanche, comment a-t-il pu la soigner lorsqu'elle était blessée. Son visiteur répond qu'elle devra attendre de retrouver la mémoire pour que tout lui semble plus clair. Ils décident alors de s'entraider tous les deux à se rappeler qui ils sont, M. Gold ayant besoin de Belle pour faire ressortir le bien qu'il y a en lui.

[Forêt Enchantée - Passé]–

Au Château du Ténèbreux, résidence de Rumplestiltskin Belle vient d'être enfermée, celle-ci pleure à gros sanglots, ce qui empêche son « maître » de tisser et de réfléchir tranquillement. Il lui fait alors apparaître un oreiller, qu'elle accepte avec un remerciement presque forcé, espérant que cela lui permettra peut-être d'enfin dormir. Mais d'un ton cassant, le Ténébreux rectifie : il se soucie plus d'étouffer ainsi ses pleurs pour qu'il puisse retourner travailler. Ils sont soudainement interrompus par un bruit de verre brisé.

Belle sur ses talons, Rumplestiltskin surprend un voleur, bien arrogant en se saisissant d'une baguette magique, avant de le défier de décocher avec son arc une flèche qui, selon l'intrus, touche toujours sa cible. Elle décrit ainsi une arabesque avant de faire demi-tour et de s'enfoncer dans la poitrine du maître des lieux, qui s'en défait facilement.

[Storybrooke – De nos jours]–

Tandis que celui-ci se charge de la faire sortir de l'hôpital, Regina rend à son tour visite à l'amnésique et se présente comme le maire de la ville, inquiète de son état. La patiente la rassure et lui annonce que M. Gold pense pouvoir l'aider. Regina se penche ensuite vers le sol et fait apparaître dans sa main un paquet d'allumettes enchanté, qu'elle tend à la jeune femme en la priant de le regarder attentivement. L'amnésique pense alors se rappeler de son identité.

Au Granny's Bed and Breakfast, Greg Mendell fait part à sa complice Tamara de ses observations de phénomènes magiques à Storybrooke. Il lui demande ensuite de partir, de peur que Neal les surprenne, mais Tamara se soucie plus de retrouver le père disparu de Greg, Kurt Flynn, que de son « fiancé », et annonce avoir laissé un « paquet » juste en-dehors de la ville et qu'il doit être prêt car elle l'amène le soir-même.

Non loin de la frontière, Mary Margaret et David emmènent Emma, qui préfère résoudre le meurtre d'August, à un champ de haricots magiques, rendu invisible grâce à la magie de la Mère Supérieure, où ils retrouvent Anton, dont Emma est intrigué par sa taille humaine, ainsi que les Sept Nains. D'abord ravie de revoir son ami, Emma comprend que ses parents ont l'intention de repartir au Royaume enchanté, ce qui permettrait à sa mère de se faire pardonner et de dissoudre les ténèbres qui envahissent son cœur,

De retour dans la chambre d'hôpital de Belle qu'il retrouve vide, M. Gold appelle avec fureur une infirmière, qui part se renseigner. L'antiquaire trouve avant son retour le paquet d'allumettes, et se retrouve ainsi au Rabbit Hole, restaurant-bar où il se renseigne auprès du gérant afin de retrouver la disparue, qu'il décrit comme « une femme brune aux beaux yeux bleus avec un accent inoubliable ». La seule personne qui semble alors correspondre à la description selon le gérant est Lacey, qui est d'ailleurs en train de jouer au billard non loin d'eux. Lorsqu'il vient à sa rencontre, M. Gold est effaré de constater à quel point la personnalité de sa bien-aimée a changé. Elle ne le reconnaît ainsi plus que comme « le type » venu la voir à l'hôpital, et le repousse sans mauvaises intentions mais avec peu de finesse.

 [Forêt Enchantée - Passé]–

Plus tard, le voleur est emprisonné dans le donjon et torturé, tandis que Belle balaie le salon. Son maître remonte et lui demande, toujours furieux d'avoir failli être volé, qu'elle lui fournisse un autre tablier propre, l'ancien étant tâché de sang. Une fois qu'il a quitté la pièce, sa gouvernante se dirige vers la cellule, et libère le prisonnier, qui s'inquiète en retour de son sort, craignant que le Ténébreuxne retourne sa colère contre elle. Belle le rassure qu'elle ne fera alors face qu'à la Bêtequ'il est réellement et sait que son emprisonnement fait partie de leur marché passé. Or, si elle fuit, sa famille ne sera plus protégée des Ogres.

[Storybrooke – De nos jours]–

Il retourne donc voir Regina dans son bureau, fou de colère, et l'accuse d'avoir rappelé à Belle son identité provenant de la malédiction. Mais le maire ironise, car ce n'est là « que » l'effet de la Malédiction qu'il lui a donnée. Il exige alors son aide, ou il la tuera, mais Regina sait très bien qu'il n'en serait pas capable, car il doit se montrer bon à cause de son fils. Il décide donc de se débrouiller afin de parvenir à briser le sort, c'est-à-dire grâce au baiser d'amour véritable. Le maire lui souhaite alors bonne chance, avant que l'antiquaire quitte la pièce en la menaçant des pires souffrances.

Au Granny's, Granny sert un chargement de chili (sans haricots) pour David, Leroy et ses frères. Elle se demande pourquoi ils insistent sur le contenu du plat et ce qu'ils manigancent, mais ils sont interrompus par M. Gold, qui congédie Leroy pour parler avec David. Il le met au courant de la situation de Lacey, et s'inquiète de sa vie maudite, d'autant plus qu'elle y est devenue une fille peu habillée et ayant quelques soucis avec l'alcool. Comprenant que l'antiquaire demande son aide, David lui rappelle que sa femme a tué quelqu'un par sa faute, ce à quoi il répond que s'il l'aide, pour la toute première fois de sa vie, le vieil homme lui devra un service. David explique donc que, lorsqu'ils étaient maudits, lui et Mary Margaret avaient comme gardé une part de leur véritable identité. Il conseille donc Gold de montrer l'homme dont Belle était tombée amoureuse.

[Forêt Enchantée – Passé]–

Au retour de son maître, alors qu'elle était en train de lire, Belle doit justifier la disparition de leur prisonnier, en plus de celle de la baguette magique. Rumplestiltskin, furieux, lui reproche d'avoir été trop naïve et aveuglée par ses lectures. Il fait disparaître son livre et lui fait remarquer que ceux qui volent de la magie n'ont jamais de bonnes intentions. Or, sa gouvernante juge que nul ne peut savoir le contenu du cœur d'une personne sans la connaître. Le Ténébreux rétorque alors qu'il le saura lorsqu'il y plantera une flèche avec son propre arc, tandis qu'elle devra nettoyer tout le sang qui s'échappera du corps du voleur.

 [Storybrooke – De nos jours]–

Lacey, toujours en train de boire au Rabbit Hole, se fait approcher par un homme, Keith, qui dit l'avoir observée pendant un moment. Mais la jeune femme, insensible, le repousse immédiatement alors que M. Gold et David entrent dans l'établissement. Lorsque les hommes s'installent, elle invite l'antiquaire au juke-box. Mais celui-ci reste stoïque et n'ose pas lui parler. Sur un conseil de David, il l'y rejoint, mais elle lui rappelle qu'elle n'a rien à voir avec la « Belle » dont il ne cesse de parler, d'autant plus qu'elle a entendu dire qu'il inspirait de la peur aux autres habitants de la ville. Toutefois, elle lui donne rendez-vous chez Granny à vingt heures avant de partir. David semble de se réjouir que le problème du Don Juansoit sur la bonne voie, tandis que le vieil homme rétorque que Don Juan n'était rien avant d'avoir fait un marché avec lui.

De son côté, sur les quais, Emma lit le livre de contes de son fils, vite rejointe par Regina, qui lui annonce être au courant au sujet de Neal, et quelque peu vexée de ne pas l'avoir été plus tôt. Emma lui répond alors qu'elle ferait mieux de se changer comme le voulait Henry avant qu'elle ne le perde pour de bon. Intriguée par ses derniers mots, le maire comprend qu'ils lui cachent quelque chose. Mais selon elle, peu importe ce qu'ils préparent, elle le découvrira.

Le soir, au Café, Granny est étonnée de revoir Belle, habillée comme l'était sa petite-fille Ruby auparavant. M. Gold lui fait alors que comprendre qu'elle est à nouveau maudite, avant de commander deux hamburgers et deux thés glacés, comme lors de leur premier rendez-vous. Mais Lacey, en revanche, préfère commander un poulet et une bouteille de vin, répliquant qu'elle n'a jamais vraiment aimé les hamburgers. La commande en route, elle remercie tout de même le « chic type », qu'elle trouve contraire aux bruits qu'elle a entendu à son sujet, qui le décrivaient comme « l'homme le plus puissant » et qui pouvait infliger les pires maux. Il la remercie et, lorsqu'elle explique suivre le dicton « on ne peut juger le cœur d'une personne sans la connaître réellement », M. Gold fait malencontreusement tomber son verre sur sa robe. Elle le rassure avant de partir aux toilettes, tandis que le vieil homme est rassuré de voir qu'il reste une part de Belle en Lacey.

[Forêt Enchantée – Passé]–

En suivant la trace du voleur en charrette, Belle propose de faire demi-tour, ce que refuse catégoriquement son maître, soucieux de sa réputation. Mais la gouvernante rétorque que ce geste pourrait montrer qu'il y a bien un homme derrière la Bête, ce que nie ce dernier. Toutefois, il admet qu'il y a bien quelque chose qui lui tient à cœur : ses affaires. Déçue, Belle doit admettre que le Ténébreuxest bien aussi sombre qu'on le prétend.

Leur course s'arrête lorsqu'ils croisent la route du Shérif de Nottingham, ivrogne, qui reconnaît leur cible de chasse grâce à l'arc décrit par le Mage noir. En échange de son aide, il demande à passer une nuit avec la « gueuse », ce que ne manque pas de refuser le mage en lui faisant cracher sa langue, qu'il ne compte lui rendre que lorsqu'il l'aura aidé. De nouveau apte à parler, le Shérif avoue donc que le voleur, qui se fait appeler Robin des Bois, est également son ennemi pour lui avoir volé sa femme et fait de lui la risée de Nottingham. Il informe enfin que, aux dernières nouvelles, il se cacherait dans la forêt de Sherwood.

 [Storybrooke – De nos jours]–

Lacey tarde à revenir, tandis que leurs commandes sont déposées sur leur table. Inquiet, M. Gold se dirige vers les toilettes, puis constate que la porte arrière est ouverte. Il se lance alors dehors à sa recherche.

 [Forêt Enchantée – Passé]–

Désormais à pied, Belle tente toujours de convaincre son maître d'épargner le voleur. Ils le retrouvent rapidement, en train d'attendre une calèche, qui ne tarde pas à arriver, une femme mourante à son bord. Les poursuivants l'observent alors utiliser la magie pour guérir sa bien-aimée, Marianne, tandis que Rumplestiltskin bande son arc. Belle le supplie de les laisser, mais le mage l'enfonce dans le sol jusqu'à la taille. Ils remarquent soudainement que la femme est enceinte, et la gouvernante ne souhaite pas que son maître laisse un enfant grandir sans père. Piqué au vif, le Ténébreux décoche sa flèche, qui se plante dans la calèche. Les deux amants fuient, à la grande joie de Belle, soulagée, qui félicite son maître en l'enlaçant. La Bêterestée stoïque devant cette affection inattendue, Belle part chercher la charrette, suivi rapidement par Rumplestiltskin.

[Storybrooke – De nos jours]–

Il la retrouve près des poubelles, en train de se faire attoucher par le même homme que précédemment. Gold le chasse, mais comprend avec horreur que Lacey, qui voulait vraiment être avec l'ivrogne, n'avait accepté leur rendez-vous que pour être sympathique, non parce qu'elle est « Belle » et amoureuse de lui.

Devant le restaurant, David et Mary Margaret déposent les Sept Nains et Anton avant de rentrer chez eux. Regina, qui les observait discrètement, s'approche alors de la chaussée et illumine leurs traces de pneus. En les suivant, elle atteint leur plantation de haricots, après en avoir levé le voile magique.

De son côté, M. Gold, le cœur brisé, est rejoint par Keith, qui tient à s'excuser, expliquant qu'il ignorait que lui et Belle étaient encore ensemble. Pourtant, l'antiquaire affirme que ce n'est plus le cas. Et lorsque que l'ivrogne veut faire table rase sur ce qui s'est passé, l'antiquaire se saisit de sa langue avant de le battre avec sa canne.

[Forêt Enchantée – Passé]–

De retour au château, Belle est contente que son maître n'ait pas tué le voleur, et qu'il n'ait désormais plus besoin de son arc. Pourtant, il tient à le conserver, au cas où. Belle s'apprête donc à aller se coucher, mais avant cela, Rumplestiltskin lui fait découvrir une immense bibliothèque, ce qui la ravit, malgré le sérieux dont il tente vainement de faire preuve en l'avertissant qu'elle doit absolument nettoyer chaque page de chaque livre.

[Storybrooke – De nos jours]–

Il est surpris par Lacey, qui admet, ravie, que le « chic type » est bien aussi sombre qu'on le prétend, encourageant M. Gold à poursuivre l'agression de Keith.

Chez eux, Neal ramène Henry, épuisé par leur journée de jeux. Emma, quant à elle, est inquiète de leur potentiel retour au Royaume enchanté et surtout au sujet de ce que leur ami August, redevenu Pinocchio, tentait de leur dire, comme quoi Storybrooke n'était plus un endroit sûr.

Pendant ce temps, à la frontière, Greg attend Tamara, qui le rejoint avec leur « paquet » : un caisson. Mais il se trouve que ledit caisson contient quelqu'un dont l'aide leur sera providentielle pour faire un « sale boulot » : le Capitaine Crochet.

Précédemment dans Once upon a time

 

Dans les rues de New York – Présent

Tamara : Je m’appelle Tamara.

Emma : (Serrant la main de Tamara.) Emma.

Neal : C’est ma fiancée.

 

Storybrooke – 1983 – Passé

Kurt : (Arrêté par Graham.) Mais vous n’aurez pas mon fils.

Owen : (En pleurant.) Papa.

Kurt : (En criant.) Va-t-en Owen. Cours.

 

Dans la chambre d’Owen – Storybrooke – Présent

Owen : Je ne partirais pas sans mon père.

Regina : Il va pourtant falloir parce qu’il n’est pas ici.

 

Dans le bureau du sheriff – Storybrooke

Auguste : (Au téléphone.) Emma.

 

Dans la forêt – Storybrooke

Emma : Auguste.

 

Dans le bureau du sheriff – Storybrooke

Auguste : J’appelle pour te prévenir que… (Tamara a arraché le fil du téléphone et elle s’en prend à Auguste en l’électrisant avec sa matraque électrique.)

 

Dans la chambre d’Owen – Storybrooke

Tamara : (Après qu’Owen lui a ouvert la porte.) Ça était plus compliqué que je ne le pensais. (Ils se mettent à s’embrasser.)

 

Devant le bureau du sheriff – Storybrooke

Emma : (Alors que la mère supérieure change Pinocchio en un petit garçon.) Avant de devenir un vrai petit garçon, tu as essayé de nous dire quelque chose de très important.

Auguste : Je ne me rappelle plus.

 

Dans la forêt enchanté – Dans le château de Rumplestiltskin – Passé

Belle : Je pars avec toi pour toujours.

Rumplestiltskin : (En souriant.) D’accord.

 

Près de la frontière de Storybrooke – Présent

Kilian tire sur Belle qui passe la frontière en ne sachant plus qui elle est.

Gold : Belle

Belle : Qui est Belle ?

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Femme : (Pendant qu’elle tend son bras avec son œil au milieu de sa main.) Ton fils et toi seraient à nouveau réunis.

Rumplestiltskin : Mais comment ?

Femme : (Hors cadre ; pendant que Gold se trouve à New York avec Henry.) Un jeune garçon t’amènera à lui. Ce garçon te causera ta perte.

Rumplestiltskin : Je n’aurai qu’à l’éliminer.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke – Présent

Henry est en train de souffler ses bougies d’anniversaire sous les yeux de sa famille qui applaudit.

Gold : Allez mon garçon, ton cadeau maintenant, tu peux choisir un objet dans la boutique, celui que tu veux.

Henry : Hmm. (Il regarde autour de lui ce qu’il peut prendre et voit des baguettes magiques.) Je veux ça. (Il en prend une et commence à l’utiliser.)

Neal : Ah attention Henry, les baguettes magiques ne sont pas des jouets.

Henry : Comment ça marche ?

Gold : Attend, je vais te montrer. (Il se met à utiliser la baguette magique en la tournant, quelque chose de lumineux doré autour de la baguette apparaît et arrive à faire d’Henry une statue de verre sous les yeux médusés de la famille.)

Neal : Papa.

David : Gold, pourquoi tu as fait ça ?

Gold : La prophétie. Le garçon doit causer ma perte m’a dit la voyante alors, je n’ai pas le choix, je dois m’en débarrasser. (Il utilise sa canne pour briser la statue. Gold se réveille dans son lit et tout ça n’est qu’un rêve où il semble choqué.)

 

OUVERTURE

Une personne tire une flèche vers une cible.

 

Près d’un jardin – Storybrooke – Présent

Neal et Henry se battent, pour s’entraîner, avec des épées en bois. Gold est aussi présent à les regarder.

Neal : (En courant après Henry.) Oh, oh, oh, doucement. (Ils se mettent à rire.) Eh hop ! Attention. (Regina s’approche de Gold.)

Regina : (Regardant l’entraînement d’Henry et Neal.) J’ai l’impression que toi et moi, on a été relégués au rôle de figurant.

Gold : Qu’est-ce que tu fais là ?

Henry : Je t’aurai.

Regina : La vraie question c’est qu’est-ce que ton fils fait avec le mien ?

Gold : Bonne question.

Regina : Hmm.

Gold : Ah oui c’est vrai, tu n’as pas reçu de faire-part. C’est le père d’Henry ?

Regina : (Alors que Gold la regarde.) Quoi ?

Gold : Je n’ai peut-être pas été assez clair. Mademoiselle Swan et mon fils…

Regina : Alors tu es le grand-père d’Henry ?

Gold : Tous les deux nous sommes parents mais à mes yeux, non. (Ils se mettent à marcher.)

Regina : C’est toi qui es derrière tout ça.

Gold : Pas du tout très chère et crois-moi, j’ai été aussi surpris que toi.

Regina : (En ricanant.) Non, tu devais le savoir. Quand j’ai voulu l’adopter, c’est toi qui as fait toutes les démarches pour moi. Tu crois que je vais prendre ça pour une coïncidence.

Gold : Une coïncidence, non. C’est le destin et apparemment le destin a un certain sens de l’humour. (Ils quittent le parc.)

Regina : Le destin. Alors, maintenant, tu penses jouer le rôle du grand-père gâteau. (Il sourit.) Ils ne t’accepteront jamais. Ni ton fils, ni les autres et ce quoi que tu fasses.

Gold : Nous verrons ça.

Regina : C’est tout vu et tu le sais, Gold. Ton cœur est plein de noirceur et cette part prend toujours le dessus. C’est toujours les ténèbres que tu choisis.

Gold : Tu crois me connaître très chère mais tu en es loin.

Regina : En tout cas, je te connais assez. Si ton propre fils n’a pas pu faire ressortir ta part de bonté, qui le fera ? (Elle s’en va laissant Gold seul.)

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Chambre de Belle

Belle est assise dans son lit en train de lire et Gold frappe à la porte.

Belle : (Regardant vers lui.) Ah, vous ? Vous êtes vivant.

Gold : (Entrant dans la chambre.) Oui, on dirait bien. J’imagine que mon dernier coup de téléphone était plutôt alarmant. (Il s’approche de Belle.)

Belle : Ouais, on aurait cru que vous étiez sur votre lit de mort.

Gold : Pardonne-moi si je t’ai fait peur. Je sais que tu ne te souviens pas de moi, mais mes sentiments pour toi sont sincères et je voulais que tu le saches au cas où je mourrai.

Belle : (En souriant.) Je suis heureuse que vous soyez encore là et je savais que vous étiez sincère.

Gold : Tu le savais ?

Belle : Je sens ce que les gens ont au fond d’eux. Je ne peux pas expliquer comment mais je les devine.

Gold : Donc, tu penses qu’on se connaissait ?

Belle : Je pense surtout que quelque chose qui m’échappe a effacé qui j’étais mais que j’avais un passé évidemment et, et dans ce passé apparemment vous aviez un rôle.

Gold : (En souriant.) Ah ça oui.

Belle : Et, et il y a une chose : quand j’ai été blessée, vous allez croire que je délire, je me rappelle que vous m’aviez guérie.

Gold : Tu as été très éprouvée. Ta blessure, les médicaments que tu prends depuis que tu es ici, mais une fois que tu te rappelleras qui tu es, tout deviendra plus clair.

Belle : Et vous pourriez m’aider ? À me rappeler qui je suis.

Gold : Oui, si tu veux bien me rendre le même service.

Belle : Pardon, si je quoi ?

Gold : Belle, tu as toujours fait ressortir ce qu’il y a de mieux en moi et j’en ai vraiment besoin. Alors, oui je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour te ramener, pour toi et pour moi.

Belle : (Touchant la main de Gold.) Nous allons nous entraider.

Gold : Oui, je vais voir à qui je peux m’adresser pour te faire sortir. Tu es restée enfermée assez longtemps.

 

Dans la forêt enchantée – Dans le château de Rumplestiltskin – Passé

Dans une cellule, Belle est couchée et en pleurs. Rumplestiltskin ouvre la porte, il entre dans la pièce.

Rumplestiltskin : Tu as accepté de venir avec moi avec un tel empressement que j’ai pensé que ta famille ne te manquerait pas tant que ça. (Elle se lève.)

Belle : (Reprenant ses esprits, elle s’énerve.) Je me suis sacrifiée pour eux alors oui, bien sûr qu’ils me manquent, sale monstre.

Rumplestiltskin : Oui, oui, je comprends mais je ne veux plus entendre de pleurs nuit après nuit, tu me troubles quand je suis en train de filer alors que c’est justement là que je réfléchis. Tiens, (il fait apparaître un oreiller) peut-être que ça t’aidera un peu.

Belle : C’est pour moi ?

Rumplestiltskin : (Lui lançant l’oreiller.) Je suis un tel monstre, n’est-ce pas ?

Belle : (Le prenant.) Je, je te remercie. Peut-être que maintenant je vais enfin pouvoir dormir.

Rumplestiltskin : Si je te l’ai donné, ce n’est pas pour que tu dormes, non, non. C’est pour étouffer tes fleurs pour que je puisse travailler. (Un bruit de verre cassé se fait entendre. Belle et Rumplestiltskin vont voir ce que c’est. Il voit un homme avec un arc prendre une baguette.) Es-tu sûr de ce que tu fais, mon petit ?

Archer : Bien entendu.

Rumplestiltskin : Si tu utilises mal cette baguette, tu risques fort de le regretter.

Archer : (Il range la baguette dans le sac de flèches et en prend une.) Dans ce cas, je vais m’en tenir à ce que je connais. Tu sais ce que cette flèche peut te faire.

Rumplestiltskin : Voyons, il faut d’abord qu’elle m’atteigne. (Il disparaît et apparaît dans une autre partie de la pièce, l’archer tente de trouver l’endroit où il se trouve pour lancer la flèche.)

Archer : Je suis prêt à le parier. Les flèches tirées avec cet arc atteignent toujours leur cible. (Il baisse son arc.) Ça a du bon la magie, non ? (Il relève son arc vers Rumplestiltskin. Il tire une flèche qui fait le tour de la pièce et atteint Rumplestiltskin qui se trouve à côté de l’archer. Belle est choquée.) Enfin, moi je trouve.

Rumplestiltskin : (Réapparaissant devant l’archer.) Mais je suis d’accord, ah. (Il enlève la flèche de son torse. Il la fait disparaître alors qu’il se met à ricaner.) Mais comme tu le sais, la magie a toujours un prix et dans ton cas, c’est moi. (L’archer est perdu alors que Belle est un peu choquée.)

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Dans la chambre de Belle – Journée

Infirmière : Le docteur Schmidt est demandé en radiologie. Docteur Schmidt, vous êtes demandé en radiologie.

Regina : (Frappant à la porte.) Bonjour.

Belle : Bonjour. (Regina entre dans la chambre.)

Regina : Nous n’avons pas vraiment été présentées toutes les deux. Je suis Regina, je suis le maire de cette ville. Je venais m’assurer que vous allez bien.

Belle : C’est très, très consciencieux de votre part. Merci, je, je vais bien, enfin je crois. Monsieur Gold fait le nécessaire pour que je sorte de l’hôpital. Il pense qu’il peut m’aider à me rappeler qui je suis.

Regina : Ah, c’est ce qu’il vous a dit. (Elle sourit. Et se baisse pour faire apparaître une petite boîte d’allumette d’un bar.) Ah, d’où ça vient ? (Elle montre à Belle.) C’est à vous peut-être ?

Belle : (Le prenant.) Ça ne me dit rien.

Regina : S’il vous plaît, regardez encore. (Belle le prend et le regarde plus longuement et semble s’être rappelée de quelque chose.)

Belle : Attendez. Oui, oui, ça y est, je sais ce que c’est. Je crois me rappeler qui je suis vraiment.

Regina : (En souriant.) Je suis sûre que monsieur Gold va être très satisfait.

 

Dans la chambre d’Owen – Storybrooke

Owen et Tamara regardent une carte de Storybrooke avec des punaises accrochées à différents endroits.

Tamara : Ce sont tous les endroits où elle t’ait apparu ?

Owen : Ouais, il y a de la magie dans tous les coins de cette ville. Tu devrais partir, si jamais Neal te suspecte, ça va rendre ce que nous avons à faire beaucoup plus durs.

Tamara : C’est bon, il ne se doute de rien. À part ça, où est-ce que tu en es ? Tu en sais plus ?

Owen : Tu parles de mon père, non. Mais il est ici, je suis sûr de ça.

Tamara : Nous allons le trouver.

Owen : Je sais mais chaque chose en son temps. Tu as réussi à rapporter le colis jusqu’ici.

Tamara : Je l’ai laissé en dehors de la ville, histoire d’être plus discrète.

Owen : Et tu l’as stabilisé ?

Tamara : Oh, ça oui. Je te l’apporterai ce soir. Tiens-toi prêt. (Elle s’en va par l’arrière de la chambre.)

 

Sur la route de Storybrooke – Près d’un champ

David arrive près d’un champ avec Mary Margaret et Emma.

Emma : (Sortant de la voiture.) Pourquoi on se retrouve dans ce coin paumé ? Pourquoi tous les deux, vous ne me dites pas ce qu’il se passe. (David sort de la voiture.) Pourquoi tous ces secrets ?

Mary Margaret : (Sortant de la voiture.) On veut te montrer quelque chose.

Emma : Ouais et ça, ça m’avance bien. Écoutez, quoi que ce soit, ça devrait attendre, Auguste essayait de me dire qu’on était menacé, enfin qu’on devait se méfier de quelqu’un.

David : C’est pas grave.

Emma : Comment ça ?

Mary Margaret : (Prenant le bras d’Emma.) Viens, tu vas voir. (Ils entrent par un chemin invisible et se trouvent devant des pousses de haricots magiques. Ils s’avancent vers eux.)

Anton : (Arrivant près du groupe.) Emma.

Emma : Anton. (Ils se serrent dans les bras.)

Anton : Tu viens donner un coup de main ? Ce n’est pas encore la récolte.

Emma : Des pieds de haricots, ce sont des haricots magiques ? Vous les avez plantés quand j’étais à New York, pourquoi vous ne me l’avez pas dit ?

David : Eh ben maintenant, on te l’a dit. On a gardé le secret pour protéger la culture et la mère supérieure a dissimulé le champ. De cette façon, Anton fait en toute sécurité ce qu’il fait le mieux.

Anton : Oh, tu ne m’as pas vu jouer aux fléchettes, mais euh ouais, je me débrouille. (Il croise les bras.)

Emma : Anton, je ne veux pas te vexer mais juste une question : pourquoi, pourquoi tu es si…

Anton : Si petit.

Emma : Hmm.

Anton : C’est Cora. Regina et elle m’ont réduit à la taille humaine, (il baisse la tête alors que Leroy arrive vers eux) avec leur magie mais je m’y suis fait.

Leroy : (Sur un ton grave.) Tu n’es pas là pour discuter, au boulot, allez. (Il fait fonctionner le sécateur.)

Anton : Ça ne rigole pas avec les nains. (En partant vers les allées.) Je suis content de t’avoir revu. (Emma se met à sourire.)

Emma : Moi aussi. (Elle a un regard fermé.) Grâce aux haricots, vous allez ouvrir une porte et repartir dans la forêt enchantée, c’est pour cette raison que vous ne me l’aviez pas dit. Qu’est-ce que vous faites des ogres, leurs destructions et tous les autres dangers ?

David : On va rétablir l’ordre. On l’a déjà fait une fois, on peut le refaire.

Mary Margaret : On pourra tout recommencer.

Emma : Tu veux aussi repartir, tu as changé d’avis ?

Mary Margaret : C’est plus pareil et c’est mon cœur qui a changé, après ce que j’ai fait à Cora, restaurer notre royaume est le meilleur moyen de me racheter.

David : Ce sera bien pour nous tous, pour la famille, pour Henry, pour toi.

Mary Margaret : On vient de là-bas, tu viens de là-bas.

Emma : J’ai toujours vécu ici, c’est mon monde.

David : Il a toujours été cruel avec toi, dans notre monde, tu verras que les histoires peuvent bien se terminer. (Emma se tourne vers les plants de haricots et Anton qui y travaille.)

 

Dans l’hôpital de Storybrooke – Dans la chambre de Belle

Gold est revenu dans la chambre de Belle mais celle-ci est déjà partie.

Gold : Il y a quelqu’un ? Infirmière. (Une infirmière le rejoint.) La patiente qui était là et qui souffrait d’amnésie, où est-elle ?

Infirmière : Belle, elle devrait être ici.

Gold : Je sais alors où est-elle ? (L’infirmière part pour voir où elle est. Il voit sur le lit la petite boîte, la prend et la regarde de plus près.)

 

Dans le bar le « Rabbit Hole » – Storybrooke

Gold entre dans le bar, va au comptoir et voit le barman.

Barman : Oh, à votre service, monsieur Gold.

Gold : Une personne à laquelle je tiens a disparu. Tout ce que j’ai trouvé, c’est une boîte d’allumette de votre bar infâme.

Barman : Infâme, vous trouvez ? Bon d’accord, je veux bien, on devrait nettoyer un peu plus.

Gold : Je n’y comprends rien, la connaissant c’est le dernier endroit où elle aurait envie d’aller.

Barman : Vous n’aimez vraiment pas le Rabbit Hole on dirait. Décrivez-la-moi.

Gold : Cheveux châtains, de beaux yeux bleus, une jolie voix dont on se souvient. Son nom est Belle.

Barman : Belle, vous en êtes vraiment sûr ? Parce que ça correspond tout à fait à Lacey.

Gold : Qui est cette Lacey ? (Le barman montre une direction et Gold voit Belle jouant au billard.)

Homme 1 : Combien il t’en a donné ?

Belle s’arrête de jouer et se met à boire un verre. Elle reprend son jeu en rigolant.

Gold : Belle.

Belle : Ah, je m’appelle Lacey.

Homme 2 : (Tenant un verre.) Non, c’est Eddie Falson parce que là, elle m’arnaque en beauté. (Elle se met à rire en même temps que lui.)

Gold : Attends, attends un peu, tu te rappelles de moi ?

Belle : Ouais, vous êtes venu me voir à l’hôpital, je vous reconnais mais c’est bon maintenant, je sais qui je suis, je suis Lacey et si vous voulez bien m’excuser, je vais jouer mon coup. (Gold ne comprend pas ce qu’il se passe et préfère laisser jouer Belle.)

 

Dans la forêt enchantée – Dans le château de Rumplestiltskin – Passé

Belle est en train de passer le balai dans une grande pièce du château pendant que l’archer se fait torturer par Rumplestiltskin parce qu’il crie.

Rumplestiltskin : (Arrivant dans la pièce en jetant ses gants.) Il me faut un autre tablier. (Il enlève son tablier couvert de sang.)

Belle : (Se raclant la gorge.) Ils étaient tous sales, ils sont en train de sécher, alors je suis désolée il va falloir attendre un peu.

Rumplestiltskin : Bien et tant pis, tu laveras aussi celui-là. (Il jette son tablier sur la table.) Je reviens tout à l’heure.

Belle : (S’énervant.) Tout ça parce qu’il a essayé de voler une baguette magique.

Rumplestiltskin : (Se tournant vers Belle.) Non, parce qu’il a voulu me voler moi, le Ténébreux. Tous ceux qui essayent sont écorchés vifs, tout le monde sait ça.

Belle : Ah oui, vraiment ? Moi je n’étais pas au courant.

Rumplestiltskin : Plus personne ne l’ignorera quand on le retrouvera. (Il ricane, ouvre la porte et s’en va.)

Belle réfléchit et va vers la cellule où se trouve l’homme qui a les mains attachées au plafond. Elle apporte à boire.

Archer : Quoi, il vous envoie pour finir le travail ?

Belle : Oh, non, non, non, pas du tout, tenez. (Elle lui donne à boire.) Buvez. Voilà, je ne pouvais pas le laisser continuer, c’est inhumain.

Archer : Ça, je suis d’accord sur ce point mais il va certainement retourner sa colère contre vous.

Belle : (Tentant d’enlever la corde pour le libérer.) Dans ce cas, je lui dirai quel monstre il est parce que personne, (elle a réussi à enlever la corde et l’homme se trouve à terre) personne ne mérite d’être torturer.

Archer : Je ne crois pas qu’il sera de cet avis.

Belle : (Enlevant les chaînes qu’il a autour des mains.) Ça m’est égal, il ne me fait pas peur. Dépêchez-vous, il va revenir, allez. (Il arrive à se relever et quitte la pièce mais il se retourne vers Belle.)7

Archer : Mais il va, il va vous tuer. Vous devez vous enfuir avec moi.

Belle : Je ne peux pas, j’ai promis de le servir et en échange, il doit protéger mon royaume et ma famille contre les ogres. Si je m’enfuis avec vous, j’en réchapperais peut-être mais ma famille ne survivra pas.

Archer : Alors bonne chance.

Belle : Oui, merci, partez. (Il s’enfuit alors que Belle reste dans la cellule.)

 

Dans le bureau de Regina – Storybrooke – Présent

Gold entre dans le bureau de Regina qui se trouve en face de lui. Il n’est pas content.

Gold : Qu’est-ce que tu as fait à Belle ?

Regina : Excuse-moi, je ressemble à un pirate manchot armé d’un pistolet ? Tu sais qui a tiré sur Belle.

Gold : Arrête ton petit jeu, maintenant elle est devenue quelqu’un d’autre.

Regina : (Arrêtant ce qu’elle est en train de faire.) Ah, elle a recouvré la mémoire alors. (Elle pose son stylo.) Mais de rien.

Gold : Pas sa vraie mémoire, celle de ta malédiction.

Regina : (En se levant, elle rejoint l’entrée de la pièce.) De la malédiction que tu m’as donnée. Tout ce que j’ai fait, c’est un petit retour en arrière.

Gold : Et bien débrouille-toi pour la ramener.

Regina : (Elle prend un document.) Je ne peux pas, tu le sais. Elle a franchi la ligne, l’ancienne Belle n’existe plus et c’est la seule personnalité qu’elle peut avoir. (Elle croise le regard de Gold puis revient à sa place.) Lacey est là pour longtemps.

Gold : Tout enchantement peut être brisé et tu vas m’aider.

Regina : Sinon quoi ? Tu me tueras ? Bien sûr que non. (Elle se rassoit.)

Gold : Oh, tu crois ça.

Regina : Tu te comportes bien parce que ton fils est là, tu ne voudrais pas qu’il te voit sous ton vrai jour alors je te conseille de t’habituer à Lacey.

Gold : Je vois. (Il s’assoit.) Je trouverai une solution.

Regina : Trouver une solution n’est pas le problème, nous savons tous les deux ce qu’il faudrait.

Gold : Un baiser d’amour sincère.

Regina : (Continuant son travail.) Je crois que notre nouvelle résidente n’éprouve pas les mêmes sentiments que toi.

Gold : Je l’y obligerai.

Regina : Je vois bien comment tu sais comment charmer les jeunes et jolies femmes comme elle, c’est le coup de foudre assuré. Oh mais attend, ce n’est pas ce qui est arrivé. (Il se lève de plus en plus énervé.)

Gold : Elle m’aimera ou je peux te garantir que certains souffriront.

Regina : Là-dessus au moins on est parfaitement d’accord. Bonne chance Gold. (Le voyant partir.) Oh et surtout, passe mon bonjour à Lacey. (Il quitte la pièce pendant qu’elle sourit.)

 

Chez Granny – Storybrooke

Granny : (Portant un carton avec de la nourriture dedans.) Voilà dix portions de Chili sans haricots. Dites, qu’est-ce que vous avez contre les haricots ?

David : Euh, on en a assez vu ces deux dernières semaines.

Granny : (Pendant que David donne des billets pour le repas. Leroy est à côté.) Qu’est-ce que vous êtes en train de comploter les garçons ?

Leroy : Rien, on jardine un peu.

Gold : (Arrivant près d’eux.) Cette place est libre ? (Leroy le regarde.) Va faire un tour, je dois parler au prince. (Il s’assoit.)

David : C’est bon Leroy, j’arrive tout de suite. (Leroy s’en va.) Alors, de quoi tu veux parler Gold ? (Leroy s’en va avec le Chili.)

Gold : Regina, elle a rafraîchi la mémoire de Belle.

David : Hmm. Alors tu es content. (Il est prêt à partir mais Gold continue et il reste à sa place.)

Gold : Non, parce que ce n’est pas sa vraie mémoire. Elle croit être une fille aux tenues légères qui passe sa vie dans les bars et qui s’appelle Lacey. Elle mène une fausse existence comme toi avec Kathryn pendant la malédiction, seulement la sienne, implique une grande consommation d’alcool.

David : Qu’est-ce que tu attends de moi ?

Gold : Dis-moi comment tu as fait, même quand tous les deux vous aviez la tête remplie de faux souvenirs, David a su gagner le cœur de Mary Margaret.

David : Tu es venu demander mon aide ?

Gold : Ce n’est pas pour les lasagnes ramollis de Granny que je suis là. (Granny, entendant la conversation, se retourne.)

David : Tu as poussé ma femme à assassiner une autre personne.

Gold : Une personne qui vous aurait tous tués avec joie. Écoute, si tu ne veux rien faire pour moi, on s’arrête là. Mais si tu m’aide, pour la toute première fois, je te devrai un service.

David : (Hésitant puis se lance.) Hmm, d’accord. La malédiction agissait sur Mary Margaret et moi, seulement, il restait une petite part de Blanche-Neige et Charmant cachée tout au fond de nos cœurs.

Gold : Et comment je peux ramener la vraie Belle ?

David : Montre-lui l’homme dont elle était tombée amoureuse.

 

Dans la forêt enchantée – Dans le château de Rumplestiltskin – Passé

Belle est en train de lire un livre pendant que Rumplestiltskin aiguise ses instruments.

Rumplestiltskin : J’essaierai de ne pas faire trop de bruit. Je ne te promets pas que mon invité aura la même politesse. (Il prend ses instruments puis s’en va. Elle continue à lire pendant qu’il se met à crier.) Belle ! Où est-il ?

Belle : (Arrêtant sa lecture.) Loin, je l’ai laissé partir.

Rumplestiltskin : Quoi ? C’était un voleur.

Belle : Ça ne te donnait pas le droit de le tuer.

Rumplestiltskin : Ça me donnait tous les droits. Oh, laisse-moi deviner, tu crois que c’est un héros, qu’il me volait pour une noble cause, tu lis trop de beaux romans ma jolie. (Faisant disparaître le livre.) Tiens, celui-là au moins ne t’empoisonnera plus l’esprit avec des idées idiotes.

Belle : (S’énervant à son tour.) Je ne l’ai pas relâché parce que je crois ce que je lis dans mes livres, j’ai vu qu’il était bon, après tout, tout ce qu’il voulait s’était s’échapper et sauver sa vie.

Rumplestiltskin : Oh, c’est ce que tu crois alors, notre voleur a fait plus que sauver sa pauvre petite vie, tu t’es laissée avoir, (Belle se lève) tu n’es qu’une petite bécasse.

Belle : Et il y a sûrement une explication, non, on ne sait pas pourquoi il voulait avoir cette baguette.

Rumplestiltskin : Il a pris la baguette parce qu’il a besoin de magie mais les gens qui volent la magie n’ont jamais de bonnes intentions. (Il remet un instrument sur la table.)

Belle : (Rejoignant Rumplestiltskin.) Non, non, on ne sait pas ce que quelqu’un a au fond du cœur, tant qu’on ne le connaît pas vraiment.

Rumplestiltskin : On verra bien de quoi est fait son cœur quand je l’aurais transpercé d’une flèche. Et comme j’ai beaucoup d’humour, (il fait apparaître l’arc de l’archer) je le frapperai avec son arc. Et parce que c’est ta faute, tu vas venir avec moi et tu verras quel homme c’était quand son sang commencera à couler de sa carcasse et que tu devras l’essuyer de tes petites mains. (Il s’en va, laissant Belle qui se met à paniquer.)

 

Dans le bar « The Rabbit Hole » - Storybrooke - Présent

Belle est toujours en train de boire quand un homme s’approche de lui.

Keith : Un autre pour la demoiselle.

Belle : Ah.

Keith : Ça fait un moment que je te regarde.

Belle : (Toujours sous l’emprise de l’alcool.) Hmm, hmm, je suis flattée. Tu n’es pas mon type.

Keith : (Hors cadre ; pendant que David et Gold arrivent dans le bar.) Et avant de dire ça, laisse-moi une chance.

Belle : Non.

Gold : (La voyant avec un homme.) Tu devrais peut-être attendre dehors.

David : (Le retenant.) Non, mauvaise idée.

Keith : Bon, je te laisse. (Il s’en va.)

Belle : Merci et merci pour le verre.

Keith : Il n’y a pas de quoi.

Belle : (Voyant Gold arriver et David qui n’est pas très loin.) Ah, monsieur Gold. Ça alors, vous êtes encore là. (Il s’assoit.)

Gold : Toi aussi.

Belle : (Pendant que David met son manteau sur la chaise et il s’assoit.) Ouais, comment je pourrais dire ça, j’adore l’ambiance. (Elle finit son verre et se retourne.) Hmm, c’est quoi cette musique, c’est nul. Je vais mettre Van Halen ça nous réveillera un peu. (Elle regarde vers Gold.) Vous aimez Van Halen ? Vous êtes fan de David Lee Ross, pas vrai ? (David les regarde avec un verre à la main pendant que Belle va changer la chanson.)

David : Qu’est-ce que t’attends ?

Gold : On n’a rien en commun.

David : On s’en fiche, il faut que tu la vois en tête-à-tête, invite-la, allez, vas-y. (Gold va la rejoindre.)

Gold : Lacey.

Belle : Ouais.

Gold : Étant donné que maintenant tu as repris le cours normal de ta vie, on pourrait peut-être se voir tous les deux.

Belle : Quoi ? Un rendez-vous ?

Gold : Oui, un rendez-vous.

Belle : Écoutez, vous vous rendez compte que je ne suis pas cette Belle dont vous êtes toujours en train de parler.

Gold : Oui, je le sais bien.

Belle : J’ai entendu parler de vous, les gens de cette ville, ils ont peur de vous monsieur Gold.

Gold : Tu ne vas pas prêter attention à tout ça. Laisse-moi avoir ma chance.

Belle : (En réfléchissant.) D’accord, ce soir chez Granny, huit heures. (Elle s’en va tandis que David arrive près de lui.)

David : Hmm, pas si mal, Don Juan.

Gold : Don Juan n’était rien avant de passer un contrat avec moi.

David : En tout cas, elle a dit oui à ton invitation, c’est déjà ça.

Gold : Ouais, encore faut-il qu’elle tombe amoureuse de moi. (Il regarde à côté de lui.)

 

Près du port – Storybrooke

Emma est en train de lire le livre de contes lorsque Regina arrive près d’elle.

Regina : Vous étudiez l’histoire du père d’Henry ou peut-être bien celle de son grand-père ? (S’asseyant en face d’elle.) Vous comptiez me le cacher pendant longtemps ?

Emma : Non, j’allais vous le dire mais je n’ai pas pu le faire vu qu’il a fallu que je vous empêche Cora et vous de me tuer avec toute ma famille.

Regina : Qu’est-ce qu’il fait ici ?

Emma : Neal ? Soyez tranquille, il veut simplement être un peu avec son fils.

Regina : C’est drôle, ça ne l’avait pas franchement préoccupé jusque là mais vous non plus d’ailleurs.

Emma : Juste un conseil, et si vous arrêtiez de vous mêler des affaires des autres pour faire en sorte de devenir enfin la personne qu’Henry voudrait que vous soyez avant de le perdre pour toujours.

Regina : Ça veut dire quoi pour toujours ?

Emma : Rien. Contrairement à vous, les gens ne sont pas toujours en train de comploter pour obtenir ce qu’ils veulent.

Regina : Non, je sais que vous mentez. Et quoi que vous cachiez, je vous garantis une chose, je vais découvrir ce que c’est. (Elle se lève et s’en va laissant toute seule Emma.)

 

Chez Granny – Storybrooke

Serveuse : (À deux clients qu’elle donne deux cartes.) Bonsoir, tenez.

Femme : Merci

Serveuse : Voilà.

Gold et Belle ont deux cartes aussi et il a failli la faire tomber. Ils se mettent à rigoler.

Belle : Ben alors, vous êtes nerveux, monsieur Gold.

Gold : Non, non, voyons ce n’est pas ça, j’ai du mal à choisir.

Granny : (Arrivant vers eux, elle s’adresse à Belle.) D’où est-ce que tu sors cette tenue, c’est nouveau ? C’est Ruby qui t’a relookée ?

Gold : Je pense que Lacey et moi allons commander. (Il pose la carte sur la table.) Deux burgers et deux thés glacés s’il vous plaît.

Belle : En fait non, je voudrais du poulet parmiciana et du vin blanc. Pas un verre, une bouteille.

Granny : Très bien, je m’en occupe. (Elle s’en va après avoir pris les cartes.)

Belle : Je ne suis pas fan des hamburgers. C’est comme ça.

Gold : Ah oui, ce n’est rien, si tu as envie d’une chose, tu n’as qu’à le dire.

Belle : Dans votre genre, vous avez une certaine classe, monsieur Gold. Je dois dire que c’est pas, pas du tout ce que j’attendais de vous étant donné ce que les gens racontent. La façon dont certaines personnes parlent de vous.

Gold : Ah encore ça, ma réputation.

Belle : Ouais.

Gold : Et qu’est-ce que les gens disent ?

Belle : Ah vous savez, que vous êtes l’homme le plus puissant de la ville parce que vous êtes toujours implacable et sans cœur. Ils disent aussi que les personnes qui ont le malheur de vous contrarier finissent mal. (Alors que Granny apporte le verre et la bouteille de vin blanc ainsi que le verre de thé glacée pour Gold.) Merci.

Gold : (Servant Belle.) Je suis un simple commerçant. Un fournisseur de curiosités et d’objets rares. (Il lui a versé la moitié du verre mais elle préfère le remplir jusqu’en haut.) Les gens préfèrent généralement dire du mal de moi, mais toi je voudrais que tu voies que je peux être quelqu’un de bien.

Belle : Oh, en fin de compte, je ne comprends pas pourquoi tout le monde est là à avoir si peur de vous. Vous feriez pas de mal à une mouche, d’après ce que je vois.

Gold : (Elle se met à boire son verre.) Je te remercie, Lacey et j’avais besoin d’entendre ça, en ce moment surtout.

Belle : Ouais, mais vous savez ce qu’on dit, on ne sait pas ce que quelqu’un a au fond du cœur tant qu’on ne le connaît pas vraiment. Hmm. (Il verse le verre de thé sur la table par inadvertance.) Et comme j’ai dit une bêtise, c’est ça ?

Gold : Pardon, non, non, c’est… je connaissais une personne, une femme qui m’a dit exactement la même chose une fois. Je suis vraiment désolé pour tout…

Belle : Oh, non, ce n’est pas grave, c’est juste un peu d’eau, ça ira. C’est rien. (Elle s’en va pour aller aux toilettes.)

Gold : Oui. (Il se met à sourire et met la serviette sur la table.)

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Un carrosse arrive au loin et continue sa route avec Rumplestiltskin et Belle à l’intérieur.

Rumplestiltskin : Je perds sa trace. Cette forêt est trop dense.

Belle : Peut-être qu’on devrait rentrer.

Rumplestiltskin : Et laisser le voleur s’échapper. Que penseront les gens si j’épargne la vie de quelqu’un qui a voulu me voler ?

Belle : Que derrière la bête, il y a un homme avec un cœur.

Rumplestiltskin : Je t’assure que non.

Belle : Alors pourquoi tu ne m’as pas tuée quand j’ai relâché le prisonnier ?

Rumplestiltskin : Mais c’est ce que je voulais faire seulement, c’est tellement difficile de trouver de bons domestiques de nos jours.

Belle : Je suis sûre que tu n’es pas aussi mauvais que tu veux le faire croire à tout le monde. Je pense qu’au fond de ton cœur, il y a de l’amour, qu’il y a une chose que tu aimes encore plus que le pouvoir.

Rumplestiltskin : Tu as raison, mon cœur bat pour une chose, mes richesses. (Il lève la main pour arrêter le carrosse.)

Belle : Les gens ont raison, tu es aussi mauvais qu’ils le disent.

Rumplestiltskin : Bien plus mauvais très chère, pire que mauvais. (Il sort avec son arc dans la main et un autre carrosse arrive vers eux.)

Sheriff de Nottingham : Woh, woh, on s’arrête. (Pendant que Rumplestiltskin et Belle arrivent vers lui, le sheriff descend de son cheval et s’avance vers eux.) Woh, que venez-vous faire dans ma forêt ?

Rumplestiltskin : Pardonnez notre intrusion, sheriff, je poursuis un voleur. Il a osé m’attaquer avec cet arc, je, je l’ai donc suivi jusque dans cette forêt et il a disparu.

Sheriff de Nottingham : Oui, je sais après qui vous êtes en train de courir. (Il prend l’arc dans sa main.) Mais je sais aussi qui vous êtes, Rumplestiltskin.

Rumplestiltskin : Ma réputation me précède, (il lève la main) je suis flatté.

Sheriff de Nottingham : Je connais aussi votre penchant pour les échanges. Je vous dirais où trouver votre voleur si vous me donnez autre chose en retour. (Il boit sa bouteille.)

Rumplestiltskin : Qu’est-ce que vous voulez ?

Sheriff de Nottingham : (Pointant le doigt vers Belle.) Une nuit avec votre servante.

Rumplestiltskin : (Regardant vers Belle puis vers le sheriff.) Elle n’est pas à vendre.

Sheriff de Nottingham : Voyons, laissez-moi avec elle ne serait-ce qu’une heure. Vingt minutes.

Rumplestiltskin : Laissez-moi réfléchir. (Il touche sa tête avec ses doigts puis fait apparaître la langue du sheriff dans sa main. Il ne peut plus parler mais essaye. Rumplestiltskin ricane.) Je vous propose un nouveau marché. Je vous rends votre langue et en échange, vous me dites tout ce que vous savez à propos de l’homme que je pourchasse. (Agitant la langue.) Vous devriez faire plus attention aux objets auxquels vous tenez. (Le sheriff essaye toujours de parler.) Alors, vous acceptez cet accord ? (Il veut dire oui mais ne peut pas.) Je n’ai pas bien compris. Nous allons dire que c’est un oui. (Il lui rend sa langue. Le sheriff touche sa langue pour voir si c’est revenu.) Maintenant, je vous écoute.

Sheriff de Nottingham : Le voleur que vous cherchez, je le pourchasse depuis des années et il m’a ruiné. Il a volé la femme que j’aimais, il a fait de moi l’arisée de tout Nottingham.

Rumplestiltskin : Où puis-je le trouver ?

Sheriff de Nottingham : Aux dernières nouvelles, il se cachait dans, dans la forêt de Sherwood.

Rumplestiltskin : Et quel est son nom ?

Sheriff de Nottingham : Robin des Bois. Tout le monde l’appelle Robin des Bois. (Rumplestiltskin se met à sourire.)

 

Chez Granny – Storybrooke – Présent

Femme : Moi, je n’étais pas d’accord, c’est normal, non. (Granny apporte les assiettes sur la table de Gold et Belle. Il regarde derrière lui et voit que personne ne revient. Il se lève et va vers les toilettes mais il n’y a toujours personne alors il se rend derrière le restaurant et voit une porte entrouverte. Il va à l’extérieur et se met à marcher.)

 

Dans la forêt de Sherwood – Passé

Belle : Ah tu sais, il n’est pas encore trop tard pour faire marche arrière. Écoute, je ne vais pas rester les bras croisés à te regarder tuer un homme.

Rumplestiltskin : Tu pourras les décroiser si tu veux mais tu devras regarder, c’est le but de notre expédition rappelle-toi, que tu vois le résultat de tes actes. (Il regarde vers les arbres et Robin des Bois est caché derrière l’un d’eux.) Je l’ai trouvé.

Belle : Regarde, on dirait qu’il attend quelqu’un. (Une charrette arrive près de Robin qui court vers eux. Une femme est allongée et tousse.) Une femme.

Rumplestiltskin : C’est la femme qu’il a sûrement volé au sheriff. (Pendant que Robin est au chevet de Marianne, Rumplestiltskin prépare sa flèche pour la mettre sur son arc.)

Robin des Bois : Je suis là.

Belle : Elle est malade, elle va mourir.

Rumplestiltskin : Oui et lui aussi.

Belle : Non. (Rumplestiltskin baisse son arc alors que Robin utilise la baguette magique pour guérir Marianne et ça fonctionne.) J’ai vu juste sur cet homme, sur ce qui le pousser à voler la baguette, il la voulait pour sauver la femme qu’il aime.

Rumplestiltskin : Ça reste un voleur.

Belle : Elle serait morte s’il n’avait pas pris ta chère baguette.

Rumplestiltskin : (Haussant la voix.) Donc, il mérite de mourir et elle n’aura qu’à dire à toute la forêt de Sherwood ce qui se passe quand on met en colère Rumplestiltskin. (Il utilise son pouvoir pour coincer Belle dans la terre et elle tente de se débattre.) Ainsi, tu devrais avoir un très bon point de vue. (Il tire sur la flèche, prêt à la lancer.)

Belle : Tu n’es pas obligé de le tuer, il y a de la bonté en toi. J’ai eu raison à propos du voleur et j’ai raison à propos de toi. (Marianne se relève et Robin l’aide à la descendre alors que Rumplestiltskin les a toujours en cible alors qu’elle est enceinte.) Regarde, elle attend un enfant. (Alors qu’il baisse son arc.) Je sais que tu ne ferais jamais d’un enfant un orphelin. (Après qu’elle soit debout, ils se mettent à s’embrasser. Rumplestiltskin tire la flèche.) Non ! (La flèche atterri dans une boîte, Robin et Marianne prennent peur.)

Robin des Bois : Il nous a retrouvés. Ne restons pas là, Marianne. (Ils vont vers un cheval.)

Belle : Que s’est-il passé ?

Rumplestiltskin : J’ai mal visé. (Ils montent sur leur cheval et s’en vont. Il libère Belle en la faisant remonter.) Tu peux retourner à la voiture, cette forêt m’ennuie.

Belle : Tu ne vas pas partir à sa poursuite ?

Rumplestiltskin : Il ne mérite pas tant d’efforts.

Belle : Tu lui as épargné la vie.

Rumplestiltskin : Pardon, mais je n’ai rien fait de tel.

Belle : Je sais bien que cet arc est magique, ces flèches touchent toujours leur cible.

Rumplestiltskin : Peut-être que la magie a fini par… (en reniflant) se dissiper. (Belle va dans les bras de Rumplestiltskin. Elle sourit puis s’en va puis se retourne.)

Belle : Alors, tu ne viens pas ? (Il prend ses flèches puis la rejoint.)

 

Dans les rues de Storybrooke – Présent

Gold est toujours à la recherche de Belle et la trouve derrière des poubelles, embrassant un homme, ce qui le met hors de lui.

Keith : (Que Gold tire par la veste.) Oh, eh, eh.

Gold : Qu’est-ce que vous êtes en train de faire ?

Keith : Quoi ? Vous êtes ici ensemble ?

Gold : Oui, c’est ça.

Keith : Excusez-moi, désolé, j’en savais rien.

Gold : Dégagez tout de suite ! (À Belle.) Est-ce que ça va ?

Belle : Ouais, c’est bon ça va.

Gold : Allez, viens on rentre. (Elle ne veut pas.)

Belle : Non, je vous ai dit que ça aller, d’accord ? (Elle commence à partir mais il la retient.)

Gold : Attends, attends. Tu es sorti de ce côté parce que tu voulais le retrouver.

Belle : Ouais.

Gold : Mais je ne comprends pas, on, on était, enfin je croyais que notre dîner se passait bien, non.

Belle : Non, non, je n’ai rien à vous dire, rien.

Gold : Quoi ?

Belle : Je n’ai rien à faire avec vous, la seule raison que j’avais de sortir avec vous ce soir c’est parce que je me suis dit que je devais être gentille. Mais je ne peux pas, je ne suis pas comme ça. Par contre, vous vous êtes gentil.

Gold : Mais c’est ce qui te plaisait chez moi pourtant. C’est ce qu’il y a de bon en moi, le côté bon et gentil.

Belle : Vous croyez encore parler à Belle c’est ça ? Écoutez, je suis désolée, peut-être qu’elle, elle vous aimait, mais elle c’est pas moi. (Elle s’en va.)

Gold : (Pour lui-même.) Oui, c’est vrai.

 

Dans les rues de Storybrooke

David se gare alors que les nains se trouvent derrière et rigolent. Ils descendent du véhicule et Leroy rejoint David.

Leroy : Vous êtes sûr que vous ne voulez rien, c’est Anton qui régale.

Anton : Ah bon ?

Leroy : C’est toujours le nouveau qui paye.

David : Merci les gars, allez-y. Nous, on rentre. (Il fait un clin d’œil.) À demain.

Leroy : Salut. (Les nains vont dans le restaurant de Granny avec Anton. Regina les regarde au loin. Elle traverse la rue et se met au milieu. Elle met sa main au sol pour faire apparaître les traces de pneus du véhicule de David. Elle se relève et avec sa voiture arrive à l’endroit où les traces s’arrêtent. Elle sort de la voiture et arrive au champ où se trouvent les plants de haricots magiques. Elle parvient à traverser malgré le sort de protection et voit ce que c’est. Elle est surprise de voir cela. Elle continue son chemin puis prend une gousse de haricot dans la main.)

 

Dans les rues de Storybrooke

Gold continue sa route lorsque Keith le rejoint.

Keith : Monsieur. Monsieur Gold, écoutez-moi. Je suis vraiment désolé pour ce qu’il s’est passé chez Granny. Je ne savais pas que vous étiez encore ensemble.

Gold : Nous ne sommes pas ensemble.

Keith : (En rigolant.) Alors très bien, alors il n’y a pas de souci, tout est clair. (Tendant sa main pour que Gold la prenne.) Alors sans rancune, hein.

Gold : J’ai fait tellement d’efforts, ça était si dur pour me comporter comme il faut mais cela n’a plus d’importance. (Il utilise son pouvoir pour prendre la langue de Keith.) Comme ça personne ne t’entendra crier. (Il fait disparaître la langue et lui donne un coup de canne dans le dos.)

 

Dans la forêt enchantée – Dans le château de Rumplestiltskin – Passé

Rumplestiltskin et Belle sont de retour au château après leur expédition.

Belle : Je crois que tu n’auras plus besoin de cet arc dorénavant.

Rumplestiltskin : En fait, je vais le garder, on ne sait jamais, un jour il me rendra peut-être service. (Il pose son arc et ses flèches.)

Belle : Bien, maintenant, si tu n’as plus besoin de rien, bonne nuit Rumplestiltskin. (Elle s’en va pour aller se coucher mais il veut lui parler.)

Rumplestiltskin : Euh attends, une dernière chose.

Il emmène Belle vers une bibliothèque.

Rumplestiltskin : Ne soit pas trop enthousiaste, très chère. Cette pièce, je veux que tu la dépoussières.

Belle : C’est, c’est magnifique, même en y passant toute ma vie, je n’arriverai pas à lire tous ces livres.

Rumplestiltskin : J’espère que tu nettoies plus vite que tu ne lis. (Elle voit un livre sur la table et le feuillette.)

Belle : Tu les a tous rassemblés pour moi ?

Rumplestiltskin : Je te préviens, je ne veux pas voir la moindre poussière sur l’un de ces volumes. (Elle sourit.) Ne sourit pas, je suis très sérieux.

Belle : (S’approchant de lui.) Tu es très différent de ce que je croyais et j’en suis très heureuse.

 

Dans les rues de Storybrooke – Présent

Gold est toujours en train de frapper Keith.

Gold : J’aurais dû te faire ça il y a très longtemps. (Il continue de le frapper avec sa canne mais malheureusement, Belle arrive derrière lui. Il se retourne vers elle.) Lacey.

Belle : Donc, c’est bien la vérité. Ce que les gens racontent sur toi.

Gold : Oui, c’est la vérité.

Belle : Tu es, tu es très différent de ce que je croyais (en rigolant) et j’en suis heureuse. Tu es aussi mauvais que les gens le prétendent.

Gold : (Regardant vers Keith qui est toujours au sol et qui souffre, il se tourne vers Belle.) Bien plus mauvais très chère. (Montrant sa canne.) Pire que mauvais. (Il continue à le frapper avec sa canne, ce qui semble plaire à Belle/Lacey.)

 

Dans l’appartement de Mary Margaret – Storybrooke

Neal frappe à la porte et c’est Emma qui l’ouvre. Il a Henry dans les bras.

Emma : Eh ben dis donc, on dirait que tu l’as assommé.

Neal : On s’est pris un Bourbon, dis-donc, il ne tient pas la route. (Il entre dans la pièce et Emma ferme la porte.)

Emma : Apparemment, votre journée a été bien remplie.

Neal : On en a passé une bonne partie au parc. Il commence à bien savoir manier l’épée de bois. (Il couche Henry dans le canapé.) Mais c’est peut-être pas étonnant, vu ses antécédents familiaux. (Emma met la couverture sur Henry.) Quoi ?

Emma : Tu as déjà pensé retourner là-bas ?

Neal : Retourner où ?

Emma : (S’asseyant.) Chez nous, enfin d’où on vient.

Neal : Tu sais, j’ai passé ma vie à essayer d’oublier ce monde. J’en garde pas des souvenirs d’enfance magique. (Il s’assoit à son tour.) Enfin, tu comprends. Pourquoi cette question ?

Emma : Comme ça.

Neal : Auguste est passé au parc dans la journée, ils se sont bien amusés tous les deux.

Emma : Ouais Auguste, il va falloir du temps pour s’y habituer.

Neal : Ah, je le trouve bien plus cool enfant qu’adulte. Il me vole moins mon argent.

Emma : Ouais, mais ce serait encore plus cool s’il se rappelait ce qu’il voulait nous dire avant de…

Neal : D’être réinitialiser.

Emma : Hmm. (Neal se met à ricaner.) Si Storybrooke n’est plus un lieu sûr, par qui on est menacé ?

Neal : Euh, tu sais les énigmes, il a toujours bien aimé. T’inquiète pas, tu vas trouver. Si je sais une chose, c’est que tu finis toujours par trouver ce que tu cherches. (Elle sourit.)

 

À la frontière de Storybrooke

Owen attend dans la voiture et voit un autre véhicule en face de lui et il sort. Derrière le véhicule qui se trouve en face de lui, se trouve un van. C’est Tamara qui la conduit, elle en sort.

Owen : Salut ma beauté. Ça s’est bien passé ?

Tamara : Bien sûr. (Ils s’embrassent.) Je te montre le colis.

Owen : Tu crois qu’il va coopérer ?

Tamara : Je ne m’inquiéterai pas trop, d’après ce que je sais de lui, il ne sera pas très difficile à convaincre.

Owen : Qu’est-ce qu’il te fait dire ça ?

Tamara : (Ouvrant le van.) Parce que s’il y a quelqu’un sur qui tu peux toujours compter pour faire le sale boulot, c’est bien un pirate. (Kilian est dans le van, attaché et bâillonné. Il est gêné par la lumière de la lampe que lui met Owen.)

–[Storybrooke]–

At Mr Gold’s shop. It’s Henry’s Birthday. Henry blows the candles.

Mr Gold : And now, my boy, for your present. Pick one object from the shop. Anything you like.

Henry looks at the objects in the shop and chooses a magic wand.

Henry : That.

Neal : Oh, hey, careful, buddy. Wands are powerful.

Henry : So how does it work ?

Mr Gold : Here. Let me show you.

Mr Gold turns Henry into a statue.

Everyone : Aah ! Oh !

David : Why would you do that ?!

Mr Gold : The prophecy. The seer said the boy would be my undoing. So I have no choice. I must be his.

Mr Gold breaks the statue then he wakes up.

––––––––––––

Henry and Neal are fighting with wooden swords.

Neal : Whoa, whoa, whoa, whoa, whoa, whoa, whoa, whoa. Aha ! Whoa ! Up high.

Mr Gold watches his son and grandson playing. Regina comes to speak with Mr Gold.

Regina : Seems like we've both been pushed to the sidelines.

Mr Gold : What are you doing here ?

Regina : The real question is, what's your son doing with mine ?

Mr Gold : Oh, that. That's right. You didn't get the birth announcement, did you ? That's Henry's father.

Regina : What ?

Mr Gold : Do I have to spell it out for you ? Ms. Swan and my son...

Regina : You're Henry's grandfather ?

Mr Gold : Guess that makes us family. He's got my eyes, don't you think ?

Regina : You did this.

Mr Gold : Trust me, dearie, it was as much a shock to me as it is to you.

Regina : No. You must have known. When I adopted him, it was you who procured him for me. You expect me to believe that that was a coincidence ?

Mr Gold : No, not coincidence. Fate. And apparently, fate has a sense of humour.

Regina : Fate. So you're playing the part of the loving grandpa now ? They won't accept you, no matter what you do. Not your son, not any of them.

Mr Gold : Yeah, we'll see.

Regina : I've already seen, Gold. I've seen your dark heart, and it always wins out. You always choose darkness.

Mr Gold : You know, you think you know me, dearie. But you don't.

Regina : I know you well enough. If your own son couldn't bring out the good in you, who will ?

––––––––––––

At the hospital. Mr Gold visits Belle.

Belle : You're... you're alive.

Mr Gold : Indeed I am. I imagine my last phone call was a bit alarming.

Belle : Yeah. Sounded like you were on your deathbed.

Mr Gold : I'm really sorry if I startled you. I know that you have no memory of me. But my feelings for you are real. And I just needed you to know that in case... Well, in case I died.

Belle : I'm glad you're okay. And I could tell your feelings were true.

Mr Gold : You could ?

Belle : I have a sense about people. I can't explain how, but I... I could just tell.

Mr Gold : So you believe we know each other ?

Belle : I believe that whatever caused me to forget myself, means that I have a past, and... That past probably included you.

Mr Gold : It did.

Belle : When I, uh... When I was injured, I... This is gonna sound crazy. I remember you healing me.

Mr Gold : You've been through a lot. Serious injury. All the drugs you've been on since you've been in here. Once you remember who you are, it'll all become clear.

Belle : Can you help me do that ? Remember who I am ?

Mr Gold : Only if you help me remember who I am.

Belle : Sorry, what ?

Mr Gold : Belle, you always brought out the best in me, and right now I need that. So, yes, I will do everything I can to bring you back, for you and for me.

Belle : We can help each other.

Mr Gold : Yeah. Let's talk to someone about getting you out of here. You've been locked up long enough.

–[Enchanted Forest - Past]–

At the Dark One’s castle. Belle is crying in her jail. Rumplestiltskin enters in the room.

Rumplestiltskin : When you so eagerly agreed to come and work for me, I assumed you wouldn't miss your family quite so much.

Belle : I made my sacrifice for them. Of... of course I miss them, you beast !

Rumplestiltskin : Yes, yes, of course. But the crying must stop. Night after night. It's making it very difficult for me to spin. You know, I do my best thinking then. Here.

Rumplestiltskin makes a pillow appears.

Rumplestiltskin : Perhaps this'll help ?

Belle : For me ?

Rumplestiltskin : Not quite so beastly now, am I ?

Belle : Thank you. Maybe now I can actually get some sleep.

Rumplestiltskin : No, no, no. It's not to help you sleep, dearie. It's to muffle the cries so I can get back to work !

They hear noise. Someone breaks a window and come to steel a wand.

Rumplestiltskin : Are you sure you wanna do this, dearie ?

Robin Hood : Pretty sure.

Rumplestiltskin : If you don't know how to use that wand, it can do nasty things to you.

Robin Hood : Well, then, uh... I'll stick to what I know works.

Robin puts the wand in his quiver.

Robin Hood : Do you know what this arrow can do to you ?

Rumplestiltskin : Has to hit me first.

Rumplestiltskin appears and disappears in the living room.

Robin Hood : Shouldn't be a problem. An arrow fired from this bow always finds its target. Don't you just love magic ?

The arrow hits Rumplestiltskin in his heart. Robin is leaving when Rumplestiltskin appears before him.

Rumplestiltskin : Uhh !

Robin Hood : I know I do.

Rumplestiltskin : As do I. But don't you know ? All magic comes with a price. And in your case, that's me.

–[Storybrooke]–

At the hospital. Regina visits Belle.

Regina : Hello.

Belle : Hi.

Regina : I don't think we've been properly introduced. I'm Regina. I'm the mayor of this town. Just wanted to make sure you're okay.

Belle : That's, uh, that's very thorough of you. Thank you, but I... I'm fine. I think I am. M... Mr. Gold's, uh, getting me discharged. He believes he can help me remember who I am.

Regina : Does he now ?

Regina enchants a matchbook.

Regina : What's this, dear ? Did you drop it ?

She gives Belle the matchbook.

Belle : Don't think so.

Regina : Keep looking, dear.

Belle : Wait. I... I know... I know what this is. I think I remember who I am.

Regina : Well, I'm sure Mr. Gold will be thrilled.

––––––––––––

Tamara and Greg are at Greg’s bedroom.

Tamara : These are the places you saw it ?

Greg : Yeah. This town's lousy with magic. Now you should go. If Neal suspects anything, it's gonna make everything we have to do that much harder.

Tamara : Don't worry. He won't. Greg, have you had any luck finding him ?

Greg : My dad ? No. But he's here. I'm sure of it.

Tamara : We will find him.

Greg : I know. But one thing at a time. Now you were able to get the package here, right?

Tamara : It's right outside town. Couldn't just drive in with it.

Greg : And it's... It's stable?

Tamara : Very. I'll bring the package in tonight. Be ready.

Tamara leaves.

––––––––––––

David stops his car in the middle of nowhere.

Emma : Why are we in the middle of nowhere ? Why aren't you guys telling me what's going on ? W... why the secrecy ?

Mary Margaret : Because you need to see it.

Emma : Great. That always goes well for me. Listen, whatever it is, it can wait. August was trying to warn me about something... Someone dangerous.

David : Doesn't matter.

Emma : Why not ?

Mary Margaret : Because of this.

They go through a magic curtain : there is a magic beans field.

Anton : Emma !

Emma : Hey.

Anton : Are you here to help ? It's not quite harvest time yet.

Emma : Beans. You're growing magic beans. That's what you were up to when I was in New York ? Why didn't you tell me ?

David : We are telling you. We kept it a secret to protect the crop. Mother Superior... She cloaked the area. That way, Anton can do what he does best.

Anton : Actually, you haven't seen me play darts. But, uh, yeah, I do this pretty good.

Emma : Um, Anton, don't take this the wrong way, but w... w... why... why are you so...

Anton : Small ? Cora. She and Regina brought some magic to make me human-sized. Kind of like it.

Leroy : Enough lollygagging ! Back to it.

Anton : Wow. Dwarves really like to work. It's great to see you, Emma.

Emma : You, too. You want to use the beans to make a portal to go back to the Enchanted Forest. That's the real reason you didn't tell me. What about ogres and destruction and danger ?

David : We can fix all that. We did it before. We can do it again.

Mary Margaret : We can start over, Emma.

Emma : So you've changed your mind. You wanna go now, too.

Mary Margaret : Not my mind. My heart. After what I did to Cora, I think restoring our land is the best way to mend it.

David : It'll be good for all of us, the whole family. Henry... And you.

Mary Margaret : We're from there. You're from there.

Emma : No. This world is... my home.

David : And it's been nothing but cruel to you. If we go back, I think you might be able to have your happy ending.

––––––––––––

Mr Gold enters in Belle’s room at the hospital. Belles is not here.

Mr Gold : Nurse ! Nurse !

A nurse comes.

Mr Gold : There was a patient here suffering from amnesia. Where is she ?

The Nurse : Belle ? She should still be here.

Mr Gold : So where is she ?!

The nurse leaves. Mr Gold finds the matchbook on the bed.

––––––––––––

Mr Gold enters at the Rabbit hole.

The Bartender : Uh... uh, yes, Mr. Gold ?

Mr Gold : Someone I care for has gone missing. Only thing she left behind was a matchbook to this vile joint.

The Bartender : Vile ? Really ? Yeah, okay. We... we could clean it up some.

Mr Gold : I don't understand this. If you knew her, this is the last place she would go for.

The Bartender : Really not a fan of the rabbit hole, are you ? Describe her.

Mr Gold : Brown hair. Beautiful blue eyes. An accent you wouldn't soon forget. Her name's Belle.

The Bartender : Belle ? Are... are you sure ? 'Cause that sounds an awful lot like Lacey.

Mr Gold : Who the hell is Lacey?

The Bartender shows a girl to Mr Gold. Mr Gold goes take to Lacey.

Mr Gold : Belle.

Lacey : Uh, name's Lacey.

Tom : Her name should be "Fast Eddie," 'cause she's a hustler. She's hustling me.

Mr Gold : Do... do you r... do you remember me ?

Lacey : Guy who visited me in hospital. Sure I do. But now I remember who I am, and that's Lacey. Now if you'll excuse me, you're kinda in my shot.

–[Enchanted Forest - Past]–

Belle is sweeping the living room. Rumplestiltskin is torturing Robin Hood.

Robin Hood : No ! No! No! Aah ! Aah !

Rumplestiltskin : I'm gonna need another apron.

Belle : Uh, they're, uh, they're on the line drying. It'll be some time.

Rumplestiltskin :Eh, fine, fine. Get to cleaning this one as well. I'll be back later.

Belle : All this because he tried to steal a magic wand ?

Rumplestiltskin : No, because he tried to steal from me, The Dark One. You try that, you get skinned alive. Everyone knows that.

Belle : Actually, no, they don't.

Rumplestiltskin : Well, they will after they discover the body.

Rumplestiltskin leaves.

––––––––––––

At Robin Hood’s jail. Belle enters with a glass of water.

Robin Hood : What, did he send you to finish the job ?

Belle : Uh, no. No, not... Not at all. Here. Drink this.

Robin Hood : Mm. Mm.

Belle : I couldn't let this continue. It's... It's inhuman.

Belle starts to free Robin.

Robin Hood : I... I couldn't agree more. But I fear now he'll turn his wrath on you.

Belle : If he does, I'll stand up to the beast that he is, because no one... No one deserves to be tortured.

Robin Hood : Well, he may beg to differ.

Belle : Well, I don't care. He doesn't frighten me. Hurry up. He'll be back soon. Hurry.

Robin Hood : But he will... he will kill you... Unless... Unless you run away with me.

Belle : I can't run. I made a deal to serve him in exchange for him protecting my... My kingdom and my family from the ogres. If I... If I were to leave, I may survive, but my family surely won't.

Robin Hood : All I can do is wish you luck.

Belle : Thank you. Now go. Go.

Robin leaves.

–[Storybrooke]–

At Mayor’s office. Mr Gold enters to see Regina.

Mr Gold : What have you done with Belle ?

Regina : I'm sorry. Do I look like a one-handed pirate with a pistol ? You know who shot her.

Mr Gold : Stop playing games. She's gone and now she's someone else.

Regina : Oh. You mean she has her memories back. You're welcome.

Mr Gold : Not her memories. Her curse memories.

Regina : Yeah, from the curse you gave me. You see, all I did was jog things back in place.

Mr Gold : Well, undo it. Bring her back.

Regina : You know I can't. She crossed the town line. Her old self is gone. These curse memories she has are now real. Lacey's here to stay.

Mr Gold : Any curse can be broken, dearie. Now you are gonna help me...

Regina : Or what ? You'll kill me ? No, you won't.

Mr Gold : Oh, won't I?

Regina : You're on your best behaviour because of your son. You don't want him to know who you really are, now do you ? So I suggest you get used to Lacey.

Mr Gold : All right. I'll find a way.

Regina : Finding a way isn't the problem, dear. We both know what is.

Mr Gold : Yeah, true love's kiss.

Regina : And I don't think our new resident feels the same way about you as you do her.

Mr Gold : Then I'll make her.

Regina : There's the charm that should easily woo a lovely young lady. She'll most certainly fall in love with you at first sight. Oh, wait. That didn't happen, did it?

Belle : She will, or I promise you there will be suffering.

Regina : Finally something we both can agree on. Good luck, Gold. Oh, and, uh... Give my best to Lacey.

––––––––––––

At Granny’s Diner.

Granny : Ten bowls of chili. No beans. You and the dwarves got something against beans ?

David : Oh, let's just say we've had our fill over the past couple weeks.

Granny : What exactly are you boys up to, anyway ?

Leroy : Just a little landscaping.

Mr Gold : Is this seat taken ? You might wanna run along. I need to chat with the prince.

David : It's all right, Leroy. I got this. What do you want to chat about, Gold ?

Mr Gold : Regina. She, uh, helped jog Belle's memory.

David : That's good, then.

David : No, no. Wrong memories. She now thinks she's a scantily clad barfly named Lacey. She has a false life, as you did under the curse with Kathryn, only hers apparently involves a lot more alcohol.

David : What do you want with me ?

Mr Gold : I want to know how you did it. Even when both your heads were filled with false memories, David Nolan still won Mary Margaret's heart.

David : You want me to help you ?

Mr Gold : Well, I'm certainly not here for the overpraised lasagna.

David : You got my wife to murder someone.

Mr Gold : Someone who would have killed all of you. Look, if you don't wanna help, that's fine. But if you do, for the first time ever, I'm gonna owe you a favour.

David : All right. When Regina cursed Mary Margaret and me, there was still a sliver of Snow and Charming. The real us inside.

Mr Gold : And so how do I bring back the real Belle ?

David : Show her the man she fell in love with.

–[Enchanted Forest - Past]–

At Dark One’s living room. Belle is reading and Rumplestiltskin is sharpening his knives.

Rumplestiltskin : I'll try not to be too loud. I can't promise the same courtesy from our prisoner.

Rumplestiltskin goes to Robin’s jail. He sees he’s gone.

Rumplestiltskin : Belle ! Where is he ?

Belle : Gone. I let him go.

Rumplestiltskin : What ? He was a thief !

Belle : Which doesn't give you the right to kill him.

Rumplestiltskin : It gives me every right ! Oh, let me guess. You think he's a hero, stealing from me for some noble cause. You read too many books, dearie ! Maybe that'll stop filling your head with poisonous thoughts !

Belle : I didn't free him because of what I read in my books. I saw good in him. That man only wanted to escape with his life.

Rumplestiltskin : Oh, is that what you thought ? Our thief escaped with more than his life. You were tricked. You foolish, gullible girl !

Belle : Th... There must be an explanation. We... we don't know why he needed that wand.

Rumplestiltskin : He took the wand because he wanted magic ! People who steal magic never have good intentions !

Belle : No. No. You can't tell what's in a person's heart until you truly know them.

Rumplestiltskin : Oh, we'll see what's in his heart, all right. When I shoot an arrow straight through it. And because I am a showman... It'll be with his bow. And because this is your fault, you get to come with me and watch, and know as the blood drips from his carcass it'll be you and your rags to wipe it up !

–[Storybrooke]–

At the Rabbit Hole.

The Man : Another round for the lady.

Lacey : Mm.

The Man : I've had my eye on you for a while.

Belle : Mm. Thank you. Not my type.

The Man : Well, you never know unless you give me a chance.

Mr Gold and David enter in the Rabbit Hole.

Mr Gold : You might wanna wait outside.

David : Yeah, yeah, bad idea. Come on.

Lacey : Oh! Mr. Gold. You're, uh, you're back.

Mr Gold : As are you.

Lacey : Well, what can I say? Love the ambiance. Mm. What the bloody hell is that ? Let's get some "Panama" going on in here. You, uh, you like Van Halen ? You're a hagar man, aren't you ? Huh ?

Lacey leaves.

David : What are you doing ?

Mr Gold : We have nothing in common.

David : That doesn't matter. You just need a way in. Ask her out. Go on.

Mr Gold : Uh, Lacey ?

Lacey : Yeah ?

Mr Gold : Now that you're... Back to your old self, perhaps we could spend some time together.

Lacey : Like a date ?

Mr Gold : Yes, a date.

Lacey : Well, you do know that I'm not this Belle that you're always talking about ?

Mr Gold : Yes, of course.

Lacey : I've heard about you, you know. People in town, they're afraid of you Mr. Gold.

Mr Gold : Don't let that deter you. Give me a chance, please.

Lacey : Okay. Tonight. Granny's. 8:00.

David : Not bad, don Juan.

Mr Gold : Don Juan was nothing before he made his deal with me.

David : Regardless, you got her to go out with you. Congrats.

Mr Gold : Indeed. Now I just need her to fall in love with me.

––––––––––––

Emma is reading on a bench before the port.

Regina : Reading up on Henry's father ? Or maybe his grandfather ? How long did you think you can keep that from me ?

Emma : Well, I was going to tell you, but I was kind of busy trying to stop you and your mother from killing me and my entire family.

Regina : What is he doing here ?

Emma : Neal ? Relax. He just wants to spend a little time with his son.

Regina : Funny, he didn't seem to want to spend time with him the first ten years of his life. But then again, neither did you.

Emma : You know what, Regina ? How about instead of worrying about everyone else, you start focusing on trying to be the person Henry wants you to be before you lose him for good ?

Regina : "For good?" What does that mean ?

Emma : Nothing. Unlike you, the rest of the world isn't always scheming to get what they want.

Regina : No. You're hiding something. Well, whatever it is, I can assure you of one thing. I'm going to find out.

––––––––––––

At Granny’s Dinner, Lacey and Mr Gold are on a date.

Lacey : Are you, uh... Are you nervous, Mr. Gold ?

Mr Gold : No, no. Of course not. I'm just, uh, deciding what to have.

Granny : What the hell happened to you ? You raid the back of Ruby's closet ?

Mr Gold : Perhaps Lacey and I could order. Um, two burgers, two iced teas, please.

Lacey ; Actually I'm gonna go chicken parm and white wine. And make it the bottle.

Granny : All righty. Coming up.

Lacey : I've never really been much of a burger girl.

Mr Gold : Mm. Well, whatever you want, you shall have.

Lacey : You know, you... You're a classy guy, Mr. Gold. This is not what I was expecting from you, given all the... Stuff people say about you.

Mr Gold : Oh, that again. My reputation. What is it you hear ?

Lacey : Oh, just that, you know, you're the most powerful man in town, and you got that power from being ruthless. And that when people cross you, they... Get hurt.

Granny brings the wine and the ice tea.

Lacey : Thank you.

Mr Gold : I am simply a shop owner, and procurer... Of difficult-to-find objects. People like to believe the worst in me, but, Lacey, I... I would rather you believe the best.

Lacey : I... I just... I... I just don't get why people are scared of you. You know, I see a man who wouldn't hurt anyone.

Mr Gold : Thank you, Lacey. I really needed to hear that. Specially now.

Lacey : Well, you know what they say. You can't tell what's in a person's heart until you truly know them.

Mr Gold spills his glass on the table.

Lacey : Oh. Did I say something wrong ?

Mr Gold : No, no. It... It's just that... I... I knew someone once who said that exact same thing to me. Gosh, I'm so sorry. Your dress...

Lacey : A bit of water will take it right out. Okay.

Mr Gold smiles.

–[Enchanted Forest - Past]–

Belle and Rumplestiltskin are travelling in a horse-drawn carriage into the woods.

Rumplestiltskin : I'm losing track of him. This forest is too thick.

Belle : Maybe we should return home.

Rumplestiltskin : What, and let the thief escape ? What would people think if I spared the life of someone who stole from me ?

Belle : That there's actually a man hiding behind the beast ?

Rumplestiltskin : There isn't.

Belle : Then why didn't you kill me when I freed the prisoner ?

Rumplestiltskin : Well, I would have, but, uh, good help these days is really hard to find.

Belle : I think that you are not as dark as you want people to believe. I think that deep down, there's love in your heart. And for something more than power.

Rumplestiltskin : You're right. There is something I love. My things!

Belle : You really are as dark as people say.

Rumplestiltskin : No, darker, dearie. Much darker.

They get out of the horse-drawn carriage. There is another horse-drawn carriage before them. Rumplestiltskin is going to speak to the Sheriff.

The Sheriff : Whoa. Uhh ! What are you doing in my woods ?

Rumplestiltskin : Pardon the intrusion, sheriff. Uh, I'm looking for a thief. He attacked me with this bow. Uh, I... I traced him as far as these woods, and then he vanished.

The Sheriff : Yes, I know exactly who you're after. But I also know who you are, Rumplestiltskin.

Rumplestiltskin : My reputation precedes me. Excellent.

The Sheriff : Yes, as does your penchant for making deals. I'll tell you where you can find your thief... If you give me something in return.

Rumplestiltskin: What do you want ?

The Sheriff : A night with your wench.

Rumplestiltskin : She's not for sale.

The Sheriff : You can't part with her for, say, an hour ? 20 minutes ?

Rumplestiltskin: Let me think. Um...

Rumplestiltskin takes the Sheriff’s tongue.

Rumplestiltskin : I propose a new deal. I give you this back, and in return, you tell me everything you know about the man I am hunting. You ought to be more careful with your possessions. Do you agree to my terms ? What was that ? All right, I'll take that as a "yes" then.

The Sheriff : Aah ! Aah !

Rumplestiltskin : Start talking.

The Sheriff : The thief that you're after... I've been chasing him for years. He ruined me ! He stole the woman I love and... Made me the laughingstock of all of Nottingham.

Rumplestiltskin : Where can I find him ?
The Sheriff : Well, the last I heard, he was hiding out in Sherwood Forest.

Rumplestiltskin : And his name ?

The Sheriff : Robin Hood. He goes by "Robin Hood."

–[Storybrooke]–

At Granny’s Diner, Mar Gold waits for Lacey returns. He stands up and goes to the bathroom. It’s empty. He goes out.

–[Enchanted Forest - Past]–

Belle and Rumplestiltskin are walking into the woods.

Belle : You, uh, you know it's still not too late to... To turn back. You know, I am not going to stand by and watch you kill a man.

Rumplestiltskin : Well, you're welcome to sit if you like, but you are gonna watch. That's the whole point of our little expedition, remember ? To see what your actions wrought.

Rumplestiltskin sees Robin Hood.

Rumplestiltskin : Found him.

Belle : Look, he's... He's waiting for someone.

A trailer hitch arrives. There is a sick woman on it.

Belle : That woman.

Rumplestiltskin : That must be the one he stole from the sheriff.

Belle : She's sick. She's going to die.

Rumplestiltskin : Yeah, and so is he.

Belle : Stop !

Robin uses the wand to cure the woman.

Belle : I'm right about him, about why he stole the wand. He did it so he could heal the woman he loves.

Rumplestiltskin : He's still a thief.

Belle : And she would have died if he hadn't stolen your wand.

Rumplestiltskin : And now he gets to die ! And she can tell all of Sherwood Forest what happens when you cross Rumplestiltskin. There !

Rumplestiltskin imprisons Belle in the ground.

Belle : Uhh !

Rumplestiltskin : That should give you a good view.

Belle : You don't have to do this. There's good in you. I was right about the thief, and I am right about you. Look, she's pregnant. You are not the kind of man to leave a child fatherless.

Robin and Marian kiss.

Belle : No !

Rumplestiltskin shoots.

Robin Hood : We've been found. Marian, we must go.

Belle : What happened ?

Rumplestiltskin : I missed.

Robin and Marian leaves.

Rumplestiltskin : Get back to the carriage. I'm bored of this forest.

Belle : You're... You're not going after him ?

Rumplestiltskin : He's not worth the effort.

Belle : You spared his life.

Rumplestiltskin : What ? I did nothing of the sort.

Belle : That bow has magic in it. It never misses its target.

Rumplestiltskin : Well, perhaps the magic just simply wore... Off.

Belle hugs Rumplestiltskin.

Belle : Aren't you coming ?

They leave.

–[Storybrooke]–

Mr Gold finds Lacey and the Sheriff of Nottingham kissing. He stops them.

Mr Gold : Hey ! What the hell do you think you're doing ?!

The Sheriff : Wait, you two are here together ?

Mr Gold : Yes, we are.

The Sheriff : I... I'm sorry. I... I... I didn't know.

Mr Gold : Go ! Now ! Are you... Are you all right ?

Lacey : Yeah, I'm... I'm fine.

Mr Gold : Let's get you inside.

Lacey : No ! Look, I said I'm fine, okay ? I'm...

Mr Gold : Whoa, whoa, whoa. You came out here because you wanted to be with him ?

Lacey : Yeah.

Mr Gold : But I don't understand. Our date... I thought it was... It was going well.

Lacey : No. No, it... it wasn't.

Mr Gold : What ?

Lacey : It never was. The only reason I agreed to go out with you was because I was trying to be nice. But that's not me. That's... That's you.

Mr Gold : But that's what you liked about me... the nice part of me, the... The good part.

Lacey : This is still about Belle, isn't it ? Look, Mr. Gold, I'm sorry. She may have loved you. But I am not her.

Lacey leaves.

Mr Gold : No, you're not.

––––––––––––

David’s car leaves the dwarves and Anton at Granny’s Dinner.

Leroy : Sure you don't wanna grab some grub with us ? Tiny's buyin'.

Anton : I am ?

David : New guy always buys. You guys go ahead. We're gonna... We're gonna head on home. See you tomorrow !

Anton : But I don't have any money. No, really. I don't even know what you guys...

David and Mary Margaret leave. Regina was watching the scene.

She casts a spell to see where David’s car came from. Regina discovers the beans field.

––––––––––––

Mr Gold is walking in the street.

The Sheriff : M... Mister... Mr. Gold, I'm... I'm so sorry about what happened back there. I... I... I didn't know that you two were still together.

Mr Gold : We're not.

The Sheriff : Oh. Oh, so we're good then, right ? There's no hard feelings ?

Mr Gold : You know, I have tried so hard to be on my best behaviour. But I guess there's no point now.

Mr Gold takes the Sheriff’s tongue again.

The Sheriff : Uhh !

Mr Gold makes the Sheriff’s tongue disappears.

–[Enchanted Forest - Past]–

Rumplestiltskin and Belle are back to the Dark One’s Castle.

Belle : Looks like you won't be needing that bow anymore.

Rumplestiltskin : Actually, I think I'll hold onto it. You never know. Could come in handy someday.

Belle : Well, uh, if you don't need me for anything else, good night, Rumplestiltskin.

Rumplestiltskin : No, wait. There is something else.

Rumplestiltskin shows Belle the library.

Rumplestiltskin : Temper your excitement, dearie. This is merely another room for you to clean.

Belle : It's... It's beautiful. There's more books in here than I could read in a lifetime.

Rumplestiltskin : Well, I hope you can clean faster than you can read.

Belle : Did you do all this for me ?

Rumplestiltskin : I better not see a single speck of dust gathering on any of these books. What are you smiling at ? I'm serious.

Belle : You're not who I thought you were. And I'm glad.

–[Storybrooke]–

Mr Gold beats the Sheriff.

Mr Gold : I should have done this to you a long time ago.

Lacey comes.

Mr Gold : Lacey.

Lacey : So it is true then, what they say about you.

Mr Gold : Yes. It's all true.

Lacey : You are... You are not who I thought you were. And I'm glad. You really are as dark as people say.

Mr Gold : Darker, dearie. Much darker.

Mr Gold continues to beat the Sheriff and Lacey watches.

––––––––––––

Someone’s knocking at Mary Margaret and David’s loft. Emma opens the door.

Emma : What, did you tranquilize him ?

Neal brings Henry back home.

Neal : I just gave him a couple bourbons. Kid's a real lightweight.

Emma : Sounds like you guys had a full day.

Neal : Spent most of it at the park. He's getting pretty good with those wooden swords. I guess that makes sense, considering where his family's from. What ?

Emma : You ever thought about going back ?

Neal : Back where ?

Emma : Home. Where we're from.

Neal : Uh... I spend most of my life trying to forget that place. I didn't exactly have a fairy-tale childhood. You know what I mean. Why do you ask ?

Emma : No reason.

Neal : August came by the park today. He and Henry seemed to really hit it off.

Emma : That is gonna take a while to get used to.

Neal : You know, I gotta say, he's actually a lot cooler as a kid. Steals less of my money.
Emma : He'd be way cooler if he could remember what he was trying to warn us about before he got...

Neal : Rebooted ?

Emma : "Storybrooke isn't safe"? Isn't safe from who ?

Neal : Well, he always had a knack for being cryptic. Don't worry about it. You'll figure it out. If there's one thing I know about you, you don't stop till you find what you're looking for.

––––––––––––

Greg is waiting for Tamara in front of Storybrookes’s sign. She arrives.

Greg : Hey, beautiful. We all good ?

Tamara : Better than good.

They kiss

Tamara : Now should we unwrap the package ?

Greg : You think he'll cooperate ?

Tamara : Wouldn't worry about that. From what I know of him, I don't think he'll need much convincing to help us.

Greg : What makes you say that ?

Tamara : Because if there's one person you can always count on to do your dirty work...

She opens the caravan. Hook is tying up in it.

Tamara : It's a pirate.

Kikavu ?

Au total, 218 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
12.12.2018 vers 21h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

s1988 
07.11.2018 vers 18h

Sabu14 
17.08.2018 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

OUAT du Mois
Aujourd'hui à 17:49

Suite de Mots
Aujourd'hui à 16:26

Survivor
10.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Les Concours
18.07.2019

New Design
14.08.2019

Les Designs
04.08.2019

Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

ophjus, 17.08.2019 à 13:09

Le quartier The Bold Type a un mois, n'hésitez pas à venir voir comme il a bien grandi !

quimper, Avant-hier à 17:08

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Jane et Maura ont besoin de votre aide pour choisir leur destination de vacances .

quimper, Avant-hier à 17:10

Et inutile de connaitre la série pour pouvoir voter. Alors, n'hésitez pas à venir. Bon week-end à toutes et tous.

cinto, Avant-hier à 19:21

Donnez un nouveau titre à la série The Tudors ; merci pour vos votes au sondage, PDM et votre petit tour sur le quartier.

sabby, Hier à 09:47

Bien le bonjour, le quartier S.W.A.T vous propose un tout nouveau sondage, une nouvelle PDM en vote et une nouvelle séance du Survivor

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site