VOTE | 821 fans

#309 : Peter Pan N'échoue Jamais

Centré sur : Regina et Henry
Titre VO : Save Henry
Titre VF : Peter Pan N'échoue Jamais
Diffusion USA : 01/12/2013
Diffusion FR : 23/12/2014
Captures


Résumé court : Alors que la vie d'Henry est en jeu, Emma et les autres tentent d'arrêter Peter Pan, avant qu'il ne s'empare de toute la magie de son cœur.

Dans le passe, à Storybrooke, Regina décide de combler un vide dans sa vie en s'engagent à adopter un bébé. Il s'agit du petit Henry. Gold l'aidera dans sa démarche.

Popularité


4.5 - 8 votes

Vidéos

Promo 309 (HD)

Promo 309 (HD)

  

Once Upon A Time 3x09 Sneak Peek

Once Upon A Time 3x09 Sneak Peek

  

Diffusions

Logo de la chaîne 6ter

France (inédit)
Mardi 23.12.2014 à 20:50
0.38m / 1.4% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Dimanche 01.12.2013 à 20:00
6.64m / 1.9% (18-49)

Plus de détails

Audiences USA :  6.66 M

Audiences FR : 380 000

Ecrit par : Christine Boylan & Daniel T. Thomsen

Réalisé par : Andy Goddard

Guest Stars : Beverly Elliott : Granny - Robbie Kay : Peter Pan - Raphael Sbarge : Archie Hopper - Parker Croft : Felix - James Immekus : Michael Darling - Matt Kane : John Darling - Rose McIver : Tinker Bell - Freya Tingley : Wendy Darling - David Anders : Dr Whale - Giancarlo Esposito : Miroir Magique - Julian D. Christopher : L’agent d’adoption

–[La Forêt Enchantée - Passé]–

Grincheux sonne la cloche, la malédiction se répand sur la Forêt Enchantée.

La calèche de la Reine se dirige vers le cachot du Ténébreux.

La Reine apprend à Rumplestiltskin qu’elle a lancé la malédiction. Elle se sent victorieuse. Rumple lui demande ce que ça lui a fait de tuer son père, la personne qu’elle aimait le plus. Elle lui répond que ce qu’elle ressent n’a pas d’importance, qu’elle a repris sa vie en main et qu’elle a gagné. Rumple lui dit qu’il lui manque quelque chose. La Reine répond que non, qu’elle a tout ce qu’elle veut. Rumple lui rappelle que la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant viendra rompre la malédiction. La Reine lui propose de s’échapper, il ne veut pas, il est là où il a envie d’être.

–[Le Pays Imaginaire]–

Henry est allongé par terre, mort. Peter Pan revient après son petit vol. Emma lui promet qu’elle va reprendre le cœur d’Henry. Emma l’attaque, en vain, il prend la Boîte de Pandore et leur explique qu’il y a enfermé Mr. Gold et que plus personne ne peut lui faire du mal. Emma le blesse tout de même.

–[Storybrooke - Passé]–

Régina a convoqué Archie. Celui-ci pense qu’elle veut parler de la licence de Pongo, il n’en est rien. Il s’inquiète de ce que ressent Regina qui ne supporte pas tant de familiarité. Elle finit par lui avouer qu’elle ne ressent rien. Il lui dit qu’en tant que leader, il est normal qu’elle ressente un manque. Elle se fâche une nouvelle fois. Archie lui demande quand elle s’est mieux sentie ? Elle lui répond qu’elle allait bien quand Owen était là.

Régina demande à Mr. Gold de l’aider à adopter un enfant, par la voie normale cela prendrait trop de temps. Il lui demande si elle est prête pour cela. Elle a besoin d’un enfant.

–[Le Pays Imaginaire]–

Régina préserve le corps d’Henry avec un sort. Emma demande à Neal s’il sait où est parti Peter Pan. Il répond que non. Régina s’énerve contre Neal et Emma, car Henry est tout ce qu’elle a et ne veut pas le perdre. Emma lui demande alors ce qu’elle veut faire.

Mary Margaret apprend que Peter Pan a enfermé Mr. Gold dans la Boîte de Pandore. David lui rappelle que ce n’est pas un problème s’ils doivent rester sur l’île. Personne n’a la moindre idée de comment trouver Peter Pan. Régina décide d’interroger les enfants perdus. Felix refuse de parler. Régina le menace mais Emma lui dit qu’elle n’obtiendra rien des enfants par la menace, elle propose de leur offrir ce que tous les enfants veulent : une mère.

–[Storybrooke - Passé]–

Régina rend visite à Mr. Gold pour savoir où en est sa procédure d’adoption. Il lui répond qu’il y a un petit garçon qui vient de Phoenix dont l’adoption a échoué et qu’elle le prendre avec elle si elle le souhaite.

–[Boston - Passé]–

Régina est reçue par un homme de l’agence d’adoption, il lui raconte qu’il s’agit d’une adoption fermée et qu’elle ne pourra jamais contacter les parents de son fils. Une femme lui amène le bébé qu’elle prénomme Henry en hommage à son père.

–[Le Pays Imaginaire]–

Emma essaie de convaincre les enfants perdus de l’aider à sauver Henry et que Peter Pan est une horrible personne. Félix ne fait que la contrer. Elle finit par proposer aux Enfants de venir avec eux à Storybrooke pour trouver une famille. Les enfants perdus racontent que Peter est à l’arbre de la réflexion.

–[Storybrooke - Passé]–

Régina est au Granny’s Diner avec Henry qui n’arrête pas de pleurer. Elle n’arrive pas à le calmer. Granny vient à sa table et essaie de lui faire comprendre que les clients aimeraient manger en silence. Elle propose à Régina de l’aider, celle-ci refuse.

Régina emmène Henry à l’hôpital car celui-ci continue à pleurer. Elle demande au Dr. Whale de procéder à des examens sur son fils. Il lui conseille de donner de l’amour à son fils et lui dit qu’il ne doit rien avoir. Régina n’est pas convaincue. Le Dr. Whale lui répond qu’il peut avoir un problème génétique et qu’elle doit retrouver sa mère biologique pour s’en assurer.

Régina téléphone à Sidney et lui ordonne de retrouver la mère biologique d’Henry. Elle confie Henry à Mary Margaret qui passait par-là. Henry s’arrête de pleurer. Régina lui demande comment elle a fait. Mary Margaret lui dit qu’elle ne sait pas, elle lui rend son fils qui se remet à pleurer.

–[Le Pays Imaginaire]–

Wendy veille Henry.

Un enfant perdu indique au groupe où se trouve l’arbre de la réflexion. Le groupe met au point un plan pour partir le plus rapidement possible après qu’Emma, Régina et Mary Margaret aient récupérer le cœur d’Henry.

–[Storybrooke - Passé]–

Régina est chez elle, Henry continue de pleurer. Elle le supplie de lui donner une chance. Son téléphone sonne. C’est Sidney qui l’informe qu’il a trouvé une piste et qu’il lui envoie les informations.

Régina se rend chez Mr. Gold et l’accuse d’avoir choisi Henry exprès pour qu’elle l’adopte. Il lui répond qu’il ne comprend pas de quoi elle parle. Mr. Gold comprend que Régina a peur de la mère biologique d’Henry. Régina lui révèle que si la mère d’Henry vient en ville celle-ci sera détruite. Mr. Gold lui fait comprendre qu’elle raconte des bêtises parce qu’elle est fatiguée à cause de sont nouveau statut de mère. Régina s’énerve et dit qu’elle va ramener Henry à l’agence d’adoption.

–[Le Pays Imaginaire]–

Emma, Régina et Mary Margaret arrivent à destination. La Boîte de Pandore est mise en évidence sur un rocher, Mary Margaret veut la prendre et Régina la met en garde. Des lianes les enserrent, elles sont prisonnières. Peter Pan sort de sa cachète. Il admire leur ténacité et leur assure qu’elles ne reverront Henry que dans la mort.

–[Boston - Passé]–

Régina entre dans le bureau de l’agent d’adoption pour rendre Henry. Elle donne des instructions pour s’occuper du bébé. L’agent lui assure qu’Henry va trouver une nouvelle famille rapidement. L’homme sort et Régina dit au revoir à Henry. A la dernière minute, elle décide de garder son fils.

Plus tard, l’agent s’excuse auprès de John et Michael car Régina a décidé de garder son fils.

–[Le Pays Imaginaire]–

Peter Pan se moque d’Emma, Mary Margaret et Régina . Il leur dit que l’arbre les retient car elles ont des regrets. Il révèle qu’il a un fils et aucun regret de l’avoir abandonné. Il l’a même enfermé dans la Boîte de Pandore. Régina arrive à se libérer de l’arbre car elle n’a aucun regret dans sa vie, tout ce qu’elle a fait lui a permis d’avoir Henry. Elle reprend le cœur d’Henry de la poitrine de Peter Pan.

Emma, Mary Margaret et Régina retournent sur le Jolly Roger. Régina remets le cœur d’Henry en place. Henry se réveille et serre ses mères dans ses bras. Hook l’invite à aller se reposer dans sa cabine.

–[Storybrooke - Passé]–

Régina a invité Archie pour avoir une discussion. Elle lui explique qu’elle a peur que la mère biologique d’Henry revienne le reprendre. Archie lui dit qu’elle ne peut pas continuer à vivre dans la peur.

Régina se rend dans son caveau pour concocter une potion magique afin d’oublier tout ce qu’elle sait à propos de la mère d’Henry.

–[Le Pays Imaginaire]–

Régina borde Henry. Elle lance un sort sur le cœur d’Henry pour que celui-ci ne puisse plus être arraché. Elle part et Peter se montre.

Sur le pont, Neal libère son père. Neal explique à Mr. Gold qu’Henry est sauvé. Il lui demande pourquoi il ne lui a pas raconté que son père était Peter Pan. Mr. Gold lui répond qu’il ne voulait pas qu’il pense qu’il était comme son père. Emma est rassurée, ses parents peuvent rentrer à Storybrooke. Mr. Gold sent qu’il y a un problème.

Mr. Gold descend dans la cabine du capitaine, il surprend Peter Pan essayant de voler le cœur d’Henry une fois de plus. Mr. Gold l’enferme dans la Boîte de Pandore, malheureusement, Peter Pan réussit à échanger son corps avec Henry.

Tout le monde se prépare au départ. Neal place sa noix de coco dans le canon. Emma tire et Régina piège l’ombre sur la grand voile avec ses pouvoirs.

Le Jolly Roger quitte le Pays imaginaire David a une conversation avec Emma. Wendy offre la poussière de lutin à Clochette. Elle est persuadée que l’ancienne fée réussira à la faire marcher.

Peter sous les traits d’Henry retourne sur le pont. Neal qui pense qu’il s’agit de son fils lui assure qu’il ne le quittera plus jamais.

Clochette se réjouit que Régina ait retrouvé son fils. Elle réussi à allumer la poussière de lutin. Régina lui dit qu’elle recommence à croire en elle.

Peter Pan apporte de la nourriture a Félix, celui-ci comprend rapidement qu’il ne s’agit pas d’Henry.

Précédemment dans Once upon a time

 

Au pays imaginaire – Dans le Rocher du Crâne - Présent

Peter Pan : Tu as échangé Baelfire contre le pouvoir d’une dague. Je t’ai échangé contre la jeunesse.

 

Au pays imaginaire – Dans la forêt - Passé

Rumplestiltskin est attrapé par une ombre mais tente de se retenir à son père.

Malcolm : Je n’étais pas fait pour être père. (Il se transforme en Peter Pan.)

 

Au pays imaginaire – Dans la jungle – Présent

Wendy : Peter va mourir, il a besoin du cœur du plus pur des croyants. Si Peter survit, Henry doit mourir.

 

Au pays imaginaire – Dans le Rocher du Crâne

Henry donne le cœur à Peter. De la lumière verte traverse la grotte alors qu’Henry est au sol, les autres tentant de le réveiller.

 

Dans le jardin de Regina – Storybrooke – Passé

Regina : En réalité, vous n’avez pas choisi Henry par hasard.

Gold : Qu’est-ce que vous insinuez ?

Regina : Où l’avez-vous trouvé ?

 

Dans la rue – Storybrooke

Rumplestiltskin : Tous les sorts peuvent être rompus. (Henry donne la fin de l’histoire qui parle d’Emma à elle.) Leur enfant est la clé.

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Regina a lancé le sort noir.

Rumplestiltskin : Un pouvoir aussi grand demande un grand sacrifice.

 

Dans la forêt enchantée – Dans la cellule de Rumplestiltskin

Regina : Dis-moi ce qu’il suffirait ?

Rumplestiltskin : Le cœur de l’être que tu aimes le plus au monde. (Regina met une fleur sur la tombe de son père.)

 

Dans la forêt enchantée – Passé

Grincheux : (Utilisant la cloche.) La malédiction, alerte ! (Un grand nuage bleu avec des éclairs verts arrive vers eux et fait le tour de la forêt enchantée. Le cortège de la méchante reine continue sa route. Elle est contente de la tournure des événements. Rumplestiltskin est toujours dans sa prison, attendant l’arrivée de la méchante reine.)

Rumplestiltskin : Je m’impatiente. (La méchante reine apparaît.) Qu’as-tu fait tout ce temps, très chère ?

Méchante reine : Tu sais très bien ce que j’ai fait tout ce temps. (Elle se retourne.)

Rumplestiltskin : Oh, c’est vrai, la malédiction. Tu as réussi ?

Méchante reine : En effet, j’ai réussi et je tenais à ce que tu le saches au moins un court instant avant que tous les misérables sujets de ce royaume agonisant, tu oublies qui tu es.

Rumplestiltskin : Qu’as-tu ressenti ?

Méchante reine : En voyant se former le nuage du sort ? Un sentiment de victoire.

Rumplestiltskin : (En ricanant.) Non, quand tu as tué l’être que tu aimais le plus au monde, au moment d’arracher le cœur de ton propre père, qu’as-tu ressenti ?

Méchante reine : C’était le prix à payer pour le sort noir, ce que j’ai ressenti n’importe guère, je sais qu’il aurait compris. Je devais redevenir maîtresse de mon destin, coûte que coûte et j’ai gagné.

Rumplestiltskin : Pourtant, tu reviens ici fanfaronner tant que tu le peux encore. Manquerait-il un petit quelque chose à ton bonheur ?

Méchante reine : Non, au contraire. J’ai tout ce que je voulais. Cette fois, rien ne peut m’arrêter.

Rumplestiltskin : (Il ricane.) Erreur, pas encore.

Méchante reine : Que veux-tu dire ?

Rumplestiltskin : Je parle de la Sauveuse. L’enfant de Blanche-Neige et du Prince Charmant. (La reine soupire.) Elle, elle peut t’arrêter, elle peut rompre la malédiction.

Méchante reine : Eh bien on dirait que éliminer un bébé sera ma nouvelle priorité.

Rumplestiltskin : Oh, j’en suis convaincu mais même si tu y parviens, ton plus gros problème ne sera pas résolu. Il y a maintenant un trou dans ton cœur et le jour viendra où tu me demanderas de le combler.

Méchante reine : Je crois que tu surestimes ton pouvoir de prémonition.

Rumplestiltskin : Et toi, tu sous estimes légèrement le prix à payer pour ce que tu as fait. (En chantonnant.) Tu verras que tu viendras à moi, quand tu n’auras plus le choix, oh.

Méchante reine : (Elle s’en va puis se retourne.) Tes sarcasmes ne te mèneront nulle part. Je te connais trop bien. Tu veux conclure un autre accord mais tu perds ton temps.

Rumplestiltskin : Un autre accord ? Tu m’as déjà promis une vie agréable dans le monde où nous allons. Que pourrais-je bien espérer de plus ? Peut-être à part…

Méchante reine : Que je te fasse… sortir de cette cage pour que tu puisses fuir ce nuage funeste et échapper à la malédiction.

Rumplestiltskin : Mais pourquoi souhaiterai-je cela très chère ? Je me trouve exactement à l’endroit où je veux être.

 

OUVERTURE

Une ombre apparaît dans la forêt.

 

Au pays imaginaire – Dans le Rocher du Crâne – Présent

Ils tentent de réveiller Henry.

Emma : Oh non, pourquoi il a perdu connaissance ?

Regina : Henry, tu nous entends ?

Neal : Il s’est évanoui dès qu’il a donné son cœur à Peter.

Regina : (Enlevant son sac.) Il respire ?

Neal : Accroche-toi petit. (Regina met son sac sous la tête d’Henry. Peter Pan revient dans la grotte et pose ses pieds au sol.)

Emma : Qu’est-ce que tu lui as fait ?

Peter Pan : Oh, moi, je ne lui ai rien fait. C’était son choix, il m’a offert son cœur de son plein gré, Emma.

Emma : (Sortant son épée pendant que Neal et Regina sont au chevet d’Henry.) Et je vais te le reprendre. (Elle court vers lui, voulant utiliser son épée contre lui mais il disparaît. Il réapparaît derrière elle en prenant la boîte de Pandore.)

Peter Pan : Je ne pense pas que tu en sois capable. Rumple ne l’était pas. Pourquoi ferais-tu mieux que lui ?

Emma : Où est-il ?

Neal : Qu’est-ce que tu lui as fait ?

Peter Pan : Oh, il est dans cette boîte, bien au chaud et hors d’état de nuire. Malheureusement pour vous, votre meilleur allié ne peut plus rien me faire. (Il regarde la boîte.) Et vous non plus.

Emma : Tu crois ça. (Elle pointe son épée sur le bras de Peter.) Quel effet ça fait ?

Peter Pan : L’effet d’une chatouille. (Il se met à voler et s’envole à l’extérieur.)

Emma : Comment il va ?

Regina : (Posant sa main sur le torse d’Henry.) Tu vas t’en sortir, Henry. On va te ramener à la maison, promis. (Emma est revenue à côté de son fils et lui tient la main.)

 

Dans le bureau de Regina – Storybrooke – Passé – Onze ans plus tôt

Regina est en train de travailler à son bureau alors qu’Archie est avec elle.

Archie : Vous, vous vouliez me voir ?

Regina : (En écrivant.) En effet.

Archie : Si c’est au sujet des documents de Pongo, (il s’assoit) je les ai renouvelés il y a trois moi à peine.

Regina : Non, ça n’a rien à voir avec votre chien. (Elle pose son stylo sur la table.)

Archie : Madame, vous êtes sûre que ça va ?

Regina : Je vais très bien.

Archie : Pardonnez ma franchise mais vous n’en avez pas l’air.

Regina : Je ne tolérerai pas une telle impertinence. Je suis la reine… (Se reprenant.) Je suis le maire.

Archie : Et moi je suis psychothérapeute, c’est pour cette raison que vous m’avez fait venir, non ? Qu’est-ce qui vous tracasse ? Qu’est-ce que vous ressentez ?

Regina : Rien du tout. Je n’éprouve rien, strictement rien.

Archie : Si je devais hasarder une opinion, je dirais que vous êtes une femme très occupée et que parfois ça peut laisser un trou quelque part.

Regina : Un quoi ?

Archie : Disons plutôt un vide, il n’y a pas que le travail dans la vie. C’est peut-être pour ça que vous vous sentez insatisfaite.

Regina : Je ne suis pas du tout insatisfaite, j’adore la vie que je mène.

Archie : Si vous ne partagez ce bonheur avec personne, quel est l’intérêt ?

Regina : Encore cette impertinence agaçante.

Archie : Y a-t-il eu au moins un moment dans votre vie où vous n’aviez pas ce sentiment ?

Regina : À l’époque où le petit garçon était là. Owen.

Archie : Un enfant. Ça donne bien souvent un sens à la vie.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke

Regina entre dans la boutique et Gold tape des doigts sur la table.

Regina : Je veux un enfant et pour ça je vais avoir besoin de votre aide.

Gold : Je suis flatté mais pas intéressé.

Regina : Pas ce genre d’aide, je viens de passer toute la matinée au téléphone avec des agences d’adoption. Pour chacune d’entre elles, il y a au moins deux ans d’attente mais vous, vous savez comment éviter les tracasseries administratives, alors s’il y en a un qui peut détourner le système et me trouver un bébé, c’est vous.

Gold : Vous souhaitez adopter ?

Regina : Ça n’a rien de si surprenant.

Gold : Je ne suis pas surpris. Je suis sûr que vous ferez une mère peu commune, à défaut d’être une bonne mère.

Regina : Est-ce que vous pouvez m’aider ?

Gold : Bien sûr mais avant d’entamer les démarches, vous devriez vous demander si vous êtes prête à avoir un enfant.

Regina : J’ai besoin d’un enfant.

Gold : Ce n’est peut-être pas exactement la même chose. Je vous en trouverai un. (Elle commence à partir.) Mais je ne peux vous garantir que ça vous apportera ce que vous espérez, seul l’avenir le dira. (Elle se retourne.) Quand on devient parent, on fait passer son enfant avant tout le reste, quoi qu’il arrive.

 

Au pays imaginaire – Dans le Rocher du Crâne – Présent

Regina utilise son pouvoir pour tenter de protéger Henry.

Regina : Cet enchantement préservera parfaitement son corps. Ça nous laissera un peu de temps pour retrouver Peter.

Emma : (Elle se relève et parle à Neal.) Tu as été un enfant perdu, tu as une idée d’où il est ?

Neal : Ben, je sais où il vit, je sais où se trouve son campement mais…

Regina : Mais après, on sait tous où il se trouve. Vous le croyez assez bête pour y retourner ? Vous servez à quoi en fait ?

Emma : (S’impatientant.) OK, ça suffit.

Regina : J’en ai rien à faire de ce que vous pensez, mon fils est en train de mourir.

Emma : Notre fils, alors je sais ce que vous ressentez.

Regina : Vous n’avez aucune idée de ce que je peux ressentir. Vous avez, vous vos parents à vos côtés, vous avez aussi cet homme qui ne sert à rien, un pirate fou amoureux de vous, vous avez tout et vous osez prétendre savoir ce que je ressens, tout ce que j’ai moi c’est Henry et je ne supporterai pas de le perdre parce qu’il est ma seule raison de vivre. (Elle se met à pleurer.)

Emma : (S’accroupissant.) Vous avez raison. Je ne sais pas ce que vous ressentez, si vous voulez diriger les opérations, allez-y. Comment vous voulez qu’on procède ? Comment peut-on sauver Henry ?

Regina : Je n’en sais rien.

Neal : (Les rejoignant.) Tu sais, même si on réussit à retrouver Peter, il était déjà puissant mais maintenant qu’il a le cœur d’Henry, je ne suis pas sûr qu’on puisse l’atteindre.

Regina : On peut l’atteindre. (Elle montre l’épée d’Emma.) Regardez, vous lui avez entaillé le bras, s’il saigne, c’est qu’on peut le blesser. Si on peut le blesser, on peut le tuer et on va le faire.

 

Au pays imaginaire – Dans la jungle

Tout le monde s’est retrouvé dans la jungle, au camp de Peter, et Henry est endormi dans un lit, Regina à ses côtés.

Mary Margaret : Gold est dans la boîte de Pandore ? David ne pourra pas quitter l’île.

David : Peu importe, ça faisait partie des risques, je m’y étais préparé. Tout ce qui compte c’est Henry. Combien de temps il nous reste pour le sauver ?

Regina : Je ne sais pas, l’enchantement devrait préserver son corps à peu près une heure.

Neal : S’il vole, Peter peut être n’importe où sur l’île.

Kilian : Une heure est vite passée, je propose que nous nous lancions à sa recherche. (Regina court vers Felix et le prend par la veste.)

Regina : Où il est ?

Felix : Envolé. Vous ne pouvez rien contre lui. Il a déjà gagné. Peter n’échoue jamais.

Regina : Tu ne veux vraiment rien nous dire ? Moi je vais te faire parler. (Regina veut utiliser son pouvoir mais elle en est empêchée par Emma.)

Emma : Regina attendez.

Regina : On n’a pas de temps à perdre.

Emma : (Elles s’éloignent de Felix.) Je ne suis pas sûre que la torture soit la meilleure méthode. Vous avez vu ces gamins, ils en ont déjà assez bavé. (Les enfants sont assis les mains attachées dans le dos.) Il faut essayer autre chose.

Regina : On a été plus que patient avec eux. On ne peut pas leur faire entendre raison. Alors qu’est-ce que vous suggérez ?

Emma : On leur donne ce que veulent tous les enfants, une mère.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke – Passé

Gold est en train de jouer aux échecs quand Regina entre dans la boutique.

Regina : Il y a du nouveau ?

Gold : Oui. On dirait que le destin vous sourit. Ce matin j’ai… j’ai eu au téléphone une agence qui a placé un petit garçon de Phoenix dans une famille tout près d’ici, à Boston.

Regina : Dans une famille ? Est-ce une bonne nouvelle ?

Gold : Oui, parce qu’à la dernière minute, l’adoption n’a pas abouti. Parfois ça arrive.

Regina : (En souriant, toute contente.) Alors ce bébé cherche toujours un foyer.

Gold : Et là encore, on pourrait y voir un signe du destin. (Montrant une enveloppe.) L’agence en question est à Boston. (Elle prend l’enveloppe.)

 

Dans une agence d’adoption – Boston

Regina est assise devant un homme qui s’occupe de l’adoption de son futur fils.

Homme : Madame Mills, je dois dire que votre dossier est presque trop beau pour être vrai. Vos références sont irréprochables. Et vous vivez dans une petite ville du nom de Storybrooke dont vous êtes le maire.

Regina : Troisième mandat, élue à l’unanimité.

Homme : Je n’en ai jamais entendu parler.

Regina : Oh, c’est un paradis secret, paisible, parfait pour élever un enfant. Une ville de conte de fées. Vous devriez venir nous voir. (Elle rigole.)

Homme : Je n’ai que deux semaines de vacances par an et aux Caraïbes, ils font des séjours repas et boisson à volonté. Vous avez ça à Storybrooke ?

Regina : J’ai bien peur que non.

Homme : Enfin, je vous ai parlé de vos droits et vos responsabilités, mais il y a un point en particulier sur lequel j’aimerai revenir plus en détail. Il s’agit d’une procédure d’adoption fermée, ce qui signifie que vous n’aurez jamais le moindre contact avec les parents biologiques de l’enfant. Vous n’aurez aucune information concernant leurs noms, leurs origines et leurs antécédents médicaux. Le dossier est définitivement scellé.

Regina : Ce qui m’intéresse, c’est l’avenir de mon fils, pas son passé.

Homme : Dans ce cas, toutes mes félicitations, vous êtes prête à rencontrer votre fils ?

Regina : (Fière.) Oui. (Elle est excitée et ils se mettent à rigoler. Il appuie sur un bouton de son téléphone pour appeler une personne. Elle se retourne et regarde devant elle et voit une femme avec un bébé dans les bras, elle est contente de le voir.) Ah, le voilà, salut toi. (Elle le prend dans ses bras.) Oh oui, c’est le destin qui nous a réunis, Henry.

Homme : Henry. On ne voit plus beaucoup d’Henry de nos jours, ce n’est plus très à la mode.

Regina : C’était le prénom de mon père. Je l’ai perdu malheureusement.

Homme : Je suis vraiment navré. J’espère au moins qu’il a eu une fin paisible. (Henry se met à pleurer.)

Regina : Oh.

Homme : Vous voulez peut-être un peu d’aide ?

Regina : Oh, non, non, non, ça va je gère. (Elle le met sur ses jambes. Ils rigolent.) Tu viens Henry, on rentre chez nous.

 

Au pays imaginaire – Dans le camp de Peter – Présent

Neal est à côté d’Henry qui a un mouchoir sur le front et est toujours endormi. Il semble nerveux et inquiet pour lui.

Emma : (S’adressant aux enfants perdus.) Les enfants, écoutez-moi. On ne va pas vous faire de mal. Je sais que vous ne voulez pas trahir Peter et je comprends. (Felix la regarde.) Mais vous êtes en train de commettre une grosse erreur. Pendant très longtemps, j’ai cru que je ne retrouverai jamais ma famille. J’étais orpheline comme vous tous ici. Une enfant perdu, et on m’a rappelé aujourd’hui que je ne suis plus seule. (Regardant ses parents.) Qu’il y a des personnes qui tiennent à moi. Je ne pensais pas que je dirais ça un jour. (Mary Margaret et David se regardent.) Alors, si ça m’est arrivé à moi, ça peut très bien vous arriver aussi.

Felix : Peter est la seule famille dont on ait besoin.

Emma : Non, une vraie famille ne fait pas ce qu’il a fait. Peter vous a tous fait faire des choses horribles, il vous a menti à vous et à Henry. Il l’a convaincu de lui donner son cœur.

Enfant perdu 1 : Pour sauver l’île.

Emma : Non, pour sauver sa propre vie.

Felix : N’écoutez pas ce qu’elle raconte, Peter veut uniquement nous protéger.

Emma : C’est faux, c’est nous qui voulons vraiment vous protéger et on est les seuls à pouvoir vous sauver. (Elle se relève.) On peut vous emmener dans notre monde très loin de cette île. Vous n’avez plus aucune raison d’avoir peur de lui. (Les enfants perdus se regardent.) Tant qu’il n’a pas absorbé le pouvoir du cœur d’Henry, il est encore possible de l’arrêter.

Mary Margaret : Il suffit que vous nous disiez où il est.

Felix : (Se relevant.) Allez-vous--en tant que Peter est encore d’humeur à vous épargner. Kilian : Hey, hey. (Il met son crochet sur son épaule pour le faire asseoir.)

Felix : C’est la seule chose qu’on vous dira.

Emma : Où est Peter ?

Felix : On ne te dira rien sur rien.

Enfant perdu 1 : Vous pouvez vraiment nous emmener avec vous ?

Felix : (Se tournant vers le jeune garçon alors que Kilian a toujours son crochet sur l’épaule de Felix.) Toi tu la fermes.

Emma : (S’accroupissant devant lui.) Oui, si vous nous aidez.

Enfant perdu 1 : Il est vers l’arbre de la réflexion.

Felix : Non.

Enfant perdu 2 : Si, l’arbre de la réflexion.

Felix : (S’énervant et tentant de se dégager de l’emprise de Kilian.) Qu’est-ce que vous faites ? Taisez-vous imbécile.

Emma : Qu’est-ce que c’est ?

Enfant perdu 1 : (Avec les mains attachées.) C’est l’endroit où il va quand il veut être tout seul.

Enfant perdu 2 : Vous le trouverez là-bas, ce n’est pas loin.

Felix : Ne lui faites pas confiance.

Emma : Vous pouvez nous dire où c’est ?

Enfant perdu 1 : Oui. Mais tu dois nous promettre qu’après, vous nous emmènerez avec vous.

Emma : Je vous le promets. On va rentrer chez nous. Tous ensembles. (Elle sourit.)

 

Chez Granny – Storybrooke – Passé

Granny : (Voyant Henry qui pleure à côté de Regina.) Qui est cet adorable petit rayon de soleil ?

Regina : Ça vous pose un problème qu’il pleure.

Granny : Non, bien sûr que non.

Regina : Henry, chut, chut, il faut que tu arrêtes de faire du bruit maintenant. C’est le moment de faire la sieste. (Elle regarde vers son repas mais est gênée de voir Granny.) Quoi ?

Granny : Vous voulez un conseil, racontez-lui une histoire. Ça les aide à se calmer. Un conte de fée pour l’endormir, ça l’habituera à votre voix. Ça marchait avec Ruby, en ce qui la concerne, les soucis sont venus plus tard. (Elle s’en va et Henry est toujours en train de pleurer.)

Regina : (Tentant de l’endormir.) Allez, on se calme, on se calme, tout va bien. (Elle le prend dans ses bras.) Il était une fois, une… (il lui a vomi sur son chemisier.)

 

À l’hôpital de Storybrooke

Le docteur Whale est en train d’ausculter le petit Henry.

Whale : En tout cas, il a le cœur solide et les poumons fonctionnent visiblement. (Il enlève son stéthoscope.)

Regina : Vous pourrez peut-être lui faire une prise de sang ou une radio du thorax.

Whale : C’est un fumeur ?

Regina : Pardon ?

Whale : Écoutez, je crois avoir identifié le problème. C’est un bébé qui pleure.

Regina : J’ai payé pour entendre ça ?

Whale : C’est votre mutuelle qui paye.

Regina : Bon, alors dites-moi ce que je dois faire.

Whale : Très bien, je vais vous faire une ordonnance. (Il ouvre le rideau.) Trois cuillères d’amour maternel.

Regina : Ah, docteur Whale. Personne n’aime son enfant plus que j’aime Henry. (Pendant qu’il pleure toujours.) Il y a forcément quelque chose qui ne va pas chez lui et votre travail c’est de le soigner. Alors faites-le.

Whale : Je pourrais prescrire d’autres examens mais quand il s’agit d’un bébé, c’est toujours un peu risqué et en général, ce n’est rien de grave.

Regina : Comment ça en général ?

Whale : (Se retournant.) Eh bien, dans un certain nombre de cas, il y a effectivement quelque chose d’anormal mais on ne peut pas le savoir sans la mère biologique.

Regina : Vous voulez dire la femme qui a abandonné ce bébé. Vous croyez qu’elle, elle pourrait le calmer. C’est moi, la mère d’Henry.

Whale : Je crois que je me suis mal exprimé. Si votre petit garçon a vraiment un problème de santé, il se peut que ça figure dans le dossier médical de cette femme, en particulier s’il s’agit d’une anomalie génétique et héréditaire. En fait, les seules personnes capables de nous renseigner sont les parents biologiques.

Regina : Mais il s’agit d’une adoption fermée. Je n’ai aucun moyen de contacter ces personnes.

 

À l’hôpital de Storybrooke

Regina : (Au téléphone avec Henry dans les bras.) Sydney, prends de quoi noter. Il y a une agence d’adoption à Boston sur Dartmouth Street.

Sydney : (Au téléphone.) Tu peux répéter, il y a du bruit autour de toi.

Regina : (Voyant Mary Margaret.) Mademoiselle Blanchard.

Mary Margaret : Bonjour. (Regina sourit.) Qui c’est ça ?

Regina : Je vous présente Henry. Rendez-vous utile pour une fois. (Elle lui donne le bébé et retourne au téléphone.) Boston Angels adoption sur Dartmouth Street. Je veux en savoir plus sur la mère biologique de mon petit garçon.

Sydney : (Au téléphone.) Mais c’est illégal, non ?

Regina : Justement, c’est pour ça que je fais appel à toi parce que je sais que pour moi, tu ne recules jamais devant rien. Il faut que je sache, c’est très urgent. Il y a quelque chose qui ne va pas chez Henry. (Mary Margaret berce Henry.) Il n’arrête pas de… (Elle voit Mary Margaret continuant à le bercer et qu’il ne pleure plus) pleurer. Renseigne-toi et essaye de faire vite. (Elle raccroche.) Comment vous avez fait ?

Mary Margaret : Fait quoi ?

Regina : Pour qu’il arrête de pleurer.

Mary Margaret : Je l’ai simplement pris dans les bras, c’est un vrai petit ange. (Regina le reprend et il se remet à pleurer.)

Regina : Oh non. Non, pourquoi il recommence ?

Mary Margaret : Je suis désolée. Est-ce que j’ai fait quelque chose qui ne fallait pas ?

Regina : Non, vous n’y êtes pour rien, c’est moi. (Il continue de pleurer. Mary Margaret vaque à ses occupations pendant que Regina ne sait pas quoi faire.)

 

Au pays imaginaire – Dans le campement de Peter – Présent

Wendy met un mouchoir sur le front d’Henry alors que Neal se trouve derrière elle. Les autres sont avec les enfants perdus.

Regina : La forêt des fées ? C’est où exactement ?

Enfant perdu 1 : Un peu plus au nord, c’est là qu’on trouvait de la poudre de fée quand il y en avait encore. (Emma se relève.)

Emma : Tu vois où c’est ?

Kilian : Ouais, cette partie de l’île est déserte aujourd’hui. À part Peter, nul n’a osé s’y aventurer depuis des siècles.

Neal : Je sens que ça va changer.

Emma : Je préfère que tu restes ici. Quand on aura le cœur d’Henry, il n’y aura plus de temps à perdre. Il faudra être prêt à partir.

David : Et nous, qu’est-ce qu’on peut faire ?

Neal : Rassembler les enfants perdus, faites-les monter à bord du Jolly Roger et préparer le à décoller.

Enfant perdu 1 : (En souriant.) On part avec eux.

Kilian : Tu as des voiles de Pégase, j’espère sinon nous serons à la merci des vents alisées.

Neal : Non, c’est l’ombre qui va nous ramener chez nous si ton navire tient la distance.

Kilian : Du moment que ton plan tient la distance, il tiendra.

Neal : Henry sera avec moi en permanence, vous pouvez partir tranquille toutes les deux, il ne lui arrivera rien.

Mary Margaret : Tu veux dire toutes les trois. (Emma se tourne vers elle.) Je vais peut-être devoir vivre sur cette île pour l’éternité alors si tu crois que je vais renoncer à passer ces quelques heures qui restent avec ma fille, tu rêves.

Emma : OK, allons-y. (Elle s’en va.)

 

Dans la maison de Regina – Storybrooke – Passé

Henry est toujours en train de pleurer alors qu’elle continue de travailler dans la cuisine. Énervée, elle serre la main.

Regina : (Se levant pour tenter de le calmer.) Allons Henry, calme-toi, je te promets tout ce que je veux, c’est ton bonheur, je ferais n’importe quoi pour toi, n’importe quoi. (Elle le prend et le berce.) S’il te plaît, laisse-moi au moins une chance. (Il se calme et elle l’embrasse. Elle le met dans ses bras et semble dormir. Elle sourit.) Merci, trésor. (Son téléphone se met à sonner et elle prend l’appel.) Sydney, tu as trouvé quelque chose ?

Sydney : (Au téléphone.) L’agence n’a rien pu me dire mais j’ai mené ma petite enquête du côté des services sociaux et j’ai obtenu toutes les infos que tu voulais sur la mère. Je viens de te les envoyer par fax, tu ne dois pas tarder à les recevoir.

Regina : (Prenant les documents.) Oui, ça y est. (Elle regarde un document et semble bouleversée.) Non.

 

Dans la boutique de Gold – Storybrooke

Regina entre dans la boutique de Gold, pas contente alors qu’elle a le bébé qui se trouve dans son landau.

Regina : Vous le saviez.

Gold : Qu’est-ce que je savais ? (Elle le pose au sol.)

Regina : Qui est réellement ce nourrisson censé venir de Phoenix ? Sa mère a été trouvée dans la forêt juste à côté de Storybrooke, toute seule, il y a dix-huit ans.

Gold : Quelle incroyable coïncidence.

Regina : Dans la forêt il y a dix-huit ans.

Gold : Je crains de ne pas saisir ce que ça implique, je vous prie de m’excuser, ma mémoire n’est plus ce qu’elle était.

Regina : Ça implique que cette personne a été trouvée tout près d’ici, encore bébé, un jour particulièrement marquant. Le jour où cette ville, où cette ville a été…

Gold : Où cette ville a été quoi ?

Regina : (Commençant à comprendre.) Ce n’est pas n’importe qui en réalité. Cette mère biologique…

Gold : Pas n’importe qui ? Et bien dans la mesure où c’est elle qui a mis au monde votre enfant.

Regina : C’est vous qui avez manigancé ça de très longue date, avouez-le. Vous vouliez que je l’adopte, parce que sa mère est… c’est elle qui est…

Gold : Elle est quoi madame Mills ? Cette mère dont vous semblez avoir tellement peur.

Regina : Vous voulez me faire croire que vous ne voyez absolument pas de quoi je veux parler.

Gold : Je vois que vous êtes contrarié, ça paraît assez évident.

Regina : Vous m’avez dit que je viendrais vous voir, qu’il y aurait un trou dans mon cœur et que… Vous voulez que ça s’arrête. Ce que j’ai réussi à faire de cette ville, vous voulez tout détruire en faisant venir cette femme, voilà pourquoi vous avez fait tout ça.

Gold : Vous avez les yeux affreusement cernés. Il y a aussi ce léger tremblement dans la voix, très chère. Être mère n’est pas de tout repos.

Regina : Allez-y, faites semblant de ne pas comprendre de quoi je parle, vieux boiteux. Vous devriez savoir à qui vous avez à faire depuis le temps. J’ai tout sacrifié pour la vie que j’ai aujourd’hui. (En s’énervant.) Il n’y a rien qui puisse m’empêcher de savourer ma vengeance. (Elle reprend le bébé.) Henry repart à Boston demain à la première heure. (Elle quitte la boutique.)

 

Au pays imaginaire – Dans la jungle – Présent

Emma, Mary Margaret et Regina sont toujours à la recherche de Peter.

Regina : Regardez. (Ils voient la boîte de Pandore sur le rocher. Emma prend son épée. Mary Margaret pose son arc et ses flèches sur le rebord d’un rocher et elle s’avance vers la boîte.) Méfiez-vous. Peter l’a sûrement posée là pour une bonne raison.

Mary Margaret : C’est notre seul espoir de rentrer. Sans Gold, on est coincé ici. (Des branches d’arbre s’animent toutes seules et poussent Mary Margaret contre un arbre et l’emprisonnent.)

Emma : Qu’est-ce que c’est ? (Emma est aussi surélevée avec des branches d’arbre autour d’elle. Pareil pour Regina. Elles sont aussi coincées contre un arbre. Elles tentent de se débattre.)

Peter Pan : (Arrivant devant elles.) Vous n’avez pas encore abandonné. Vous n’êtes pas au courant ? (Il ramasse l’épée.) Peter Pan n’échoue jamais. Je ne m’attendais pas à ce que vous me retrouviez. Cela dit, ça ne devrait pas me surprendre, vous êtes des mères, elles ne renoncent pas facilement à leur progéniture. D’une certaine manière, je peux le comprendre mais si vous souhaitez revoir Henry, je ne vous cache pas que le seul moment où vous serez réunis, ce sera dans la mort. (Regina tente de se débattre pour s’en prendre à lui.)

 

Dans l’agence d’adoption – Boston – Passé

Regina amène Henry dans la pièce où se trouve l’homme qui s’est occupé de l’adoption. Elle le pose sur la table et l’homme ne comprend pas.

Regina : (Donnant un papier.) Je vous ai noté les heures de ses repas et les moments où je le couche, l’après-midi et le soir.

Homme : Madame Mills, je tiens à vous assurer que ce bébé est entre de très bonnes mains avec nous.

Regina : Je sais. Je suis seulement très déçu que ça n’ai pas fonctionné. Les choses ont pris une tournure que je… je n’avais pas prévu.

Homme : Il arrive que ça n’accroche pas pour diverses raisons et dans l’intérêt de l’enfant, il vaut mieux parfois renoncer à lui que de le rendre malheureux.

Regina : Que va devenir Henry, maintenant ?

Homme : Nous avons une nouvelle famille prête à l’accueillir. Tout ira très bien pour lui. (Regina regarde Henry qui sourit.) Écoutez, prenez une minute pour lui dire au revoir, d’accord. Je reviens. (Il s’en va avec un dossier dans la main. Elle s’approche de lui et le met bien dans le landau.)

Regina : Ah Henry. Tu mérites tellement mieux que moi. Que ce soit dans ce monde ou dans l’autre, tu es vraiment la seule personne qui ait jamais cru en moi. (Elle le prend dans ses bras et se met à pleurer alors que l’homme arrive.)

Homme : Vous voulez que je le porte pour que vous puissiez signer tous ces documents ?

Regina : Non merci, ce ne sera pas nécessaire, Henry est mon enfant, (elle le pose et prend ses affaires) et je pense que le mieux pour lui, c’est de rester avec sa mère, qu’il n’abandonnera plus jamais quoi qu’il puisse arriver. (Elle s’en va alors que deux autres personnes sont avec l’homme dans le bureau.)

Homme : Je crois que ce ne sera pas pour cette fois, je vais devoir vous remettre sur liste d’attente. La mère a finalement changé d’avis. Je suis désolé.

Michael : Alors, on n’aura pas l’enfant ?

Homme : Pas celui-là. (Les deux hommes, il s’agit de John et Michael, les frères de Wendy.) Mais je peux vous remettre sur la liste de… (Ils s’en vont.)

Michael : Peter ne va pas être content.

Homme : Euh, où allez-vous ?

John : C’est bien pour ça qu’on ne laisse pas tomber, on finira par avoir cet enfant.

 

Au pays imaginaire – Dans la jungle – Présent

Peter continue sa conversation avec Emma, Regina et Mary Margaret qui sont toujours coincées contre l’arbre.

Peter Pan : Vous avez du mal à bouger ? Ce n’est pas étonnant vu l’endroit où vous êtes. Ce qui accélère votre mort, ce sont vos regrets.

Emma : Quoi, qu’est-ce que tu racontes ?

Peter Pan : Cet arbre a été témoin d’un événement crucial pour moi, j’ai abandonné mon fils ici.

Regina : Tu as un enfant ?

Peter Pan : Je suis plus vieux que j’en ai l’air.

Emma : Alors toi aussi tu dois regretter de l’avoir abandonné.

Peter Pan : Pas du tout, j’en suis très heureux au contraire. (Il va vers la boîte de Pandore et la prend.) Et maintenant que je l’ai enfermé dans cette boîte, je ne le perdrai plus jamais.

Regina : Rumplestiltskin est ton fils ?

Peter Pan : Oh oui.

Mary Margaret : Enfin comment c’est possible ? Tu es…

Peter Pan : Plus jeune que lui. En apparence. Un peu comme ta fille et toi.

Regina : Tout ça c’est du bluff. Tes pouvoirs ont diminué, en fait tu ne peux rien contre nous et encore moins contre Rumplestiltskin.

Peter Pan : Oui, c’est exact. C’est pour ça que je suis venu ici, cet arbre me protégera jusqu’à ce que je retrouve mes pouvoirs. Et ensuite, ensuite, je vais vraiment pouvoir m’amuser et je n’aurais plus jamais à me soucier de mon fils. Voilà au moins une chose que nous aurons bientôt en commun. (Emma tente de se dégager mais n’y arrive pas, elle est toujours coincée.)

Emma : (Pendant que Mary Margaret souffre.) Il y a forcément un moyen.

Peter Pan : Non, vous ne pouvez pas vous échapper. Parce que cet arbre s’attaque aux regrets que nourrissent ceux qui l’approchent. (Pointant son épée vers Emma.) Hors toi, tu en as beaucoup.

Emma : Je regrette de ne pas t’avoir coupé en deux quand j’en avais l’occasion.

Peter Pan : Il n’y a pas que ça qui te ronge. Non, j’ai le cœur de ton fils dans la poitrine alors je sens mieux que personne à quel point tu l’as déçu encore et encore.

Mary Margaret : Fiche-lui la paix maintenant.

Peter Pan : Peut-être que je devrais. Après tout, comment aurait-elle pu devenir une bonne mère ? Quand on voit l’exemple que tu lui as donné en l’abandonnant pendant vingt-huit ans.

Regina : Tu as fini ton numéro ?

Peter Pan : Le mot de la fin revient à la reine. Toi qui as tant à regretter, tu veux peut-être soulager ta conscience avant de mourir.

Regina : Oui mais il y a un problème, tu vois, je suis à l’origine d’une malédiction qui a dévasté un royaume tout entier. J’ai torturé et tué un nombre incalculable de personnes. J’ai fait des choses terribles. Je devrais me sentir affreusement coupable et pourtant je n’ai pas le moindre regret. (Elle arrive à se libérer de l’emprise des branches et sauve par la même occasion Mary Margaret et Emma. Peter est surpris.) Parce que c’est ce qui m’a mené à Henry. (Elle reprend le cœur d’Henry de la poitrine de Peter. Il souffre et tombe au sol. Elle reprend la boîte de Pandore.) Maintenant, il ne reste plus qu’à sauver Henry.

 

Au pays imaginaire – Sur le Jolly Roger

Quelqu’un fait assoir Felix sur le pont alors que tous les autres sont sur le bateau. Emma cherche Henry.

Emma : Henry !

Mary Margaret : Où il est ?

Neal : (Se montrant.) Par ici, venez. (Henry est allongé sur le pont et Regina s’approche de lui.)

Regina : Accroche-toi mon chéri. (Elle remet le cœur dans la poitrine d’Henry.)

Emma : Henry. (Rien ne se passe.) C’est trop tard ?

Regina : Henry, allez chéri. (Il se réveille. Tout le monde est soulagé et Henry va dans les bras d’Emma et de Regina, contentes.)

Neal : Eh doucement, tu reviens de loin p’tit gars.

Henry : Pardon j’ai… je voulais sauver la magie.

Emma : Je sais, ça ne fait rien.

Henry : Je voulais devenir un héros.

David : Tu as largement le temps pour ça.

Mary Margaret : Là, il faut te reposer.

Kilian : Bienvenue à bord, moussaillon. Je veux que mon invité d’honneur soit bien installé, dans la cabine du capitaine.

Regina : Allez viens, je vais te border.

 

Dans la maison de Regina – Storybrooke – Passé

Regina s’occupe d’Henry et Archie est à côté d’eux.

Archie : Ça me fait plaisir de vous voir comme ça. J’avoue que j’étais assez inquiet et je suis très content que les choses se soient arrangées.

Regina : Il reste tout de même un petit problème, docteur Hopper, je suis un peu contrariée. Non, en fait, je suis terrifiée à l’idée que la mère biologique d’Henry se rende compte un beau jour qu’elle regrette de l’avoir abandonné et qu’elle vienne ici pour le reprendre.

Archie : J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’une procédure d’adoption fermée. Vous ne pouvez donc rien savoir l’une de l’autre.

Regina : C’est vrai mais, j’ai peur d’avoir à faire cette fois-ci à quelque chose qui va au-delà des lois. Le destin, le sort.

Archie : Il me semble que vous avez su vous forger votre propre destin.

Regina : Mais il y a quelqu’un quelque part qui pourrait venir tout détruire.

Archie : Si vous redoutez constamment l’avenir, vous ne pourrez jamais profiter du présent. Cet enfant vous a apporté quelque chose d’inestimable, l’amour Regina. Alors, profitez-en, profitez du bonheur d’être mère. (Elle regarde Henry.)

 

Dans le caveau de Regina – Storybrooke

Regina se trouve sur la tombe de son père avec Henry dans les bras.

Regina : Merci père. (Elle couche Henry et bouge le cercueil. Elle lui raconte une histoire alors qu’ils se trouvent à l’intérieur du caveau.) Il était une fois une reine aussi belle que puissante. Elle avait jeté un sort merveilleux qui lui avait donné tout ce qu’elle souhaitait. Du moins, le croyait-elle. Elle fut désespérée quand elle prit conscience (elle prend un flacon) que la vengeance ne pourrait jamais lui suffire. Elle se sentait très seule. Alors, elle se mit à chercher à travers le monde un petit garçon qui pourrait être son prince (elle le touche) jusqu’au jour où elle finit par le trouver. Tous les deux, ils vivaient heureux mais ce n’était pas pour toujours. Il y avait encore un être nuisible qui rôdait au loin. (Elle verse de la poudre blanche dans une coupe.) La reine ne pouvait s’empêcher de penser que son prince (elle referme le flacon) était en danger. Même si elle était sûre (elle prend un autre flacon et se tourne vers Henry) d’être capable de vaincre tous ceux qui menaceraient le petit garçon. Elle savait qu’elle ne pouvait pas l’élever dans cette peur constante. (Elle se retourne vers la table.) Non, il fallait qu’elle mette de côté ses angoisses permanentes et qu’elle fasse passer son enfant avant tout le reste. (Elle met le liquide dans la coupe pendant qu’Henry pousse un petit cri. La coupe se met à fumer.) Et c’est pourquoi, la reine se procura une ancienne potion d’amnésie. (Elle se retourne vers Henry.) Oh, ne t’en fais pas, même si elle boit la potion, elle n’oubliera pas son enfant. Elle n’oubliera que ses soucis, ses tourments. (Elle reverse un autre liquide dans la coupe.) Ses peurs irraisonnées. Et quand ce sera fait, la reine et son prince se sentiront enfin libres. (Elle se retourne vers Henry et se met à pleurer.) Et ils pourront vivre heureux pour toujours. (Elle boit le liquide de la coupe. Elle la pose et elle se met à disparaître. Henry se met à pleurer, elle se tourne à nouveau. Elle sèche ses larmes.) Coucou mon chéri. (Elle sourit et le prend dans ses bras.) Alors qu’est-ce que tu as envie de faire ?

 

Au pays imaginaire – Sur le Jolly Roger – Présent

Regina est à côté d’Henry qui est allongé dans la cabine de Kilian.

Regina : Ah, je connais ce regard, c’est celui que tu as après cinq heures de jeu vidéo et trop de pizzas.

Henry : La pizza, c’est bon. (Regina rigole et utilise son pouvoir pour protéger le cœur d’Henry.) Ça pique. (Il souffre.) Qu’est-ce que c’était ?

Regina : Un sortilège pour que plus personne ne puisse prendre ton cœur, quoi qu’il puisse arriver.

Henry : (Prenant sa main.) Merci maman. (Elle sourit puis l’embrasse.)

Regina : On sera bientôt à la maison mon petit prince. (Elle s’en va et Henry se lève puis se recouche. Peter apparaît dans la pièce. Il sort son épée et Henry prend peur.)

Peter Pan : Je suis désolé qu’on ait dû en arriver là, Henry.

Pendant ce temps, Neal ouvre la boîte de Pandore pour faire réapparaître son père qui ne comprend pas ce qu’il se passe.

Gold : Baelfire.

Neal : Papa. (Ils se congratulent et sont fiers de se retrouver.)

Gold : Où est Henry ?

Neal : Il va bien, il est sauvé.

Gold : Je t’avais dit que je ne lui ferais pas de mal.

Neal : Je n’aurais pas dû douter de toi. Pourquoi tu ne m’as pas dit que Peter était ton père ?

Gold : Je ne voulais pas que tu saches que j’avais été un aussi mauvais père que lui. Nous sommes pareils lui et moi. Tous les deux, nous avons abandonné nos fils.

Neal : Non, tu n’es pas comme lui. Toi, tu as tout fait pour me retrouver. (Il se met à pleurer. Ils se jettent encore dans les bras tandis qu’Emma se retourne vers ses parents.)

Emma : Il l’a libéré, ça veut dire que…

David : Qu’il va me guérir.

Mary Margaret : On peut rentrer chez nous ensemble et rester en famille. (Tous les trois se tiennent dans les bras. Neal voit son père adopter un drôle de regard.)

Neal : Qu’est-ce qu’il y a ?

Henry : Peter, qu’est-ce que tu fais là ?

Peter Pan : Je voulais ton cœur, Henry, mais ta mère me l’a arraché de la poitrine et m’a laissé pour mort. Elle va le regretter. (Il tente d’arracher le cœur d’Henry mais ne peut pas à cause du sortilège. Il recule, se faisant mal à la main.) Oh, très ingénieux. (Il tente de prendre l’ombre dans le dos.)

Henry : (Souffrant.) Ah, qu’est-ce que tu fais ? (Peter tente d’attraper son ombre.)

Gold : (Arrivant derrière lui avec la boîte à la main.) La magie du sang fonctionne dans les deux sens, mon cher père. (Il ouvre la boîte et pendant que Peter arrache l’ombre d’Henry, Peter est aspiré par l’énergie de la boîte. Tout en attrapant son ombre, Peter arrive à échanger son corps contre celui d’Henry, leurs yeux se mettent à briller.)

Peter Pan/Henry : Non. (Il lâche l’ombre d’Henry/Peter et il est enfermé dans la boîte que referme Gold. Regina redescend dans la pièce.)

Regina : Henry, Henry. Oh, ça va ?

Henry/Peter Pan : Oui ça va, tout va bien.

Regina : Tu en es sûr ?

Gold : Il est résistant ce petit, tu l’as bien élevé.

Sur le pont du bateau, tout le monde s’active et Mary Margaret donne un ordre aux enfants perdus pendant que Neal met la noix de coco au-dessus du canon.)

Mary Margaret : Allez vite, mettez-vous tous de ce côté.

Emma : Vous êtes prête ? (Regina se prépare et Emma allume la mèche du canon. Neal ouvre la noix et l’ombre s’envole au-dessus du bateau alors que tout le monde regarde. Regina utilise son pouvoir pour le désintégrer dans la voile qui devient noire. Tout redevient calme.) Vous croyez qu’il va voler ?

Regina : Il n’aura pas le choix.

Emma : Alors, fichons le camp d’ici.

Kilian : Comme tu voudras ma jolie. Maîtres de l’équipage, levez l’ancre.

Le Jolly Roger se met à voler, passant à côté du Rocher du Crâne et traverse les nuages pour aller sur la route de Storybrooke.

David : Tu te souviens quand on est arrivé sur cette île, t’as dit qu’on allait devoir tous coopéré.

Emma : J’étais prête à tout essayer.

David : Je vais être franc avec toi, je ne pensais pas que c’était possible, (Mary Margaret donne à manger aux enfants perdus) qu’un héros, une méchante, un pirate soient capable d’unir leur force mais on a réussi parce qu’on avait ce qui permet de cimenter une équipe, une meneuse.

Emma : Si j’ai fait tout ça, c’est uniquement pour qu’Henry puisse rentrer à la maison, pour que tout le monde puisse rentrer.

 

Le Jolly Roger continue sa route. Wendy et Clochette sont sur une autre partie du bateau.)

Clochette : On est mieux ici que dans une cage, n’est-ce pas ?

Wendy : On est vraiment sauvé ?

Clochette : Oui, tu reverras bientôt tes frères.

Wendy : Oh, j’ai quelque chose à te donner. Je l’ai conservé tout ce temps. Je n’ai jamais pu m’en servir mais toi tu pourras peut-être. (Elle lui donne un petit tube contenant de la poudre de fée.) C’est de la poudre de fée, la dernière récolte provenant de la dernière fleur de la cime de l’arbre. Elle est inerte mais…

Clochette : Je ne peux pas la faire fonctionner. Je n’ai plus aucun pouvoir depuis que j’ai perdu mes ailes.

Wendy : Tu trouveras une solution, je crois en toi, Clochette.

 

Henry/Peter Pan remonte sur le pont venant de la cabine de Kilian et Neal le voit.

Neal : Hey, ça va ? T’es pas censé te reposer ? Je peux t’apporter un truc à manger si t’as faim.

Henry/Peter Pan : Je me sens beaucoup mieux déjà. Je crois qu’un peu d’air frais me fera du bien.

Neal : OK, écoute…

Enfant perdu : Bon, c’est certain. C’est ce que je me suis dit moi aussi.

Neal : …je sais qu’on n’a pas eu l’occasion d’apprendre vraiment à se connaître tous les deux pas encore alors je tiens à te dire que tu as un père maintenant, maintenant et pour toujours. (Henry/Peter Pan sourit.) Et je ne te laisserai jamais tombé, d’accord ? (Henry/Peter acquiesce.) Approche. (Ils se tiennent dans les bras.)

 

Pendant ce temps, Clochette rejoint Regina.

Clochette : Je suis bien contente que tu aies récupéré ton fils. La méchante reine était encore capable d’aimer en fin de compte.

Regina : Oui, il semblerait. Tu avais vu juste on dirait.

Clochette : Je savais qu’il restait du bon en toi.

Regina : (Voyant la fiole s’éclairer.) Et apparemment, il reste un peu de magie en toi.

Clochette : Mais, qu’est-ce qu’il se passe ?

Regina : Et bien, je dirais que pendant un court instant, tu as cru en toi.

 

Henry/Peter prend une assiette avec de la viande dedans et s’approche de Felix. Il lui montre l’assiette.

Felix : Tu peux te le garder ton bol, je n’ai pas faim.

Henry/Peter Pan : Je suis venu te remercier.

Felix : (Se tournant vers lui.) Je ne fais pas partie des traîtres qui t’ont permis d’avoir la vie sauve. Moi, je suis avec Peter quoi qu’il arrive et Peter…

Henry/Peter Pan : …n’échoue jamais.

Felix : (Ne comprenant pas.) Quoi ?

Henry/Peter Pan : Tu as très bien entendu. Peter Pan n’échoue jamais. On ne peut pas le battre même quand on croit avoir gagné, quand on croit l’avoir terrassé, il trouve un moyen de s’en sortir.

Felix : Tu ne te sens pas en sécurité au fond ?

Henry/Peter Pan : Oh si, moi je ne risque rien, quand on s’est affronté, j’ai assuré mon avenir pour longtemps. Celui qui a du souci à se faire c’est Henry.

Felix : Mais c’est toi Henry.

Henry/Peter Pan : Non, plus maintenant.

Felix : Alors tu… (À voix basse.) Tu as changé de corps.

Henry/Peter Pan : Tu es sûr que tu n’as pas faim ? (Il lui remontre l’assiette et la prend.)

Felix : Merci… Peter.

Henry/Peter Pan : Maintenant, on va jouer.

–[Enchanted Forest - Past-]–

Grumpy rings a bell.

Grumpy : The curse ! It's here !

The curse cloud is spread on the Enchanted Forest.

––––––––––––

Regina’s diligence is on the road.

A man : Hiya !

––––––––––––

Rumplestiltskin is in his jail.

Rumplestiltskin : I'm waiting !

Regina appears.

Rumplestiltskin : What took you so long, dearie ?

Regina : You know what took so long.

Rumplestiltskin : Oh, yes. The curse. You did it.

Regina : That's right. I did it. And I wanted you to know it. Before you, like all the pathetic denizens of this wretched land, forgets everything.

Rumplestiltskin : How did it feel ?

Regina : Watching the curse cloud form ? Felt like victory.

Rumplestiltskin : How did it feel to kill the thing you love most ? Ripping the heart out of your father. How did that feel ?

Regina : It was the price of the curse. How it felt doesn't matter. He would've understood. I took my life back. I had to. I won.

Rumplestiltskin : And yet, here you are, feeling the need to gloat. Something's missing, isn't it, dearie ?

Regina : Not at all. I have everything I want. Nothing can stop me now.

Rumplestiltskin : Not quite.

Regina : What does that mean ?

Rumplestiltskin : The saviour. The child of Snow White and Prince Charming. She can stop you. She can break the curse.

Regina : Well, it looks like getting rid of a baby just made my to-do list.

Rumplestiltskin : Of course it did. But even if you succeed with that you have an even bigger problem. Now there's a hole... In your heart. And someday, you will come to me to fill it.

Regina : You overestimate your powers of foresight.

Rumplestiltskin : And you underestimate the price of what you've done !

Rumplestiltskin sings.

Rumplestiltskin : You shall see, you will come to me. There is more you need, oh!

Regina : Your taunts will get you nowhere. I know you too well. You wanna make another deal. Well, I won't.

Rumplestiltskin : A deal ? You've already promised me a good life in this new land. What more can I want from you ?

Regina : Oh, to be... Let out of this cage ? To... Be let out of our last deal ? To escape the curse ?

Rumplestiltskin : But why would I desire that, dearie ? I'm exactly where I want to be.

–[Neverland]–

Emma and Regina try to wake up Henry.

Emma : Oh, God. Is he unconscious ?

Regina : Henry, can you hear us ?

Neal : He passed out as soon as his heart went into Pan.

Regina : Is he breathing ?

Neal : Just hang in there, buddy.

Peter Pan lands.

Emma : What the hell'd you do to him ?

Peter Pan : Oh, I didn't do anything, Emma. It was Henry. He offered me his heart of his own free will.

Emma : I'm gonna take it back from you.

Emma attacks Peter Pan then he disappears. He stands behind her and takes the Pandora’s box.

Peter Pan : I don't think you have it in you. Rumplestiltskin didn't. Why should you ?

Emma : Where is he ?

Neal : What did you do ?

Peter Pan : Why, he's right in this box, safe and sound and out of the way. Unfortunately for you, he can't hurt me anymore. And neither can you.

Emma : Really ?

Emma jabs Peter Pan with her sword.

Emma : How did that feel ?

Peter Pan : Like a tickle.

Peter Pan leaves.

Emma : How is he?

Regina : You're gonna be all right, Henry. We're gonna get you home.

–[Storybrooke - Past-]–

Regina is at her office, she works. Archie is here.

Archie : You, um, you wanted to see me ?

Regina : Yes, I did.

Archie : All right, well, if this is about Pongo's dog license, I... I believe it's still up-to-date.

Regina : This has nothing to do with your dog.

Archie : Madame Mayor, are you all right ?

Regina : I'm okay.

Archie : Excuse me for saying so, but you don't seem okay.

Regina : I don't tolerate that sort of bluntness. I'm the Q... The Mayor.

Archie : And I'm a therapist. That's... That's why you asked me here, isn't it? What's bothering you ? What are you feeling ?

Regina : Nothing. I'm feeling nothing.

Archie : If I were to guess, I would say that... You're a driven woman, and sometimes that can leave a hole.

Regina : A what ?

Archie : A hole. An emptiness. There's more to life than work. And maybe that's why you feel dissatisfied.

Regina : I'm not dissatisfied. I love my life.

Archie : Well, what's the point if you've got no one to share it with ?

Regina : I'm There's that bluntness again.

Archie : Has there ever been a time in your life when you haven't felt this way ?

Regina : When that little boy visited. Owen.

Archie : A child. That can provide so much meaning.

––––––––––––

Regina visits Mr Gold at his shops.

Regina : I need a child, Gold. And I need your help.

Mr Gold : Well, I'm flattered, but uninterested.

Regina : Not like that. I spent all morning talking to adoption agencies. The wait-lists are over two years long. But you, Gold, you know how to cut through red tape. And if anyone can work the system and find me a baby, it's you.

Mr Gold : You wish to adopt ?

Regina : Well, don't look so surprised.

Mr Gold : Oh, I'm not. I'm sure you'll make a... Well, a mother of some sort.

Regina : Can you help me ?

Mr Gold : Of course I can. But a word of caution... Ask yourself, is this something you're ready for ?

Regina : It's something I need.

Mr Gold : Well, that may not be the same thing. I'll get you a child. But whether or not that's helping you, remains to be seen. When you become a parent, you must put your child first. No matter what.

–[Neverland]–

At the Skull Rock.

Regina : This preservation spell can keep him in this condition for a while longer. Buy us time to get to Pan.

Neal : You were a lost boy. Any idea where he went ?

Neal : Well, I... I mean, I know where he lived, where... His compound.

Regina : Well, that's idiotic. We all know that. You think he's stupid enough to go back ? You're useless.

Emma : Okay, enough.

Regina : Don't tell me what's enough. My son is dying !

Emma : Our son. So yes, I know how you feel.

Regina : You have no idea what I feel. You have your parents. You have this... Person, a pirate who pines for you. You have everything, and yet you claim to know what I feel ? All I have is Henry, and I am not about to lose him, because he is everything.

Emma : You're right. I don't know what you feel. So what do you wanna do ? You wanna the run show ? Run it. How do we save Henry ?

Regina : I don't know.

Neal : Even if we can find Pan, he was powerful before. With Henry's heart, I... I don't know if we can hurt him.

Regina : Yes, we can. Look. You nicked him. If he can bleed, we can hurt him. And if we can hurt him, we can kill him. And we will.

––––––––––––

At Pan’s camp.

Mary Margaret : Gold is in a box ? Then David can never leave the island.

David : Mary Margaret, that doesn't matter. I've already made peace with that. What matters is Henry. How much time do we have ?

Regina : Maybe an hour before the preservation spell wears off.

Neal : If he's airborne, he could be anywhere on the island.

Hook : An hour isn't much time. I suggest we get started looking.

Regina stands up and goes yell on the lost boys.

Regina : Where is he ?

Felix : Gone. There's nothing you can do. He's already won. Pan never fails.

Regina : You won't talk ? How 'bout I make you talk ?

Emma : Regina, wait.

Regina : There's no time !

Emma : I don't think torture is our best move here. Look at these kids. They've been to hell and back. We need to try something else.

Regina : Yeah, we tried the cute and cuddly. They don't respond to reason. What else do you have to offer ?

Emma : What every kid wants. A mother.

–[Storybrooke - Past-]–

Mr Gold is playing chess when Regina enters in his shops.

Regina : You have news ?

Mr Gold : Yes. Fate may be on your side. This morning I, uh, spoke with an agency who had placed a baby boy from Phoenix with a family nearby in Boston.

Regina : With a family ? How is that fate ?

Mr Gold : Because at the last minute, the adoption fell through. It happens.

Regina : So the baby still needs a home.

Mr Gold : Indeed. As I said, fate appears to be on your side. The agency is in Boston.

–[Boston - Past-]–

Regina is in an adoption agency with a man.

The man : Well, Ms. Mills, your application is almost too good to be true. I mean, your references are impeccable. And this town you live in... Storybrooke... You're the Mayor ?

Regina : Third term. All unopposed.

The man : Never heard of Storybrooke.

Regina : Oh, it's a... Hidden gem. Peaceful, perfect for children. It's like a fairy tale. You should come visit sometime.

The man : I get two weeks off a year. And all due respect, Sandals has an inclusive buffet. You got that in Storybrooke ?

Regina : I'm afraid not.

The man : Anyway, I've explained your rights and responsibilities, but there's one item I'd like to go over in detail. This is a closed adoption, which means you'll never be able to contact your child's birth parents. It's a complete information blackout... Parents' names, ethnicity, genealogical records. You won't have access to any of it.

Regina : I'm concerned with my child's future, not his past.

The man : Well, then congratulations. You ready to meet your son ?

Regina : Yes !

A woman brings the baby to Regina. She holds the baby.

Regina : Oh. Well, hello there. It was fate, wasn't it ? Henry.

The man : Henry, huh? You don't meet a lot of Henrys nowadays. Very old world.

Regina : It was my father's name. He passed some time ago.

The man : Oh, I'm sorry to hear that. I hope it was peaceful, at least.

Henry cries.

The man : Oh. Oh, you need some help?

Regina : Oh, no, no. I've got it. Come on, Henry. Let's go home.

–[Neverland]–

At Pan’s camp.

Emma : Guys, listen to me. We are not gonna hurt you. I know you're loyal to Pan, and I get that. But you are making a terrible mistake. For a long time, I thought I was never gonna find my family. I was an orphan, like all of you. A lost girl. And I was reminded today that I am not alone, that I have a lot of people that love me. And I never though that was gonna happen. If that can happen to me, it can happen to you.

Felix : Pan is the only family we need.

Emma : No. Family doesn't do what he did. Pan lied to you and made you do terrible things. He lied to Henry, and convinced him to give up his own heart.

A lost boy : To save the island.

Emma : No, to save himself.

Felix : Don't listen to her. Pan cares about all of us.

Emma : No, he doesn't. We care about you. And we can save you ! We can take you home with us to our land. There's no reason to fear Pan anymore. Until he absorbs the power from Henry's heart, he can be stopped.

Mary Margaret : You just have to tell us where he is.

Felix : Leave now while Pan still allows you to breathe.

Hook makes Felix sits down again.

Felix : That's the only help you'll get.

Emma : Where... Is Pan ?

Felix : Not... Telling.

A lost boy : Can you really bring us home ?

Felix : Shut your mouth !

Emma : Yes. With your help.

A lost boy : His thinking tree.

Felix : No !

A lost boy : Yes, his thinking tree.

Felix : Stop it ! All of you !

Emma : What is that ?

A lost boy : It's where he goes when he wants to be alone.

A lost boy : You can find him there. It's not far.

Felix : No, don't trust her.

Emma : Can you tell us where that is ?

A lost boy : Yeah. But you have to swear, swear that you'll take us with you.

Emma : I promise. We are going home. All of us.

–[Storybrooke - Past-]–

Regina is with Henry a Granny’s. Granny watches Henry. Henry is crying.

Granny : Who is this bundle of joy ?

Regina : Do you have a problem with him crying ?

Granny : No, of course not.

Regina : Hey, shh. Okay, it's time to be quiet. It's time to be quiet.

Granny : What ?!

Regina : You want some advice ? Try a story. That's how they soothe themselves. A bedtime story. Gets 'em used to your voice. Worked with Ruby. Her issues started later.

Granny leaves.

Regina : Hey. Okay. It's okay.

Regina holds Henry.

Regina : It's okay. Uh... Once upon a time, there was… Oh !

Henry vomits on her.

Regina : Ugh.

––––––––––––

Regina brings Henry to the hospital. Henry is still crying. Le Dr Whale examines him.

Dr Whale : Well, his heart's as strong as a locomotive. And his lungs are healthy, clearly.

Regina : Well, what about a blood test ? Or a chest X-ray ?

Dr Whale : Is he a smoker ?

Regina : What ?!

Dr Whale : Look, it's obvious what the problem is. He's a crying baby.

Regina : I paid for this ?

Dr Whale : Actually, your insurance did.

Regina : What do I do ?

Dr Whale : I can prescribe you something. 10 CCs of maternal love.

Regina : Dr. Whale, no one loves their child more than me. Which means there's something wrong with my son. Your job is to help him. Do it !

Dr Whale : Sure, I could order additional testing, but, uh, with babies, there are risks. And it's generally nothing and not worth it.

Regina : "Generally"?

Dr Whale : Well, in some cases, there could be something abnormal happening. But we'd need the birth mother to find out.

Regina : You mean the woman who abandoned him ? You think she can soothe him ? I'm his mother.

Dr Whale : You misunderstand me, Regina. If something were in fact wrong with the baby, maybe there's something in her medical records, something genetic that could be causing a problem. But the only people who can help us fill those blanks are the biological parents.

Regina : But it was a closed adoption. There's no way to contact them.

––––––––––––

Regina is on the phone with Sidney. She gives him orders.

Regina : Sidney, grab a pencil. There's an adoption agency in Boston on Dartmouth Street.

Sidney : Say again ? There's noise on the line.

Regina : Ms. Blanchard.

Mary Margaret : Oh. Hi. Who's this ?

Regina : Meet Henry.

Regina gives Mary Margaret Henry.

Mary Margaret Oh.

Regina : Make yourself useful. Boston Angels Adoption on Dartmouth. I need the name of Henry's biological mother.

Sidney : Isn't that against the law ?

Regina : Well, that's why I called you, Sidney. Because I know, for me, you'll do whatever it takes. I need this done. There's something wrong with my son. He won't stop c... Crying. Just... Just do it.

Henry stops crying in Mary Margaret’s arms.

Regina : How did you do that ?

Mary Margaret : Do what?

Regina : M... Make him stop crying.

Mary Margaret : Well, I'm just holding him. He's so sweet.

Regina holds Henry back and he starts to cry.

Regina : No. Oh, no, no.

Mary Margaret : I'm so sorry. I... Did I do something ?

Regina : No. No, you didn't. It's me.

–[Neverland]–

Wendy looks after Henry

––––––––––––

The rescue team has a conversation with the lost boys.

Regina : The Pixie Woods ? That's where it is ?

A lost boys : It's just North of here. It's where the pixie dust used to grow.

Emma : Do you know where that is ?

Hook : Aye. The whole region is deserted now. No one but Pan has set foot in those woods in centuries.

Neal : Then let's make history.

Emma : We're gonna need you here. Once we get Henry's heart, it's gonna be a race back. We need help on both ends.

Neal : Okay.

David : What do you need from us ?

Neal : Let's gather up the lost boys. Get 'em on board the "Jolly Roger." Prepare the ship to fly.

Hook : Let's hope you have a Pegasus sail. Otherwise, we're at the mercy of the trade winds.

Neal : Pan's shadow's in here. It'll get us home, long as your ship holds together.

Hook : Well, as long as your plan holds together, she will.

Neal : Henry's gonna be with me the entire time. Nothing is gonna happen to him while you two are away.

Mary Margaret : You mean three. I may be trapped on this island for the rest of eternity. So if you think I'm not going to be spending my last moments with my daughter, you're crazy.

Emma : Okay. Let's do it.

–[Storybrooke - Past-]–

Regina is in her kitchen. Henry is crying.

Regina : Henry... Henry, I promise if you just tell me what you want, I'll do anything for you. Anything.

Regina holds Henry. She kisses him.

Regina : Please ? Just... Give me a chance. Thank you.

Her phone rings. She holds on.

Regina : Sidney. What'd you find ?

Sidney : The agency was a dead end, but I worked my magic with the health department. Found out all about his mother. I'm faxing over the information right now. You should have it any second.

Regina : It's here. No.

––––––––––––

Regina enters at Mr Gold’s shop.

Regina : You knew.

Mr Gold : Knew what exactly ?

Regina : The child that you located for me in Phoenix, his mother was found in the woods, outside of Storybrooke, 18 years ago.

Mr Gold : What a startling coincidence.

Regina : 18 years ago ?!

Mr Gold : I fear I'm missing the significance. You'll have to forgive me. My memory's not what it used to be.

Regina : Henry's mother was found as a baby, on a very significant day... The day this town... This town...

Mr Gold : This town what ?

Regina : She's important, isn't she ? This mother.

Mr Gold : Is she important ? I suppose inasmuch as she gave birth to your son.

Regina : You. You built this into this whole thing, didn't you ? You made this happen because the mother, she's...

Mr Gold : She's what, madame Mayor, this mother that you seem to fear so much ?

Regina : Oh, you really know nothing of what I'm talking about ?

Mr Gold : Well, I know you're upset. That much is clear.

Regina : You told me I'd come to you, that I'd have a hole in my heart. And... You want this to end. This town, what I built. You wanna destroy it all by bringing the mother back. That's why you did all this !

Mr Gold : Do you know you have dark circles under your eyes and a weary tremble in your voice ? Poor thing. Look what motherhood has done to you.

Regina : Play dumb all you want, you little imp. You should know who you're dealing with by now. I sacrificed everything to build this life ! And nothing will tear me away from my revenge ! Henry goes back to Boston tomorrow !

Regina leaves.

–[Neverland]–

Regina, Mary Margaret and Emma are near Pan’s thinking tree. The Pandora’s box is left on a rock.

Regina : Look.

Mary Margaret wants to take the Pandora’s box.

Regina : Careful. Pan wouldn't have just left it behind for no reason.

Mary Margaret : It's David's only way home. Without Gold, we're stuck here.

A climber grabs Mary Margaret and ties her on a tree.

Emma : Mary Margaret !

Mary Margaret : Oh !

The climbers grab Emma then Regina. They can’t move anymore.

Peter Pan : Are you still at it ? Don't you know ? Peter Pan never fails. I didn't expect you to find me. But then again, I shouldn't be surprised. You're mothers. Quite tenacious about your offspring. Believe it or not, I understand that. But if you're looking to see Henry again, I have to tell you, there's only one place you'll be reunited... In death.

–[Boston - Past-]–

Regina enters in the adoption agency’s office with Henry.

Regina : I wrote out instructions for his bedtime, nap time, and feeding.

The man : Ms. Mills, I assure you, the baby will be in expert hands here.

Regina : I know. I'm just sad that this couldn't work out. The circumstances were... Unforeseen.

The man : Not every child is the right fit for a parent. And sometimes, putting the child first can mean having the strength to give him up.

Regina : Where will Henry go next ?

The man : We already have a new family lined up. He's gonna be just fine. I tell you what. You take a minute. I'll be right back. Okay ?

The man leaves his office.

Regina : Oh, Henry. You deserve better than me. You truly are the only one in all the realms who believes in me.

She holds Henry. The man comes back in his office.

The man : Would you like me to hold him so we can get the last little signature ?

Regina : No. That won't be necessary. Henry is my son. The best thing for Henry is to stay with a mother who will never let go of him, ever again.

Regina takes Henry and leaves.

––––––––––––

The man is with John and Michael in the adoption agency.

The man : I'm afraid there's been a hiccup. You'll have to go back on the waiting list. The mother changed her mind. I'm sorry.

Michael : We... Lost him ?

The man : Yes, but I can put you back on the list.

John and Michael leave.

Michael : Pan will not be pleased.

John : Which is why we don't give up. We will get that child.

–[Neverland]–

Peter Pan has a conversation with Emma, Regina and Mary Margaret.

Peter Pan : Having trouble moving ? Not surprised, given where you are. You see, what's hastening your demise is your regret.

Emma : What are you talking about ?

Peter Pan : This tree is the site of a very important event for me. I abandoned my boy here.

Regina : You have a son ?

Peter Pan : I'm older than I look.

Emma : If you have a child, you must regret losing him, too.

Peter Pan : But I don't. Quite the opposite, actually. See, I have him all boxed up so I don't lose him again.

Regina : Rumplestiltskin is your son ?

Peter Pan : That he is.

Mary Margaret : How is that possible ? You're...

Peter Pan : Younger than him ? Not really. Just like you and your daughter.

Regina : You're a fraud. Your magic is weakened. You can't even hurt us, let alone Rumplestiltskin.

Peter Pan : You're right. But that's why I'm here. This tree will protect me until my power is restored. And then... Well, then I get to have some real fun. And I won't have to ever worry about my child again. Something else we will all soon have in common.

Regina & Mary Margaret : Oh !

Emma : There has to be another way.

Peter Pan : No, you're not going to get to me. See, this tree attacks the regret inside anyone who comes here. And you ? You've got plenty.

Emma : I regret not taking a better shot at you when I had a chance.

Peter Pan : Well, that's not all, is it, Saviour ? No. I have your son's heart inside me. I can feel just how much you let him down time and time again.

Mary Margaret : Leave her alone.

Peter Pan : Perhaps I should. After all, what chance did she have at being a good mother ? Look at the example you've set... Abandoning her for 28 years.

Regina : Are you finished ?

Peter Pan : Last words from the Queen. Perhaps a deathbed confession from the one who has the most to regret of all.

Regina : Yeah, there's one problem with that. I did cast a curse that devastated an entire population. I have tortured and murdered. I've done some terrible things. I should be overflowing with regret, but... I'm not.

Regina frees herself, Mary Margaret and Emma from the climbers.

Regina : Because it got me my son.

Regina rips Henry’s heart from Pan’s chest. Pans fall on the ground. Regina takes also the Pandora’s box.

Regina : Now... Let's go save Henry.

––––––––––––

Emma, Mary Margaret and Regina get on the Jolly Roger.

Emma : Henry ?! Where is he ?

Neal : He's over here !

Regina : Hold on, Henry.

Regina puts Henry’s heart back in his chest.

Emma : Henry ? Are we too late ?

Regina : Henry ? Honey !

Henry takes a deep breathe. He hugs his mothers.

Neal : Whoa, whoa, whoa. Take it easy, buddy.

Henry : I'm sorry. I... I wanted to save magic.

Emma : It's okay. It's okay.

Henry : I... I wanted to be a hero.

David : There's plenty of time for that.

Mary Margaret : And now it's time to rest.

Hook : Welcome back, young sir. Only the best for our guest of honour, don't you think ? Captain's quarters.

Regina : Come on. I'll tuck you in.

–[Storybrooke - Past-]–

Regina is with Archie.

Archie : Regina, I'm just so pleased. I'll admit, I was concerned. And I'm just so glad the way things worked out.

Regina : There's just one problem, Dr. Hopper. I'm afraid... No, I'm... Dreading... That Henry's birth mother will wake up one day full of regret over leaving him, and come here to take him back.

Archie : Wasn't it a closed adoption ? I mean, you're both perfectly anonymous to each other, right ?

Regina : Yes, but I'm worried about something bigger than the law is at play. Fate. Destiny.

Archie : It seems to me like you've made your own destiny.

Regina : But there's still someone out there who can destroy it.

Archie : Regina, if you keep worrying about the future, you'll never enjoy the present. This child has brought something to you... Love. Revel in that. Revel in being a mother.

––––––––––––

Regina is at her mausoleum with Henry.

Regina : Thank you, father.

She open the father’s grave.

––––––––––––

Regina is with Henry under her mausoleum.

Regina : Once upon a time, there was a Queen, and she cast a glorious curse, that gave her everything she wanted... Or so she thought. She despaired when she learned that... Revenge was not enough. She was lonely.

Regina is making magic.

Regina : And so she searched the land for a little boy to be her prince. And then... She found him. And though they lived happily, it was not ever after. There was still an evil out there lurking. The Queen was worried for her prince's safety. While she knew she could vanquish any threat to the boy, she also knew she couldn't raise him worrying. No. She needed to put her own troubles aside, and put her child first. And so... The Queen procured an ancient potion of forgetting. Oh, it's all right. If the Queen drinks the potion, she won't forget her child. She'll only forget her worries... Her troubles... Her fears. And with those gone... She... and her prince can indeed finally live happily ever after.

Regina drinks the potion

Regina : Hello, Henry. What shall we do today ?

–[Neverland]–

Regina is tucking Henry in the Captain's quarters.

Regina : Oh, I know that look. That's five hours of space paranoids and too much pizza.

Henry : Pizza's good.

Regina casts a spell on Henry’s heart.

Henry : It stings. What's that for ?

Regina : A spell, so no one can ever take your heart ever again.

Henry : Thanks, mom.

Regina : We'll be home soon, my little prince.

Regina leaves the room. Peter Pan appears.

Peter Pan : I'm sorry it had to come to this, Henry.

––––––––––––

Neal frees his father from the Pandora’s box.

Mr Gold : Bae.

Neal : Papa.

Neal and Mr Gold hug.

Mr Gold : Where's Henry ?

Neal : He's safe. He's safe.

Mr Gold : I told you I wasn't gonna hurt the boy.

Neal : I know. I'm sorry. I... Why didn't you tell me Pan was your father ?

Mr Gold : Because I didn't want you to know that I was as bad a father as he was. Because we're both the same, me and him, because we both abandoned our sons.

Neal : No, you're not the same. You came back for me, papa.

Emma : He's back. That means...

David : He can cure me.

Mary Margaret : We can go home... A family.

Emma hugs her parents.

Neal : What's wrong ?

––––––––––––

At the Captain's quarters.

Henry : What? What are you doing ?

Peter Pan : I wanted your heart, Henry, but your mother took it away from me and left me for dead. Her mistake.

Peter Pan tries to rip Henry’s heart but fails.

Peter Pan : Ah ! Oh, how clever.

Peter Pan tries to rip Henry’s shadow.

Henry : Ow ! What are you doing ?

Mr Gold is in the Captain's quarters.

Mr Gold : Blood magic works both ways... Father.

Mr Gold uses the Pandora’s box on Peter Pan. Peter pan uses his magic to switch his body with Henry’s.

Peter Pan : No !

Regina : Henry ? Henry ! Oh, no. Henry !

Henry/Peter Pan : It's okay. I'm okay.

Regina : Are you sure ?

Mr Gold : He's a strong boy, Regina. You raised him well.

––––––––––––

Everyone is on the deck. They are preparing for the departure.

Mary Margaret : Go. Over here.

Neal puts the coconut before a cannon.

Emma : Ready, Regina ?

Emma lights the wick. The cannonball drags Pan’s shadow in the air. Regina uses her power to merge the shadow with a sail.

Emma : You think it'll fly ?

Regina : It has no choice.

Emma : Then let's get the hell out of Neverland.

Hook : As you wish, my lady. Bosun, weigh anchor !

The Jolly Roger takes off at the sea.

––––––––––––

David : You know, when we first landed on this island, you said we'd all need to work together.

Emma : I was just trying anything.

David : Well, to be honest, I didn't think it was possible. That a hero, a villain, a pirate... That we could all be united, but we were because of the most important piece of the puzzle... A leader.

Emma : I'm just glad that we were all able to work together and get Henry home. Get all of us home.

––––––––––––

Tinker Bell : Better than being in a cage, isn't it ?

Wendy : Are we really free ?

Tinker Bell : Yes, Wendy. Soon, you'll see your brothers.

Wendy : I have something for you. I've saved it all this time. I could never use it, but... Maybe you can.

Wendy gives Tinker Bell pixie dust.

Wendy : It's pixie dust. It's the last bit from the last flower in the treetops. It's inert...

Tinker Bell : I can't make it work. I've got no magic. Not since I lost my wings.

Wendy : You'll figure it out. I believe in you, Tink.

––––––––––––

Henry/Peter Pan gets out from the Captain's quarters.

Neal : Hey. You feelin' okay ? Shouldn't you be resting ? I could bring you some food if you're feelin' up for it.

Henry/Peter Pan : I'm feeling much better now. I think the fresh air is good for me.

Henry : Okay. Henry... I know we haven't had much of a chance to be a family. Not yet. Just, I want you to know that you have a dad now. Now and for forever. I'll never leave you, okay, buddy ?

Henry/Peter Pan hugs Neal.

––––––––––––

Tinker Bell : I'm glad you got your son back, Regina. Seems the Evil Queen as able to love someone after all.

Regina : Yes, it seems. It seems you were right.

Tinker Bell : I knew you still had some good in you.

The pixie dust is lit.

Regina : Apparently, you still have some magic in you.

Tinker Bell : I What... What happened ?

Regina : Well, if I had to guess, I'd say for a moment there, you believed.

––––––––––––

Henry/Peter Pan brings food to Felix.

Felix : Go away, boy. Not hungry.

Henry/Peter Pan : But I came to thank you.

Felix : No matter what those other traitors do, I'm on Pan's side. And Pan... Never fails.

Felix : What ?

Henry/Peter Pan : You heard me. Peter Pan never fails. He can't be stopped. Even when they think he's defeated, when they think they've won, he finds a way.

Felix : So you think you're not safe ?

Henry/Peter Pan : Oh, no, I'm perfectly safe. During our struggle, my fate was sealed. The one who's in trouble... Is Henry.

Felix : But you're Henry.

Henry/Peter Pan : Not anymore.

Felix : You... You switched.

Henry/Peter Pan : You sure you're not hungry ?

Felix takes the plate.

Felix : Thank you... Pan.

Henry/Peter Pan : Now... Let's play.

Kikavu ?

Au total, 210 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

ficoujyca 
15.02.2019 vers 22h

Djoo22 
18.12.2018 vers 21h

s1988 
10.11.2018 vers 23h

everrose 
10.11.2018 vers 18h

Sabu14 
17.08.2018 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier Peaky Blinders est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | Peaky Blinders

Activité récente
Actualités
Meghan Ory va devenir maman

Meghan Ory va devenir maman
C'est sur son compte Instagram que Meghan Ory a dévoilé qu'elle allait devenir maman. En effet,...

New Design

New Design
Un nouveau design pour le quartier de OUAT, réalisé par serieserie.Merci à elle, on espère qu'il...

Joyeux anniversaire Georgina !

Joyeux anniversaire Georgina !
Aujourd'hui 3 août, nous fêtons l'anniversaire de Georgina Haig, qui fête ses 34 ans puisqu'elle est...

Gabe Khouth décédé

Gabe Khouth décédé
Triste nouvelle, la série "Once upon à time" perd l'acteur Gabe Khouth né au Canada en 1972, est...

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill

Ginnifer Goodwin dans Why Women Kill
Ginnifer Goodwin est à la tête d'une nouvelle série  : Why Women Kill qui sera diffusée dès le 15...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez : Quel autre nom, la série aurait pû s'appeller ?

Total : 22 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Avant-hier à 07:33

direction le quartier New Amsterdam. Merci !

choup37, Avant-hier à 14:25

Et du coup nouveau sondage sur Doctor Who

ophjus, Avant-hier à 16:41

Demain, le quartier The Bold Type aura 1 mois, n'hésitez pas à participer à ses aniamtions !

choup37, Avant-hier à 17:38

Plus que 3 votes pour valider la bannière de samantha who, clic clic clic!

ophjus, Hier à 13:09

Le quartier The Bold Type a un mois, n'hésitez pas à venir voir comme il a bien grandi !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site